Appel aux dons vendredi 19 avril 2024



https://www.lesclesdumoyenorient.com/3703



Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient

Plus de 3000 articles publiés depuis juin 2010

jeudi 18 avril 2024
inscription nl


Accueil / Actualités / Analyses de l’actualité

L’Inde, nouvelle puissance montante au Moyen-Orient (3/3) ? Une implication croissante dans les affaires de la région

Par Emile Bouvier
Publié le 22/03/2024 • modifié le 22/03/2024 • Durée de lecture : 7 minutes

Lire les parties 1 : Les Emirats arabes unis, tête de pont de New Delhi dans la région et 2 : Les relations avec Israël

I. Des rapprochements à travers toute la région

Concomitamment à l’accroissement toujours plus fort de la coopération avec les Emirats arabes unis et Israël, l’Inde a lancé ces derniers mois différentes initiatives afin de se rapprocher de divers autres pays majeurs de la région, au premier rang desquels l’Arabie saoudite et l’Egypte. Ainsi, en septembre 2023, le prince héritier saoudien Mohamed ben Salmane a coprésidé avec le Premier ministre indien Narendra Modi la première assemblée du « Conseil de partenariat stratégique Inde-Arabie saoudite » [1], une réunion visant à accroitre significativement la coopération indo-saoudienne. De fait, les deux parties ont signé huit accords portant notamment sur l’évolution de leur partenariat énergétique en matière d’hydrocarbures ou encore la création d’un groupe de travail conjoint visant à favoriser plus 100 milliards de dollars d’investissements saoudiens en Inde, et discuté de la possibilité d’échanger des devises locales [2] ou encore d’accélérer les négociations en vue d’un accord de libre-échange entre l’Inde et le Conseil de coopération du Golfe, dont l’Arabie saoudite est membre [3]. Fait tout à fait notable également, Riyad - pourtant traditionnellement proche du Pakistan en matière militaire [4] - et New Delhi ont également discuté d’un rapprochement sécuritaire, évoquant le développement conjoint d’équipements militaires [5] à l’instar de ce que l’Inde réalise déjà avec Israël.

Il en va de même entre l’Egypte et l’Inde qui s’emploient à accroître la qualité de leurs relations, et pas seulement économiques, depuis plusieurs mois. Narendra Modi s’est ainsi rendu en Egypte du 24 au 25 juin 2023 - une première pour un Premier ministre indien depuis 26 ans - afin d’y rencontrer le président égyptien Abdel Fattah el-Sisi. Au cours de leur rencontre, les deux dirigeants ont évoqué plusieurs domaines de renforcement de leur partenariat, notamment en matière de coopération politique et sécuritaire, la collaboration en matière de défense, l’intensification des relations commerciales et des investissements, ainsi que la collaboration scientifique et universitaire. Outre l’accord de partenariat stratégique, les deux pays ont signé des accords relatifs aux secteurs de l’agriculture, de l’archéologie et des antiquités, ainsi que sur le droit de la concurrence [6]. Ces accords s’inscrivent dans le prolongement d’un accord antérieur signé en janvier 2023 portant sur des partenariats dans les domaines des technologies de l’information, de la cybersécurité et de la radiodiffusion [7], lors de la visite du président égyptien en Inde [8]. Celui-ci, qui était l’invité principal de la Journée de la République indienne cette année, avait conféré à Narendra Modi la plus haute distinction honorifique de l’État égyptien, « l’Ordre du Nil », décernée aux dirigeants mondiaux et à ceux « qui offrent à l’Égypte ou à l’humanité des services inestimables » [9].

Au-delà de l’Egypte ou encore de l’Arabie saoudite, l’Inde est à la manœuvre dans la région : la primature indienne rendait ainsi visite au Qatar en février 2024 pour la première fois de sa carrière, déclarant vouloir « développer les relations » avec Doha [10] ; il en va de même avec la Jordanie, avec qui l’Inde intensifie substantiellement ses échanges commerciaux qui, d’avril 2022 à 2023, ont par exemple cru de 63% [11] ; le sultanat d’Oman n’échappe pas à la règle : Mascate et New Delhi seraient sur le point de finaliser un accord de libre-échange concernant une large variété de produits et de secteurs économiques [12]. L’Inde investit ainsi pleinement le Moyen-Orient, comme le montre ses engagements militaires et diplomatiques récents dans la région.

II. Une présence militaire de plus en plus marquée

L’Inde a initié ces dernières années un engagement militaire de plus en plus marqué au Moyen-Orient ; l’Inde et Oman ont par exemple signé en mai 2021 [13] un accord de coopération sécuritaire maritime octroyant à la Marine indienne des droits d’accostage dans la base navale de Mascate ; New Delhi a également obtenu l’accès aux installations de la ville portuaire de Duqm pour l’armée de l’air et la marine indiennes [14]. Oman laisserait également, depuis 2013, l’Inde opérer une station d’écoute à Ras al Hadd afin de surveiller l’activité militaire pakistanaise à Gwadar, de l’autre côté de la mer d’Arabie [15].

Forte de cet ancrage militaire dans la région, la Marine indienne s’est engagée ces derniers mois dans diverses opérations militaires. Ainsi, dans le cadre des attaques des Houthis en mer Rouge contre les navires soupçonnés d’appartenir à Israël ou à ses alliés, l’Inde a envoyé une douzaine de bâtiments de guerre patrouiller au large du Yémen ; le 28 janvier 2024, l’un de ces navires venait avec succès au secours d’un navire consumé par un incendie après avoir subi un tir de missile houthi [16]. L’Inde s’est toutefois employée, comme la France [17], à ne pas inscrire ses opérations militaires sous la bannière de la coalition navale mise sur pied par les Etats-Unis en décembre 2023, malgré les incitations de Washington à l’endroit de l’Inde à rejoindre la coalition [18].

Plus encore, c’est dans le cadre de ses opérations de lutte contre la piraterie que l’Inde s’est illustrée : en effet, profitant du chaos sécuritaire initié en mer Rouge et dans le golfe d’Aden par les Houthis, la piraterie a repris de plus belle au large de la Somalie, avec plus d’une vingtaine de tentatives de détournement de navires recensées depuis le mois de novembre [19]. Mettant à profit la présence de l’une de ses flottes dans les eaux moyen-orientales, l’Inde a d’ores et déjà obtenu plusieurs succès contre les pirates : le 5 janvier 2024, elle secourait un navire battant pavillon libérien des mains des pirates, sauvant les 21 marins à bord [20] ; à la fin du même mois, elle secourait en deux jours deux navires détournés [21] puis, le 19 mars, au terme d’une opération de quarante heures, libérait un équipage parmi lesquels se trouvaient sept Bulgares, capturés par des pirates somaliens [22].

III. Des projets multilatéraux ambitieux

L’Inde est désormais membre de plusieurs projets multilatéraux au centre duquel se trouve le Moyen-Orient ; le Corridor économique Inde-Moyen-Orient-Europe (IMEC) figure, à cet égard, comme le plus éloquent. En effet, lors du sommet des dirigeants du G20 en septembre 2023, Narendra Modi a annoncé la création de l’IMEC, qui reliera l’Inde à l’Europe. Ce projet est porté par des pays tels que l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, l’Italie, l’Allemagne et la France, ainsi que l’Union européenne et les États-Unis. La Chine dispose déjà de ses propres mégaprojets de routes commerciales, comme le corridor économique régional global (RCEP) et la Nouvelle route de la soie (BRI). Pékin met également en place de vastes réseaux ferroviaires et routiers afin d’intégrer davantage la région dans le commerce. S’il serait trop simpliste de caractériser l’IMEC comme un projet indien visant à concurrencer la Chine, il témoigne en revanche de la montée en puissance diplomatico-économique du pays au Moyen-Orient et de sa capacité à mettre en œuvre des projets presque aussi ambitieux que son rival chinois.

L’IMEC, d’une longueur totale de 4 800 km, comprendra un chemin de fer, des voies maritimes dédiées et d’autres voies de transport. Il sera divisé en deux parties : le corridor Est, qui reliera le golfe Persique à l’Inde, et le corridor Nord, qui reliera le golfe à l’Europe. Il assurera la liaison entre de grands ports tels que Fujairah, Jebel Ali et Abou Dhabi dans les Émirats arabes unis, Haïfa en Israël, Mundra et Kandla en Inde, ainsi que les ports de Grèce (Le Pirée), de France (Marseille) et d’Italie (Messine). L’IMEC aura le potentiel de réduire de 30% le coût et de 40% le temps de transport entre les ports européens et les régions connectées par le projet [23].

En plus du projet IMEC, et comme évoqué précédemment, l’Inde fait également partie du groupe I2U2 ; ce groupe - une plateforme relativement inédite de coopération entre les États-Unis et l’Inde au Moyen-Orient - n’a pas été envisagé comme une entité axée sur la Chine, étant donné l’étroite coopération commerciale entretenue par les Émirats arabes unis et Israël avec Pékin, mais davantage comme un premier mécanisme de coopération devant incarner à l’avenir une alliance « indo-abrahamique » [24] - en référence aux accords d’Abraham et aux pays ayant accepté de normaliser leurs relations diplomatiques avec Israël - amenée à se développer, avec potentiellement l’Arabie saoudite et l’Egypte comme futurs membres du groupe [25]. A terme, ce dernier devrait contribuer au rapprochement de pays allant du canal de Suez au canal de Malacca, et sécuriser d’autant les axes stratégiques de l’économie mondialisée.

Conclusion

Forte de sa montée en puissance économique - l’Inde est passée devant le Royaume-Uni en septembre 2023 en termes de PIB annuel [26] -, New Delhi a investi ces dernières années, et davantage encore ces derniers mois, le Moyen-Orient sur plusieurs fronts : non seulement les relations économiques et diplomatiques s’améliorent avec les pays de la quasi-totalité de la région, mais l’Inde y accroît sa présence militaire, tout comme ses engagements multilatéraux. S’il faut y voir ici l’incarnation d’une puissance montante davantage qu’une simple volonté de concurrencer la Chine, l’irruption de l’Inde sur l’échiquier moyen-oriental apparaît néanmoins comme une nouvelle variable géopolitique majeure. La capacité de l’Inde et de ses partenaires à pérenniser le développement de leurs relations, tout comme leur aptitude - ou non - à concrétiser des projets comme l’IMEC, se montreront déterminantes dans la crédibilité de la présence indienne au Moyen-Orient sur le long terme et de sa capacité à offrir une alternative - ou en tous cas une offre complémentaire - à la Chine.

A lire sur les Clés du Moyen-Orient :
 Entretien avec David Rigoulet-Roze – Purges en interne et démission de Saad Hariri : quelles sont les stratégies de Mohammed ben Salmane ?
 L’Inde, nouvelle puissance montante au Moyen-Orient (2/3) ? Les relations avec Israël
 La mer Rouge, nouveau front du conflit israélo-palestinien ?
 Comment s’est construite la « rébellion houthiste » au Yémen ?
 Frappes américano-britanniques au Yémen : et maintenant ?

Sitographie :
 PM Modi, Saudi Crown Prince MBS chair SPC meeting : What is the Strategic Partnership Council, The Indian express, 12/09/2023
https://indianexpress.com/article/explained/everyday-explainers/india-saudi-what-is-the-strategic-partnership-council-8935373/
 India, Saudi Arabia to explore trade in local currencies, Money Control, 11/09/2023
https://www.moneycontrol.com/europe/?url=https://www.moneycontrol.com/news/business/economy/india-saudi-arabia-to-explore-trade-in-local-currencies-11349051.html
 Pakistan’s Economic Woes Drive Defense Diplomacy With Saudi Arabia, The Arab Gulf States Institute in Washington, 23/02/2023
https://agsiw.org/pakistans-economic-woes-drive-defense-diplomacy-with-saudi-arabia/
 India and Saudi Arabia agree to expand economic and security ties after the G20 summit, AP News, 11/09/2023
https://apnews.com/article/india-saudi-arabia-corridor-g20-9ecb469959ad9ab1a997b711db3dc902
 Egypt and India bolster ties as Modi makes first trip to Cairo, Al Jazeera, 25/06/2023
https://www.aljazeera.com/news/2023/6/25/egypt-and-india-bolster-ties-as-modi-makes-first-trip-to-cairo
 India-Egypt Joint Statement during the State Visit of the President of Egypt to India (January 24-27, 2023), Ministère des Affaires externes indien, 26/01/2023 https://www.mea.gov.in/bilateral-documents.htm dtl/36148/IndiaEgypt_Joint_Statement_during_the_State_Visit_of_the_President_of_Egypt_to_India_January_2427_2023
 State Visit of President of Egypt to India (January 24-26, 2023), Ministère des Affaires externes indien, 21/01/2023
https://www.mea.gov.in/press-releases.htm?dtl/36139/State_Visit_of_President_of_Egypt_to_India_January_2426_2023
 A grand revival : on India-Egypt ties, The Hindu, 27/06/2023
https://www.thehindu.com/opinion/editorial/a-grand-revival-on-india-egypt-ties/article67012330.ece
 India’s Modi commits to ’expanding’ Qatar ties, France24, 15/02/2024
https://www.france24.com/en/live-news/20240215-india-s-modi-commits-to-expanding-qatar-ties
 India and Oman Reportedly Close to Signing a Free Trade Deal, India Briefing, 27/02/2024
https://www.india-briefing.com/news/india-and-oman-reportedly-close-to-signing-a-free-trade-agreement-31383.html/
 India, Oman renew key defence pacts as New Delhi seeks to play wider role in region, The Economic Times, 24/05/2021
https://economictimes.indiatimes.com/news/defence/india-oman-renew-key-defence-pacts-as-new-delhi-seeks-to-play-wider-role-in-region/articleshow/82912235.cms?from=mdr
 NSA visits Oman’s Duqm port where Indian Navy has strategic access, The Economic Times, 29/06/2023
https://economictimes.indiatimes.com/news/defence/nsa-visits-omans-duqm-port-where-indian-navy-has-strategic-access/articleshow/101348083.cms?from=mdr
 Indian Listening Station In Oman Monitoring Pakistan’s Naval Communications, CloseWar, 16/01/2013
https://closewar.com/2013/03/01/indian-listening-station-in-oman-monitoring-pakistans-naval-communications/
 US, French, Indian navies helped put out fire on tanker hit by Houthis — Pentagon, The Times of Israel, 28/01/2024
https://www.timesofisrael.com/liveblog_entry/us-french-indian-navies-helped-put-out-fire-on-tanker-hit-by-houthis-pentagon/
 What is U.S.-led Red Sea coalition and which countries are backing it ?, Reuters, 22/12/2023
https://www.reuters.com/world/us-red-sea-taskforce-gets-limited-backing-some-allies-2023-12-20/
 US invites India to join naval coalition in Red Sea, Mint, 04/01/2024
https://www.livemint.com/news/world/us-invites-india-to-join-naval-coalition-in-red-sea-11704356854836.html
 Somali pirates return, adding to global shipping crisis, Reuters, 21/03/2024
https://www.reuters.com/world/africa/somali-pirates-return-adds-crisis-global-shipping-companies-2024-03-21/
 Indian navy rescues sailors on board a ship attacked by pirates off Somali coast, BBC, 05/01/2024
https://www.bbc.com/news/world-africa-67889662
 India navy rescues two hijacked vessels off Somalia coast in two days, BBC, 30/01/2024
https://www.bbc.com/news/world-asia-india-68091830
 Bulgaria president thanks PM Modi for Indian Navy’s anti-piracy operation, The Times of India, 19/03/2024
http://timesofindia.indiatimes.com/articleshow/108597182.cms
 Shipping has doubts about a new India-Europe corridor, Shipping Watch, Shipping Watch, 13/09/2023
https://shippingwatch.com/logistics/article16427297.ece
 An Indo-Abrahamic alliance on the rise : How India, Israel, and the UAE are creating a new transregional order, Middle East Institute, 28/07/2021
https://www.mei.edu/publications/indo-abrahamic-alliance-rise-how-india-israel-and-uae-are-creating-new-transregional
 The I2U2 needs muscle. Cairo and Riyadh can help, Middle East Institute, 22/08/2022
https://www.mei.edu/publications/i2u2-needs-muscle-cairo-and-riyadh-can-help

Publié le 22/03/2024


Emile Bouvier est chercheur indépendant spécialisé sur le Moyen-Orient et plus spécifiquement sur la Turquie et le monde kurde. Diplômé en Histoire et en Géopolitique de l’Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne, il a connu de nombreuses expériences sécuritaires et diplomatiques au sein de divers ministères français, tant en France qu’au Moyen-Orient. Sa passion pour la région l’amène à y voyager régulièrement et à en apprendre certaines langues, notamment le turc.


 


Zones de guerre

Inde

Économie