Actualités
Actualités

Les clés du Moyen-Orient : un nouveau site pour fêter 10 ans d’analyses

La revue Les clés du Moyen-Orient, en ligne depuis juin 2010, fêtera ses dix ans en juin prochain. Dans cette période de crise inédite du coronavirus et de confinement, nous sommes heureux de vous offrir ce nouveau site, totalement remanié.
Avec (…)

Plus d'infos
mercredi 5 août 2020



https://www.lesclesdumoyenorient.com/2854



Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient

Plus de 2600 articles publiés depuis juin 2010

mardi 4 août 2020
inscription nl


Accueil / Portraits et entretiens / Entretiens

Entretien avec Brahim Oumansour - « Le renoncement de Bouteflika est considéré comme une prolongation déguisée du 4e mandat »

Par Brahim Oumansour, Léa Masseguin
Publié le 14/03/2019 • modifié le 21/04/2020 • Durée de lecture : 3 minutes

Algerian students demonstrate in the centre of the capital Algiers on March 12, 2019, one day after President Abdelaziz Bouteflika announced his withdrawal from a bid to win another term in office and postponed an April 18 election, following weeks of protests against his candidacy. Hundreds of students rallied in the Algerian capital accusing ailing President Abdelaziz Bouteflika of seeking to prolong his two decades in power after he vowed not seek a fifth term and cancelled elections.

RYAD KRAMDI / AFP

Abdelaziz Bouteflika a annoncé renoncer à briguer un cinquième mandat même si les élections sont reportées à une date inconnue. Quel bilan peut-on faire des 20 ans de sa présidence ?

Le bilan d’Abdelaziz Bouteflika est mitigé sur le plan sécuritaire depuis son arrivée. Ses mandats successifs sont accompagnés d’un retour à l’ordre même si Abdelaziz Bouteflika a réussi à mettre fin au terrorisme et à l’insécurité des années 1990. Le régime capitalise beaucoup sur ce retour à la paix grâce à sa politique de réconciliation nationale.

Du côté de l’économie, la rente pétrolière lors de la première décennie de ce siècle a permis à l’État d’investir sur le plan économique pour la construction et la modernisation des infrastructures. Cela a eu un impact sur la société puisque cette évolution a permis d’acheminer le gaz et l’électricité dans plusieurs villes et régions, même éloignées. Le régime a également construit de nombreuses universités, écoles et logements et il n’y a presque plus de bidonvilles.

En revanche, beaucoup de choses restent à faire. La construction de ces logements s’est faite en urgence, avec peu de réflexion en matière d’urbanisme. Le secteur de la santé est affaibli et détérioré. Beaucoup de réformes économiques structurelles sont également nécessaires, en particulier en ce qui concerne le système bancaire et financier. Il est nécessaire de diversifier l’économie algérienne pour sortir de la dépendance pétrolière.

Comment interpréter les manifestations actuelles en Algérie ?

Le système politique freine actuellement le pays car il n’arrive pas à se régénérer et la concentration de pouvoir mène à la situation actuelle. Le président est malade, très affaibli, mais le pouvoir en place cherche à le maintenir pour protéger des privilèges politiques et économiques, mais aussi pour des raisons sécuritaires et de stabilité. Malheureusement, cela a un impact considérable sur le moral des Algériens, très mobilisés aujourd’hui.

Le renoncement à sa candidature pour un 5e mandat est loin d’apaiser la colère de la population. Il est d’ailleurs considéré comme une prolongation déguisée du 4e mandat, alors que les manifestants revendiquent actuellement un changement profond du système et ne font plus confiance à la classe qui dirige le pays en ce moment. Il y a une crise profonde de confiance qu’il faut prendre en compte vis-à-vis non seulement des dirigeants mais de toute l’élite politique, y compris l’opposition.

Pourquoi la jeunesse algérienne est-elle si massivement mobilisée aujourd’hui ?

Cette forte mobilisation des jeunes est liée à plusieurs facteurs. Il existe un malaise social qui touche davantage les jeunes, les plus affectés par le chômage. Même les jeunes diplômés sont concernés (17% de chômage selon les régions), et le taux est encore plus élevé pour les jeunes déscolarisés. Avec la chute du prix du pétrole et les politiques d’austérité, le pouvoir d’achat de la population s’est par ailleurs considérablement affaibli et les classes populaires et moyennes sont les premières touchées. Enfin, on assiste à l’émergence d’une classe moyenne éduquée, bien formée, ouverte au monde avec des aspirations et des ambitions considérables ces dernières années. Contrairement à l’époque des Printemps arabes en 2011, les réseaux sociaux couvrent désormais l’ensemble du territoire national, ce qui permet un partage d’informations plus important, et ce qui explique la rapidité de la mobilisation, qui concerne finalement l’ensemble de la société.

Peut-on imaginer un scénario libyen en Algérie ?

Je crois que ce scénario, que craignent certains pays et observateurs, est très peu probable. Les institutions de l’État sont très solides et, si le pouvoir politique algérien tombe, tout ne s’effondrera pas. L’affaiblissement du régime politique n’atteint pas les autres institutions de l’État. C’est le cas de l’armée qui reste stable pour l’instant. De plus, la population a démontré jusque-là de la prudence et de la maturité politique qui privilégie une mobilisation pacifique loin de toutes formes de violence. La même prudence est observée chez les dirigeants, et notamment au sein de l’armée qui évite à tout prix que la situation dégénère et devoir en conséquence intervenir face à la population pour rétablir l’ordre.

Publié le 14/03/2019


Brahim Oumansour est géopolitologue et consultant en stratégie internationale. Chercheur associé à l’Institut de prospective et sécurité en Europe (IPSE), au Centre d’études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen (CERMAM) et à l’IRIS où il intervient en tant qu’expert en stratégie internationale du diplôme d’IRIS Sup’ Défense, sécurité et gestion de crise et Géopolitique et prospective.

Ses recherches portent principalement sur le Maghreb ainsi que sur la diplomatie publique et au rôle des acteurs non-étatiques (ONG, syndicats, groupes d’influences, multinationales, etc.), aux questions relatives au terrorisme, à la gestion des conflits, etc.

Il enseigne Systèmes politiques comparés, Géopolitique et l’anglais économique respectivement à l’Université Paris-Est Créteil, à l’Université d’Évry val d’Essonne et à l’école SUPii Mécavenir.
Il est régulièrement invité en tant que consultant et conférencier par différentes institutions et différents médias français et étrangers.


Léa Masseguin est étudiante en Master 2 Gouvernance et Intelligence internationale dans le cadre d’un double diplôme entre Sciences Po Grenoble et l’Université internationale de Rabat. Passionnée à la fois par l’actualité et la diplomatie, elle a travaillé au sein du quotidien libanais L’Orient-Le Jour et à la Représentation permanente de la France auprès des Nations unies à New York. Elle s’intéresse à la région du Proche-Orient, en particulier la Syrie et le Liban.


 


Culture

Algérie

Politique