Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2400 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Expositions

Expositions

  • Compte rendu de l’exposition « Al Musiqa, voix et musiques du monde arabe », Philharmonie de Paris, 6 avril – 29 août 2018 - 06/07/18

    Au XIXe siècle, de grands compositeurs comme Saint-Saëns ou Liszt, orientalistes symphoniques, ont popularisé l’usage de rythmes irréguliers, le plus souvent enlevés, et de gammes dites « orientales », ayant pour but d’introduire dans la musique européenne de la fin du siècle quelques bouffées d’exotisme factice. L’oreille en Occident s’est ainsi accoutumée à certains motifs qu’elle reconnaît comme « orientaux », et qui par là esquissent la trame d’une géographie musicale structurée par des lieux communs, non point visuels mais sonores. En proposant de voyager par-delà ces derniers, l’exposition Al Musiqa, qui se tient à la Philharmonie de Paris du 6 avril au 19 août 2018, ouvre les portes de territoires multiples et moins bien connus : les voix et musiques du monde arabe.

  • Compte rendu de l’exposition « L’Empire des roses, chefs-d’œuvre de l’art persan du 19e siècle » au musée du Louvre-Lens, scénographie de Christian Lacroix, 28 mars-23 juillet 2018 - 02/05/18

    Organiser une exposition sur l’art kadjar se heurte à des difficultés de taille. Tout d’abord, le destin mouvementé de la dynastie a entraîné une grande dispersion des œuvres dans le monde. Les puissances qui ont exercé leur influence sur la Perse, Angleterre et Russie, en ont un grand nombre, tandis que les membres de la famille royale, forcés à l’exil, les ont essaimées au gré de leurs besoins financiers en Europe comme aux Etats-Unis. Par ailleurs, le relatif discrédit qui a pesé sur cet art d’une cour sous influence étrangère (en comparaison de l’art de la puissante dynastie safavide) en a d’abord fait plus un objet de collection privée que de grand musée national. Il faut donc pour toute rétrospective convaincre un grand nombre d’institutions et de particuliers. Un défi que la volonté de rapprochement de l’Union européenne avec l’Iran dans le cadre de l’accord du nucléaire de 2011 a sans conteste aidé à relever. Les œuvres présentées par le Louvre-Lens sont exceptionnelles de qualité et de variété. A côté d’une impressionnante collection de portrait en pieds monumentaux des souverains de la dynastie, la commissaire de l’exposition Gwenaëlle Fellinger, et la commissaire associée Hana Chidiac, ont réussi à réunir des costumes, des ouvrages, et des objets de la vie quotidienne. L’ensemble offre une vision saisissante d’une époque charnière de l’histoire de l’Iran.

  • Exposition photo d’Ines Gil, Mossoul libérée – portrait d’une ville meurtrie, du 23 novembre au 21 décembre 2017 - 16/11/17

    Ines Gil, journaliste, s’est rendue à Mossoul en août 2017. Elle expose les photos prises pendant son voyage, au Cassiopée Café, du 23 novembre au 21 décembre 2017.

  • Deuxième Biennale des photographes du monde arabe contemporain à l’Institut du monde arabe et à la Maison européenne de la photographie - 02/11/17

    L’institut du monde arabe et la Maison européenne de la photographie ont conjointement organisé la seconde édition d’un événement qui devrait inscrire sa pérennité dans le paysage des expositions de rentrée parisienne : la Biennale des photographes du monde arabe contemporain, déployée dans huit lieux d’exposition de Paris. Une cinquantaine d’artistes sont réunis au sein d’un large panorama marqué par un focus ajusté sur la Tunisie et l’Algérie.

  • Exposition « Chrétiens d’Orient, 2000 ans d’histoire » à l’Institut du monde arabe, en partenariat avec l’Œuvre d’Orient - 09/10/17

    « Au début du XXe siècle, les chrétiens comptaient pour plus de 20% de la population du Moyen-Orient, ils sont aujourd’hui moins de 3% (le Liban, environ 30% et l’Égypte, environ 9%, restent les foyers les plus importants). Les causes de l’émigration furent longtemps économiques mais aujourd’hui l’ampleur des mouvements et sa nature sont inquiétantes et posent la question de la diversité du monde arabe ». Ces quelques mots sont extraits du cartel qui clôt la très belle et très riche exposition présentée jusqu’au 14 janvier 2018 à l’Institut du monde arabe, en partenariat avec l’Œuvre d’Orient, présente au sein du conseil scientifique de l’exposition.

    C’est pourtant bien certainement ce constat dramatique qui fut à l’origine de ce choix de thématique, aux enjeux aussi politiques que culturels. « L’Orient » dont il est question s’étend de l’Euphrate au Nil, recouvrant les actuels Syrie, Liban, Égypte, Jordanie, Irak et Palestine. En rassemblant des chefs d’œuvres issus de toute cette région, l’exposition « Chrétiens d’Orient, 2000 ans d’histoire » travaille à dénouer toute la complexité de cette chrétienté multiple, enrichie par les influences extérieures et vibrant au rythme des conciles théologiques et des guerres de conquête, tantôt persécutée, tantôt favorisée.

  • Beyrouth, plateforme du marché de l’art contemporain : autour de la 8e édition de la Beirut Art Fair - 27/09/17

    Le 21 septembre 2017 fut inaugurée au BIEL (Beirut International Exhibition and Leisure Center) à Beyrouth la huitième édition de la foire internationale pour l’art contemporain de la capitale libanaise : la Beirut Art Fair, clôturée le 24 septembre. Durant quatre jours, des galeries du monde entier sont venues exposer leurs artistes. Suite au succès rencontré avec l’édition 2016, l’édition 2017 de la foire a composé un programme ambitieux et innovant, témoignant par les rencontres envisagées de la place grandissante que prend Beyrouth sur la scène internationale pour la création contemporaine et le marché de l’art.

  • Compte rendu de l’exposition « L’histoire ne se soucie ni des arbres ni des morts », Institut du monde arabe, 8 avril 2017-14 janvier 2018 - 15/06/17

    Pendant trois semestres, l’Institut du monde arabe propose une courte expo-dossier à ses visiteurs. Au cœur du musée permanent, cette courte exposition a un objectif ambitieux, comme l’indique le site internet de l’IMA : « Amener le visiteur à réfléchir sur la mise en image de l’Histoire dans le monde arabe : tel est le propos d’une sélection d’œuvres anciennes, modernes et contemporaines, toutes issues des collections du musée de l’Institut du monde arabe. »

  • Redécouvrir le surréalisme égyptien : le groupe « Art et Liberté » (1938-1948) - 16/01/17

    Au Centre Pompidou s’achève ces jours-ci la première exposition consacrée au surréalisme égyptien, « Art et Liberté : Rupture, guerre et surréalisme en Égypte (1938-1948) ». C’est l’occasion de revenir, grâce à la documentation rassemblée durant les nombreuses années de recherche menées sur la question par Sam Bardaouil et Till Ferah, commissaires de l’exposition, sur l’histoire et les caractéristiques d’un groupe d’artistes qui, en une décennie, jeta les jalons d’une nouvelle modernité artistique en Égypte, au temps de la Seconde Guerre mondiale et à l’aube du nassérisme.

  • Compte rendu de l’exposition « Sites Eternels, de Bâmiyân à Palmyre », au Grand Palais - 10/01/17

    Du 14 décembre 2016 au 9 janvier 2017, une exposition s’est tenue au Grand Palais sur quatre sites en danger de destruction au Proche et au Moyen-Orient. Cette exposition a été organisée par la Réunion des musées nationaux, le Grand Palais et le musée du Louvre, en collaboration avec la startup française Iconem et sous le patronage de l’Unesco. Même si l’exposition a clôturé ses portes (1), il nous a semblé important d’en faire le compte rendu, car l’enjeu est de taille et la problématique actuelle : sur les 814 sites inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco en 2016, 37 sont en péril en raison des pillages, de la guerre, des destructions délibérées, du délabrement…

  • Compte rendu de l’exposition « Aventuriers des mers, de Sindbad à Marco Polo » à l’Institut du Monde arabe, 15 novembre 2016 – 26 février 2017 - 28/11/16

    Pendant trois mois, l’Institut du Monde arabe nous invite à rencontrer les grands navigateurs de l’histoire en visitant l’exposition Aventuriers des mers, de Sindbad à Marco Polo. Les voyageurs présentés ont en commun la découverte de nouvelles terres par voie maritime et terrestre, sans distinction de leur pays d’origine (certains sont Européens, d’autres Arabes, un enfin est Chinois). Tous ont vécu au Moyen Age, mais séparés parfois par plusieurs siècles. Cette exposition montée en partenariat avec le sultanat d’Oman présente comme pièce maîtresse le grand boutre omanais traditionnel Nizwa, qui a fait le voyage depuis Douarnenez et trône désormais sur le parvis de l’Institut. Si l’exposition a débuté le 15 novembre, son inauguration s’est déroulée le jeudi 24 novembre en présence du ministre des Affaires étrangères et du développement international Jean-Marc Ayrault et de l’ambassadeur du Sultanat d’Oman en France Humaid Al Maani.

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice