Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2400 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Turquie

Turquie

  • 27 Mayis Darbesi 1960, relancer la Révolution kémaliste (3/6). Le Comité d’Union Nationale, la nouvelle garde kémaliste - 06/04/18

    Dans une publication d’époque du Figaro, un journaliste français brosse une description éloquente du coup d’État du 27 mai 1960 :
    « Méthode et secret dans la préparation, rapidité et perfection dans l’exécution, pas d’effusion de sang, ni violence sur les personnes, enfin une véritable intervention chirurgicale : couchée gravement malade le jeudi soir, la Turquie s’est réveillée opérée et en bonne voie de guérison le vendredi matin. En quatre heures d’horloge, de 3 heures à 7 heures du matin, les forces armées avaient pris le contrôle de l’administration du pays et un de leurs chefs pouvait déclarer : ‘’Ce n’est pas une insurrection mais une entreprise de remise en ordre méthodique’’ » (1).
    L’année 1960 marque l’action d’une révolution en profondeur. Le coup d’État avant d’être national est interne à l’armée. En effet, ce coup est avant toute chose « conçu et préparé par des officiers, exécuté par les forces armées, l’action du 27 mai, coup d’État strictement militaire, s’est trouvée être une Révolution authentiquement populaire » (2).

  • 27 Mayis Darbesi 1960 : relancer la Révolution kémaliste (1/6). Quel sens donner à la révolution kémaliste ? - 07/03/18

    A partir de 1950 s’ouvre la plus profonde réorientation politique en Turquie depuis l’édification de la République. La mise en place du pluripartisme et l’avènement du Parti démocrate (Demokrat Parti - DP) manifestent une « révolution silencieuse » (Ak Devrim) sinon une « contre-révolution » pour les membres de l’ancien parti unique Républicain du Peuple (Cumhuriyet Halk Partisi-CHP) devenu parti adverse.

  • Compte rendu du numéro 37 de la revue Moyen-Orient, « Turquie, le tournant autoritaire », dossier sous la direction de Jean Marcou, janvier-mars 2018 - 02/03/18

    Le triomphalisme du régime de Recep Tayyip Erdogan, qui prévaut depuis le coup d’État manqué du 14 juillet 2016, s’accorde aux contradictions de la société contemporaine turque. Le président turc, qui veut faire apparaître la Turquie comme une puissance de référence dans la région, suit une politique étrangère « de moins en moins lisible » comme l’introduisent Guillaume Fourmont et Jean Marcou dans l’éditorial de la revue. Dans un dossier riche d’une dizaine d’articles, ce numéro analyse la dérive autoritaire du régime turc.

  • Compte rendu de la revue Orients Stratégiques, numéro dirigé par Philippe Charlez et David Rigoulet-Roze, « La question énergétique dans les Orients » - 21/02/18

    Orients stratégiques est une revue qui propose une « approche renouvelée » (p. 5) des questions stratégiques au Proche-Orient, au Moyen-Orient, en Asie Orientale et en Asie-Pacifique, en les considérant dans leur diversité et leur hétérogénéité : il n’existe pas un « Orient » mais des « Orients ». Ces régions sont au cœur des enjeux contemporains tels que les ressources naturelles, les guerres, le terrorisme ou les phénomènes religieux.

  • Turcs et coup d’Etat (2/2) : du renversement du chaudron au renversement du sultan - 02/02/18

    L’expression « coup d’Etat » prend naissance au 17ème siècle sous la plume de Gabriel Naudé. Dans son ouvrage Considérations politique sur les coups d’Etat (1639), le coup d’Etat est entendu comme un mode d’exercice du pouvoir qui, face à des circonstances exceptionnelles et par un excès de droit ou encore une violation du droit, permet au monarque vu comme autorité légitime de remplir « sa mission suprême – assurer le salut collectif » (1). L’auteur élabore ses théories dans le contexte de la fin des guerres de Religion qui ont profondément ravagé le royaume de France. Il dresse ainsi un éloge en règle de la monarchie absolue vue comme le seul régime capable d’assurer la paix et la stabilité. In fine, pour Naudé, il est préférable « qu’un homme meure pour le peuple, afin que toute la nation ne périsse pas » (2). Si le coup d’Etat à la Naudé s’articule telle une tradition monarchique, l’expression n’est cependant que fort peu usitée et tombe même en désuétude à partir de l’avènement de la monarchie absolue sous Louis XIV, ainsi que sous la Révolution française et l’Empire.

    A la différence du cas, penser le coup d’Etat au sein de l’Ancien régime ottoman était compliqué. En effet, la nature monarchique du pouvoir du sultan-calife ottoman rendait impossible tout coup d’Etat. Cependant certaines exceptions existaient dans le système ottoman, parmi celles-ci, on retrouve deux possibilités : les coups d’Etat royaux qui consistent en « une violation constitutionnelle opérée par le roi [le sultan] dans ses décisions » (3) et les coups d’Etats dirigés contre le roi-sultan, c’est-à-dire « une entreprise illégale (réalisée ou projetée) visant à la conquête de tout ou partie du pouvoir politique » (4).

  • Turcs et Coup d’Etat (1/2) : du coup d’Etat - 26/01/18

    Le concept de « coup d’Etat » a subi au cours des deux derniers siècles de multiples interprétations. Le terme de coup d’Etat semble embrasser une pluralité de modes d’actions politiques à teneur collective. Le dernier coup d’Etat en Turquie de juillet 2016 a entrainé un nouveau cycle de réflexion sur la méthode de prise du pouvoir par la force. Malgré ce qu’ont en dit certains auteurs pour qualifier l’arrivée au pouvoir du Parti de la Justice et du Développement (AKP – Adalet ve kalkinna partisi), cette nouveauté politique ne concorde en rien avec l’idée d’un « chant du cygne des coups d’Etat militaires en Turquie » (1). Cette percée électorale change la donne politique du fait des origines sociales et politiques du parti.

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice