Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2400 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Comptes rendus d’ouvrages

Comptes rendus d’ouvrages

  • Mahfouz au temps des officiers - 21/06/18

    Lorsque le coup d’état des Officiers libres éclate en juillet 1952 en Egypte, le romancier Naguib Mahfouz (1911-2006) vient d’achever l’écriture de sa trilogie cairote, qui couvre toute l’histoire de l’Égypte de la Première à la Seconde Guerre mondiale. Cette œuvre qui écrase tout le reste de la production de son auteur, pourtant foisonnante et multiple, pour une grande partie du public européen, ne sera publiée que quelques années plus tard, en 1956. Elle est en vérité, à la charnière de l’œuvre mahfouzienne, une ligne de partage entre deux moments structurants : l’époque des grands romans réalistes comme Zuqâq al-Midaq (Passage des miracles en traduction française) et celle, plus cryptée, des romans dont il sera ici question. Œuvre de la reconnaissance, puisque Mahfouz obtiendra grâce à elle le Prix de l’Etat égyptien pour la littérature 1958, cette trilogie écrite avant Nasser obombre néanmoins la singulière attitude de l’écrivain face au nouveau régime : d’abord le silence, de 1952 à 1959, où Mahfouz vit de scénarios de films et publie finalement le grand-œuvre longuement resté dans ses tiroirs ; ensuite, le développement d’une esthétique allusive qui donne lieu à l’une des périodes les plus riches de son œuvre. Une promenade s’impose donc parmi les romans du Mahfouz « symbolique » ou « philosophique », selon les termes un peu convenus de la critique, dont on espère ressortir avec quelques clés de déchiffrement.

  • « L’amour de ce monde fait pour décevoir ». Compte rendu de l’ouvrage de Salam Al-Kindy, Le Voyageur sans Orient - 15/06/18

    Sous l’intitulé significatif de pré-islamique, ou encore celui de jâhiliyâ (temps de l’ignorance de Dieu) dont nous héritons du Coran, on regroupe communément toute la civilisation des Arabes avant 622, et en particulier la très grande tradition poétique de langue arabe qui donna notamment les Mu‘allaqât (Suspendues), longs poèmes à structure fixe qu’on prétendit tantôt accrochés sur la ka‘ba mecquoise tant leur excellence méritait d’être notoire, tantôt et plus vraisemblablement comparés à des colliers suspendant des pierres parfaites. Reste, on le voit, que la définition en est négative : est jâhiliyâ ce qui n’est pas encore islamique. Comme le dit justement Salam Al-Kindy, originaire de Mascate (Oman) et auteur du Voyageur sans Orient (Sindbad/Actes Sud, 1998), « l’Islam leur manque (1). »
    Ce livre déjà vieux de vingt ans, d’une implacable érudition, propose donc le défi intellectuel particulièrement ambitieux de ne pas considérer la poésie de la jâhiliya – ni la philosophie qui la sous-tend, et dont l’auteur entend montrer la profondeur – à partir de ce manque mais, tout au contraire, dans sa singulière présence et son inédite tournure de pensée.

  • Compte rendu de lecture de l’ouvrage de Kaoutar Harchi, Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne - 04/05/18

    Si l’on admet volontiers que les plis des langues cachent les dissensions des hommes qui les parlent, la littérature semble tout aussi communément retranchée des aléas du commerce courant de l’écrit, abritée dans l’écrin de la forme dont elle poursuit l’achèvement, protégée de la violence du monde par ses règles autonomes que l’on voudrait rigoureusement esthétiques. Or, tout un monde tourne autour des textes littéraires, aux traits bien plus familiers, et c’est de cela, rien que de cela qu’il s’agit ici. Le cas de l’écrivaine Assia Djebar et des quatre écrivains Kateb Yacine, Rachid Boudjedra, Kamel Daoud et Boualem Sansal sont envisagés à rebours de ce lieu commun par la sociologue et romancière Kaoutar Harchi, qui s’emploie dans le sillage des Règles de l’art (1) de Pierre Bourdieu à examiner les conditions sociales dans lesquelles s’inscrit l’écriture littéraire.

  • Sinan Antoon, Seul le grenadier - 13/04/18

    Le Prix de la littérature arabe décerné par l’Institut du Monde Arabe a récompensé en 2017 Seul le grenadier (2010), publié aux éditions indbad/Actes Sud, et son auteur, l’Irakien Sinan Antoon, à la tête d’une œuvre déjà riche de quatre romans et quatre recueils de poésie. Professeur à la New York University, traducteur reconnu de poésie arabe moderne vers l’anglais (Mahmoud Darwich, Sargon Boulus, Badr Chakir Al-Sayyab), Sinan Antoon s’est également essayé au cinéma documentaire avec About Baghdad (2004), carnet d’un retour au pays natal en pleine seconde guerre du Golfe pour celui qui l’avait quitté au commencement de la première, en 1991. Il anime enfin la revue en ligne Jadaliyya, véritable vivier intellectuel pour les arabisants des États-Unis et d’ailleurs.

  • Pierre-Jean Luizard, Chiites et sunnites, la grande discorde en 100 questions - 28/03/18

    À l’heure où les discordes confessionnelles sont passées au premier plan des conflits qui déchirent le Moyen-Orient, tant en Syrie qu’en Irak ou au Yémen, Pierre-Jean Luizard revient sur ce qui différencie le chiisme et le sunnisme dans l’Islam. En cent questions, l’historien retrace l’histoire d’une division idéologique qui remonte aux premiers temps de l’histoire, pour expliquer les enjeux stratégiques et politiques qui traversent la réalité internationale du monde contemporain. Divisé en une dizaine de grands chapitres, cet ouvrage propose par ailleurs des cartes, permettant de situer géographiquement la situation des communautés à l’échelle du Moyen-Orient, un glossaire, une liste des principaux acteurs de cette Histoire de plusieurs siècles, une chronologie et une riche bibliographie.

    Ce compte rendu reprend les grandes lignes de l’ouvrage - dense et riche - de Pierre-Jean Luizard, sans toutefois prétendre à l’exhaustivité des thèmes traités au fil de ces cent questions.

  • Gilbert Achcar, Symptômes morbides, la rechute du soulèvement arabe - 22/02/18

    Alors que la situation de la région arabe – Moyen-Orient comme Afrique du Nord – semble s’enfoncer dans une impasse, l’universitaire d’origine libanaise Gilbert Achcar, professeur à la School of Oriental and African Studies de Londres, soutient que le processus révolutionnaire n’est pas avorté et qu’il mérite d’être pensé sur le long terme. C’est la thèse qu’il défend dans son dernier ouvrage publié aux éditions Sindbad-Actes Sud, Symptômes morbides, la rechute du soulèvement arabe, qui analyse les développements politiques de ces dernières années dans la région, particulièrement en Syrie et en Égypte. Cet ouvrage fait suite à une première étude, publiée en 2013 : Le Peuple veut, une exploration radicale du soulèvement arabe, et dont il se veut une mise à jour.

  • Compte rendu de l’ouvrage de Shadi Hamid et William McCants, Rethinking Political Islam - 16/02/18

    Jihâd Gillon est journaliste. Il collabore à l’hebdomadaire Jeune Afrique et au bimestriel La Revue, pour lesquels il suit l’actualité du Moyen-Orient. Il s’est plus particulièrement intéressé aux évolutions de l’islam politique, dans ses expressions légaliste et jihadiste. 

  • Compte rendu de l’« Histoire du Liban, des origines à nos jours » de Xavier Baron, lauréat du prix Phénix 2018 - 09/02/18

    Xavier Baron a été journaliste au Liban durant douze ans pour l’Agence France-Presse. Il a déjà à son actif de nombreux ouvrages sur le Moyen-Orient, et a publié en 2017 une conséquente Histoire du Liban pour laquelle il a reçu, le 30 janvier 2018, le 22e prix Phénix (1), décerné à la Villa Audi au Liban par un jury composé de romanciers ou de journalistes libanais ou français. Cet ouvrage de près de six cent pages se distingue en effet par son grand travail de pédagogie et de didactisme. Nul besoin, en effet, de connaître en profondeur les problématiques compliquées de l’Orient, depuis avant l’Empire ottoman, pour comprendre les rouages historiques du Liban. Avec une écriture fluide et d’une grande clarté, Xavier Baron nous lire une histoire précise et précieuse, qui dépasse les clichés pour présenter au lecteur la complexité de l’appareil politique et social libanais, depuis l’Antiquité.

  • Daryl Champion, The Paradoxical Kingdom : Saudi Arabia and the Momentum of Reform - 05/01/18

    L’ouvrage de Daryl Champion décrit les mécanismes de légitimation du royaume saoudien et identifie leurs effets religieux, politiques et économiques sur la structuration du pouvoir et la régulation de la société. Contrairement aux analyses centrées sur la contestation politique, l’auteur avance que le principal potentiel de déstabilisation du pays est d’ordre économique.

  • Stéphane Lacroix, Les islamistes saoudiens, une insurrection manquée - 28/12/17

    S’il est des travaux universitaires qui décryptent avec finesse et clarté des mouvements sociaux obscurs pour l’observateur occidental, le présent ouvrage en est le parfait archétype. « Point aveugle » des études orientales (p. 3), la mouvance islamiste saoudienne constitue en effet une terra incognita que se propose d’explorer Stéphane Lacroix après un travail de terrain de plus de quatre ans (2003-2007).

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice