Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2500 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Films, concerts et spectacles

Films, concerts et spectacles

  • Coffret Youssef Chahine (2/2) - 15/10/18

    « Dans les rues du Caire, d’Alger, de Tunis, de Bagdad, enfin dans toutes les capitales arabes, et dans les moindres hameaux, la jeunesse m’arrête : “Dis Youssef, qu’est-il arrivé en juin 67 ? Nous étions tous pourtant prêts à tenir le coup.” » Ces quelques mots qui ouvrent le film Le Moineau (1972), s’ils doivent être pris au second degré quant à l’intention pédagogique du film, disent pourtant avec un temps de latence la considérable fracture qu’ont pu causer 1967 et l’échec catastrophique de la Guerre des Six Jours sur l’Egypte, et donc sur ses artistes et ses intellectuels. En présentant ce film comme une réponse à la question lancinante qui lui était faite dans tout le Monde Arabe, Chahine ne se présente pas tant comme un artiste responsable ou engagé que comme un homme sommé par son public de tenir compte d’évènements d’une ampleur si considérable. Un tournant se dessine donc, qui donne des contributions majeures à ce que l’on pourrait nommer la crise de la conscience égyptienne et arabe. Le film qui précède Le Moineau, Le Choix (1970), majeur et hélas indisponible dans une version sous-titrée français, esquissait déjà ces bouleversements en traitant par la métaphore du dédoublement de personnalité le thème de la relation ambivalente entre l’Egypte des intellectuels et le monde populaire auquel elle s’identifie et prétend se vouer. Le Moineau sera le moment du reniement sans ambages de ce nassérisme dont il avait commencé par être le compagnon de route. Enfin, Le Retour de l’enfant prodigue (1976), adapté d’André Gide, clôturera ce cycle politique marqué par l’expérimentation narrative dans un véritable carnage, avant l’ouverture d’un nouveau cycle, autobiographique. La deuxième période relatée par ce coffret est donc celle de la désillusion, du doute et de l’introspection collective : « Qu’est-il arrivé ? »

  • Coffret Youssef Chahine (1/2) - 08/10/18

    Dix ans après sa disparition, le plus reconnu des cinéastes égyptiens a été célébré au Caire par le cinéma Zawya, qui a proposé du 12 au 22 septembre 2018 la projection de vingt de ses films restaurés, du premier de ses longs métrages Baba Amine (1952) à L’Autre (1999). Cette rétrospective a donc couvert cinq des six décennies de la longue carrière de l’Alexandrin, trop souvent réduit vers nos rivages au seul film Le Destin (1997), allégorie des tensions religieuses contemporaines transposées dans l’Andalousie du temps d’Averroès. Il s’agit pourtant d’un détail de cette œuvre si riche, dans laquelle bien des moments méritent le détour, à commencer par la tétralogie autobiographique initiée par Alexandrie, pourquoi ? (1978) et poursuivie avec La Mémoire (1982), Alexandrie encore et toujours (1990) et Alexandrie New-York (2004), véritable défilé de grands acteurs (Yahya Chahine, Nour El Sherif, Yousra) et expérience inédite dans l’histoire du cinéma égyptien.

  • Compte rendu du film Capharnaüm, de Nadine Labaki : voyage en état de nature - 28/09/18

    Célébré en mai 2018 au Festival de Cannes, où il remporta le prestigieux Prix du Jury, Capharnaüm de Nadine Labaki sera dans les salles françaises à partir du 17 octobre 2018. Porté par un incroyable acteur sorti de la rue, le film joue la carte de l’émotion pour dénoncer un monde dont la cruauté infernale n’est rien d’autre que le résultat de l’égoïsme des hommes.

  • Le chorégraphe libanais Ali Chahrour et son spectacle May He Rise And Smell The Fragance au festival d’Avignon 2018 - 16/07/18

    Invité à Avignon pour l’édition 2018 pour son spectacle May He Rise And Smell The Fragance (1), Ali Chahrour propose le troisième volet d’une trilogie déjà connue du public français. Jeune danseur libanais, il faisait déjà ses premiers pas à Avignon en 2016 avec ses premières créations, Fatma et Leila se meurt. Il avait provoqué un grand enthousiasme avec ces créations ancrées dans l’héritage culturel et rituel chiite, montées avec des danseurs non-professionnels. Retour sur le troisième volet d’une somptueuse trilogie sur la mort, présenté les 14, 15, 16 et 17 juillet au théâtre Benoît XII d’Avignon.

  • Compte rendu du documentaire « Graffiti Men Beirut » de Sarah Claux et Nicolas Soldeville, projeté lors du Panorama des Cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient - 05/04/18

    Le Panorama des Cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient propose chaque année de nombreuses projections de fictions et de documentaires et met à l’honneur cette année le Liban. Il a eu lieu à Saint-Denis entre le 27 mars et le 1er avril et se déroule encore à Paris et en Seine-Saint-Denis jusqu’au 14 avril (1). Le documentaire Graffiti Men Beirut, réalisé par Sarah Claux et Nicolas Soldeville, a été projeté au cinéma L’Ecran à Saint-Denis le vendredi 30 mars. La projection était accompagnée de la réalisation d’un graffiti sur la Place du Caquet, par Moe, un graffeur beyrouthin, et par une discussion avec Nicolas Soldeville.

  • Compte rendu du film « Whitered Green » de Mohammed Hammad - 30/01/18

    Whitered Green (Akhdar yabes) de l’Égyptien Mohammed Hammad fait le tour des festivals de cinéma dans le monde entier. En France, il fut projeté à l’Institut du monde arabe à Paris en juin 2017, à Marseille dans le cadre des Rencontres cinématographiques d’AFLAM, après avoir remporté le Grand Prix du Festival de Film Arabe de Fameck, le 15 octobre 2017. Mais il fut avant tout remarqué dans les plus grands festivals internationaux, dans lesquels il a déjà remporté de nombreux prix : après le festival international de Dubaï, le film fut sélectionné au très prestigieux festival de Locarno, l’été dernier. Alors que le film poursuit sa course, nous nous proposons de revenir sur ce film émotionnellement puissant et courageux.

  • Compte rendu du film « Moka Malo, ou l’histoire du café et des corsaires » de Richard Hamon - 23/01/18

    Au début du XVIIIe siècle, l’Europe découvre le café. Denrée rare, puisqu’elle n’est alors produite qu’au Yémen. C’est à Moka, sur les rives yéménites, que les commerçants européens doivent donc se rendre pour rapporter en France, en Hollande ou en Angleterre le grain de café, où il est déjà très prisé. Le film documentaire « Moka Malo », réalisé par Richard Hamon, revient sur l’histoire d’une spoliation, celle du Yémen, au moment où s’entredéchirent les grandes puissances européennes. C’est une véritable épopée qui nous est racontée dans ce documentaire, par le biais de dessins et de cartes, retraçant un imaginaire dix-huitièmiste que renforce la présence d’images d’archives et de commentaires d’historiens spécialistes du sujet. Le film fut projeté au festival des Étonnants Voyageurs de Saint-Malo en 2016, et est désormais disponible en DVD.

  • « In the Eruptive Mode » de Suleyman al-Bassam : faire éclater la souffrance des femmes au cœur des Printemps arabes - 01/09/17

    Le festival de théâtre et des arts de la scène « Passages », qui s’est déroulé à Metz du 5 au 14 Mai (1), proposait pour célébrer ses vingt ans une édition centrée autour de la région méditerranéenne, avec une programmation proposant des spectacles issus du Maroc au Koweït, en passant par la Tunisie, le Liban, la Syrie, Malte, la Grèce ou Israël. Parmi la foule de spectacles, de concerts et de pièces qui furent jouées sur les différentes scènes messines fit irruption – si elle ne fit éruption – celle du grand dramaturge koweitien Suleyman al-Bassam, In the Eruptive Mode, jouée sous cette forme pour la première fois en France. C’est l’occasion de revenir sur la carrière et l’œuvre de Suleyman al-Bassam.

  • Tamer El-Saïd, Les derniers jours d’une ville - 28/06/17

    Mardi 27 juin 2017 fut présenté à l’Institut du monde arabe en avant-première et en présence du réalisateur Tamer El-Saïd Les derniers jours d’une ville. Dans une Égypte prérévolutionnaire, Khalid, le personnage principal, tente d’achever le film qu’il prépare depuis des années. Une ode amoureuse au Caire et aux villes déchirées d’Orient, qui nous renvoie aux prémices de la révolution égyptienne. Sélectionné pour le Caligari Film Prize à la Berlinale 2017, il sort le 28 juin dans les salles françaises.

  • Compte rendu du 8e Festival du Film Arabe de Berlin (31 mars-7 avril 2017) - 11/04/17

    Organisé par l’association AlFilm, le Festival du Film Arabe de Berlin a tenu, du 31 mars au 7 avril 2017, sa huitième édition. Il s’agit de l’une des plus importantes manifestations cinématographiques organisées en Allemagne.

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Afghanistan, Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice