Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2500 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Portraits historiques

Portraits historiques

Trier par :
  • Ibn Khaldûn - 21/02/13

    La pensée et les écrits d’Ibn Khaldûn, homme de cour et homme de lettres du XIVème siècle, ont été découverts par l’Occident au XIXème siècle, même si les philosophes des Lumières s’y étaient déjà intéressés. Dans le contexte de la colonisation, on a fait de son Kitab al’Ibar, le Livre des exemples, un précieux manuel permettant de mieux comprendre le Maghreb et ses tribus. Il a ainsi été traduit en français par le Baron de Slane, entre 1862 et 1868, à la demande du ministère de la Guerre. En 2006, à l’occasion du six-centième anniversaire de sa mort, une nouvelle traduction, proposée par Abdesselam Chedaddi, est l’occasion de le redécouvrir dans toute sa complexité.

  • Rouhollah Moussavi Khomeyni (1902-1989) : guide de la révolution iranienne - 17/08/12

    L’ayatollah Khomeiny est connu pour être le leader de la révolution islamique en Iran en 1979, qui mit fin au règne du shah Mohamed Reza Pahlavi. Cependant, il est courant d’oublier qu’il obtint le pouvoir dix ans seulement avant sa mort et que l’essentiel de sa carrière se déroula avant la [révolution de janvier-février 1979. Cette brève biographie cherche ainsi à relater les principales phases de sa vie pour tenter de mieux comprendre une figure essentielle de l’histoire récente du Moyen-Orient, au-delà des clichés relayés par ses partisans ou ses opposants.

  • Sayyed Qutb - 28/06/12

    Auteur de l’œuvre monumentale A l’ombre du Coran, Sayyid Qutb, intellectuel égyptien de la première moitié du XXème siècle, est une figure majeure de l’islamisme radical. D’abord issu de l’organisation des Frères musulmans, ses écrits rédigés pendant les huit années de captivité sous le régime de Nasser prennent une tournure doctrinale et révolutionnaire pour laquelle il sera exécuté en 1966. Le « qutbisme » survit à son auteur et inspirera largement des mouvances de l’islam militant.

  • Fouad Chéhab : fondateur de l’armée libanaise et président de la République - 04/06/12

    Stéphane Malsagne est agrégé et docteur en Histoire de l’Université de Paris I. Chercheur sur le Liban contemporain, il est l’auteur, entre autres, de plusieurs articles sur la période précédant la guerre civile. Ses principaux thèmes de recherche portent sur l’armée libanaise depuis 1945 et l’évolution des élites politiques et administratives depuis l’indépendance. Il enseigne régulièrement, comme chargé de cours, l’histoire du Proche et du Moyen-Orient contemporain à Paris I. Sa thèse soutenue en 2008 sur l’ancien président Fouad Chéhab a été dirigée par le Professeur Nadine Picaudou.

  • Soliman Ier (1494-1566) - 13/04/12

    Soliman (ou Suleyman) Ier, dit Soliman le Magnifique en Occident et le Législateur [1] en Orient, est sans conteste le plus célèbre sultan de l’histoire ottomane. Son règne (1520-1566) est considéré comme l’apogée de l’Empire ottoman. En effet, tant à l’extérieur, par ses conquêtes et son rayonnement diplomatique, qu’à l’intérieur, par la réorganisation administrative de l’Empire et le contrôle de l’économie et des finances, Soliman fait de l’Empire ottoman une grande puissance méditerranéenne et orientale, menaçant jusqu’aux États européens. Si son héritage ne demeure pas intact après sa mort, il laisse une trace durable dans l’histoire et la mémoire ottomanes, permettant ainsi de mieux comprendre l’histoire de l’Empire jusqu’au XXe siècle.

  • Méhémet Ali, le fondateur de l’Egypte moderne ? - 24/02/12

    Méhémet Ali [2] (1769-1849) est généralement considéré comme le fondateur de l’Egypte moderne. L’ayant gouvernée de 1805 à 1849, il a notamment effectué de nombreuses réformes, dont le succès a par ailleurs été variable, et a cherché tout au long de son règne à bâtir un Empire égyptien et à acquérir une indépendance plus grande vis-à-vis de la sublime Porte.

  • D’Ibn Baytar à Lucien Leclerc : deux honnêtes hommes au service de la pharmacologie arabe et mondiale - 01/02/12

    D’Ibn Baytar et de son œuvre, de cet éminent savant médecin et pharmacologue andalou du XIII eme siècle (né en 1197 et mort en Syrie à Damas en 1248), nous ne savons que peu de choses, toujours les mêmes, et souvent reprises avec les mêmes erreurs. Les éléments connus concernent peu sa vie, mais davantage le contenu de ses différents ouvrages au nombre d’une dizaine, dont un seulement fut traduit par des orientalistes du 19e siècle. Aucune étude enfin ne replace son long travail de pharmacologue et d’écriture dans le contexte géopolitique pourtant très dense et très troublé de cette deuxième partie du 13ème siècle. Dans les années 1250, peu après la mort du savant à Damas, la Syrie et l’Egypte ayyoubides, en proie à des guerres intestines ou contre les Francs, passent sous pouvoir des mamelouks, ces esclaves des sultans ayyoubides devenus tout puissants. Artisans de la défaite des derniers croisés en Orient, ils règneront jusqu’à l’arrivée des Ottomans au début du 16e siècle. Alors que déjà en Irak, l’apparition des Mongols sème la terreur en l’Orient, ces mamelouks conduits par le légendaire Baybars seront les vainqueurs, en Palestine, d’une première tentative de conquête.

  • Marga d’Andurain (1893-1948), une occidentale d’avant-garde en Orient - 18/01/12

    Après avoir été l’étudiante des professeurs Daniel Rivet, Henry Laurens et Jacques Frémeaux en Sorbonne et à l’INALCO, Julie d’Andurain, agrégée et docteur en histoire, est désormais chargée de cours en histoire du monde arabe à Paris-Sorbonne (Paris-IV). En octobre 2009, elle a soutenu sa thèse d’histoire sur « Le Général Gouraud, un colonial dans la Grande Guerre » en Sorbonne. Outre la publication de la thèse, une biographie complète du général Gouraud est d’ores et déjà prévue.

  • Abdülhamid II, sultan ottoman (1876-1909) - 27/12/11

    Le règne d’Abdülhamid II, renversé en 1909 par la révolution Jeune Turque, concentre toute l’ambigüité du rapport qu’entretient l’Empire ottoman à sa modernisation. Bien qu’elle s’ouvre en 1876 avec la promulgation de la première constitution ottomane, aboutissement de décennies de réformes libérales, la période hamidienne se caractérise après le tournant de 1878 par la construction d’un pouvoir autocratique, qui sans menacer le processus de modernisation de l’Empire, lui fournit un cadre autoritaire. L’abandon de la voie libérale vers le progrès va de pair avec une remise en cause du pluralisme. Le règne d’Abdülhamid voit ainsi émerger une identité ottomane à dominante islamique et asiatique. Liée aux pertes territoriales en Europe et en Méditerranée, au renforcement des nationalismes périphériques et à la politique des puissances à l’égard des minorités religieuses, cette identité va de pair avec un accroissement des tensions entre sujets chrétiens et musulmans.

  • Kemal : de Kemal Pacha à Kemal Atatürk (2/2) - 20/12/11

    Militaire de carrière, adhérant à l’idéologie moderniste du Comité Union et Progrès qui a pris le pouvoir en 1908 à Constantinople, Mustafa Kemal est, des Balkans au Caucase en passant par la Libye et la Syrie, le témoin du déclin d’un Empire miné par la politique expansionniste des puissances occidentales et par le développement d’idéologies nationalistes minoritaires.

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Afghanistan, Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice