Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2700 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Irak

Irak

  • Tigrane Yégavian, Minorités d’Orient, les oubliés de l’histoire - 14/11/19

    « Les minorités sont à la mode. Aux Etats-Unis et en France on parle de « minorités agissantes » ou encore de minorités visibles, dans des cas extrêmes de « dictature de minorités ». Si en Occident l’idéal multi culturaliste est dans l’air du temps, les rivages de la Méditerranée orientale offrent un tout autre spectacle » (p. 11).
    C’est sur ce constat que Tigrane Yegavian, journaliste et spécialiste arabisant du Moyen-Orient, débute son dernier ouvrage, Minorités d’Orient, les oubliés de l’histoire, publié aux éditions du Rocher. Toute l’originalité de ce livre est d’offrir les outils pour comprendre le fait minoritaire au Moyen-Orient. Trop souvent leur étude est obstruée par des préjugés ou des clichés. En premier lieu, l’auteur prend soin de bien définir les contours de ces communautés chrétiennes. Elles ont un dénominateur commun. A savoir en dehors de l’appartenance à « l’arabité », même si les Arméniens, les Assyro-Chaldéens et les Syriaques mettront en avant une identité davantage préislamique.

  • Genèse d’Abou Bakr al-Baghdadi : comment devient-on « l’homme le plus recherché du monde » ? - 31/10/19

    « C’est le plus beau jour de notre vie ! » a déclaré à la presse la famille du Peshmerga Hujam Surchi, décapité par l’Etat islamique à Mossoul le 15 juin 2015 (1), en réaction à l’annonce de l’élimination d’Abou Bakr al-Baghdadi, fondateur et leader de l’Etat islamique, lors d’un raid des forces spéciales américaines le 27 octobre en Syrie. Le leader de Daech a en effet été à l’origine de la mort, du viol, de la torture ou de l’enlèvement de plusieurs dizaines de milliers de personnes à travers le monde, a contrôlé un territoire aussi vaste que la Grande-Bretagne chevauchant la Syrie et l’Irak et, à un certain moment, le Liban, a brassé des centaines de millions de dollars, et a posé une menace sécuritaire ayant poussé les démocratiques occidentales à repenser en profondeur leur rapport à la liberté et la sécurité.

  • A relire, en lien avec l’actualité de la mort de Abû Bakr al-Baghdâdî : Entretien avec Romain Caillet - Qu’est-ce que l’Etat islamique ? - 28/10/19

    Romain Caillet est chercheur et consultant sur les questions islamistes.
    Il analyse pour les Clés du Moyen-Orient comment s’est formé l’EIIL, les différences avec al-Qaeda, qui sont les combattants de l’EI et la structure du mouvement.

  • A relire, en lien avec l’actualité : Entretien avec Pierre-Jean Luizard – Des racines historiques à la faillite des Etats : comment l’Etat islamique (EI) est monté en puissance - 28/10/19

    Pierre-Jean Luizard est directeur de recherche au CNRS. Il a séjourné plusieurs années dans la plupart des pays arabes du Moyen-Orient, particulièrement au Qatar, en Syrie, en Irak et en Egypte. Historien de l’islam contemporain dans ces pays, il s’est particulièrement intéressé à l’histoire du clergé chiite en Irak. Il est aujourd’hui affecté au Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL) à Paris.

  • Les ressources de la Région autonome du Kurdistan d’Irak : une économie dominée par l’or noir - 17/10/19

    « L’économie et les sources de revenus du Kurdistan doivent être diversifiées et ne plus reposer sur le pétrole » a affirmé le 17 juillet le Premier ministre du Gouvernement régional du Kurdistan irakien (GRK), Masrour Barzani, nouvellement à la tête de la primature kurde irakienne (1), au cours d’un échange avec l’ambassadeur russe à Erbil, Maksim Maksimov (2).

    De fait, l’économie kurde irakienne se caractérise par sa très forte dépendance aux hydrocarbures et en particulier au pétrole : environ 80% du PIB (3) proviendrait de cette ressource énergétique, dont le territoire kurde irakien s’avère particulièrement riche.

    La problématique du pétrole est, à bien des égards, au cœur de celle de l’indépendance potentielle du Kurdistan d’Irak. En effet, à l’issue du référendum sur l’indépendance du Kurdistan irakien en septembre 2017, au cours duquel les votants avaient embrassé l’indépendance à une écrasante majorité (92,73%), les forces du régime fédéral du Bagdad, appuyées par les milices chiites Hachd al-Chaabi, ont aussitôt lancé une vaste offensive concentrée prioritairement sur la région de Kirkouk, qui comprend l’une des plus importantes réserves d’hydrocarbures d’Irak après celle de Rumaila dans le sud, et vers la zone tri-frontalière irako-syro-turque par laquelle passe notamment le seul pipeline exportant le pétrole irakien vers la Méditerranée en passant par la Turquie et le terminal pétrolier de Ceylan.

    Sans le pétrole, la Région autonome du Kurdistan d’Irak (RAK) ne serait pas l’une des régions d’Irak les plus prospères et développées. Cet article va donc s’intéresser au poids du secteur pétrolier dans l’économie kurde irakienne (I), puis aux autres sources potentielles de diversification économique (II).

  • Saadi, le vainqueur de Mossoul - 09/10/19

    C’était autant une question d’honneur que de stratégie. Il fallait reprendre Baiji, la plus grande raffinerie d’Irak, aux djihadistes de l’Etat islamique. L’été 2014, ceux-ci s’étaient emparés en quelques jours de plus de 10% du territoire irakien. Dans leur offensive foudroyante, ils avaient provoqué l’effondrement de l’armée, occupé Mossoul, la deuxième ville du pays, et poussé jusqu’aux portes de Bagdad.
    Près de Baiji, quelques hommes du Service antiterroriste, unité d’élite formée par les forces spéciales américaines, ont tenu bon. Plus connus sous leur acronyme anglais, CTS, pour Counter terrorism service, ce sont les mieux entraînés et les mieux équipés des forces irakiennes.

  • Irak : une jeunesse en demande de changement radical - 08/10/19

    Les murs de Bagdad reviennent. Ces lourdes protections de ciment, en forme de T inversé, avaient été enlevées peu à peu depuis la victoire contre l’Etat islamique, en 2017. La capitale irakienne s’était reprise à espérer - à respirer. Le temps des attentats, qui rythmait le quotidien de la ville depuis l’intervention américaine, semblait révolu.

  • L’Irak menacé par la lutte Israël-Iran - 09/09/19

    Samuel Forey, actuellement journaliste indépendant, a couvert la guerre contre l’Etat islamique à partir de 2014, et s’établit en 2016 en Irak pour documenter au plus près la bataille de Mossoul, pour la couverture de laquelle il a reçu les prix Albert Londres et Bayeux-Calvados des correspondants de guerre en 2017.

  • Le nœud du dragon - 22/08/19

    Avez-vous remarqué que, dans le ciel de l’astrologue - celui des étoiles fixes, des constellations qui doivent leur existence à la somme historique de l’imaginaire humain qui, d’est en ouest, leur a donné forme et sens - dans ce ciel constellé donc, se faufile un être complexe, à la fois captivant et inquiétant. La constellation d’Ophiuchus ou serpentarius, traversée par le Soleil du 29 novembre au 18 décembre, se situe entre la constellation du Scorpion et celle du Sagittaire. Remarquée par Aratos de Soles et répertoriée dans le Mathématikế sýntaxis (Almageste) de Ptolémée, la constellation visible entre 80° Nord et 80° Sud représente un homme tenant dans sa main un serpent. Ce serpent qui révéla à Asclépios les secrets de la médecine et de l’immortalité et que Zeus plaça dans le ciel - après l’avoir fait périr avec Asclépios pour préserver l’hermétisme et le pouvoir de résurrection divin - est visible par sa tête (Serpens Caput) non loin de la constellation de la Balance et sa queue (Serpens Cauda), voisine du Sagittaire. S’il ne peut exister entièrement, le dragon doit néanmoins rester uni. Pour éviter de laisser tête et queue errer indéfiniment à la recherche l’un de l’autre, pour empêcher cette quête néfaste et résoudre ce problème qui n’en était pas un, les deux bouts furent réunis, par un nœud, gordien s’il en est.
    Le voyage entre Orient et Occident nous mène, dans cet article, à la rencontre d’un personnage aux origines obscures, énigmatique polymorphe, polyvalent, imaginaire, inquiétant.

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Afghanistan, Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Azerbaïdjan, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Soudan, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice