dimanche 13 juin 2021



https://www.lesclesdumoyenorient.com/3378



Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient

Plus de 2700 articles publiés depuis juin 2010

dimanche 13 juin 2021
inscription nl


Accueil / Actualités / Analyses de l’actualité

Géopolitique du vaccin au Moyen-Orient : point de situation sur le choix et la distribution des vaccins contre le COVID-19 (3/3). La « diplomatie du vaccin » à travers la région

Par Emile Bouvier
Publié le 14/05/2021 • modifié le 14/05/2021 • Durée de lecture : 8 minutes

Lire les parties 1 et 2

1. Quels vaccins pour quels pays ?

En matière de vaccins chinois, le vaccin Sinopharm constitue la pierre angulaire des campagnes vaccinales des Emirats arabes unis, du Maroc [1] et du Kurdistan d’Irak [2], tout comme le Sinovac en Turquie [3]. Le Sinopharm est par ailleurs de plus en plus distribué en Egypte [4], au Bahreïn [5], en Irak [6] et en Algérie ; Pékin aurait d’ailleurs envoyé à cette dernière, à titre gracieux, une cargaison de 200 000 vaccins en février dernier [7]. Comme il sera vu infra, ces dons ne sont toutefois jamais véritablement désintéressés et s’inscrivent, bien souvent, dans le cadre d’une diplomatie pragmatique de la part des pays donateurs.

Le vaccin à ARN messager de Pfizer est essentiellement utilisé dans les pays traditionnellement proche de « l’Occident » à l’instar d’Israël, des pays du Golfe, de la Tunisie, du Liban [8], de la Jordanie [9] et de la Région autonome du Kurdistan d’Irak (RAK) [10] ; toutefois, à l’exception de l’Etat hébreu, qui a signé un accord avec le laboratoire américain comme évoqué précédemment, les livraisons de vaccins Pfizer vers le Moyen-Orient sont encore assez faibles dans la mesure où la production est pour le moment concentrée vers l’Europe et les Etats-Unis [11].

Le vaccin Moderna, lui aussi à ARN messager, n’est que peu utilisé au Moyen-Orient, à l’exception, dans une faible mesure, de l’Arabie saoudite et du Qatar. Ce faible succès de ce vaccin américain dans la région s’explique, d’une part, par le succès de l’AstraZeneca et des vaccins russes et chinois et, d’autre part, par les conditions de vente moins attractives de ce laboratoire comparé à ses concurrents : ainsi, le Ministère de la Santé du Koweït a par exemple annoncé le 26 janvier 2021 renoncer à l’achat de vaccins auprès de Moderna en raison de « désaccords sur les quantités de doses à fournir, ainsi que sur le droit du Ministère à retourner 30% des doses si ces dernières n’ont pas été utilisées » [12].

Le vaccin russe Sputnik V est quant à lui actuellement distribué dans les Territoires palestiniens, en Syrie, en Iran, en Turquie, aux Emirats arabes unis et en Egypte. Dans les cas syriens et palestiniens, la Russie est parvenue à déployer son vaccin en jouant l’intermédiaire entre Israël et la Syrie d’un côté et, de l’autre, les Territoires palestiniens et les Emirats arabes unis, comme il sera vu infra. En Turquie, l’arrivée du Sputnik est aussi récente que fulgurante : le 28 avril 2021, le Ministre de la Santé turc Fahrettin Koca a ainsi annoncé l’achat de 50 millions de doses à la Russie [13] tandis que, deux jours plus tôt, le laboratoire pharmaceutique turc Viscoran Ilaç annonçait avoir conclu un accord avec le Fonds d’investissement direct russe (RDIF) lui octroyant le droit de produire, en Turquie, le vaccin Sputnik V dans les mois à venir [14].

La Russie serait, de fait, débordée par la demande en Sputnik V et ne se montrerait plus en mesure d’en assurer à elle-seule la production. Moscou se serait ainsi tourné vers la Chine [15] pour l’aider à produire le vaccin mais également vers l’Iran, qui annonçait en mars sa volonté de commencer au mois d’avril 2021 la production de Sputnik V [16] sur le sol iranien avec le blanc-seing de Moscou. Les premières doses du « Sputnik perse », produites par deux laboratoires pharmaceutiques iraniens [17], devraient être mises sur le marché dans le courant du mois d’avril [18].

Le vaccin anglo-suédois AstraZeneca, basé come le Sputnik V sur une technologie à vecteur viral, est moins coûteux à produire que les vaccins à ARN messager et peut, surtout, être stocké dans un simple réfrigérateur, contrairement aux vaccins de Pifzer et Moderna qui nécessitent, quant à eux, des installations réfrigérantes bien plus sophistiquées [19]. Ainsi, l’AstraZeneca s’avère plus facile à distribuer et mettre en œuvre dans les pays en voie de développement, expliquant par là même l’envoi quasi-exclusif, pour le moment [20], de vaccins AstraZeneca par le programme COVAX [21]. De grandes quantités de ce vaccin ont déjà été livrées au Maroc [22], à l’Egypte [23] et à certains pays du Golfe [24]. La Région autonome du Kurdistan d’Irak (RAK), exception politico-légale au Moyen-Orient, commande elle-même ses vaccins sans en rendre compte au gouvernement de Bagdad et s’est, elle aussi, attachée les services d’AstraZeneca pour vacciner sa population [25].

2. La Chine et la Russie, à la pointe de la diplomatie vaccinale au Moyen-Orient

La Chine et la Russie ont investi de façon notable la scène diplomatique vaccinale au Moyen-Orient ; Moscou, tout comme Pékin, utilise ses vaccins afin d’accroître ses relations avec ses alliés (à l’instar de la fabrication prochaine de vaccins Sputnik V en Egypte [26]) et de créer de nouvelles alliances. Les puissances russe et chinoise se positionnent ainsi en protectrices du monde en développement, moyennant quelques facilités.

Ainsi, en Turquie, les parlementaires de l’opposition et la communauté des Ouïghours, un peuple turcophone musulman habitant la région autonome chinoise du Xinjiang, se sont insurgés lors de l’annonce, fin décembre 2020, de la possible ratification par la Chine et la Turquie d’un traité d’extradition, officiellement à « but antiterroriste » [27]. Les opposants à ce traité affirment que celui-ci servira, avant tout, à permettre à Pékin de réprimer plus facilement les voix contestataires ouighoures en Turquie ; ils accusent par ailleurs Ankara d’avoir ratifié ce traité afin d’obtenir de la Chine que celle-ci lui livre ses vaccins Sinopharm et Sinovac, pourtant promis de longue date et dont la livraison avait connu plusieurs retards ayant coïncidé, fort opportunément, avec les négociations entourant le traité d’extradition [28].

La Chine impose également son vaccin au Moyen-Orient en instaurant des « régulations préférentielles » en matière de délivrance de visas aux personnes ayant été vaccinées avec un vaccin chinois [29]. Ces nouvelles régulations ont été adoptées par plusieurs ambassades chinoises dans la région, notamment aux Emirats arabes unis par exemple [30], dont les relations avec la Chine sont de plus en plus étroites [31]. De fait, lors de sa visite dans six pays de la région (Iran, Arabie saoudite, Emirats arabes unis, Turquie, Oman et Bahreïn) fin mars/début avril, le Ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a révélé la production prochaine de vaccins chinois aux Emirats arabes unis, à hauteur de 200 millions doses chaque année [32].

La Russie avance également ses pions sur la scène diplomatique moyen-orientale grâce à son vaccin Sputnik V ; ainsi, comme vu précédemment, Moscou s’est positionné en médiateur lors d’un échange de prisonniers entre Israël et la Syrie, au cours duquel la livraison de vaccins russes à Damas est apparue comme la principale monnaie d’échange. La Russie a également livré 20 000 doses de son vaccin aux Territoires palestiniens le 21 février à la suite d’une commande passée par Abou Dhabi [33].

De fait, Moscou et Pékin parviennent à implanter durablement leurs vaccins au Moyen-Orient car ils proposent notamment des productions conjointes ou des accords pharmaceutiques de long terme que les laboratoires européens ou américains n’ont pas encore réussi à proposer. Ainsi, comme vu précédemment, l’Egypte devrait produire prochainement le vaccin russe, tout comme les Emirats arabes unis avec les vaccins chinois ; le Maroc se positionne également afin de produire localement le vaccin chinois Sinopharm [34]. La Turquie, par la bouche de son ambassadeur en Chine Abdulkadir Emin Önen, s’est également prononcée en faveur d’une coopération renforcée entre Ankara et Pékin en matière vaccinale [35].

3. Les puissances régionales en quête d’influence

Plusieurs pays au Moyen-Orient essayent par ailleurs de développer leur propre vaccin, tant pour des raisons d’autonomie stratégique que d’expansion de leur influence dans la région. La Turquie développe en effet, depuis le mois de décembre 2020 [36], plusieurs vaccins, toujours en phase de tests pour le moment. Selon le Ministre turc de la Santé Fahrettin Koca, le premier vaccin turc devrait être prêt d’ici la fin de l’été [37] ; par ailleurs, la Turquie se fait un point d’honneur, au moins officiellement, à partager le fruit de ses recherches et à ne pas déposer de brevet de propriété intellectuelle sur ses vaccins en cours d’expérimentation, afin de permettre à d’autres laboratoires ou pays de travailler dessus [38]. Cette stratégie permet ainsi à la Turquie de conforter sa position de pays solidaire vis-à-vis des « laissés-pour-compte » des pays en voie de développement, comme le montrait déjà la volonté de la présidence turque de leur distribuer les vaccins manufacturés en Turquie dès que ces derniers seraient prêts [39].

Israël développerait de son côté six vaccins (le « MigVax », l’« IIBR », le « TransAlgae », et trois autres issus de laboratoires universitaires comme celui de l’Université de Tel-Aviv, de l’Université Bar-Ilan et de l’Institut technologique Techion-Israël) [40]. L’avancée exacte du développement de ces vaccins n’est toutefois pas connue avec exactitude. Plusieurs rumeurs contradictoires, voire des « fake-news », ont d’ailleurs circulé au sujet de ces vaccins. En mars 2020 par exemple, une rumeur circulant sur les réseaux sociaux affirmait qu’Israël avait déjà conçu un vaccin et que sa production en masse venait de débuter [41] ; cette rumeur avait pris une telle ampleur que le responsable de l’Institut de recherche biologique israélien, le Professeur Shmuel Shapira, avait dû prendre la parole pour démentir cette information. Cette fake-new s’insère, de fait, dans un cycle de déclarations régulières de la part des autorités israéliennes depuis le début de la pandémie sur l’imminence de la production d’un vaccin israélien ; en novembre 2020 par exemple, Israël affirmait que la phase finale des tests de son vaccin allait aboutir à sa fin et que l’Etat hébreu allait en produire aussitôt 15 millions de doses [42]. Ce vaccin n’a, pour le moment, pas vu le jour.

Enfin, l’Iran a annoncé développer son propre vaccin, le « Fakhra ». Décrit comme « 100% sûr » par la presse d’Etat, ce vaccin devrait être testé sur 20 000 volontaires prochainement [43] et produit massivement vers la fin du mois d’août 2021 [44]. D’autres pistes de vaccins continuent d’être explorées en Iran, parallèlement au Fakhra ; au nombre de six, ces vaccins seraient de différentes natures (inerte, à ARN messager, à ADN, mésenchymateux et de type « subunit ») [45] mais Téhéran n’a pas souhaité dévoiler, pour le moment, davantage d’informations à leur sujet.

Conclusion

La « géopolitique du vaccin » au Moyen-Orient s’avère ainsi instructive et représentative des dynamiques politiques, diplomatiques et socioéconomiques parcourant la région. Si les pays les plus riches s’avèrent ceux parvenant à mener les campagnes vaccinales les plus réussies, tandis que les pays en guerre sont parmi les plus à la traîne, l’intégralité de ces pays n’échappe pas, pour autant, à des variables difficilement contrôlables, comme la réticence face aux vaccins. La Russie et la Chine se montrent pour le moment grande gagnante de la « diplomatie vaccinale » au Moyen-Orient, au détriment des Etats-Unis et de l’Union européenne qui cantonnent essentiellement leurs aides internationales au programme COVAX. La question d’un rééquilibrage des dynamiques diplomatiques, par la réintégration de l’arène moyen-orientale par l’Union européenne et les Etats-Unis, notamment en matière vaccinale, reste ainsi toute ouverte.

Bibliographie :
- Alabdulla, Majid & Reagu, Shuja & Al-Khal, Abdullatif & Elzain, Marwa & Jones, Roland. (2021). COVID-19 vaccine hesitancy and attitudes in Qatar : A national cross-sectional survey of a migrant-majority population. Influenza and Other Respiratory Viruses. 2021 ;00 ;1-10. 1-10. 10.1111/irv.12847.
- Eyad A. Qunaibi, Mohamed Helmy, Iman Basheti, Iyad Sultan, A High Rate of COVID-19 Vaccine Hesitancy Among Arabs : Results of a Large-scale Survey, medRxiv 2021.03.09.21252764 ; doi : https://doi.org/10.1101/2021.03.09.21252764
- Saied, SM, Saied, EM, Kabbash, IA, Abdo, SAE.. Vaccine hesitancy : Beliefs and barriers associated with COVID‐19 vaccination among Egyptian medical students. J Med Virol. 2021 ; 1– 12. https://doi.org/10.1002/jmv.26910
- Sallam, M. COVID-19 vaccine hesitancy worldwide : a systematic review of vaccine acceptance rates Author. medRxiv 2020.12.28.20248950 (2021) doi:10.1101/2020.12.28.20248950

Sitographie :
- Turkey says China’s Sinovac vaccine is ’significantly effective’, Nikkei Asia, 13/04/2021
https://asia.nikkei.com/Spotlight/Coronavirus/COVID-vaccines/Turkey-says-China-s-Sinovac-vaccine-is-significantly-effective
- Iraq : KRG starts COVID-19 vaccination campaign, Anadolu Ajansi, 04/03/2021
https://www.aa.com.tr/en/middle-east/iraq-krg-starts-covid-19-vaccination-campaign/2164664
- Egypt to purchase 20 million doses of Sinopharm vaccine, 20/04/2021
https://www.reuters.com/world/africa/egypt-purchase-20-million-doses-sinopharm-vaccine-2021-04-20/
- Bahrain receives 300,000 doses of China’s Sinopharm COVID-19 vaccine, Saudi Gazette, 12/03/2021
https://saudigazette.com.sa/article/604364/World/Mena/Bahrain-receives-300000-doses-of-Chinas-Sinopharm-COVID-19-vaccine
- Iraq Receives 50,000 Sinopharm COVID-19 Vaccines From China, Asharq Al-Awsat, 02/03/2021
https://english.aawsat.com/home/article/2836156/iraq-receives-50000-sinopharm-covid-19-vaccines-china
- Lebanon starts Covid-19 vaccination campaign, France24, 14/02/2021
https://www.france24.com/en/middle-east/20210214-lebanon-starts-covid-19-vaccination-campaign
- Jordan to get 1 mln Pfizer COVID-19 vaccine doses : health minister, Arab News, 28/12/2020
https://www.arabnews.com/node/1784151/middle-east
- First Pfizer COVID-19 vaccine doses arrive in Kurdistan Region, new batch of Sinopharm on the way, Kurdistan24, 12/04/2021
https://www.kurdistan24.net/en/story/24265-First-Pfizer-COVID-19-vaccine-doses-arrive-in-Kurdistan-Region,-new-batch-of-Sinopharm-on-the-way
- Exclusive : Pfizer COVID-19 vaccine supply to the EU about 10 million doses short of plan -sources, Reuters, 17/02/2021
https://www.reuters.com/article/us-health-coronavirus-eu-pfizer-exclusiv-idUSKBN2AH1E3
- Kuwait rejects Moderna’s conditions for supplying covid vaccine, Middle East Monitor - MEMO, 27/01/2021
https://www.middleeastmonitor.com/20210127-kuwait-rejects-modernas-conditions-for-supplying-covid-vaccine/
- Turkey signs deal for 50 million Sputnik V coronavirus vaccines - minister, Reuters, 28/04/2021
https://www.reuters.com/world/middle-east/turkey-signs-deal-50-million-sputnik-v-coronavirus-vaccines-minister-2021-04-28/
- Turkey to produce Russia’s Sputnik V COVID-19 vaccine - statement, Reuters, 26/04/2021
https://www.reuters.com/world/middle-east/turkey-produce-russias-sputnik-v-covid-19-vaccine-statement-2021-04-26/
- Russia turns to China to make Sputnik shots to meet demand, AP News, 03/05/2021
https://apnews.com/article/middle-east-europe-russia-china-coronavirus-b041b3ad9d699de25a05c8f7ebcb4eb9
- Iran plans to start making Russia’s Sputnik V COVID-19 vaccine in April, Arab News, 26/03/2021
https://www.arabnews.com/node/1832341/middle-east
- Iran Signs Deal To Buy 60 Million Sputnik Vaccine Doses From Russia, Radio Free Europe, 15/04/2021
https://www.rferl.org/a/iran-signs-deal-to-buy-60-million-sputnik-vaccine-doses-from-russia/31205682.html
- Iranian-made “Sputnik V” to be available by mid-June, Tehran Times, 23/04/2021
https://www.tehrantimes.com/news/460142/Iranian-made-Sputnik-V-to-be-available-by-mid-June
- COVID-19 vaccine could revolutionize cold storage around the world, UNEP, 09/12/2020
https://www.unep.org/news-and-stories/story/covid-19-vaccine-could-revolutionize-cold-storage-around-world
- WHO approves emergency use of China’s Sinopharm COVID vaccine, Al Jazeera, 07/05/2021
https://www.aljazeera.com/news/2021/5/7/who-approves-emergency-use-of-chinas-sinopharm-covid-vaccine
- AstraZeneca advances mass global rollout of COVID-19 vaccine through COVAX, AstraZeneca, 02/03/2021
https://www.astrazeneca.com/media-centre/press-releases/2021/astrazeneca-advances-mass-global-rollout-of-covid-19-vaccine-through-covax.html
- Morocco gets 2m AstraZeneca vaccine doses, first big shipment to Africa, Arab News, 22/01/2021
https://www.arabnews.com/node/1796881/middle-east
- Egypt gets 854,400 doses of AstraZeneca COVID-19 vaccine -ministry, Arab News, 31/03/2021
https://www.arabnews.com/node/1835426/middle-east
- Kuwait approves emergency use of Astrazeneca-Oxford COVID-19 vaccine, Arab News, 29/01/2021
https://www.arabnews.com/node/1800566/middle-east
- Iraq’s Kurdistan region sticks with AstraZeneca vaccine, reports no issues, Al Monitor, 09/04/2021
https://www.al-monitor.com/originals/2021/04/iraqs-kurdistan-region-sticks-astrazeneca-vaccine-reports-no-issues
- Egypt to produce 40 million doses of Sputnik V jab, France24, 22/04/2021
https://www.france24.com/en/live-news/20210422-egypt-to-produce-40-million-doses-of-sputnik-v-jab
- Pressure on Turkey to protect Uighurs as China ratifies extradition treaty, The Guardian, 29/12/2020
https://www.theguardian.com/world/2020/dec/29/pressure-on-turkey-to-protect-uighurs-as-china-ratifies-extradition-treaty
- Turkey facing delayed China vaccine amid controversial extradition deal, Arab News, 29/12/2020
https://www.arabnews.com/node/1784231/middle-east
- Entering China is now easier for people who have a vaccine — but only if it’s made in China, CNBC, 17/03/2021
https://www.cnbc.com/2021/03/17/china-relaxes-border-restrictions-for-those-who-received-china-made-vaccines.html
- Notice on facilitation for visa applicants who have been inoculated with COVID-19 vaccines produced in China and obtained the vaccination certificate, Ambassade de Chine aux Emirats arabes unis, 15/03/2021
http://ae.china-embassy.org/eng/lsyw/1/t1861130.htm
- Why China’s relationship with the UAE is brotherly, The National News, 30/03/2019
https://www.thenationalnews.com/opinion/comment/why-china-s-relationship-with-the-uae-is-brotherly-1.868032
- Gaza receives 20,000 Sputnik V Covid-19 vaccine doses from UAE, France24, 21/02/2021
https://www.france24.com/en/middle-east/20210221-gaza-receives-20-000-sputnik-v-covid-19-vaccine-doses-from-uae
- Beijing’s vaccine diplomacy goes beyond political rivalry, Chatham house, 22/02/2021
https://www.chathamhouse.org/2021/02/beijings-vaccine-diplomacy-goes-beyond-political-rivalry
- Vaccine diplomacy in the MENA region, MEI, 14/04/2021
https://www.mei.edu/publications/vaccine-diplomacy-mena-region
- Turkey’s locally made COVID-19 vaccines move to next stage, Daily Sabah, 17/12/2020
https://www.dailysabah.com/turkey/turkeys-locally-made-covid-19-vaccines-move-to-next-stage/news
- Turkey to roll out local COVID-19 vaccine end of summer, Anadolu Ajansi, 01/04/2021
https://www.aa.com.tr/en/health/turkey-to-roll-out-local-covid-19-vaccine-end-of-summer-/2195648
- Turkey plans to offer domestic vaccine to all humanity, Anadolu Ajansi, 30/03/2021
https://www.aa.com.tr/en/health/turkey-plans-to-offer-domestic-vaccine-to-all-humanity/2192551
- 6 coronavirus vaccine developments from Israel to watch, Israel21C, 25/05/2020
https://www.israel21c.org/6-coronavirus-vaccine-developments-from-israel-to-watch/
- False claim : Coronavirus vaccine approved in Israel, set for mass production and distribution, Reuters, 18/03/2020
https://www.reuters.com/article/uk-factcheck-israel-coronavirus-vaccine-idUSKBN2153VM
- Israel to Produce 15 Million Doses of Its COVID-19 Vaccine, Research Institute Says, Haaretz, 30/11/2020
https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-israel-to-produce-15-million-doses-of-its-covid-19-vaccine-research-institute-says-1.9338501
- Iran starts trial of new homegrown COVID-19 vaccine as campaign lags, CTV News, 16/03/2021
https://www.ctvnews.ca/health/coronavirus/iran-starts-trial-of-new-homegrown-covid-19-vaccine-as-campaign-lags-1.5348999
- Iran’s ‘Fakhra’ vaccine to be mass-produced by late May, Tehran Times, 30/03/2021
https://www.tehrantimes.com/news/459308/Iran-s-Fakhra-vaccine-to-be-mass-produced-by-late-May
- Iran to Mass-Produce Fakhra Coronavirus Vaccine in August, Fars News Agency, 06/04/2021
https://www.farsnews.ir/en/news/14000117000264/Iran-Mass-Prdce-Fakhra-Crnavirs-Vaccine-in-Ags

Publié le 14/05/2021


Emile Bouvier est étudiant à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, où il prépare les concours de la fonction publique. Diplômé d’un Master 2 en Géopolitique, il a connu de nombreuses expériences au Ministères des Armées, notamment au Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO), à l’Etat-major des Armées dans une cellule d’analyse géopolitique, ou encore en Mission de Défense (MdD) en Turquie. Son grand intérêt pour la Turquie et la question kurde l’ont amené à voyager à de nombreuses reprises dans la région et à travailler sur les problématiques turques et kurdes à de multiples occasions.


 


Diplomatie

Arabie Saoudite

Politique