Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2700 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Libye

Libye

  • L’enlisement du conflit libyen et le rôle croissant de la Turquie (2/2) - 14/08/19

    Attaquées pour ne pas avoir prévu les conséquences qu’aurait leur intervention militaire en Libye contre le régime de Kadhafi en 2011, les puissances occidentales ne peuvent rien faire pour empêcher la situation d’empirer en 2014. L’escalade de la violence s’illustre tout d’abord par l’affrontement de milices ennemies pour le contrôle de l’aéroport de Tripoli et le contrôle des ressources pétrolières dans la province orientale, puis par le fait que la même année les Emirats arabes unis et l’Egypte s’unissent pour bombarder la capitale où les affrontements entre rebelles sont de plus en plus violents (1). La guerre s’internationalise à nouveau en Libye, et la Turquie entend dès lors continuer à y défendre ses intérêts économiques et la présence de ses ressortissants issus du passé ottoman de ce territoire.

  • L’enlisement du conflit libyen et le rôle croissant de la Turquie (1/2) - 09/08/19

    Le terme de « Printemps arabe » qui aura marqué cette décennie est apparu dans les médias en 2011 (1) à propos de la révolte du peuple libyen contre son « guide » Mouammar Kadhafi. Huit ans après la mort de celui-ci, sous les bombardements des avions français et britanniques, le calme n’est toujours pas revenu en Libye. Le conflit n’a jamais semblé aussi fort après des années de chaos où l’ensemble du pays a été occupé par des tribus et des milices antagonistes (2), chacune soutenue par des puissances étrangères aux objectifs différents (3). Une véritable « guerre par procuration » qui n’est pas sans rappeler les conflits syriens et yéménites eux aussi nés des Printemps arabes, mais aussi libanais bien des années auparavant (4). Puisque, si depuis la mort de l’ancien colonel dirigeant le pays, les acteurs internationaux essaient tour à tour de soutenir un hypothétique projet commun à même de ramener de la stabilité au sommet de cet Etat failli, il se trouve qu’à l’heure actuelle deux camps opposés s’affrontent sur le terrain pour incarner cette légitimité autant populaire qu’internationale (5).

  • De la normalisation de la politique étrangère libyenne à la révolution et l’intervention de l’OTAN ; les dernières années de Mouammar Kadhafi. Partie 3 : de la tribune des Nations unies à la télévision nationale, la chute de Kadhafi à travers ses discours - 14/05/19

    A la tête de l’Union Africaine dès Février 2009, et présidant la 64e session de l’Assemblée générale des Nations unies par le biais de son ancien ministre des Affaires étrangères, la Jamahiriya arabe libyenne semble enfin avoir pleinement réussi à investir la scène diplomatique mondiale. Elle s’y présente comme un allié de la communauté internationale, et en particulier des puissances occidentales, face au terrorisme. Mouammar Kadhafi se permet donc un discours tantôt provocateur, tantôt constructif, tantôt dénonciateur devant les leaders de cette communauté internationale tous réunis à New York auprès desquels il rappelle son utilité et vante ses idées. Deux ans plus tard, sur les ondes de la télévision nationale, c’est un Mouammar Kadhafi fébrile et vindicatif à l’encontre de son propre peuple qui s’exprime à travers un discours appelant à la lutte contre « des barbus », qu’il dénonce comme tentant, une fois de plus, de renverser son régime.

  • De la normalisation de la politique étrangère libyenne à la révolution et l’intervention de l’OTAN ; les dernières années de Mouammar Kadhafi. Partie 2 : Les enjeux économiques internationaux de la réhabilitation de la Libye : le pétrole et les dollars, étendards du « Roi des rois d’Afrique » - 29/04/19

    Après une décennie d’embargos internationaux, la reconnaissance des attentats auxquels le gouvernement libyen a participé, accompagnée du versement de compensations financières aux familles des victimes constituent au début des années 2000 des pas importants vers la levée des sanctions pour la Jamahiriya arabe libyenne. L’abandon complet de son programme nucléaire militaire, vérifié par plusieurs contrôles de l’Agence internationale de l’Energie atomique renforce cette dynamique. Le troisième élément de ce triptyque vertueux est la lutte contre l’islamisme et ses mouvances armées telles qu’Al Qaeda, cibles de la « war on terror » américaine.

    En réalité, si ce retour en grâce est une aubaine pour la Libye, il fait également les affaires des Etats européens et des Etats-Unis, dont les acteurs économiques retrouvent accès à un généreux partenaire au sous-sol riche en hydrocarbures et avec qui des liens avaient parfois été solidement noués.

  • De la normalisation de la politique étrangère libyenne à la révolution et l’intervention de l’OTAN ; les dernières années de Mouammar Kadhafi. Partie 1 : La réhabilitation de la Libye de Kadhafi sur la scène internationale : une pénitence diplomatique laborieuse mais vitale - 26/04/19

    La Libye, comme nous l’avons vu dans des articles précédents (1), a longtemps été isolée sur la scène internationale du fait de son soutien au terrorisme, des déclarations publiques et actes anti-occidentaux de son guide suprême et de la poursuite d’un programme nucléaire militaire. Ces éléments tendent à faire de la Jamahiriya arabe libyenne un opposant déclaré à la plupart des puissances occidentales. Cette position impose de nombreuses difficultés à la société libyenne, dont l’économie doit notamment supporter les conséquences d’embargos internationaux.

  • Être journaliste au Moyen-Orient (1/3) : questionner le reportage de guerre : reportage avec Jean-Claude Guillebaud et Samuel Forey, et présentation de Jocelyne Saab à l’occasion de la publication de son ouvrage « Zones de guerre » - 02/01/19

    Les éditions de l’Œil ont publié en décembre 2018 le premier ouvrage de photographies de l’ancienne reporter de guerre puis cinéaste et artiste libanaise Jocelyne Saab, Zones de guerre. Le livre rassemble des photogrammes et des photographies de l’ensemble de sa carrière, qui permettent de revenir sur les guerres qui ont agité le Moyen-Orient tout au long des années 1970.

    Ce livre permet d’ouvrir à la question du journalisme en terrain de guerre, que nous avons souhaité poser à deux reporters de deux générations différentes ayant remporté le prix Albert Londres, Jean-Claude Guillebaud, primé pour sa couverture de la guerre du Vietnam en 1972, et Samuel Forey, primé pour sa couverture de la bataille de Mossoul en 2017.

    Une vidéo, puis un retour rapide sur la carrière de Jocelyne Saab au Moyen-Orient permettent de mettre en contexte la question de l’engagement et de la curiosité nécessaire aux journalistes pour informer, même au risque de leur vie.

  • Du panarabisme décevant au panafricanisme déférent, l’évolution de la politique régionale de Mouammar Kadhafi (3/3) - 20/12/18

    Dans cette troisième partie, nous verrons comment un conflit frontalier de la période coloniale a enflammé les relations entre le Tchad, jeune nation indépendante proche de son ancienne administration coloniale, et la Libye kadhafienne, pendant plusieurs décennies. Nous verrons que si le Colonel avait initialement établi des caps idéologiques et diplomatiques qui pouvaient apparaitre courageux sinon ambitieux, ceux-ci ne masquaient pas une politique étrangère tempétueuse, qui s’accompagnait parfois d’un bellicisme vicieux allant jusqu’aux liens avec le terrorisme international.

  • Compte rendu de l’exposition « Cités Millénaires, Voyage virtuel de Palmyre à Mossoul » présentée à l’Institut du Monde Arabe jusqu’au 10 février 2019 - 18/12/18

    Cette nouvelle exposition proposée par l’I.M.A. invite au voyage dans la temporalité de témoins millénaires de l’histoire de l’humanité : la mosquée al-Nūri et le mausolée de Nabi Younes à Mossoul, la grande mosquée des Omeyyades de Damas, le souk et la citadelle d’Alep, l’oasis de Palmyre, le site de Leptis Magna toujours présent mais menacé de pillage et d’une éventuelle destruction.

  • Du panarabisme décevant au panafricanisme déférent, l’évolution de la politique régionale de Mouammar Kadhafi (2/3) - 07/12/18

    Dans cette seconde partie, nous analyserons les tentatives les plus marquantes de promotion d’une unité arabe lancées par le « guide » de la Jamahiriya arabe libyenne, leurs échecs, et la remise en cause de sa stratégie pan arabique au profit d’une vision unificatrice des Etats africains, nourrie par une diplomatie engagée et une politique d’assistance économique offrant une alternative à celles des deux grands blocs de la guerre froide pour lesquels l’Afrique était un champ de bataille d’influence.

  • Du panarabisme décevant au panafricanisme déférent, l’évolution de la politique régionale de Mouammar Kadhafi (1/3) - 27/11/18

    Mouammar Kadhafi, capitaine, colonel et guide de la révolution, que le monde a connu despote imprévisible, rêvait en ses années de jeune chef d’Etat d’un mariage heureux entre pays arabes et d’une grande union issue d’un panarabisme fantasmé. Il s’est progressivement détourné de ses velléités originelles pour concentrer ses relations diplomatiques sur les pays du Sud du Sahara, auprès de qui il a toujours été impliqué tout au long de ses 42 années de règne. A tel point que 7 ans presque jour pour jour après sa mort, une partie de l’opinion publique en garde encore une image favorable, et notamment en Afrique Subsaharienne, où nombreux sont ceux qui voient encore en lui un héros du panafricanisme, une reconnaissance posthume de sa politique étrangère africaine qui allait jusqu’à promouvoir les Etats-Unis d’Afrique dont la Libye aurait été chef d’orchestre, là où le colonel n’avait pas pu trouver d’unité arabe.
    Dans cette première approche, après un rappel des dernières heures du colonel, nous nous intéresserons à la stratégie initiale et surtout la ligne idéologique qu’il avait échafaudée et érigée en politique étrangère durant les premières années de son règne, 42 ans plus tôt.

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Afghanistan, Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Soudan, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice