Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2300 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Iran

Iran

  • La place géopolitique de l’Iran des Qâdjârs au sein du Grand Jeu, 1800-1946 (1/2) - 20/04/18

    Pour mieux comprendre la politique que l’Iran déploie aujourd’hui au Moyen-Orient, il faut se replonger dans l’histoire contemporaine et moderne du pays. L’objectif de se constituer un accès à la Méditerranée, un réseau d’alliés chiites au Levant et une sorte de glacis défensif à l’Ouest ne peut être compris sans en référer à l’Histoire du pays.

  • Entretien avec Pierre-Jean Luizard - La discorde entre chiites et sunnites - 10/04/18

    Pierre-Jean Luizard est directeur de recherche au CNRS. Il a séjourné plusieurs années dans la plupart des pays arabes du Moyen-Orient, particulièrement au Qatar, en Syrie, en Irak et en Egypte. Historien de l’islam contemporain dans ces pays, il s’est particulièrement intéressé à l’histoire du clergé chiite en Irak. Il est aujourd’hui affecté au Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL) à Paris.

    En lien avec la publication en 2017 de son ouvrage Chiites et sunnites, la grande discorde en 100 questions aux éditions Tallandier, Pierre-Jean Luizard revient pour Les clés du Moyen-Orient sur le clivage entre sunnites et chiites, sur la notion de « croissant chiite » et d’« axe sunnite », sur les pays de la région confrontés à des divisions confessionnelles et à des interventions régionales et internationales.

  • Nader Shah, du général au souverain perse (2/2) - 04/04/18

    « Aucun trait du caractère de Nader n’était plus distingué, que celui de Général (…) Elevé dans les arts et les subtilités des Tartares, il avait acquis une vaste maitrise de la connaissance pratique du vol » (1) écrit le commerçant Jonas Hanway. Cette remarque au sujet du nouveau Shah de Perse est à double tranchant : si il est considéré comme un militaire de génie, il n’a pas la gloire qu’a pu avoir Alexandre le Grand dans la vision orientaliste du Britannique. En effet, si le héros macédonien avait une éducation grecque lui inculquant les bonnes valeurs de la Cité, Nader Shah lui est vu comme un usurpateur du trône des Safavides de Perse. Cette clef d’analyse est bien entendu à garder en tête pour la lecture d’un article comme celui-ci, écrit à partir de sources européennes orientalistes du XVIIIème siècle.

  • Nader Shah, du général au souverain perse (1/2) - 30/03/18

    « Il apparait évident, que ces deux ravageurs du monde oriental, Alexandre et Nadir, ont été mus par la même passion prédominante ; un désir de conquête sans limite » (1) avance dès 1752 le voyageur et commerçant britannique, Jonas Hanway. Nader Shah (1688-1747), à l’instar d’Alexandre le Grand (356-323 avant Jésus Christ) est renommé pour ses exploits militaires et son invasion de l’Hindoustan. Si le premier est toujours célèbre en Occident, le second est relativement oublié aujourd’hui en dépit de sa renommée d’antan. En effet, Nader Khan Qirqlu Afshar, Shah de Perse (1736-1747) et fondateur de l’éphémère dynastie des Afsharides, est un personnage ayant indéniablement marqué la Perse du XVIIIème siècle et ayant fasciné ses contemporains jusqu’en Europe, où il acquiert une certaine réputation dans les cercles lettrés de l’époque. Si cette notoriété n’est qu’éphémère, c’est en raison de la décision des historiens anglais de l’époque victorienne de l’écarter de l’historiographie sur l’Inde pour ne pas remettre en cause le mythe de supériorité militaire européenne, nécessaire à la colonisation (2). De fait, dans l’historiographie contemporaine et moderne occidentale, cet empereur persan est très peu représenté au regard de son importance historique.

  • Les Etats-Unis au Moyen-Orient (3) : guerre contre le terrorisme et remodelage du Grand Moyen-Orient (2001-2004) - 29/03/18

    Les attentats du 11 septembre 2001 semblent marquer une rupture dans la présence et la politique des Etats-Unis au Moyen-Orient. Ils ont en effet constitué un choc pour les Etats-Unis, pour la première fois attaqués sur leur propre territoire, et la mise en pratique d’une doctrine propre à l’administration Bush. Cependant, des éléments de continuité peuvent être visibles dans leur doctrine d’intervention et la vision américaine géopolitique du Moyen-Orient entre les années 1990 et le début des années 2000. L’intervention américaine se cristallise autour d’enjeux apparus dans les années 1990 : changer le régime irakien, contrer le terrorisme islamique et la prolifération des armes de destruction massive, promouvoir le libéralisme politique, économique et social (cf. partie 2). Elle s’appuie également sur des concepts qui trouvent leur origine dans le temps long de l’histoire des Etats-Unis et dans le développement d’une pensée néoconservatrice depuis les années 1990. De 2001 à 2004, on peut également observer une inflexion du discours, à défaut d’être une véritable inflexion diplomatique et stratégique dans les politiques concrètes, qui ajoute à la guerre contre le terrorisme l’idée du remodelage d’un « Grand Moyen-Orient » (« Greater Middle East »). La guerre contre le terrorisme et le « Grand Moyen-Orient » ne constituent pas uniquement des doctrines d’intervention mais également des visions géopolitiques du Moyen-Orient.

  • Pierre-Jean Luizard, Chiites et sunnites, la grande discorde en 100 questions - 28/03/18

    À l’heure où les discordes confessionnelles sont passées au premier plan des conflits qui déchirent le Moyen-Orient, tant en Syrie qu’en Irak ou au Yémen, Pierre-Jean Luizard revient sur ce qui différencie le chiisme et le sunnisme dans l’Islam. En cent questions, l’historien retrace l’histoire d’une division idéologique qui remonte aux premiers temps de l’histoire, pour expliquer les enjeux stratégiques et politiques qui traversent la réalité internationale du monde contemporain. Divisé en une dizaine de grands chapitres, cet ouvrage propose par ailleurs des cartes, permettant de situer géographiquement la situation des communautés à l’échelle du Moyen-Orient, un glossaire, une liste des principaux acteurs de cette Histoire de plusieurs siècles, une chronologie et une riche bibliographie.

    Ce compte rendu reprend les grandes lignes de l’ouvrage - dense et riche - de Pierre-Jean Luizard, sans toutefois prétendre à l’exhaustivité des thèmes traités au fil de ces cent questions.

  • Les Etats-Unis au Moyen-Orient (2) : les ambiguïtés d’une superpuissance au Moyen-Orient (1990-2001) - 26/03/18

    Durant la Guerre Froide, la présence et les intérêts des Etats-Unis étaient marqués par différents enjeux : création de l’Etat d’Israël, nationalisme arabe, opposition à l’interventionnisme franco-britannique, conflits israélo-arabes, accès au pétrole, soutien aux pays pétroliers ou à des petits Etats, équilibre de la terreur avec l’URSS (cf. Les Etats-Unis au Moyen-Orient (1) : Enjeux et présence américaine dans la Guerre Froide). Le système régional se caractérisait par une bipolarité entre des Etats alliés de la puissance américaine et des Etats proches de la puissance soviétique, séparés par des territoires tampons comme le Liban, le Koweït, les Territoires palestiniens, la Jordanie et les zones de peuplement kurdes (Droz-Vincent, 2007). Le Moyen-Orient est devenu peu à peu une région privilégiée de l’interventionnisme américain et l’objet d’une politique ayant pour objectif la défense de ses intérêts économiques et commerciaux et se caractérisant par des fluctuations et des contradictions.

  • La crise de l’eau en Iran : tensions sociales et impasses économiques (2/2) - 15/03/18

    Jonathan Piron est historien et politologue. Conseiller au sein d’Etopia, centre de recherche basé à Bruxelles, il y suit les enjeux liés à l’Iran.

  • La crise de l’eau en Iran : tensions sociales et impasses économiques (1/2) - 14/03/18

    Jonathan Piron est historien et politologue. Conseiller au sein d’Etopia, centre de recherche basé à Bruxelles, il y suit les enjeux liés à l’Iran.

  • Compte rendu de la revue Orients Stratégiques, numéro dirigé par Philippe Charlez et David Rigoulet-Roze, « La question énergétique dans les Orients » - 21/02/18

    Orients stratégiques est une revue qui propose une « approche renouvelée » (p. 5) des questions stratégiques au Proche-Orient, au Moyen-Orient, en Asie Orientale et en Asie-Pacifique, en les considérant dans leur diversité et leur hétérogénéité : il n’existe pas un « Orient » mais des « Orients ». Ces régions sont au cœur des enjeux contemporains tels que les ressources naturelles, les guerres, le terrorisme ou les phénomènes religieux.

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice