Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2500 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Culture

Culture

  • Compte rendu de l’exposition « Cités Millénaires, Voyage virtuel de Palmyre à Mossoul » présentée à l’Institut du Monde Arabe jusqu’au 10 février 2019 - 18/12/18

    Cette nouvelle exposition proposée par l’I.M.A. invite au voyage dans la temporalité de témoins millénaires de l’histoire de l’humanité : la mosquée al-Nūri et le mausolée de Nabi Younes à Mossoul, la grande mosquée des Omeyyades de Damas, le souk et la citadelle d’Alep, l’oasis de Palmyre, le site de Leptis Magna toujours présent mais menacé de pillage et d’une éventuelle destruction.

  • Portrait de Imane Djamil, poétesse et photographe - 22/10/18

    Imane Djamil, poétesse et photographe marocaine, a commencé sa vie d’artiste dès la plus jeune adolescence. En 2014, à 18 ans, elle est la plus jeune artiste à participer à l’exposition de l’Institut du Monde Arabe, « Le Maroc contemporain ». Régulièrement exposée au Maroc, elle a également présenté ses œuvres, seule ou lors d’expositions ou de performances collectives, à Paris, Lisbonne, Basel, Rome ou Bruxelles au cours des dernières années. Sa poésie est présentée lors de certaines de ces performances. Photographe des ruines et poétesse de l’intime, elle mène de front entre Paris et Casablanca sa réflexion sur la violence, l’espace, le corps. Nous l’avons rencontrée à Rabat.

  • Coffret Youssef Chahine (2/2) - 15/10/18

    « Dans les rues du Caire, d’Alger, de Tunis, de Bagdad, enfin dans toutes les capitales arabes, et dans les moindres hameaux, la jeunesse m’arrête : “Dis Youssef, qu’est-il arrivé en juin 67 ? Nous étions tous pourtant prêts à tenir le coup.” » Ces quelques mots qui ouvrent le film Le Moineau (1972), s’ils doivent être pris au second degré quant à l’intention pédagogique du film, disent pourtant avec un temps de latence la considérable fracture qu’ont pu causer 1967 et l’échec catastrophique de la Guerre des Six Jours sur l’Egypte, et donc sur ses artistes et ses intellectuels. En présentant ce film comme une réponse à la question lancinante qui lui était faite dans tout le Monde Arabe, Chahine ne se présente pas tant comme un artiste responsable ou engagé que comme un homme sommé par son public de tenir compte d’évènements d’une ampleur si considérable. Un tournant se dessine donc, qui donne des contributions majeures à ce que l’on pourrait nommer la crise de la conscience égyptienne et arabe. Le film qui précède Le Moineau, Le Choix (1970), majeur et hélas indisponible dans une version sous-titrée français, esquissait déjà ces bouleversements en traitant par la métaphore du dédoublement de personnalité le thème de la relation ambivalente entre l’Egypte des intellectuels et le monde populaire auquel elle s’identifie et prétend se vouer. Le Moineau sera le moment du reniement sans ambages de ce nassérisme dont il avait commencé par être le compagnon de route. Enfin, Le Retour de l’enfant prodigue (1976), adapté d’André Gide, clôturera ce cycle politique marqué par l’expérimentation narrative dans un véritable carnage, avant l’ouverture d’un nouveau cycle, autobiographique. La deuxième période relatée par ce coffret est donc celle de la désillusion, du doute et de l’introspection collective : « Qu’est-il arrivé ? »

  • Coffret Youssef Chahine (1/2) - 08/10/18

    Dix ans après sa disparition, le plus reconnu des cinéastes égyptiens a été célébré au Caire par le cinéma Zawya, qui a proposé du 12 au 22 septembre 2018 la projection de vingt de ses films restaurés, du premier de ses longs métrages Baba Amine (1952) à L’Autre (1999). Cette rétrospective a donc couvert cinq des six décennies de la longue carrière de l’Alexandrin, trop souvent réduit vers nos rivages au seul film Le Destin (1997), allégorie des tensions religieuses contemporaines transposées dans l’Andalousie du temps d’Averroès. Il s’agit pourtant d’un détail de cette œuvre si riche, dans laquelle bien des moments méritent le détour, à commencer par la tétralogie autobiographique initiée par Alexandrie, pourquoi ? (1978) et poursuivie avec La Mémoire (1982), Alexandrie encore et toujours (1990) et Alexandrie New-York (2004), véritable défilé de grands acteurs (Yahya Chahine, Nour El Sherif, Yousra) et expérience inédite dans l’histoire du cinéma égyptien.

  • 9e édition de la Beirut Art Fair - 05/10/18

    La neuvième édition de la Beirut Art Fair s’est tenue du 20 au 23 septembre 2018. Toujours plus étendue d’année en année (le BAF ayant accru en 2018 45% de ses surfaces), la foire a accueilli pour cette saison de nouvelles galeries internationales en provenance de France, d’Italie, de Suisse, de Belgique, d’Allemagne, des États-Unis, du Royaume-Uni, de Palestine, d’Arménie, de Côte d’Ivoire ou de Biélorussie.

  • Reportage photo : le Guilan et la Māzandarān : les vertes régions, grenier à blé et lieu de plaisance favori des Iraniens - 26/09/18

    Longeant la mer Caspienne, frontière naturelle du Nord de l’Iran, le Guilan et le Māzandarān sont deux provinces distinctes du reste du pays. En effet, l’humidité ambiante de ces territoires associée à des températures plus clémentes créent les conditions d’une nature verdoyante. La « jungle iranienne » se concentre ainsi presque exclusivement au Guilan et au Māzandarān où se succèdent les paysages de rizières et les vertes forêts.

  • Raphaël Millet, Le cinéma au Liban / Cinema in Lebanon - 20/09/18

    Raphaël Millet est critique de cinéma, mais aussi producteur et réalisateur. Il a beaucoup travaillé sur le cinéma de la Méditerranée et d’Asie, et publie en 2017 aux éditions libanaises Rawiya un ouvrage bilingue (français/anglais) consacré à l’histoire du cinéma au Liban. Son étude remonte aux origines du cinéma au Liban, et met en lumière les liens qui tissent la cinématographie arabe à la cinématographie égyptienne, rendant ainsi hommage aux grandes productrices libanaises en Égypte dans les années 1930, comme aux cinéastes les plus récents de l’industrie, encore « bancale », du pays du Cèdre.

  • La photographie en résistance aux Rencontres d’Arles 2018 - 04/09/18

    La 49e édition des Rencontres de la photographie d’Arles se tient depuis le 2 juillet dans divers espaces d’exposition de la ville, et ce jusqu’au 23 septembre. A l’image de l’édition 2017, qui mettait à l’honneur la photographie iranienne, les Rencontres de 2018 ont choisi de mettre en lumière la photographie turque et son potentiel de dissidence. Panorama remarquable d’une certaine scène turque en dissidence, l’exposition « Une Colonne de fumée » (1), montée à la Maison des Peintres par deux commissaires, Ilgın Deniz Akseloğlu et Yann Perreau se distingue par sa capacité à présenter, en quelques salles, les multiples facettes d’une scène artistique en résistance. Ailleurs dans Arles, d’autres artistes de la région MENA sont à l’honneur, comme en témoignent les expositions individuelles du Palestinien Taysir Batniji, « Gaza To America, Home Away From Home », commissionnée par Sam Stourdzé, directeur depuis 2014 des Rencontres d’Arles, et de l’Algérien Adel Abdessemed, « Au-delà du principe de plaisir », commissionnée par l’architecte français Jean Nouvel.

  • Reportage photo : le Kurdistan iranien, une région magnifique à l’identité culturelle et politique marquée - 29/08/18

    Situé à l’extrême Ouest de l’Iran, le Kurdistan iranien est une province historique de la Perse qui se distingue par sa forte identité culturelle et politique. Le peuple kurde qui l’habite constitue la plus nombreuse minorité d’Iran après les Turcs azéris et compte 10 millions d’habitants, ce qui représente 13% de la population totale du pays. En raison de sa forme rectangulaire toute en latitude, le fief des Kurdes longe la frontière Ouest iranienne respectivement avec l’Irak au Sud et avec la Turquie au Nord. Cette configuration géographique particulière trahit une situation géopolitique complexe du peuple kurde puisque le Kurdistan iranien accole en fait au Kurdistan turc et iraquien. Ce territoire kurde culturellement cohérent, de nature transnationale, est ainsi réparti sur quatre Etats si on y ajoute aux trois cités la Syrie.

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice