Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2700 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Liban

Liban

  • « Un vent nouveau souffle sur le Liban », retour en images sur les premières semaines de la révolution citoyenne au Liban - 24/11/19

    Le 17 octobre dernier débute le soulèvement qui n’a jusqu’alors cessé de prendre de l’ampleur, et ce contre toute attente des dirigeants. On assiste alors à un véritable réveil de la société libanaise, une « Révolution citoyenne » qui s’empare de tout le pays, du nord au sud, de Tripoli à Nabatiyé, en passant par Saïda, Tyr, Baalbeck… Ce qui paraissait jusqu’alors inimaginable s’est réalisé, à savoir l’expression et la revendication d’une citoyenneté qui n’avait jamais réussi à prendre sa place ! Dans toutes ces manifestations, c’est le drapeau libanais qui domine, en tant que symbole d’un Peuple et d’une Nation.

  • Entretien avec Hamit Bozarslan – La question de la responsabilité politique dans un Moyen-Orient en proie à des troubles communautaires - 04/11/19

    Hamit Bozarslan est docteur en histoire et en sciences politiques, et directeur d’études à l’EHESS. Dans cette analyse très riche, il dresse un vaste panorama de la région, en proie à des troubles communautaires, en posant la question de la responsabilité politique. Il évoque tout d’abord l’année 1979, année pivot pour la région, ainsi que la problématique des pouvoirs du Moyen-Orient. Plusieurs focus sont ensuite réalisés, en lien avec les événements actuels : la question des Kurdes au regard de la décision de Donald Trump du retrait des troupes américaines du Rojava, et le positionnement de la Turquie et de la Russie dans ce contexte ; les événements Arabie saoudite-Iran ; la situation actuelle au Liban. Il revient également sur la question des femmes et de l’écologie.

  • Entretien avec Joseph Bahout - Le point sur les événements du Liban - 03/11/19

    Joseph Bahout est politologue, chercheur à Carnegie Moyen-Orient et enseignant à Sciences Po Paris. Il revient pour Les clés du Moyen-Orient sur les manifestations actuelles au Liban, les facteurs déclenchant, les revendications des manifestants, les réponses du pouvoir politique, ainsi que sur la contre-manifestation organisée ce dimanche 3 novembre par le mouvement aouniste avec probablement le Hezbollah, en soutien au président et au pouvoir actuel.

  • Entretien avec le Docteur Marie-Noëlle AbiYaghi : « les manifestants sont en train de réinventer la manière de faire la politique au Liban » - 01/11/19

    Depuis la mi-octobre, les Libanais ont investi la rue pour dénoncer les mesures d’austérité et la corruption de la classe politique libanaise. Le mouvement s’est étendu au-delà de Beyrouth, de Tripoli jusqu’au Liban Sud. Face à la contestation, le mardi 29 octobre, le Premier ministre Saad Hariri a annoncé sa démission. Ses mesures proposées quelques jours plus tôt - retrait de certaines taxes, augmentation des frais pour les banques - n’avaient pas suffi à calmer les protestataires. Aujourd’hui, le mot « révolution » a envahi les rues libanaises. Une révolution qui souhaite dépasser les divisions communautaires, et qui se veut non violente. Cependant, des blessés sont déjà à déplorer, et le 29 octobre, des militants du Hezbollah et d’Amal ont saccagé les sites des manifestants.

    Entretien avec le Dr Marie-Noëlle AbiYaghi, spécialiste des mouvement sociaux, Directrice de Lebanon Support (un centre de recherche basé à Beyrouth) et Professeur à l’université Saint-Joseph, à Beyrouth.

  • Le Liban à l’heure de la « révolution » d’octobre : bilan d’étape et interrogations pour l’avenir - 31/10/19

    Beyrouth, mardi 29 octobre 2019 : au treizième jour, à 16 heures, dans une courte allocution télévisée, le Premier ministre Saad Hariri annonce la démission de son gouvernement. Aussitôt, il se rend au palais présidentiel de Baabda pour en faire part officiellement au président de la République. Dans la rue, la foule est en liesse mais certains expriment leur détermination à maintenir la pression sur l’Etat afin d’obtenir d’autres démissions, celles des parlementaires notamment. Mais, dès le lendemain, les principaux axes routiers sont rouverts à la circulation et la vie reprend un semblant de normalité.

    Progressivement, le rêve cède le pas à la réalité et les Libanais connaissent bien le bon vieux dicton transmis par une sagesse populaire immémoriale : « l’ivresse partira, la prise de conscience viendra ». Ils sont déjà rattrapés par les soucis pratiques : remettre les enfants à l’école et les jeunes adultes à l’université, retourner au travail et surtout attendre dans l’angoisse que les banques ouvrent leurs portes. Alors seulement on connaîtra l’ampleur des dégâts. Dans une économie « dollarisée » à l’extrême, la Livre libanaise va-t-elle résister ou bien va-t-on assister à une dégringolade abyssale de son taux de change ?

    En ce moment, alors que le Cabinet Hariri a été chargé de l’expédition des affaires courantes, on pourrait se hasarder à revenir sur ce qu’il s’est passé avant de s’interroger sur la suite des événements.

  • « Tous ! Sans exception ! », le cri (presque) unanime de la population libanaise - 24/10/19

    Il est des gouttes d’eau qui font déborder les vases et se rompre des digues que l’on croyait inébranlables. Il en a été ainsi de l’intention du gouvernement libanais d’imposer des frais sur les communications téléphoniques WhatsApp. Etait-ce une mesure déjà entérinée ou une simple suggestion parmi celles destinées à renflouer les caisses vides de l’Etat ? Relevait-elle de la rumeur comme toutes les rumeurs qui peuplaient le quotidien des Libanais depuis la rentrée ? Les informations demeuraient parcellaires et contradictoires, mais la perspective de la fin de la gratuité des communications via WhatsApp a fait sauter les dernières réserves que pouvaient nourrir les Libanais à l’égard des mouvements sociaux, précipitant la population dans la rue. D’abord par petits groupes dans le centre-ville de Beyrouth dans la soirée du jeudi 17 octobre 2019, puis à travers les principales villes du pays, toutes régions comprises, à partir du vendredi 18 octobre, déferle un flux continu d’hommes, femmes et enfants en colère qui, à l’heure d’écrire ces lignes, ne s’est pas encore arrêté.

    Ce papier écrit à chaud depuis Beyrouth tente de comprendre ce qu’il se passe au Liban, mettant en lumière d’abord le caractère totalement inédit des manifestations en cours, puis essayant en un second temps d’en poser l’arrière-plan économique et politique.

  • Une lecture du passé pour comprendre aujourd’hui : Cécile Chombard-Gaudin, « L’Orient dévoilé, sur les traces de Myriam Harry » - 02/10/19

    Myriam Harry est une des femmes de lettres françaises les plus réputées du début du XXème siècle, dont l’histoire et les écrits ont été mis de côté depuis quelques décennies. Grâce à la biographie très fouillée de Cécile Chombard-Gaudin, diplômée de lettres classiques à la Sorbonne et de sciences politiques de l’institut des Sciences Politiques, elle revient à sa juste place dans l’histoire de la littérature française, et aussi des femmes d’influence, grâce notamment à sa connaissance approfondie du Proche et du Moyen-Orient.

  • Entretien avec le Docteur Marie Kortam - A l’occasion des manifestations actuelles de Palestiniens au Liban, retour sur la question palestinienne au pays du Cèdre - 16/09/19

    Depuis la mi-juillet, chaque vendredi, des centaines de Palestiniens manifestent contre une décision du ministère libanais du Travail visant à réorganiser le fonctionnement de la main d’oeuvre étrangère non déclarée. Même si cette mesure sur l’emploi des étrangers concerne avant tout les Syriens, les Palestiniens réfugiés au Liban craignent d’en subir les conséquences. Ces protestations témoignent du statut précaire des Palestiniens, pourtant présents dans le « pays du cèdre » depuis plus de 70 ans.

    Marie Kortam est chercheuse associée à l’Institut français du Proche-Orient (IFPO-Beyrouth). Titulaire d’un Doctorat en sociologie, ses travaux portent notamment sur les mouvements sociaux et sur les réfugiés palestiniens au Liban.

  • Interview with Dr Raz Zimmt : “What happened in the last weeks in Iraq and Lebanon is just a consequence of the ongoing conflict between Israel and Iran” - 03/09/19

    Last week, several events have raised fears of a new conflict between Hezbollah and Israel : The PFLP-GC, a Palestinian pro-Syrian regime movement was targeted on the border with Syria. At the same period, two drone attacks were launched against Hezbollah bastion, in south Beirut. Both events are attributed to Israel. Also, Israel has claimed responsibility for an attack in Syria against Hezbollah fighters, and the Israeli government has admitted having attacked a pro-Iranian militia in Iraq, killing one. Last Sunday, Hezbollah delivered a promise that it earlier made to respond to the Israeli attack by firing a couple of anti-tank missiles against Israeli troops on the border. This eventually led to an escalation on the border and a limited exchange of fire from both sides.

    Interview with Dr. Raz Zimmt, a research fellow at the Institute for National Security Studies (INSS) specializing in Iran. Dr. Zimmt holds a Master’s degree and a PhD in Middle Eastern history from Tel-Aviv University.

  • La réapparition de Daech au Levant, entre résurgence et résilience - 08/08/19

    Samedi 9 décembre 2017 : à la télévision irakienne, triomphal mais solennel, le Premier ministre irakien Haider al-Abadi annonce que les forces irakiennes « exercent un contrôle complet » sur le territoire de l’Irak. « J’annonce ainsi la fin de la guerre contre Daech ». Quelques heures plus tard, un communiqué de presse du ministère irakien de la Défense renchérit et annonce que le pays est désormais « totalement libéré de Daech ».
    Pourtant, aujourd’hui, l’Etat islamique apparaît si vivace qu’il a été en mesure de prendre plusieurs villages autour de la ville de Daquq, à proximité des monts Hamrin, qui lui tient lieu de repaire à proximité du Tigre. Car de repaires, il n’en manque pas : pas une semaine ne passe sans que la Coalition internationale et/ou les forces de sécurité irakiennes annoncent avoir réalisé une frappe aérienne sur une position de l’Etat islamique ou avoir affronté au sol des combattants de l’organisation terroriste afin d’y démanteler une cellule dormante.

    En Syrie, riche de l’expérience irakienne, la Coalition internationale s’est montrée plus prudente le 24 mars dernier en annonçant la « défaite territoriale » de l’Etat islamique mais en avertissant aussi que la lutte continuait contre son influence, ses réseaux de financement et ses cellules dormantes. De fait, les attaques de Daech en Syrie sont elles aussi quasi-quotidiennes, malgré la perte d’aura du groupe depuis la disparition du Califat autoproclamé.

    L’Etat islamique est-il « de retour », ou fait-il simplement preuve d’une résilience tenace ? Si l’on sait que sa défaite territoriale ne signifie pas sa défaite idéologique, peut-on au moins dire qu’elle signe également sa défaite militaire ? Les dynamiques de Daech ne sont pas les mêmes en Syrie et en Irak : si les activités du groupe terroriste en Syrie se caractérisent par une vision jusqu’au-boutiste relativement peu surprenante au vu de la capture encore très récente de son dernier bastion (I), en Irak en revanche, le groupe a pu renouer avec ses tactiques d’antan et revitaliser ses réseaux de soutien originels, redevenant non plus seulement une nuisance mais une véritable menace pour l’Etat irakien (2).

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Afghanistan, Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Azerbaïdjan, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Soudan, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice