Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2600 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Expositions

Expositions

  • A l’occasion de l’exposition « L’Orient des peintres, du rêve à la lumière » présentée au musée Marmottan (Paris), retour sur un voyage initiatique - 29/03/19

    Depuis le 7 mars et jusqu’au 21 juillet 2019, l’exposition dédiée à « L’Orient des peintres » est proposée dans l’écrin du musée Marmottan Monet abritant les collections de Paul Marmottan, dédiées à Napoléon et sa famille. Tout comme les objets qui jalonnent le musée, les œuvres présentées dans l’exposition consacrée à « L’Orient des peintres » ont été réunies lors des campagnes de conquêtes napoléoniennes et s’axent autour de la Méditerranée au travers de trois fils conducteurs : l’être, la lumière et le paysage.

    Cette exposition accueille une cinquantaine d’œuvres provenant de collections publiques et privées d’Europe et des États-Unis (musée du Louvre, musée d’Orsay, musée des Augustins de Toulouse, la Städtische Galerie im Lenbachhaus und Kunstbau de Munich, la collection Thyssen-Bornemisza de Madrid, le Rijksmuseum d’Amsterdam, le Sterling and Francine Clark Art Institute de Williamstown). Sont exposées les œuvres de Jean-Auguste-Dominique Ingres, Eugène Delacroix, Théodore Chassériau, Jean-Léon Gérôme, Édouard Debat-Ponsan, Eugène Fromentin, Paul Lazerges, Jules-Alexis Muenier, Dagnan-Bouveret, Albert Marquet, Charles Camoin, Théo van Rysselberghe, Bernard, Wassily Kandinsky ou Paul Klee, Vallotton.

  • A l’occasion de l’exposition « Fables d’Orient-Miniaturistes, artistes et aventuriers à la cour de Lahore » présentée au Musée national des arts asiatiques-Guimet, retour sur l’adaptation picturale des fables de La Fontaine selon un modèle indo-persan - 08/03/19

    En 1835, le général Jean-François Allard, engagé en Inde au service du maharajah de Lahore, charge un peintre local de réaliser l’illustration des œuvres de La Fontaine, dont deux volumes publiés par Didot lui avaient été remis par Feuillet de Conches. Un premier volume est envoyé en France en 1838 et, à la mort du général, Jean-Baptiste Ventura, un italien passé du côté des armées françaises, s’assure de l’expédition du second, terminé le 25 Ša’ban 1255, soit le 18 novembre 1839.

    L’exposition temporaire présentée au Musée Guimet et enrichie des prêts du Louvre et de la Bibliothèque nationale de France offre l’opportunité de découvrir la richesse de cette adaptation picturale des fables de La Fontaine selon un modèle indo-persan.

  • Compte rendu de l’exposition « Cités Millénaires, Voyage virtuel de Palmyre à Mossoul » présentée à l’Institut du Monde Arabe jusqu’au 10 février 2019 - 18/12/18

    Cette nouvelle exposition proposée par l’I.M.A. invite au voyage dans la temporalité de témoins millénaires de l’histoire de l’humanité : la mosquée al-Nūri et le mausolée de Nabi Younes à Mossoul, la grande mosquée des Omeyyades de Damas, le souk et la citadelle d’Alep, l’oasis de Palmyre, le site de Leptis Magna toujours présent mais menacé de pillage et d’une éventuelle destruction.

  • 9e édition de la Beirut Art Fair - 05/10/18

    La neuvième édition de la Beirut Art Fair s’est tenue du 20 au 23 septembre 2018. Toujours plus étendue d’année en année (le BAF ayant accru en 2018 45% de ses surfaces), la foire a accueilli pour cette saison de nouvelles galeries internationales en provenance de France, d’Italie, de Suisse, de Belgique, d’Allemagne, des États-Unis, du Royaume-Uni, de Palestine, d’Arménie, de Côte d’Ivoire ou de Biélorussie.

  • La photographie en résistance aux Rencontres d’Arles 2018 - 04/09/18

    La 49e édition des Rencontres de la photographie d’Arles se tient depuis le 2 juillet dans divers espaces d’exposition de la ville, et ce jusqu’au 23 septembre. A l’image de l’édition 2017, qui mettait à l’honneur la photographie iranienne, les Rencontres de 2018 ont choisi de mettre en lumière la photographie turque et son potentiel de dissidence. Panorama remarquable d’une certaine scène turque en dissidence, l’exposition « Une Colonne de fumée » (1), montée à la Maison des Peintres par deux commissaires, Ilgın Deniz Akseloğlu et Yann Perreau se distingue par sa capacité à présenter, en quelques salles, les multiples facettes d’une scène artistique en résistance. Ailleurs dans Arles, d’autres artistes de la région MENA sont à l’honneur, comme en témoignent les expositions individuelles du Palestinien Taysir Batniji, « Gaza To America, Home Away From Home », commissionnée par Sam Stourdzé, directeur depuis 2014 des Rencontres d’Arles, et de l’Algérien Adel Abdessemed, « Au-delà du principe de plaisir », commissionnée par l’architecte français Jean Nouvel.

  • « Jocelyne Saab à contre-courant » : exposition rétrospective au musée MACAM au Liban - 23/08/18

    L’exposition « Jocelyne Saab à contre-courant » est la première exposition rétrospective des œuvres plastiques de la cinéaste et artiste libanaise. Elle présente toutes les œuvres plastiques qui ont déjà été exposées par l’artiste au cours de ces dix dernières années (1). Rien d’inédit, donc, mais un panorama important sur l’autre rapport de Jocelyne Saab aux images, que l’on peut consulter jusqu’au 16 septembre 2018 au musée MACAM au Liban.

  • Compte rendu de l’exposition « Al Musiqa, voix et musiques du monde arabe », Philharmonie de Paris, 6 avril – 29 août 2018 - 06/07/18

    Au XIXe siècle, de grands compositeurs comme Saint-Saëns ou Liszt, orientalistes symphoniques, ont popularisé l’usage de rythmes irréguliers, le plus souvent enlevés, et de gammes dites « orientales », ayant pour but d’introduire dans la musique européenne de la fin du siècle quelques bouffées d’exotisme factice. L’oreille en Occident s’est ainsi accoutumée à certains motifs qu’elle reconnaît comme « orientaux », et qui par là esquissent la trame d’une géographie musicale structurée par des lieux communs, non point visuels mais sonores. En proposant de voyager par-delà ces derniers, l’exposition Al Musiqa, qui se tient à la Philharmonie de Paris du 6 avril au 19 août 2018, ouvre les portes de territoires multiples et moins bien connus : les voix et musiques du monde arabe.

  • Compte rendu de l’exposition « L’Empire des roses, chefs-d’œuvre de l’art persan du 19e siècle » au musée du Louvre-Lens, scénographie de Christian Lacroix, 28 mars-23 juillet 2018 - 02/05/18

    Organiser une exposition sur l’art kadjar se heurte à des difficultés de taille. Tout d’abord, le destin mouvementé de la dynastie a entraîné une grande dispersion des œuvres dans le monde. Les puissances qui ont exercé leur influence sur la Perse, Angleterre et Russie, en ont un grand nombre, tandis que les membres de la famille royale, forcés à l’exil, les ont essaimées au gré de leurs besoins financiers en Europe comme aux Etats-Unis. Par ailleurs, le relatif discrédit qui a pesé sur cet art d’une cour sous influence étrangère (en comparaison de l’art de la puissante dynastie safavide) en a d’abord fait plus un objet de collection privée que de grand musée national. Il faut donc pour toute rétrospective convaincre un grand nombre d’institutions et de particuliers. Un défi que la volonté de rapprochement de l’Union européenne avec l’Iran dans le cadre de l’accord du nucléaire de 2011 a sans conteste aidé à relever. Les œuvres présentées par le Louvre-Lens sont exceptionnelles de qualité et de variété. A côté d’une impressionnante collection de portrait en pieds monumentaux des souverains de la dynastie, la commissaire de l’exposition Gwenaëlle Fellinger, et la commissaire associée Hana Chidiac, ont réussi à réunir des costumes, des ouvrages, et des objets de la vie quotidienne. L’ensemble offre une vision saisissante d’une époque charnière de l’histoire de l’Iran.

  • Exposition photo d’Ines Gil, Mossoul libérée – portrait d’une ville meurtrie, du 23 novembre au 21 décembre 2017 - 16/11/17

    Ines Gil, journaliste, s’est rendue à Mossoul en août 2017. Elle expose les photos prises pendant son voyage, au Cassiopée Café, du 23 novembre au 21 décembre 2017.

  • Deuxième Biennale des photographes du monde arabe contemporain à l’Institut du monde arabe et à la Maison européenne de la photographie - 02/11/17

    L’institut du monde arabe et la Maison européenne de la photographie ont conjointement organisé la seconde édition d’un événement qui devrait inscrire sa pérennité dans le paysage des expositions de rentrée parisienne : la Biennale des photographes du monde arabe contemporain, déployée dans huit lieux d’exposition de Paris. Une cinquantaine d’artistes sont réunis au sein d’un large panorama marqué par un focus ajusté sur la Tunisie et l’Algérie.

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Afghanistan, Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice