Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2800 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Eau

Eau

  • L’Iran, en première ligne de la « crise de l’eau ». Etat des lieux hydrologique du pays et de ses ouvrages hydrauliques (2/2) - 18/12/19

    « La crise de l’eau d’aujourd’hui en Iran sera-t-elle la crise politique de demain ? » s’interrogeait France 24, le 15 juin 2018 (1). De fait, la « crise de l’eau » que traverse l’Iran, loin d’être un simple phénomène climatique, est également le fruit de nombreuses années de politiques publiques inadéquates des ressources hydriques du pays.

    Comme analysé en première partie de cet article, l’Iran est un pays dont la situation hydrologique et les conditions climatiques ne favorisent pas l’abondance hydrique. Si le pays est loin d’être « aride », comme cela peut être entendu pour les pays de la bande sahélo-saharienne par exemple, il n’en demeure pas moins que l’équilibre du pays reste très précaire et qu’il connaît, aujourd’hui, une situation de stress hydrique intense.

    Après avoir présenté l’état des lieux hydrologique de l’Iran et de ses ouvrages hydrauliques, prérequis indispensable à la compréhension du contexte dans lequel la crise de l’eau se joue, cet article va s’attacher à présenter la situation de stress hydrique que connaît aujourd’hui le pays (I), ainsi que les solutions appliquées ou envisagées par les autorités (II).

  • L’Iran, en première ligne de la « crise de l’eau ». Etat des lieux hydrologique du pays et de ses ouvrages hydrauliques (1/2) - 13/12/19

    « Téhéran s’enfonce peu à peu dans le sol », titrait le 5 décembre 2018 la journaliste Emeline Férard pour le magazine GEO (1) : en certains endroits, le sol se serait enfoncé jusqu’à 25 centimètres par an – et, avec lui, le bâti de la capitale iranienne. La cause de cet affaissement ? Un drainage excessif des nappes phréatiques, conséquence directe d’une gestion inadaptée de la problématique hydrique en Iran et du creusement de puits illégaux à travers le pays.

    L’affaissement de Téhéran, loin d’être un cas isolé, n’est en réalité que l’une des nombreuses manifestations de la « crise de l’eau » que connaît l’Iran depuis le début des années 1990 environ. Cette expression vise à vulgariser le phénomène, large et complexe, de l’ensemble des enjeux hydriques auxquels l’Iran et le Moyen-Orient sont confrontés actuellement et seront amenés, selon toute vraisemblance, à faire face de façon croissante. Les enjeux, éminemment socio-environnementaux, se mêlent avec une force telle aux problématiques sécuritaires que l’expression de « guerres de l’eau » est, elle aussi, de plus en plus employée (2).

    De fait, les prodromes et symptômes de cette crise de l’eau s’avèrent très nombreux et partagent une certaine tendance à se confondre les uns avec les autres : des sécheresses climatiques aux aridités anthropiques, de la surexploitation industrielle des nappes phréatiques à la faible disponibilité hydrique, les problématiques ne manquent pas pour rendre la « crise de l’eau » aussi complexe qu’elle s’avère hautement sensible.

    Une série d’articles sera ainsi consacrée à la problématique hydrique au Moyen-Orient. L’Iran, en première ligne de la « crise de l’eau », sera à cet égard le premier sujet d’étude. La première partie de cet article sera consacrée à un état des lieux hydrologique du pays (I) et aux installations hydrauliques dont ce dernier s’est doté (II) ; la deuxième partie portera, ensuite, les enjeux hydriques que l’Iran traverse, tant dans leurs causes que leur expression dans le quotidien des Iraniens.

  • Le canal de la paix : une réponse à la crise hydrique en Jordanie ? - 18/02/16

    Alors que le roi Abdallah annonce que la Jordanie est arrivée à « un point de rupture » pour l’accueil des réfugiés syriens, le royaume Hachémite peine de plus en plus à gérer l’afflux de migrants fuyant les zones de conflit de la région. Faisant historiquement face à une situation de stress hydrique, l’une des difficultés supplémentaires auxquelles doit faire face la Jordanie est l’approvisionnement en eau des camps de réfugiés.

  • La crise de l’eau en Irak : contexte et perspectives (3/3) : quel rôle pour la Turquie face à la crise hydrique régionale ? - 10/02/16

    Alors que la lutte contre l’Etat Islamique implique de plus en plus d’Etats, et que les moyens mis en œuvre par ces derniers se multiplient, le rôle stratégique de la Turquie reste encore à définir. Si Ankara a décidé de rejoindre la coalition internationale en juillet 2015 en effectuant des premières frappes en Syrie (1), ses positionnements précédents face à Daech sont ambiguës. En effet, sans parler de soutien mais plutôt de complaisance à l’égard de l’EI, la Turquie était l’un des seuls Etats à avoir pu par exemple procéder à des négociations pour la libération d’otages, en l’échange de membres de Daech qu’elle détenait prisonniers. Mais avec la multiplication des attentats revendiqués sur son territoire par l’EI, couplée des pressions politiques de la part des membres de l’OTAN, et notamment de son allié américain, la Turquie a finalement décidé de s’impliquer militairement.

  • Entretien avec le Dr Fadi Comair – L’hydrodiplomatie au Proche-Orient - 27/01/16

    Le docteur Fadi Comair est Président d’honneur du Réseau Méditerranéen des Organismes de Bassin (REMOB), Directeur Général des Ressources Hydrauliques et Electriques au Ministère de l’Energie et de l’Eau au Liban.

  • Compte rendu du Colloque « Hydrodiplomatie et changement climatique pour la paix au Moyen-Orient », tenu le 1er décembre 2015 au Sénat à Paris, en marge de la COP21 - 17/12/15

    En marge de la COP21, un colloque s’est tenu au Sénat le mardi 1er décembre 2015, autour de la thématique « hydrodiplomatie et changement climatique pour la paix au Proche-Orient ». Ce colloque a été organisé à l’initiative de Monsieur le Sénateur Olivier Cadic, représentant les Français résidant hors de France, à la suite d’un voyage au Liban et de sa rencontre avec Monsieur Arthur Nazarian, ministre libanais de l’Energie et de l’Eau. La nécessité d’une réflexion sur l’importance des enjeux hydriques dans la région, et notamment leurs rôles dans la résolution des conflits, a ainsi amené à la réunion d’experts, de praticiens, d’universitaires et de responsables politiques.

  • La crise de l’eau en Irak : contexte et perspectives (2/2). L’Etat islamique, nouvelle menace hydrique pour l’Irak - 23/11/15

    Avec les événements de Paris du vendredi 13 novembre, l’organisation Etat islamique est placée au centre de toutes les discussions politiques et diplomatiques. L’un des enjeux est de définir ce qu’est cette organisation, et s’il est légitime ou non d’utiliser le terme « d’Etat ». En réalité, en Syrie comme en Irak, l’EI tente bien de s’imposer comme un Etat dirigiste, en imposant la loi islamique et un régime discriminatoire sous des formes de violence extrême. L’un des objectifs pour ses dirigeants est notamment de se substituer aux gouvernements irakien et syrien, en assurant les services publics de base auprès de la population. Une dimension de cette stratégie politique menée par l’EI est notamment l’approvisionnement en eau : dans une région aride où les ressources en eau sont mal réparties, assurer ce service peut être considéré comme une première étape de légitimation. La gestion de l’eau serait ainsi un outil de gouvernance.

  • La crise de l’eau en Irak : contexte et perspectives (1/2). La dépendance hydrique irakienne - 12/11/15

    En 1992, alors que la construction du barrage Atatürk sur le fleuve de l’Euphrate s’achève, le Premier ministre turc Suleyman Demirel déclare : « la Turquie peut utiliser comme elle l’entend les eaux du Tigre et de l’Euphrate : les ressources hydrauliques de la Turquie appartiennent aux Turcs comme le pétrole appartient aux Arabes ». Or, ces deux principaux fleuves de la région constituent la principale source en eau pour la Syrie et surtout pour l’Irak, dépendante à 95% pour ses usages industriels et à 80% pour ses usages domestiques. Selon les estimations de la Banque Mondiale, le ratio de dépendance de l’Irak est de 53,5% (1), c’est-à-dire que la moitié des ressources utilisées par le pays se situent en dehors de son territoire.

  • La maîtrise de l’eau, une clé de la guerre menée par l’Etat islamique - 17/11/14

    Depuis le printemps 2014, le contrôle de l’eau est devenu l’une des problématiques majeures de la lutte opposant l’Etat islamique (EI) aux Etats du Moyen-Orient et à la coalition internationale menée par les Etats-Unis. En raison de la raréfaction de cette ressource, la maitrise des quelques grands barrages du Tigre et de l’Euphrate constitue un puissant levier pour asseoir sa domination sur les territoires irakien et syrien, tant pour l’EI que pour les Etats. Au cœur de cette lutte se lisent les implications de long terme du réchauffement climatique dans la géopolitique du Moyen-Orient.

  • Note de lecture sur « La gouvernance des services de l’eau en Tunisie, surmonter les défis de la participation du secteur privé », rapport publié par l’OCDE - 31/07/14

    L’OCDE, qui a déjà réalisé plusieurs études sur la gouvernance des services de l’eau dans ses pays membres, vient de publier un rapport sur la gouvernance des services de l’eau en Tunisie, pays de la région MENA. Dans ce rapport, l’OCDE aborde la problématique de la gouvernance de l’eau, primordiale dans un pays qui connaît un climat méditerranéen au nord et saharien au sud, en prenant comme point de départ la situation du secteur de l’eau tunisien ainsi que les données économiques, politiques et institutionnelles du pays, dans le but de proposer, à partir de ce diagnostic, des recommandations pour améliorer la situation, notamment grâce à une participation du secteur privé.

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Afghanistan, Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Azerbaïdjan, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Soudan, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice