Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2400 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Culture

Culture

  • Raphaël Millet, Le cinéma au Liban / Cinema in Lebanon - 20/09/18

    Raphaël Millet est critique de cinéma, mais aussi producteur et réalisateur. Il a beaucoup travaillé sur le cinéma de la Méditerranée et d’Asie, et publie en 2017 aux éditions libanaises Rawiya un ouvrage bilingue (français/anglais) consacré à l’histoire du cinéma au Liban. Son étude remonte aux origines du cinéma au Liban, et met en lumière les liens qui tissent la cinématographie arabe à la cinématographie égyptienne, rendant ainsi hommage aux grandes productrices libanaises en Égypte dans les années 1930, comme aux cinéastes les plus récents de l’industrie, encore « bancale », du pays du Cèdre.

  • La photographie en résistance aux Rencontres d’Arles 2018 - 04/09/18

    La 49e édition des Rencontres de la photographie d’Arles se tient depuis le 2 juillet dans divers espaces d’exposition de la ville, et ce jusqu’au 23 septembre. A l’image de l’édition 2017, qui mettait à l’honneur la photographie iranienne, les Rencontres de 2018 ont choisi de mettre en lumière la photographie turque et son potentiel de dissidence. Panorama remarquable d’une certaine scène turque en dissidence, l’exposition « Une Colonne de fumée » (1), montée à la Maison des Peintres par deux commissaires, Ilgın Deniz Akseloğlu et Yann Perreau se distingue par sa capacité à présenter, en quelques salles, les multiples facettes d’une scène artistique en résistance. Ailleurs dans Arles, d’autres artistes de la région MENA sont à l’honneur, comme en témoignent les expositions individuelles du Palestinien Taysir Batniji, « Gaza To America, Home Away From Home », commissionnée par Sam Stourdzé, directeur depuis 2014 des Rencontres d’Arles, et de l’Algérien Adel Abdessemed, « Au-delà du principe de plaisir », commissionnée par l’architecte français Jean Nouvel.

  • Reportage photo : le Kurdistan iranien, une région magnifique à l’identité culturelle et politique marquée - 29/08/18

    Situé à l’extrême Ouest de l’Iran, le Kurdistan iranien est une province historique de la Perse qui se distingue par sa forte identité culturelle et politique. Le peuple kurde qui l’habite constitue la plus nombreuse minorité d’Iran après les Turcs azéris et compte 10 millions d’habitants, ce qui représente 13% de la population totale du pays. En raison de sa forme rectangulaire toute en latitude, le fief des Kurdes longe la frontière Ouest iranienne respectivement avec l’Irak au Sud et avec la Turquie au Nord. Cette configuration géographique particulière trahit une situation géopolitique complexe du peuple kurde puisque le Kurdistan iranien accole en fait au Kurdistan turc et iraquien. Ce territoire kurde culturellement cohérent, de nature transnationale, est ainsi réparti sur quatre Etats si on y ajoute aux trois cités la Syrie.

  • « Jocelyne Saab à contre-courant » : exposition rétrospective au musée MACAM au Liban - 23/08/18

    L’exposition « Jocelyne Saab à contre-courant » est la première exposition rétrospective des œuvres plastiques de la cinéaste et artiste libanaise. Elle présente toutes les œuvres plastiques qui ont déjà été exposées par l’artiste au cours de ces dix dernières années (1). Rien d’inédit, donc, mais un panorama important sur l’autre rapport de Jocelyne Saab aux images, que l’on peut consulter jusqu’au 16 septembre 2018 au musée MACAM au Liban.

  • 27 Mayis Darbesi 1960, relancer la Révolution kémaliste (6/8). Juger pour légaliser, légaliser pour révolutionner - 17/08/18

    Après avoir purgé le CUN, l’étape suivante consiste à juger les coupables. A partir du 14 octobre 1960 jusqu’au 15 septembre 1961, sur l’île de Yassıada (1) en mer de Marmara, un tribunal est mis en place afin de juger 592 membres du DP.

  • Henry Corbin, 1903-1978 (1/2) - 10/08/18

    Germaniste, iranologue, arabisant, érudit, intellectuel, voyageur et mondain, tout cela Henry Corbin l’a été. Il fut néanmoins avant tout philosophe. En effet, si l’homme semble avoir suivi de multiples lignes de parcours, l’œuvre quant à elle est toute une : de l’herméneutique luthérienne à la traduction de Heidegger jusqu’à la « résurrection » des penseurs de l’ancienne Perse, la philosophie d’Henry Corbin fait œuvre d’une même quête, celle du sens et de son interprétation spirituelle et existentielle (ta’wil). La postérité d’Henry Corbin n’est cependant pas qu’une gloire de bibliothèques : si le philosophe spécialiste des traditions religieuses islamiques est toujours aujourd’hui étudié et révéré, il a également été crédité d’avoir rendu à l’Iran son passé et, diront certains, son âme.

  • Portrait d’Ibrahim Maalouf - 01/08/18

    Fils du trompettiste Nassim Maalouf et neveu de l’écrivain Amin Maalouf, le trompettiste Ibrahim Maalouf a rapidement su se distinguer de ses aînés et s’imposer sur la scène culturelle française et internationale. Né en 1980 à Beyrouth, Ibrahim Maalouf propose une musique métissée, à la rencontre du jazz, de la musique classique, de la musique orientale, du rock et des musiques urbaines. Il a mené de nombreuses collaborations avec des artistes de la scène musicale française et internationale (Matthieu Chédid, Eddy Mitchell, Grand Corps Malade, Vincent Delerm, Selif Keita, Toufic Farroukh, Sting, Marcel Khalifé, etc.) et a produit depuis 2007 onze albums – le douzième, « Levantine Symphony No. 1 » sortira à l’automne 2018. Il travaille également comme arrangeur et comme compositeur de musique de film – il reçoit en 2017 le César de la meilleure musique de film pour Dans les forêts de Sibérie de Safy Nebbou. Ibrahim est aussi un grand défenseur de la pratique de l’improvisation pour laquelle il consacre une bonne partie de son temps.

  • Naguib Mahfouz, L’organisation secrète et autres nouvelles - 25/07/18

    C’est toujours avec circonspection qu’on aborde le remodelage par un éditeur de l’œuvre d’un auteur traduit. Depuis L’Amour au pied des pyramides (1997, traduction de Richard Jacquemont), Actes Sud a multiplié les anthologies de nouvelles de Naguib Mahfouz, reprenant parfois le titre de tel recueil pour mieux s’échapper vers tel autre, émancipées de la chronologie et des choix initiaux. Dans ce nouveau volume traduit par Martine Houssay, le prix Nobel 1988 de littérature se donne ainsi à découvrir à contretemps, avec d’abord un choix de textes tardifs empruntés au recueil-titre de 1984, puis un retour vers le Mahfouz des années 1960 (Le Monde de Dieu, Le Bistrot du chat noir, Une maison de mauvaise réputation…). On se prend finalement au jeu, qui finit par prendre un tour amène, celui de l’examen d’une carotte de glace laissant paraître strate par strate les menues variations de climat à travers les décennies, et surtout la formidable cohérence de l’œuvre mahfouzienne qui inlassablement développe ses motifs par légers déplacements de point de vue. Métaphysicienne et triviale, cosmogonique et rivée au détail, l’écriture du grand maître de la prose égyptienne se laisse comme nulle part percevoir dans ce kaléidoscope.

  • Dominique Eddé, Edward Saïd, le roman de sa pensée - 18/07/18

    En vingt-trois chapitres tressés de pudeur et d’émotion, l’ouvrage que consacre Dominique Eddé au grand compagnon amoureux et intellectuel de son existence, le Palestino-Américain Edward Saïd, fait justice à la complexité d’une pensée mal connue en France. Le coup de tonnerre que fut la parution d’Orientalism en 1978 (et de sa traduction française, L’Orientalisme en 1980) est en effet de ces évènements de l’histoire des idées dont la décisive influence au long cours se double secrètement d’une puissante force d’occultation. Appelons saïdisme la vulgate réductrice issue de cet unique livre, qui en rend les thèses ou leur ombre disponibles à ces débats épuisés de simplisme entre oui et non dont se désole la romancière libanaise. On connaît la place de choix de cette curieuse doctrine dans l’inépuisable polémique entre les deux rives de la Méditerranée. On s’aperçoit à lire Dominique Eddé que c’est pour mieux dénier à ce penseur à la personnalité complexe et aux écrits subtils la part énorme du mélomane et du musicologue habité par le contrepoint, l’entretien entêté et conflictuel avec quelques auteurs choisis, Joseph Conrad en tête, Vico, Fanon, Foucault, Adorno et tant d’autres à sa suite. Enfin, ce saïdisme met sous le boisseau la forge d’un style unique, mêlant aux classiques le journal de la veille et à la rigueur académique l’excentricité créatrice. Avec juste ce qu’il faut d’incursions intimes pour qu’il nous soit permis de traverser cette pensée comme un jardin plutôt qu’un désert, Dominique Eddé fait amplement justice à ces facettes, dialoguant avec toutes sans rien leur épargner de lucidité critique.

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice