Appel aux dons mardi 9 août 2022



https://www.lesclesdumoyenorient.com/3535



Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient

Plus de 2900 articles publiés depuis juin 2010

mardi 9 août 2022
inscription nl


Accueil / L’histoire et l’actualité par les cartes / Les hydrocarbures

Le Moyen-Orient, une alternative fiable aux approvisionnements gaziers russes pour l’Europe ? (1/3)

Par Emile Bouvier
Publié le 24/06/2022 • modifié le 24/06/2022 • Durée de lecture : 6 minutes

 
Dans ce contexte, et alors que le Kremlin utilise l’arme énergétique comme levier de pression ou de représailles à l’égard de l’Europe - en cessant par exemple d’approvisionner en gaz naturel la Bulgarie et la Pologne le 26 avril dernier [4], ou en annonçant faire de même à l’encontre de la France, de l’Italie et de l’Allemagne à la suite de la visite le 16 juin en Ukraine des chefs d’État de ces trois pays - toutes les voies alternatives d’approvisionnement sont explorées : d’une mutualisation des marchés énergétiques européens [5] à la revitalisation - ou la prolongation de la durée de vie - des mines de charbon [6] ou des centrales nucléaires [7], en passant par une diversification des fournisseurs en produits énergétiques [8], notamment en gaz naturel, l’Europe fait feu de tout bois pour atteindre son objectif, annoncé le 8 mars dernier [9], de ne plus recourir aux approvisionnements énergétiques russes d’ici 2030.
 
Malgré les relations complexes et parfois confuses [10] entretenues par l’Europe avec le Moyen-Orient, ce dernier apparaît pourtant comme une option prise très au sérieux : outre sa proximité géographique immédiate, ses fonds marins et sous-sols recèlent de très substantielles ressources énergétiques, notamment en pétrole et en gaz. De fait, plusieurs propositions et initiatives ont émergé ces dernières semaines, tant en Europe qu’au Moyen-Orient, afin d’envisager un investissement énergétique accru des pays moyen-orientaux au profit de l’espace européen.
 
Cet article entend ainsi présenter les différentes options se présentant actuellement à l’Europe vis-à-vis du Moyen-Orient : si les projets de pipeline reliant la Méditerranée orientale à l’Europe seront évoqués (première partie), les déceptions incarnées par plusieurs pays riches en gaz mais entravés par des situations géopolitiques complexes seront également présentées (deuxième partie). Un exposé des options les plus prometteuses et fructueuses conclura cet article (troisième partie).
 

I. Des pipelines reliant directement la Méditerranée orientale à l’Europe

 

A. L’East Med, un gazoduc aussi politique qu’économique

 
Dès 4 février 2022, avant même le déclenchement de l’offensive russe en Ukraine et alors que les relations entre la Russie et l’Europe continuaient de se dégrader sévèrement, le Président turc Recep Tayyip Erdogan se positionnait déjà en affirmant que la Turquie et Israël pourraient approvisionner conjointement le continent européen en gaz [11] grâce à un gazoduc sous-marin reliant les champs gaziers de Leviathan et Tamar, en zone économique exclusive (ZEE) israélienne, à la Turquie et, de là, à l’Europe.
 
L’idée d’un pipeline sous-marin permettant à l’Europe de s’approvisionner en gaz israélien n’est pas nouvelle : le 20 mars 2019, sous l’égide des Etats-Unis, Chypre, la Grèce et Israël signait un accord [12] de coopération énergétique visant à construire un gazoduc partant, arrivant et transitant par leur sol. Ce gazoduc long de 2 200 kilomètres, nommé « East Med » [13], devrait passer à 170 kilomètres des côtes chypriotes en les longeant par le sud -avec toutefois une portion du pipeline connectant le corps principal du gazoduc à l’île - avant de traverser la Crête et la Grèce pour terminer sa course dans la ville d’Otranto, dans le sud de l’Italie. Après quelques retards occasionnés par un refus initial de l’Italie d’accueillir sur son sol le dernier tronçon du pipeline [14], les représentants grecs, chypriotes et israéliens signaient un accord le 2 janvier 2020 lançant la construction du gazoduc [15], qui ne devrait être opérationnel que d’ici 2025 [16]. Acheminant plus de dix milliards de mètres cubes de gaz par an en Europe, l’East Med ne viendrait satisfaire que 2% de la demande en gaz du continent [17] et compenser 5% des importations russes [18].
 
Israël s’est montré d’autant plus enthousiaste dans sa participation à l’East Med qu’un projet de gazoduc israélo-turc est à l’étude depuis 2007 [19] mais n’a jamais vu le jour pour une pléiade de raisons géopolitiques, économiques mais surtout diplomatiques : les relations israélo-turques se dégraderont en effet brutalement le 31 mai 2010 après l’incident du Mavi Marmara [20] et, si le projet sera à nouveau évoqué à chaque tentative de rapprochement diplomatique, comme en octobre 2016 par exemple [21], il sera systématiquement abandonné. Le projet East Med s’inscrit d’ailleurs dans ce cadre : tirer parti des gisements d’hydrocarbures en Méditerranée orientale en se passant de la Turquie, au grand dam de cette dernière [22].
 

B. Le gazoduc turco-israélien, une option devant encore faire ses preuves

 
Pourtant, deux événements majeurs vont venir initier la relance de ce projet par les autorités turques : l’éclatement de la guerre en Ukraine d’une part, qui intensifiera très fortement la recherche, par l’Europe, de voies d’approvisionnement alternatives en hydrocarbures, mais surtout, d’autre part, l’abandon du soutien américain au projet East Med en janvier 2022. Pourtant en faveur de ce pipeline dès ses débuts [23], en partie pour contrecarrer la Turquie qui se rapprochait alors de la Russie (notamment dans le cadre de l’achat de systèmes d’armes sol-air S400), les Etats-Unis invoqueront des préoccupations environnementales [24] et géopolitiques [25] pour justifier la fin de leur soutien à ce projet.
 
La Turquie dispose ainsi d’un climat doublement favorable à la réalisation d’un pipeline israélo-turc, qui relierait les champs gaziers du Leviathan et de Tamar aux infrastructures turques de Ceyhan. « Nous pouvons utiliser le gaz naturel israélien dans notre pays et, au-delà de son utilisation, nous pouvons aussi nous engager dans un effort conjoint pour l’acheminer jusqu’en Europe » déclarait ainsi la présidence turque à son retour d’Ukraine début février 2022 [26].
 
Après la visite historique du Président israélien Isaac Herzog à Ankara le 10 mars 2022, mettant fin à près d’une décennie de relations pour le moins tendues, la Turquie et Israël se sont accordés pour explorer la piste d’un pipeline conjoint. Si les autorités turques se montrent particulièrement volontaristes [27], leurs homologues israéliennes se montrent davantage prudentes : la Ministre de l’Energie israélienne Karine Elharrar indiquait ainsi qu’un grand nombre de considérations devaient d’abord être prises en compte, soulignant qu’« on doit d’abord prouver la faisabilité économique de [ce pipeline], ce qui n’est pas quelque chose de nécessairement acquis » [28].
 
Si les champs gaziers israéliens présentent un attrait tout particulier en raison de leur grande richesse et de leur situation géographique, leur découverte encore récente et l’absence d’infrastructures d’exportations majeures allant au-delà du voisinage immédiat d’Israël les rendent pour le moment peu intéressants pour compenser les approvisionnements russes en Europe. Un partenariat entre Israël et l’Egypte, comme il sera évoqué en troisième partie de cet article, a toutefois fortement attisé l’intérêt de l’Union européenne qui négocie, actuellement, une importation de gaz israélien avec l’aide des infrastructures exportatrices gazières égyptiennes.

A lire sur Les clés du Moyen-Orient :
- Moyen-Orient et production de pétrole : les 20 premiers producteurs de pétrole en 2020
- Moyen-Orient et production de gaz naturel : les 20 premiers producteurs de gaz naturel en 2020
- Les enjeux énergétiques en Méditerranée orientale, ou la création d’une nouvelle arène géopolitique au Moyen-Orient. Partie I : des gisements d’hydrocarbures particulièrement prometteurs
- Les enjeux énergétiques en Méditerranée orientale, ou la création d’une nouvelle arène géopolitique au Moyen-Orient. Partie II : manœuvres et contre-manœuvres géopolitiques en MEDOR
- Les relations turco-américaines : de la crise conjoncturelle à la dégradation structurelle (1/3). Des Kurdes syriens à l’achat des S400 par la Turquie : une divergence de vue stratégique de plus en plus prégnante
 
Bibliographie :
RICHARD Yann, « L’Union européenne : un acteur faible dans un voisinage compliqué », Revue Défense Nationale, 2016/6 (N° 791), p. 49-57. DOI : 10.3917/rdna.791.0049
 
Sitographie :
- Guerre en Ukraine. Vers un arrêt des livraisons de gaz russe avant la fin mai ? Engie s’y prépare, Ouest France, 05/05/2022
https://www.ouest-france.fr/economie/energie/gaz-naturel/engie-se-prepare-a-un-arret-des-livraisons-de-gaz-russe-qui-pourrait-intervenir-des-le-mois-de-mai-e54baafc-cc35-11ec-bc35-01778601fe28#:~:text=la%20fin%20mai%20%3F-,Engie%20s’y%20pr%C3%A9pare,sc%C3%A9nario%2C%20qui%20a%20%C3%A9t%C3%A9%20anticip%C3%A9.
- What is the EU doing to end its reliance on Russian energy ?, World Economic Forum, 26/04/2022
https://www.weforum.org/agenda/2022/04/europe-russia-energy-alternatives/
- La Russie a stoppé ses livraisons de gaz à la Pologne et à la Bulgarie, Les Echos, 26/04/2022
https://www.lesechos.fr/monde/europe/la-russie-arrete-les-livraisons-de-gaz-a-la-pologne-1403144
- L’Europe se prépare à acheter son gaz en commun, AGEFI, 23/03/2022
https://www.agefi.fr/financements-marches/actualites/quotidien/20220323/l-europe-se-prepare-a-acheter-gaz-en-commun-340388
- Some EU members turn back to coal to cut reliance on Russian gas, Climate Home News, 15/03/2022
https://www.climatechangenews.com/2022/03/15/some-eu-members-turn-back-to-coal-to-cut-reliance-on-russian-gas/
- La Belgique ne sortira pas du nucléaire en 2025, La Croix, 21/03/2022
https://www.la-croix.com/Economie/Belgique-sortira-pas-nucleaire-2025-2022-03-21-1201206134
- The U.S. Will Increase Natural Gas Exports to Europe to Replace Russian Fuel, Scientific American, 25/03/2022
https://www.scientificamerican.com/article/the-u-s-will-increase-natural-gas-exports-to-europe-to-replace-russian-fuel/
- REPowerEU : Joint European action for more affordable, secure and sustainable energy, European Commission, 08/03/2022
https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/en/ip_22_1511
- Erdogan says Turkey, Israel can jointly bring gas to Europe, Euractiv, 04/02/2022
https://www.euractiv.com/section/global-europe/news/erdogan-says-turkey-israel-can-jointly-bring-gas-to-europe/
- Greece-Cyprus-Israel EastMed gas pipeline reaches Washington, 14/03/2019
https://www.neweurope.eu/article/greece-cyprus-israel-eastmed-gas-pipeline-reaches-washington/
- Italy opposes Poseidon gas pipeline landfall, Reuters, 07/05/2019
https://www.reuters.com/article/us-italy-pipeline-pm-idUSKCN1SD223
- Israel approves pipeline deal to sell gas to Europe, Reuters, 19/07/2020
https://www.reuters.com/article/us-israel-europe-natgas-idUSKCN24K0FN-
- Erdogan ready to Negotiate EastMed Gas Pipeline, Energy News, 19/01/2022
https://www.energynews.pro/en/erdogan-ready-to-negotiate-eastmed-gas-pipeline/
- What stands in Russia’s way of adopting policies against EastMed project ?, Daily Sabah, 18/01/2020
https://www.dailysabah.com/op-ed/2020/01/18/what-stands-in-russias-way-of-adopting-policies-against-eastmed-project
- Gas pipeline hope heals rupture in Israel-Turkey ties, BBC News, 19/10/2016
https://www.bbc.com/news/world-europe-37692753
- Turkey slams controversial EastMed pipeline deal signed in Athens, TRT World, 02/01/2020
https://www.trtworld.com/europe/turkey-slams-controversial-eastmed-pipeline-deal-signed-in-athens-32668
- How the US Helped Bring About EastMed Pipeline Deal, Greek Reporter, 03/01/2020
https://greekreporter.com/2020/01/03/how-the-us-helped-bring-about-eastmed-pipeline-deal/
- Statement on East Med Energy Cooperation, US Embassy & Consulate in Greece, 10/01/2022
https://gr.usembassy.gov/statement-on-east-med-energy-cooperation/
- US withdraws support from EastMed gas pipeline project, Anadolu Ajansi, 11/01/2022
https://www.aa.com.tr/en/world/us-withdraws-support-from-eastmed-gas-pipeline-project/2470881
- Erdogan says Turkey, Israel can jointly bring gas to Europe, Euractiv, 04/02/2022
https://www.euractiv.com/section/global-europe/news/erdogan-says-turkey-israel-can-jointly-bring-gas-to-europe/
- Turkey, Israel to weigh in on deepening cooperation amid rapprochement, Daily Sabah, 08/03/2022
https://www.dailysabah.com/business/economy/turkey-israel-to-weigh-in-on-deepening-cooperation-amid-rapprochement
- Turkey-Israel pipeline on table as Europe’s alternative to Russian gas, Daily Sabah, 29/03/2022
https://www.dailysabah.com/business/energy/turkey-israel-pipeline-on-table-as-europes-alternative-to-russian-gas

Publié le 24/06/2022


Emile Bouvier est chercheur indépendant spécialisé sur le Moyen-Orient et plus spécifiquement sur la Turquie et le monde kurde. Diplômé en Histoire et en Géopolitique de l’Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne, il a connu de nombreuses expériences sécuritaires et diplomatiques au sein de divers ministères français, tant en France qu’au Moyen-Orient. Sa passion pour la région l’amène à y voyager régulièrement et à en apprendre certaines langues, notamment le turc.


 


Économie

Israël

Gaz