Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2300 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Diplomatie

Diplomatie

  • La place géopolitique de l’Iran des Qâdjârs au sein du Grand Jeu, 1800-1946 (1/2) - 20/04/18

    Pour mieux comprendre la politique que l’Iran déploie aujourd’hui au Moyen-Orient, il faut se replonger dans l’histoire contemporaine et moderne du pays. L’objectif de se constituer un accès à la Méditerranée, un réseau d’alliés chiites au Levant et une sorte de glacis défensif à l’Ouest ne peut être compris sans en référer à l’Histoire du pays.

  • Les Etats-Unis au Moyen-Orient (3) : guerre contre le terrorisme et remodelage du Grand Moyen-Orient (2001-2004) - 29/03/18

    Les attentats du 11 septembre 2001 semblent marquer une rupture dans la présence et la politique des Etats-Unis au Moyen-Orient. Ils ont en effet constitué un choc pour les Etats-Unis, pour la première fois attaqués sur leur propre territoire, et la mise en pratique d’une doctrine propre à l’administration Bush. Cependant, des éléments de continuité peuvent être visibles dans leur doctrine d’intervention et la vision américaine géopolitique du Moyen-Orient entre les années 1990 et le début des années 2000. L’intervention américaine se cristallise autour d’enjeux apparus dans les années 1990 : changer le régime irakien, contrer le terrorisme islamique et la prolifération des armes de destruction massive, promouvoir le libéralisme politique, économique et social (cf. partie 2). Elle s’appuie également sur des concepts qui trouvent leur origine dans le temps long de l’histoire des Etats-Unis et dans le développement d’une pensée néoconservatrice depuis les années 1990. De 2001 à 2004, on peut également observer une inflexion du discours, à défaut d’être une véritable inflexion diplomatique et stratégique dans les politiques concrètes, qui ajoute à la guerre contre le terrorisme l’idée du remodelage d’un « Grand Moyen-Orient » (« Greater Middle East »). La guerre contre le terrorisme et le « Grand Moyen-Orient » ne constituent pas uniquement des doctrines d’intervention mais également des visions géopolitiques du Moyen-Orient.

  • Les Etats-Unis au Moyen-Orient (2) : les ambiguïtés d’une superpuissance au Moyen-Orient (1990-2001) - 26/03/18

    Durant la Guerre Froide, la présence et les intérêts des Etats-Unis étaient marqués par différents enjeux : création de l’Etat d’Israël, nationalisme arabe, opposition à l’interventionnisme franco-britannique, conflits israélo-arabes, accès au pétrole, soutien aux pays pétroliers ou à des petits Etats, équilibre de la terreur avec l’URSS (cf. Les Etats-Unis au Moyen-Orient (1) : Enjeux et présence américaine dans la Guerre Froide). Le système régional se caractérisait par une bipolarité entre des Etats alliés de la puissance américaine et des Etats proches de la puissance soviétique, séparés par des territoires tampons comme le Liban, le Koweït, les Territoires palestiniens, la Jordanie et les zones de peuplement kurdes (Droz-Vincent, 2007). Le Moyen-Orient est devenu peu à peu une région privilégiée de l’interventionnisme américain et l’objet d’une politique ayant pour objectif la défense de ses intérêts économiques et commerciaux et se caractérisant par des fluctuations et des contradictions.

  • Les Etats-Unis au Moyen-Orient (1) : enjeux et présence américaine pendant la guerre froide (1945-1990) - 16/03/18

    Depuis la campagne présidentielle et l’élection de Donald Trump en novembre 2017, des débats ont émergé concernant la nature de sa politique extérieure en général et de sa politique envers le Moyen-Orient en particulier. Est-elle en rupture avec les politiques précédentes ou, au contraire, s’inscrit-elle dans la continuité de ses prédécesseurs ? Marque-t-elle le retour d’un isolationnisme américain ? Quels sont les enjeux et les potentielles conséquences de la reconnaissance de Jérusalem en tant que capitale d’Israël ? Pour répondre à ces questions, cette série d’articles entend étudier les intérêts, la présence et les politiques des Etats-Unis au Moyen-Orient dans le temps long, en insistant sur les aspects géopolitiques.

  • Le Conseil de Coopération du Golfe depuis 2011 : un renforcement de la coopération ? - 01/03/18

    Le Conseil de Coopération du Golfe (CCG), créé en 1981, est composé de six pays – l’Arabie saoudite, Oman, le Koweït, le Bahreïn, les Emirats arabes unis (EAU) et le Qatar (cf. carte). Pensé au départ comme un organisme de coopération multilatérale pour assurer la sécurité de la région du Golfe puis élargi aux questions d’unification du système économique et financier (1), il regroupe des pays ayant pour point commun une économie de rente pétrolière et un régime monarchique sunnite. Cependant, au-delà de ces points communs, la coopération aussi bien militaire qu’économique n’est pas aboutie et les divergences de point de vue sont visibles dans les politiques étrangères et diplomatiques. En résultent des tensions qui ont culminé en juin 2017 lorsque l’Arabie saoudite, le Bahreïn et les EAU ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar. Ces tensions interviennent dans un contexte international nouveau depuis 2011, marqué par les contestations de nombreux régimes lors des Printemps arabes.

  • Arabie saoudite (2) : la politique étrangère saoudienne. Dogmatisme anti-chiites ou realpolitik anti-Iran ? - 22/01/18

    Historiquement, le royaume saoudien s’est construit sur un substrat religieux endogène, le wahhabisme, particulièrement intolérant au chiisme parmi d’autres ‘déviations’ (soufisme, culte des saints, mawlid al-nabi…) (1). Avec la Révolution islamique d’Iran en 1979, cette intolérance se politise et fait des chiites saoudiens le cheval de Troie de l’Iran sur le territoire saoudien (2). Au « croissant chiite » qui semble peu à peu prendre forme au Moyen-Orient sous l’effet de l’exportation de la révolution iranienne, le royaume saoudien oppose tout à la fois sa doctrine wahhabite anti-chiites et sa politique anti-iranienne dans la région. Aujourd’hui, cet antagonisme structure plus que jamais l’équilibre stratégique du Moyen-Orient, en particulier dans la guerre syrienne, mais sa nature reste floue du fait de ses caractéristiques à la fois religieuses et politiques. En d’autres termes, la politique étrangère de l’Arabie saoudite est-elle motivée par un anti-chiisme dogmatique ou plus pragmatiquement par une rivalité géopolitique avec l’Iran pour l’hégémonie régionale ?

  • Donald Trump et Jérusalem : derrière le symbole, une potentielle redéfinition des enjeux entourant le conflit israélo-palestinien (2/2) - 17/01/18

    Ines GIL est journaliste à LCI.
    Elle est diplômée d’un Master 2 Journalisme et enjeux internationaux, à Sciences Po Aix et l’EJCAM.
    Elle a réalisé un stage auprès d’Amnesty International, à Tel Aviv, durant 6 mois et a également été Déléguée adjointe Moyen-Orient et Afrique du Nord à l’Institut Open Diplomacy de 2015 à 2016.

  • Donald Trump et Jérusalem : derrière le symbole, une potentielle redéfinition des enjeux entourant le conflit israélo-palestinien (1/2) - 17/01/18

    Ines GIL est journaliste à LCI.
    Elle est diplômée d’un Master 2 Journalisme et enjeux internationaux, à Sciences Po Aix et l’EJCAM.
    Elle a réalisé un stage auprès d’Amnesty International, à Tel Aviv, durant 6 mois et a également été Déléguée adjointe Moyen-Orient et Afrique du Nord à l’Institut Open Diplomacy de 2015 à 2016.

  • Entretien avec Vincent Lemire – Retour sur la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par Donald Trump - 13/12/17

    Historien, né en 1973 à Paris, il travaille sur l’histoire de Jérusalem depuis 1997. Ancien élève de l’Ecole normale supérieure de Fontenay / Saint-Cloud (1994-1999), agrégé d’histoire (1998) et docteur en histoire contemporaine (2006), en délégation CNRS au CRFJ à Jérusalem entre 2012 et 2014. Il est actuellement maître de conférences à l’Université Paris-Est / Marne-la-Vallée et directeur du projet européen (ERC) open-Jerusalem (« Opening Jerusalem’archives, for a connected history of ‘Citadinité’ in the Holy City (1840-1940) ») consacré à l’ouverture et à l’interconnexion des archives sur l’histoire contemporaine de Jérusalem.
    Il a notamment publié Jérusalem 1900, la ville-sainte à l’âge des possibles (Armand Colin 2012, Prix Augustin Thierry 2013, rééd. Points-Seuil 2016) ; il a récemment dirigé Jérusalem. Histoire d’une ville-monde (Champs-Flammarion, 2016, Prix Pierre Lafue 2017) et Le Moyen-Orient de 1876 à 1980 (Armand-Colin 2016).
    Ses travaux portent sur Jérusalem et le Proche-Orient contemporain, l’histoire environnementale et l’histoire du patrimoine.

  • Compte rendu du colloque « Tempête dans le Golfe : les monarchies de la péninsule arabique entre querelles intestines et pressions internationales », tenu à Sciences Po Grenoble les 30 novembre et 1er décembre 2017 - 12/12/17

    Pour la 5ème année consécutive, Sciences Po Grenoble organisait les 30 novembre et 1er décembre derniers les Journées Internationales, colloque réunissant des chercheurs et spécialistes du Moyen-Orient. Cette année, le thème discuté par les 14 intervenants était celui de la politique domestique et étrangère des monarchies du Golfe (1). Les présentations se sont concentrées sur trois types de contraintes pesant sur la péninsule Arabique : la pression saoudienne, la pression économique, énergétique et environnementale, et la pression internationale.

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice