Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2600 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Politique

Politique

  • Reportage photo à Gaza : les Palestiniens rattrapés par les violences entre Israël et les factions locales (1/2) - 25/05/19

    Les 4 et 5 mai derniers, les violences ont de nouveau éclaté entre Israël et les factions palestiniennes qui contrôlent Gaza, d’une intensité inégalée depuis la guerre de 2014. Ces combats constituent le huitième épisode de violences entre l’armée israélienne et ces factions (Hamas et Djihad islamique) depuis un an. Ils ne durent parfois pas plus d’une journée, aboutissant rapidement à un cessez-le-feu, généralement négocié par l’Égypte, preuve qu’aucune des deux parties ne souhaite une guerre à part entière.

    Ces violences servent les intérêts des deux principaux adversaires, Israël et le Hamas. Les deux belligérants, qui n’ont pas intérêt à entrer dans une nouvelle guerre à moyen et long terme, sont aujourd’hui habitués à « négocier par le feu » selon les mots de Ghaith al-Omari, un ancien responsable de l’Autorité palestinienne.

    De chaque côté de la bordure frontalière, ce sont les populations qui en payent le prix. Roquettes tirées par les factions palestiniennes contre bombardements de l’aviation israélienne, le dernier cycle de violences a fait une trentaine de morts palestiniens et israéliens, et causé de nombreuses destructions, habitations comme commerces. A Gaza, la population se dit habituée aux bombardements israéliens qui viennent parfois bouleverser des vies déjà sous pression.
    En parallèle, des manifestations ont lieu presque chaque vendredi depuis le 30 mars 2018. Encadrées par le comité de la marche du retour et indirectement par le Hamas, elles mènent régulièrement à des heurts violents avec l’armée israélienne. Au total, deux Israéliens et plus de 250 Palestiniens ont été tués depuis le début de la marche du retour. 

  • Entretien avec Thierry Coville : « Ni les Etats-Unis ni l’Iran n’ont intérêt à débuter une guerre » - 21/05/19

    « Si l’Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l’Iran. Ne menacez plus jamais les Etats-Unis », peut-on lire dans un tweet du président américain Donald Trump, daté du dimanche 19 mai 2019. Depuis plusieurs semaines en effet, les tensions sont de plus en plus vives entre les deux pays. Les Etats-Unis, qui se sont retirés de l’accord sur le nucléaire le 8 mai 2018, durcissent leurs sanctions économiques contre l’Iran et de nouveaux moyens militaires américains (porte-avion Abraham Lincoln et bombardiers B-52) s’apprêtent à gagner les eaux du Golfe persique. Selon le conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton, l’objectif serait de « répondre de manière implacable à toute attaque contre les intérêts des Etats-Unis ou de [ses] alliés ». L’escalade est si importante que l’option d’un conflit armé ne serait plus écartée. Selon les informations du New York Times, un plan prévoyant l’envoi de 120 000 soldats américains au Moyen-Orient aurait été envisagé si l’Iran attaquait des forces américaines dans la région, ou reprenait son programme nucléaire. Quatre ans après la signature historique de l’accord sur le nucléaire iranien, une guerre opposant les Etats-Unis et l’Iran est-elle probable ? La réponse de Thierry Coville, chercheur à l’IRIS.

  • Entretien avec Fabrice Balanche : « La reprise totale d’Idleb est inévitable » - 21/05/19

    Depuis le 6 mai dernier, l’armée syrienne et ses alliés ont lancé une offensive terrestre contre les groupes rebelles et djihadistes dans la province d’Idleb, au nord-ouest de la Syrie. Si les frappes se concentrent jusqu’à présent sur la partie sud du bastion rebelle, la reprise totale de la province semble inévitable. A terme, l’enjeu pour la communauté internationale sera de savoir ce qu’il adviendra des milliers de djihadistes et déplacés bloqués à la frontière turque. L’Europe peut-elle faire face à une nouvelle vague de réfugiés ? Va-t-elle céder à la pression de Moscou en acceptant de payer une partie de la reconstruction de la Syrie ? Ces questions s’inscrivent de plus dans un contexte géopolitique régional très incertain, lié aux fortes tensions et à leurs évolutions entre les Etats-Unis et l’Iran, ainsi qu’entre Israël et l’Iran. Analyse de Fabrice Balanche, Maître de conférences HDR à l’Université Lyon 2 et Chercheur associé au Washington Institute.

  • Reportage à Gaza : à la suite de la flambée de violence début mai, l’argent qatari pour calmer le jeu entre Israël et les factions palestiniennes - 20/05/19

    Le 15 mai dernier, 10 000 Gazaouis ont manifesté à la frontière avec Israël pour commémorer le 71e anniversaire de la Nakba. Malgré des échanges violents, les manifestations se sont déroulées sans incidents majeurs. Un calme relatif qui s’explique notamment par le transfert de millions de dollars depuis le Qatar vers Gaza, dans le contexte de la flambée de violence qui s’est produite entre Israël et la bande de Gaza début mai.

  • Entretien avec Hamit Bozarslan sur la situation des Kurdes en Irak et en Syrie - 13/05/19

    Hamit Bozarslan est docteur en histoire et en sciences politiques et directeur d’études à l’EHESS (Ecole des hautes études en sciences sociales). Intéressé par la question des processus de violence, il publie Crise, violence et dé-civilisation en analysant ces processus dans « les angles morts de la cité », aux éditions du CNRS, en 2019. Aujourd’hui, il travaille sur les anti-démocraties du XXIe siècle.

  • Entretien avec Raphaëlle Chevrillon-Guibert et Alice Franck – Retour sur trente ans de politique au Soudan, à la suite de la chute d’Omar el-Béchir (1/2) - 08/05/19

    Peu après l’annonce de la chute d’Omar el-Béchir de la tête du gouvernement soudanais le 11 avril 2019, et alors que les manifestations se poursuivent dans le pays, Raphaëlle Chevrillon-Guibert et Alice Franck reviennent sur trente années de régime militaro-islamiste au pouvoir.

  • Entretien avec Didier Billion - le point sur la politique égyptienne, après l’adoption du projet de révision constitutionnelle - 06/05/19

    En Egypte, la révision constitutionnelle controversée a été adoptée à 88,83% des suffrages exprimés par référendum, le 23 avril, permettant la prolongation de la présidence d’Abdel Fattah al-Sissi, élu en 2014, et renforçant les pouvoirs de l’ex-maréchal. Didier Billion, directeur adjoint de l’Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS), analyse les conséquences de cette réforme constitutionnelle.

  • Entretien avec Clément Deshayes – Au Soudan, « Sous la pression de la rue, le scénario d’un gouvernement civil devient possible » - 23/04/19

    Au pouvoir depuis 1989, le président soudanais Omar el-Béchir a été destitué par l’armée, le 11 avril dernier, après plus de trois mois de manifestations contre son pouvoir. Une semaine après sa chute, des milliers de manifestants exhortent le Conseil militaire de transition, dirigé par le général Abdel Fattah al-Burhane, à transférer rapidement le pouvoir à une administration civile.
    Clément Deshayes, doctorant à l’université Paris-8 et chercheur au sein du think tank Noria Research, décrypte la situation au Soudan et le rôle de l’armée, de plus en plus affaiblie.

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Afghanistan, Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Soudan, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice