Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2800 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Territoires palestiniens

Territoires palestiniens

  • Jérusalem, la fin d’une ville sacrée ? - 19/03/20

    Fin janvier 2020, le président américain Donald Trump a confirmé la souveraineté israélienne sur Jérusalem durant le dévoilement de son « plan pour la paix ». Il a alors légitimé les revendications nationales de l’Etat hébreu sur la ville « trois fois sainte », mettant à mal le caractère spécial longtemps accordé à la cité. Il y a un demi siècle, c’est l’idée d’une internationalisation de la ville qui s’imposait.

  • Coronavirus : la peur gagne Israël - 09/03/20

    Psychose ou mesures de précautions, la peur du Coronavirus n’a pas épargné Israël. L’Etat hébreu a pris des mesures drastiques pour éviter la propagation du virus. Quelles en sont les implications pour les relations israélo-palestiniennes ? Et quelles conséquences pour l’économie et le tourisme d’Israël et des Territoires palestiniens ?

  • Les enjeux énergétiques en Méditerranée orientale, ou la création d’une nouvelle arène géopolitique au Moyen-Orient. Partie I : des gisements d’hydrocarbures particulièrement prometteurs - 12/02/20

    « La Méditerranée orientale, une mer de gaz » (1) : cette citation, issue d’un article du site du géant pétrolier italien ENI, suffit à comprendre l’ampleur que revêtent, actuellement, les enjeux économiques dans l’est de la mer Méditerranée.

    La Méditerranée orientale est en effet actuellement le théâtre d’une véritable course aux hydrocarbures de la part des nations méditerranéennes concernées, qu’elles le soient directement ou indirectement : si la présence de la Turquie ou de Chypre dans l’équation n’étonne guère, celle de la Libye ou encore de l’Italie interroge davantage.

    Cette course se fait, de façon incontournable, sur fonds de profonde rivalité entre les différents protagonistes de l’affaire, qui recourent aux alliances et qui montrent de façon ostentatoire leurs forces militaires afin de tirer le meilleur parti de la situation et, surtout, des ressources en jeu.

    Alors que la Turquie a annoncé le déploiement de drones de combat dans la zone (2) et que la présidence française s’est engagée auprès d’Athènes à envoyer des bâtiments de la Marine nationale en soutien aux forces grecques positionnées en mer Égée (3), cet article va s’employer à disséquer les tenants et aboutissants de la crise afin de présenter dans un premier temps l’ampleur des enjeux énergétiques dans la zone (première partie) afin, ensuite, de mieux saisir la mesure de l’escalade diplomatico-sécuritaire dans la région et la sensibilité du sujet pour les différentes nations impliquées (deuxième partie).

  • Le « Deal du siècle » : un échec annoncé ? - 30/01/20

    Le mardi 28 janvier, après trois ans de gestation, le président américain Donald Trump a dévoilé son plan de paix pour le Moyen-Orient. Aligné sur les positions du gouvernement israélien, le texte impose des concessions majeures aux Palestiniens, dont l’abandon de Jérusalem. Il a été immédiatement rejeté par le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas (Fatah) et par le Hamas au pouvoir à Gaza.

  • Entretien avec Jean-Paul Chagnollaud – Retour sur la Cisjordanie, les colonies et la solution à deux Etats - 19/11/19

    Le lundi 18 novembre, dans la soirée, le Secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a déclaré que Washington considère maintenant que les colonies israéliennes ne violent pas le droit international. Une annonce pour venir en aide à Benyamin Netanyahou, mis en difficulté par les progrès de son rival Benny Gantz pour former un gouvernement minoritaire (1). Deux mois plus tôt, en septembre 2019, à quelques jours des élections, Benyamin Netanyahou avait promis d’annexer la vallée du Jourdain et le nord de la mer Morte s’il était reconduit comme Premier ministre.

    Ces dernières années, la construction dans les colonies s’est intensifiée en Cisjordanie et à Jérusalem Est, mettant à mal les espoirs de création d’un Etat palestinien viable incluant ces territoires et la Bande de Gaza. En Israël, l’issue des élections est encore incertaine. Benyamin Netanyahou comme Benny Gantz n’arrivent pas à former un gouvernement. Mais une chose est sûre, les partis dominants ne semblent pas faire preuve d’une volonté politique forte pour réamorcer le processus de paix. Côté palestinien, l’Autorité palestinienne est plus marginalisée que jamais et ne parvient pas à s’imposer pour proposer une issue au conflit. Le président Mahmoud Abbas, impopulaire, ne semble plus répondre aux attentes de la population palestinienne. Les espoirs portés par la solution à deux Etats s’amenuisent.

    Pour éclaircir la situation, Les clés du Moyen-Orient a mené un entretien avec Jean-Paul Chagnollaud. Professeur émérite des Universités, il a été Doyen de la faculté de Droit de l’Université Cergy‐Pontoise. Il est également directeur de la revue Confluences Méditerranée, et en charge de certaines collections concernant la Méditerranée aux Éditions L’Harmattan.

  • Gaza : un nouveau chapitre s’ouvre entre Israël et le Hamas - 18/11/19

    Dans la nuit du vendredi 15 novembre, deux jets de lumière foudroyants partent de Gaza. Deux roquettes sont tirées en direction de la ville israélienne de Beer Sheva (1). Dans cette localité du sud, située aux portes du désert du Negev, les sirènes d’alarmes retentissent. En ce début de Shabbat, les festivités tournent court et les habitants se précipitent vers les abris. Mais les roquettes n’ont pas le temps de finir leur course : elles sont interceptées par le Dôme de fer, le système de défense aérienne israélien. Dans les heures qui suivent, dans un éclat terrible, le ciel s’illumine au dessus de Gaza. L’armée israélienne a répliqué. Pour la première fois depuis le début du nouveau cycle de violences entamé quatre jours plus tôt entre Israël et l’enclave palestinienne, elle bombarde des positions du Hamas (2). Deux sites situés dans le nord de l’enclave palestinienne sont visés. En cause : selon l’armée israélienne, les deux roquettes lancées un peu plus tôt sont le fait du parti islamiste au pouvoir à Gaza. Il était pourtant resté à l’écart des affrontements avec l’Etat hébreu durant la semaine (3). Jusqu’à ce vendredi, seuls l’armée israélienne et le Jihad Islamique étaient impliqués dans les combats.

  • Reportage photo : les Palestiniens célèbrent le 15ème anniversaire de la mort de Yasser Arafat, dans une Cisjordanie à bout de souffle - 14/11/19

    Aux prémices du mois de novembre, les portraits de Yasser Arafat ont envahi les rues de Ramallah, remplaçant les panneaux publicitaires le long de la route, et recouvrant les devantures des échoppes. Sur tous les clichés, l’ancien président de l’Autorité palestinienne regarde au loin, toujours coiffé d’un keffieh, traditionnel foulard des paysans arabes, devenu symbole de la lutte palestinienne. Dans un coin, le logo du Fatah - son parti - est immanquable. Abu Ammar (surnom de Yasser Arafat) est célébré comme un héro à l’occasion du 15ème anniversaire de sa mort, survenue le 11 novembre 2004.

  • Le Mouvement Jihad Islamique Palestinien : une faction islamo-nationaliste révolutionnaire - 05/11/19

    Dans la nuit du 1er au 2 novembre 2019, des jets de lumière éclatent dans le ciel qui surplombe la frontière entre Gaza et Israël. Tel un cycle interminable, une dizaine de roquettes ont été tirées depuis la bande côtière vers l’Etat hébreu. Elles viennent trancher avec le calme relatif de ces dernières semaines. La plupart sont interceptées par le Dôme de fer, le système de défense aérienne israélien. Les autres s’écrasent en causant quelques dégâts minimes (1). En représailles, l’armée israélienne bombarde des positions du Hamas. Bilan : un mort et deux blessés parmi les Palestiniens.

    Cependant, le parti islamiste au pouvoir à Gaza (2) nie toute responsabilité. C’est en fait le Mouvement du Jihad Islamique Palestinien (MJIP) qui est derrière ces tirs. Troisième parti palestinien après le Fatah et le Hamas, ce mouvement est l’objet d’une certaine confusion. Peu étudié, le Jihad Islamique est parfois associé - à tort - à des mouvements transnationaux djihadistes telles qu’Al-Qaïda. Pourtant, le MJIP est profondément ancré dans l’histoire palestinienne. A la fois nationaliste et jihadiste, influencé par les Frères musulmans, par la lutte pour la libération nationale et la révolution iranienne, il s’est « caractérisé par sa grande pluralité, des communistes aux différentes variantes de nationalisme arabe, des gauches radicales marxisantes aux formes variées d’islam politique » (3). Connu pour sa radicalité envers Israël, il occupe une place singulière sur le plan interne palestinien. Nourri du politique comme du religieux, ce mouvement est motivé par une ambition principale : la lutte armée contre Israël pour la « libération de la Palestine historique » (4).

  • Rapprochements et marginalisations autour du gaz en Méditerranée orientale (1/2) - 10/07/19

    Le 14 janvier 2019, le ministre égyptien de l’Énergie annonçait un accord entre six pays riverains et l’Autorité palestinienne, pour la création d’un Forum sur le Gaz en Méditerranée orientale (1). Ces pays sont, aux côtés de l’Égypte et de l’Autorité palestinienne, Chypre et Israël (2) comme possibles futurs pays producteurs de gaz naturel suite aux récentes découvertes de gisements en haute-mer ; la Grèce, l’Italie et la Jordanie comme probables pays importateurs du surplus produit par les précédents, dont les ressources estimées devraient rendre envisageable l’auto-suffisance énergétique pour plusieurs dizaines d’années à venir.

  • À Manama, le volet économique du plan de paix américain controversé sur fond de renforcement de l’axe anti-Iran dans la région - 02/07/19

    Les 25 et le 26 juin 2019, la capitale de Bahreïn, Manama, a accueilli la conférence portant sur le volet économique du plan de paix américain pour le Moyen-Orient, rebaptisée sobrement « atelier ». Washington est parvenu à réunir des pays arabes clés durant cette rencontre, malgré l’opposition des principaux bénéficiaires du plan, les Palestiniens. Reste que l’atelier n’a pas entrainé l’engouement escompté, et le volet économique du plan de paix publié quelques jours avant la conférence a été la cible de vives critiques.

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Afghanistan, Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Azerbaïdjan, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Soudan, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice