Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2500 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Iran

Iran

  • Nōrūz : le premier jour où les planètes furent en mouvement - 15/03/19

    Le début du printemps dans nos latitudes correspond à une fête héritée des temps iraniens anciens, dont l’histoire est à la fois mythique et historique, comme on le dit au commencement des contes « rūzī būd, rūzī nabūd… » (1). Cette fête qui est célébrée, aujourd’hui encore, dans les pays qui composaient une grande partie de l’Empire sassanide, à savoir l’Azerbaïdjan, l’Inde, l’Iran, le Kirghizistan, le Pakistan, la Turquie et l’Ouzbékistan est déterminée non par le calendrier luni-solaire en vigueur mais par une observation astronomique, signe auspicieux et divin du renouveau et des changements.
    A l’approche de la fête de Nōrūz, entre le 20 et le 21 mars 2019, voici ce billet d’écriture (2) neuf et quelques bulbes de connaissances (3).

  • A l’occasion de l’exposition « Fables d’Orient-Miniaturistes, artistes et aventuriers à la cour de Lahore » présentée au Musée national des arts asiatiques-Guimet, retour sur l’adaptation picturale des fables de La Fontaine selon un modèle indo-persan - 08/03/19

    En 1835, le général Jean-François Allard, engagé en Inde au service du maharajah de Lahore, charge un peintre local de réaliser l’illustration des œuvres de La Fontaine, dont deux volumes publiés par Didot lui avaient été remis par Feuillet de Conches. Un premier volume est envoyé en France en 1838 et, à la mort du général, Jean-Baptiste Ventura, un italien passé du côté des armées françaises, s’assure de l’expédition du second, terminé le 25 Ša’ban 1255, soit le 18 novembre 1839.

    L’exposition temporaire présentée au Musée Guimet et enrichie des prêts du Louvre et de la Bibliothèque nationale de France offre l’opportunité de découvrir la richesse de cette adaptation picturale des fables de La Fontaine selon un modèle indo-persan.

  • Compte rendu des Cahiers de l’Orient numéro 132, « Iran-Arabie saoudite - les meilleurs ennemis », décembre 2018 - 23/01/19

    Le numéro 132 des Cahiers de l’Orient, intitulé « Iran-Arabie saoudite - les meilleurs ennemis », paru en décembre 2018 et coordonné par Michel Makinsky, revient en sept articles à la fois développés et synthétiques sur la rivalité qui existe aujourd’hui entre les deux puissances régionales, en présentant les points de vue politique des deux parties, en expliquant la complexité de leur situation économique, et en proposant deux analyses originales de la nature du nationalisme iranien et des conséquences néfastes du blocus du Qatar pour l’Arabie saoudite, qui l’avait pourtant orchestré.

    Avant d’exposer le contenu de la revue, il nous faut rappeler, comme le fait Marie-José Sfeir dans son avant-propos, que son père, fondateur de la revue des Cahiers de l’Orient, et qui coordonnait ce 132ème numéro, Antoine Sfeir, est décédé durant sa rédaction, à l’âge de 70 ans.

  • Être journaliste au Moyen-Orient (1/3) : questionner le reportage de guerre : reportage avec Jean-Claude Guillebaud et Samuel Forey, et présentation de Jocelyne Saab à l’occasion de la publication de son ouvrage « Zones de guerre » - 02/01/19

    Les éditions de l’Œil ont publié en décembre 2018 le premier ouvrage de photographies de l’ancienne reporter de guerre puis cinéaste et artiste libanaise Jocelyne Saab, Zones de guerre. Le livre rassemble des photogrammes et des photographies de l’ensemble de sa carrière, qui permettent de revenir sur les guerres qui ont agité le Moyen-Orient tout au long des années 1970.

    Ce livre permet d’ouvrir à la question du journalisme en terrain de guerre, que nous avons souhaité poser à deux reporters de deux générations différentes ayant remporté le prix Albert Londres, Jean-Claude Guillebaud, primé pour sa couverture de la guerre du Vietnam en 1972, et Samuel Forey, primé pour sa couverture de la bataille de Mossoul en 2017.

    Une vidéo, puis un retour rapide sur la carrière de Jocelyne Saab au Moyen-Orient permettent de mettre en contexte la question de l’engagement et de la curiosité nécessaire aux journalistes pour informer, même au risque de leur vie.

  • A l’aube, le rossignol parle à la brise : sur le chemin des histoires orientales d’Occident (1/3) - 31/12/18

    A l’aube, le rossignol parle à la brise (1) : cette première série d’article propose d’aborder de manière posthume l’inspiration du voyage oriental qui fut à l’œuvre dans l’esprit des écrivains tels que Chateaubriand, Balzac, Dante, Nerval, Flaubert, Gautier, Goethe, Harry, Hugo, Loti, Voltaire. Dans une seconde partie, nous nous intéresserons à l’influence orientale sur la musique, la peinture et la sculpture européenne médiévale et moderne. Une troisième partie nous permettra d’aborder la transmission des sciences dites « rationnelles » telles que les mathématiques, la médecine, l’astronomie, la géographie mais aussi celles des sciences appelées « occultes » : l’astrologie et l’alchimie.

  • De la tablette au sofa. Itinéraire d’un mot oriental : le « divan » - 26/12/18

    Les mots sont des vecteurs de sens mais aussi d’histoire. Il sont les témoins privilégiés des liens qui se sont tissés entre des représentations du monde, des structurations du réel qui se sont rencontrés ; et ce, grâce à la différence de l’autre à soi et au goût de la connaissance et de la découverte qui agitent les esprits. Cette agitation qui fait migrer les êtres et leurs mots, nourrit les vocables et la langue. Les écrits en anglais, français, italien, bulgare, polonais ou espagnol relatant une continuité d’écho avec la pensée orientale sont anciens et marquent un tournant dans l’histoire de la littérature savante du Moyen Âge en Europe. Mathématiciens, astronomes, médecins, historiens, écrivains et poètes ont trouvé dans les écrits accessibles en traduction latine mais également dans leurs versions originales en arabe, en persan, en turc ou en hindi un épanouissement de leurs connaissances et un savant mélange entre la pensée et l’imaginaire qui souffla d’est en ouest.

    Les écrivains ont puisé dans les dīvān orientaux, ces recueils de poésie et (rarement) de prose attribués aux poètes iraniens, arabes, turcs ou indiens. Étonnement, il existe un lien de parenté entre le recueil de poésie et le nom donné, dans la langue de Molière, au meuble de repos : le divan. L’histoire de ce mot illustre à elle seule le cheminement, tantôt circulaire, tantôt ondulatoire, que peut emprunter un terme d’une langue à l’autre, d’une écriture à l’autre, à travers l’espace et le temps.

  • Compte rendu de la revue Orients Stratégiques numéro 7, « L’Iran à l’épreuve du réel », été 2018 - 03/12/18

    La variété des approches théoriques du numéro 7 de Orients Stratégiques, paru à l’été 2018 chez L’Harmattan, et dirigé par Ata Ayati, directeur de la collection « L’Iran en transition », et par Farhad Khosrokhavar, directeur d’études à l’EHESS, témoigne de l’intérêt de son objet d’étude, « L’Iran à l’épreuve du réel », révélateur, par l’originalité de son système politique, par son isolement presque complet, et par les « crises multiformes » qu’il traverse, d’un certain état des relations internationales, et de l’évolution de nos sociétés contemporaines.

  • Le point de vue de Georges Corm sur la situation au Moyen-Orient - 21/11/18

    Georges Corm, économiste libanais, est un des éminents spécialistes du Moyen-Orient et de la Méditerranée. Outre son statut de consultant économique et financier international, il est professeur depuis 2001 à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, dans le cursus des sciences politiques.
    Ses ouvrages les plus célèbres sont L’Europe et l’Orient (La Découverte) ; Orient-Occident, la fracture imaginaire (La Découverte) ; La question religieuse au XXIè siècle (La Découverte) ; Le nouveau gouvernement du monde, idéologie, structures, contre-pouvoirs (La Découverte) ; Pour une lecture profane des conflits (La Découverte) ; Le Proche-Orient éclaté 1956-2012, 2 volumes (Folio/histoire). Ils sont traduits en plusieurs langues.
    Il vient de publier La Nouvelle Question d’Orient aux Editions La Découverte.

  • Les « nouvelles routes de la soie » et le (Grand) Moyen-Orient : enjeux et objectifs - 13/11/18

    Christian Vicenty est chargé de mission Chine, Russie, Ukraine, Nouvelles Routes économiques de la Soie à la Mission stratégique et études économiques de la Direction générale des Entreprises (D.G.E.) / Ministère de l’Economie et des Finances.
    Il a auparavant bénéficié d’expatriations à vocation professionnelle (diplomatique) en ex-URSS (1985-1988), en Corée du Sud (1988-1990), au Kazakhstan (1994-1998), en Arabie Saoudite (1998-2000), plus divers séjours ou missions de plus courte durée en Turquie, au Japon, en Asie centrale, en Europe de l’Est et du Nord …

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Afghanistan, Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice