Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2700 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Comptes rendus d’ouvrages

Comptes rendus d’ouvrages

  • Yasmine Ghata, Le calame noir - 17/05/19

    En 2005, la Royal Academy de Londres a organisé une exposition consacrée à l’art turc de 600 à 1 600 de notre ère au sein de laquelle était dévoilée une collection de peinture en provenance du musée du palais de Topkapi datant du 15ème siècle et attribuée à un énigmatique peintre appelé Mohammad Siyah Qalam (1) ou le calame Noir.

  • Ceci n’est pas une autobiographie, de Hazem Saghieh, traduit par Samy Dorlian - 03/04/19

    Samy Dorlian est maître de Conférences à Sorbonne Université où il enseigne notamment l’histoire des idées politiques dans le monde arabe du XIXe au XXIe siècle. D’origine libanaise, il a écrit sa thèse sur le zaydisme dans le Yémen contemporain ainsi que plusieurs articles sur l’Algérie contemporaine. En 2019, il publie la traduction de l’essai autobiographique de Hazem Saghieh, un intellectuel arabe libanais né en 1951, auteur d’un grand nombre d’articles et d’essais historiques et politiques. La version arabe de l’ouvrage, Hadihi layssat sira, paraît en 2007. La traduction de Samy Dorlian, sous le titre Ceci n’est pas une autobiographie. Les vicissitudes idéologiques du Proche-Orient arabe à travers le parcours d’un intellectuel libanais (années 1950 – années 1980) (L’Harmattan, Collection Comprendre le Moyen-Orient, 2019), permet de découvrir cet auteur satiriste au parcours politique pour le moins surprenant et au style sarcastique savoureux.

  • Nadine Picaudou, Visages du politique au Proche-Orient (1/2) - 20/02/19

    Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure, Nadine Picaudou est agrégée d’histoire et spécialiste du Proche-Orient contemporain. Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages consacrés à la région (La Déchirure libanaise (1989) ; Les Palestiniens, un siècle d’histoire (2003) ; La Décennie qui ébranla le Moyen-Orient : 1914-1923, (2017)). Elle a enseigné à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) ainsi qu’à l’Université Paris I - Panthéon Sorbonne. En 2018, l’historienne publie Visages du politique au Proche-Orient (Folio), où elle éclaire les dynamiques qui ont alimenté et qui animent aujourd’hui les logiques politiques du Proche-Orient (1). Elle cherche notamment à dissiper les « effets de brouillage » (2) que constituent aujourd’hui les discours occidentaux sur le terrorisme islamique, sur la « faillite » des Etats du monde arabe, sur la violence radicale, pour comprendre le politique dans cette région. Mêlant approche historique et regard de la science politique, Nadine Picaudou entend montrer quels sont les ressorts et les formes de l’action politique au Proche-Orient, tant en termes de construction de l’Etat que de mobilisation des différents acteurs de la région.

  • Jean-Claude Lescure, Le Conflit Israélo-Palestinien en 100 questions - 24/10/18

    Professeur des universités en histoire contemporaine à l’université de Cergy-Pontoise, Jean-Claude Lescure a publié au printemps 2018 Le Conflit Israélo-Palestinien dans la collection « En 100 questions » proposée par les éditions Tallandier. Au lendemain du déplacement, sur l’initiative du président américain Donald Trump, de l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem, ce livre propose de revenir aux fondements du conflit qui oppose l’État d’Israël créé au sortir de la Seconde Guerre mondiale en 1948 et les Palestiniens. En cent questions, l’historien revient sur ce qui fait l’histoire du conflit et ses répercussions, liées aux enjeux internationaux qui s’y jouent.

  • Wilfred Thesiger, Le Désert des Déserts - 27/09/18

    Né en 1910 en Ethiopie, Wilfred Thesiger se découvre au cours d’une enfance africaine la vocation d’explorateur dans un monde trop vieux pour le lyrisme qui s’y attacha longtemps. Dans le temps de l’après-guerre (1945 à 1950) où il réalise les expéditions au sud de l’Arabie relatées dans Le Désert des Déserts (1959), le temps n’est plus à l’exaltation des Lawrence d’Arabie, dont on commence du reste à soupçonner fort justement l’attitude. Les vieux empires coloniaux commencent à s’effriter, et avec eux la candeur cruelle de ceux qui s’en étaient baptisés les « pionniers » entrait dans une longue crise de conscience dont les plaies vives nous parviennent encore.

  • Raphaël Millet, Le cinéma au Liban / Cinema in Lebanon - 20/09/18

    Raphaël Millet est critique de cinéma, mais aussi producteur et réalisateur. Il a beaucoup travaillé sur le cinéma de la Méditerranée et d’Asie, et publie en 2017 aux éditions libanaises Rawiya un ouvrage bilingue (français/anglais) consacré à l’histoire du cinéma au Liban. Son étude remonte aux origines du cinéma au Liban, et met en lumière les liens qui tissent la cinématographie arabe à la cinématographie égyptienne, rendant ainsi hommage aux grandes productrices libanaises en Égypte dans les années 1930, comme aux cinéastes les plus récents de l’industrie, encore « bancale », du pays du Cèdre.

  • Abdelfattah Kilito, La Langue d’Adam - 13/09/18

    Dans quelle langue les Arabes pensaient-ils que le premier homme parlait ? En 1990, Abdelfattah Kilito, écrivain et universitaire marocain alors déjà à la tête de plusieurs ouvrages en arabe et en français, dont une étude de référence sur le genre littéraire des séances (maqâmât) (1), était invité par André Miquel à donner une série de quatre conférences au Collège de France, à Paris. Il s’y agissait d’explorer la question de l’origine des langues et du statut de l’arabe dans la littérature classique. La somme de ces leçons fut donnée à lire en 1995 sous le titre La Langue d’Adam. Ce court essai, complété par dix brèves études consacrées aux heurs et malheurs du livre chez les Arabes et ailleurs, part selon un usage bien établi chez son auteur d’une question faussement naïve révélant petit à petit son étonnante densité.

  • Jacques Berque – Musiques sur le fleuve. Les plus belles pages du Kitâb al-Aghâni - 07/09/18

    Ultime projet achevé de Jacques Berque (1910-1995), anthropologue et sociologue du monde arabe, la traduction d’une anthologie de textes issus du Kitâb al-Aghâni (Livre des chansons) d’Abu’l-Faraj al-Açfahânî offre au lecteur francophone une promenade initiatique dans l’une des œuvres maîtresses de la littérature arabe classique. La tâche, prévient Berque d’entrée de jeu, n’est pas envisagée sous l’angle académique : « L’érudit se résigne trop facilement à la fréquentation des morts. (…) L’humaniste, en revanche, ne se console pas d’avoir perdu pour toujours leur visage en deçà des traces refroidies qu’il interroge (…). Aussi le voit-on chercher, aux failles des documents, de ces détails menus qui lui permettront, croit-il, de faire resurgir une vie et une œuvre singulières, que l’utilisation des doctes avait peut-être jusqu’alors méconnues (1). »

  • Mohammad Khodayyir, Le Royaume noir et autres nouvelles - 16/08/18

    Quelle est cette femme enceinte qui s’abandonne au mouvement frénétique des flagellants de Kerbala ? Ces enfants unis par les langues animales qu’ils s’inventent ? Cette famille autour de l’âtre, réunie par l’art consommé du conte et l’attente d’un soldat dont la permission tarde à venir ? Les personnages de Mohammad Khodayyir, écrivain irakien (1942 - …), sont de ces créatures spectrales dont la dense présence se double systématiquement d’une dérobade. Professeur, romancier (Basriade, 1996), Khodayyir a commencé son œuvre par deux recueils de nouvelles, Le Royaume noir (1972) et Celsius 45 (1972), dont les textes se trouvent mêlés dans cette traduction. Au temps de l’émergence d’une génération marquante d’auteurs irakiens décrivant la dévastation causée par des décennies de guerres et de privation (Inaam Kachachi, Sinan Antoon, Ahmed Saadawi…), on découvre dans ce volume de quoi glaner quelques nuances sur le temps mythifié du miracle économique des années 1970 : la société décrite par Khodayyir est en proie à toutes les difficultés, et déjà installée dans le halo de tragédie que l’on désespère aujourd’hui de voir se dissiper. L’univers de Khodayyir, parce qu’il est habité au sens le plus fort du terme, est pourtant ponctué d’échappées lumineuses : le merveilleux et la mystique s’y invitent à la table du manque, et des splendeurs de toutes sortes se fraient un passage dans le lit du quotidien, le tout formant un tonique voyage où des figures du drame s’agrippent à leur imaginaire comme à une planche de salut. Reflet des audaces formelles de leur époque, les nouvelles mélangent savamment l’archaïque et le mythique avec la narration discontinue ou cinématographique (voir « Les trains de nuit ») (1). L’œuvre mérite donc amplement une redécouverte.

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Afghanistan, Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Soudan, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice