Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2700 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Entretiens > Entretien avec Brahim Oumansour - « Le renoncement de Bouteflika est (...)

Entretien avec Brahim Oumansour - « Le renoncement de Bouteflika est considéré comme une prolongation déguisée du 4e mandat »
Article publié le 14/03/2019

Propos recueillis par Léa Masseguin

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a annoncé lundi 11 mars au soir renoncer à briguer un cinquième mandat et reporter la présidentielle prévue initialement le 18 avril. Malgré cette annonce, la contestation se poursuit en Algérie, en particulier chez les jeunes. Entretien avec Brahim Oumansour, chercheur à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS).

Abdelaziz Bouteflika a annoncé renoncer à briguer un cinquième mandat même si les élections sont reportées à une date inconnue. Quel bilan peut-on faire des 20 ans de sa présidence ?

Le bilan d’Abdelaziz Bouteflika est mitigé sur le plan sécuritaire depuis son arrivée. Ses mandats successifs sont accompagnés d’un retour à l’ordre même si Abdelaziz Bouteflika a réussi à mettre fin au terrorisme et à l’insécurité des années 1990. Le régime capitalise beaucoup sur ce retour à la paix grâce à sa politique de réconciliation nationale.

Du côté de l’économie, la rente pétrolière lors de la première décennie de ce siècle a permis à l’État d’investir sur le plan économique pour la construction et la modernisation des infrastructures. Cela a eu un impact sur la société puisque cette évolution a permis d’acheminer le gaz et l’électricité dans plusieurs villes et régions, même éloignées. Le régime a également construit de nombreuses universités, écoles et logements et il n’y a presque plus de bidonvilles.

En revanche, beaucoup de choses restent à faire. La construction de ces logements s’est faite en urgence, avec peu de réflexion en matière d’urbanisme. Le secteur de la santé est affaibli et détérioré. Beaucoup de réformes économiques structurelles sont également nécessaires, en particulier en ce qui concerne le système bancaire et financier. Il est nécessaire de diversifier l’économie algérienne pour sortir de la dépendance pétrolière.

Comment interpréter les manifestations actuelles en Algérie ?

Le système politique freine actuellement le pays car il n’arrive pas à se régénérer et la concentration de pouvoir mène à la situation actuelle. Le président est malade, très affaibli, mais le pouvoir en place cherche à le maintenir pour protéger des privilèges politiques et économiques, mais aussi pour des raisons sécuritaires et de stabilité. Malheureusement, cela a un impact considérable sur le moral des Algériens, très mobilisés aujourd’hui.

Le renoncement à sa candidature pour un 5e mandat est loin d’apaiser la colère de la population. Il est d’ailleurs considéré comme une prolongation déguisée du 4e mandat, alors que les manifestants revendiquent actuellement un changement profond du système et ne font plus confiance à la classe qui dirige le pays en ce moment. Il y a une crise profonde de confiance qu’il faut prendre en compte vis-à-vis non seulement des dirigeants mais de toute l’élite politique, y compris l’opposition.

Pourquoi la jeunesse algérienne est-elle si massivement mobilisée aujourd’hui ?

Cette forte mobilisation des jeunes est liée à plusieurs facteurs. Il existe un malaise social qui touche davantage les jeunes, les plus affectés par le chômage. Même les jeunes diplômés sont concernés (17% de chômage selon les régions), et le taux est encore plus élevé pour les jeunes déscolarisés. Avec la chute du prix du pétrole et les politiques d’austérité, le pouvoir d’achat de la population s’est par ailleurs considérablement affaibli et les classes populaires et moyennes sont les premières touchées. Enfin, on assiste à l’émergence d’une classe moyenne éduquée, bien formée, ouverte au monde avec des aspirations et des ambitions considérables ces dernières années. Contrairement à l’époque des Printemps arabes en 2011, les réseaux sociaux couvrent désormais l’ensemble du territoire national, ce qui permet un partage d’informations plus important, et ce qui explique la rapidité de la mobilisation, qui concerne finalement l’ensemble de la société.

Peut-on imaginer un scénario libyen en Algérie ?

Je crois que ce scénario, que craignent certains pays et observateurs, est très peu probable. Les institutions de l’État sont très solides et, si le pouvoir politique algérien tombe, tout ne s’effondrera pas. L’affaiblissement du régime politique n’atteint pas les autres institutions de l’État. C’est le cas de l’armée qui reste stable pour l’instant. De plus, la population a démontré jusque-là de la prudence et de la maturité politique qui privilégie une mobilisation pacifique loin de toutes formes de violence. La même prudence est observée chez les dirigeants, et notamment au sein de l’armée qui évite à tout prix que la situation dégénère et devoir en conséquence intervenir face à la population pour rétablir l’ordre.

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Afghanistan, Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Soudan, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice