Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2600 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Portraits contemporains

Portraits contemporains

Trier par :
  • Portrait de Walid Aouni, danseur libanais, créateur de la troupe de danse moderne de l’Opéra du Caire - 29/03/19

    Walid Aouni est un danseur libanais, créateur de la troupe de danse moderne de l’Opéra du Caire en 1993. Ancien collaborateur de Béjart, il est aussi artiste plasticien et vit au Caire depuis plus de vingt-cinq ans. Il présente en ce moment au Pavillon Noir d’Aix-en-Provence (28 et 29 mars) son dernier spectacle : Larmes Hadid, consacré à l’architecte irakienne Zaha Hadid.

  • Portrait de Zeina Abirached, dessinatrice et écrivaine libanaise - 21/02/19

    Zeina Abirached est une dessinatrice originaire de Beyrouth. Née en 1981 au cœur de la guerre civile libanaise, elle se lance au tournant des années 2000 dans la bande dessinée pour raconter son quotidien d’enfant dans les années de guerre. Son troisième ouvrage, Mourir, partir, revenir – Le jeu des hirondelles fut sélectionné au festival d’Angoulême et fut traduit en plusieurs langues. Elle fut par la suite maintes fois primée, notamment pour son ouvrage Le Piano oriental (2015), récit inspiré de la vie de son ancêtre, inventeur d’un nouvel instrument de musique dans le Beyrouth des années 1960. Elle publie cette année en co-écriture avec Mathias Énard son dernier roman graphique, Prendre refuge.

  • De la politique à la littérature : portrait d’Alaa al-Aswany - 04/02/19

    Rendu célèbre il y a déjà plus de quinze ans par la publication de L’Immeuble Yacoubian, Alaa al-Aswany est de retour sur la scène littéraire avec J’ai couru vers le Nil. Ce roman, paru en France à l’automne 2018 mais interdit de publication en Egypte, est pour lui l’occasion de retranscrire l’expérience d’une dizaine de personnages de la révolution égyptienne de 2011. Si l’œuvre offre des clés de compréhension des événements qui amenèrent, puis suivirent, le 25 janvier 2011, son auteur refuse d’être réduit à un historien, ou encore à un sociologue, et revendique son statut d’écrivain, d’homme de lettres avant tout.

  • Portrait de Jocelyne Saab - 08/01/19

    Jocelyne Saab s’est éteinte hier, le 7 janvier. Cinéaste et artiste libanaise née en 1948 à Beyrouth, elle s’est toute sa vie engagée aux côtés des plus démunis, et laisse à sa mort une oeuvre immense et fondamentale pour l’histoire des hommes et pour celle du cinéma. Pionnière du "nouveau cinéma libanais" dans les années 1970, elle a créé avec ses premiers films sur Beyrouth un style documentaire qui lui est particulier, laissant une grande place à la subjectivité. Après avoir couvert la plupart des grandes guerres du Moyen-Orient au milieu des années 1970, elle consacre son attention à la destruction de son pays, le Liban, dans la guerre civile qui l’a déchiré durant quinze ans (1975-1990). Elle se tourne ensuite vers l’Égypte, où elle réalise de nombreux documentaires puis un film de fiction, Dunia, dont l’audace lui valut les menaces les plus lourdes de la part des fondamentalistes égyptiens qui bloquent le film. Il est censuré en Égypte, et malgré son succès international, Jocelyne Saab est marquée. Elle se consacre par la suite à l’art contemporain et à la photographie, et après un bref retour au cinéma avec sa fiction expérimentale What’s going on ? en 2009, et ses nombreux projets monumentaux qui n’eurent pas le temps de voir le jour, ne traversera l’image animé que par le biais de courts films vidéos destinés à être exposés.
    Elle signait le 18 décembre 2018 la publication d’un ouvrage phare, reprenant l’intégralité de son travail à travers quelques images choisies. Zones de guerre fut le premier et seul livre d’art pour cette femme s’exception, qui a aussi bien su trouver sa place dans le milieu du reportage de guerre que dans le monde du cinéma, puis dans le cercle plus fermé des artistes plasticiens.
    Nous lui rendons hommage aujourd’hui en proposant à la relecture ce portrait réalisé en 2015 à Beyrouth.

  • Portrait de Imane Djamil, poétesse et photographe - 22/10/18

    Imane Djamil, poétesse et photographe marocaine, a commencé sa vie d’artiste dès la plus jeune adolescence. En 2014, à 18 ans, elle est la plus jeune artiste à participer à l’exposition de l’Institut du Monde Arabe, « Le Maroc contemporain ». Régulièrement exposée au Maroc, elle a également présenté ses œuvres, seule ou lors d’expositions ou de performances collectives, à Paris, Lisbonne, Basel, Rome ou Bruxelles au cours des dernières années. Sa poésie est présentée lors de certaines de ces performances. Photographe des ruines et poétesse de l’intime, elle mène de front entre Paris et Casablanca sa réflexion sur la violence, l’espace, le corps. Nous l’avons rencontrée à Rabat.

  • Rencontre avec la réalisatrice et scénariste canado-libanaise Katia Jarjoura autour du thème de l’Exil - 30/08/18

    Diplômée en journalisme et sciences politiques, Katia Jarjoura a réalisé plusieurs documentaires au Moyen-Orient : L’Appel de Kerbala, Goodbye Moubarak, Liban, de fracture en fracture, pour la chaine franco-allemande ARTE. Elle a aussi réalisé deux courts métrages - Dans le Sang (prix France 2 au festival de Brest en 2009) ainsi que Seul le Silence, qui raconte l’exil d’une réfugiée syrienne en France. Membre du comité de lecture du CNC pour les projets de courts métrages, Katia joue également le rôle de consultante-scénarios auprès d’auteurs émergents. Elle a aussi organisé et dirigé des ateliers de formation de documentaires auprès de jeunes réalisateurs du monde arabe, notamment à Bagdad en Irak (2015), ainsi qu’en Tunisie et en Algérie (2017). Aujourd’hui, Katia est installée à Paris et se consacre pleinement à l’écriture de son premier long métrage de fiction.

    Festival de Trouville :
    Seul le Silence est programmé au Festival Off-courts de Trouville-sur-Mer, dans le cadre de la carte blanche Normandie Images, le jeudi 13 septembre à 17h à Trouville (Festival de Trouville https://www.offcourts.com/)
    Le film sera aussi rediffusé sur France 3, le vendredi 14 Septembre, à l’émission Libre Court.

  • Entretien avec Mouloud Mimoun - 20/06/18

    Mouloud Mimoun est franco-algérien. Diplômé de l’Institut français de presse, il fut nommé en 2011 au grade de chevalier de l’Ordre du Mérite pour sa carrière de journaliste culturel et cinématographique. Par son rôle dans l’émission Mosaïque (1977-1987), comme dans son travail préalable à la Cinémathèque d’Alger, il a toujours œuvré à la diffusion de la culture arabe, maghrébine en particulier, en France. En 2009, il cofonde l’association du Maghreb des Films (1), dont il est président quelques années, et qui organise annuellement des rencontres cinématographiques autour des cinémas du Maghreb.

  • Portrait de Wassyla Tamzali - 12/06/18

    Wassyla Tamzali est une personnalité politique et culturelle algérienne. Née en 1941, elle a vingt ans au moment de l’indépendance de l’Algérie. Avocate à la Cour d’Alger à la fin des années 1960, elle est recrutée à l’UNESCO à la fin des années 1970 pour travailler sur les questions de l’égalité en droit des femmes et des hommes ou de la violence contre les femmes. Elle rejoint en 1989 le parti algérien du Front des Forces Socialistes et en occupe des fonctions dirigeantes, puis cofonde en 1992 le Collectif Maghreb Égalité. Écrivain, elle publie de nombreux essais sur la culture algérienne ou sur la question des femmes, avant de fonder en 2015 un centre d’art à Alger, Les Ateliers Sauvages.

  • Portrait de Tarik Benouarka - 04/06/18

    Tarik Benouarka est né en 1966 à Alger. Sa mère, musicienne amateur, lui fera très tôt découvrir la musique classique. Son père, très impliqué pour l’indépendance, fut l’un des fondateurs du Mouvement National Algérien. Il grandit en France, mais sous l’influence d’Oum Kalthoum, Farid El-Atrache, Nazim Hikmet et Mahmoud Darwich (1). Après des études au conservatoire et une première carrière de compositeur de musique dite « actuelle », Tarik Benouarka revient en 2013 à l’art lyrique et compose en 2013 un premier opéra, El Nafas (Le Souffle), qui fait figure de premier opéra écrit en langue arabe. En 2015, il commence la tournée de Les Jours et les Nuits de l’Arbre Cœur, lui aussi composé en arabe. Le spectacle fut remarqué pour son originalité, mais aussi pour « son orchestre symphonique unique au monde » (2) composé de 40 femmes égyptiennes non-voyantes.
    Il revient pour Les clés du Moyen-Orient sur les moments phares de sa vie.

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Afghanistan, Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Soudan, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice