Actualités
Actualités

Les clés du Moyen-Orient : un nouveau site pour fêter 10 ans d’analyses

La revue Les clés du Moyen-Orient, en ligne depuis juin 2010, fêtera ses dix ans en juin prochain. Dans cette période de crise inédite du coronavirus et de confinement, nous sommes heureux de vous offrir ce nouveau site, totalement remanié.
Avec (…)

Plus d'infos
lundi 1er juin 2020



https://www.lesclesdumoyenorient.com/2647



Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient

Plus de 2500 articles publiés depuis juin 2010

mercredi 3 juin 2020
inscription nl


Accueil / Infos culture / Expositions

Compte rendu de l’exposition « L’Empire des roses, chefs-d’œuvre de l’art persan du 19e siècle » au musée du Louvre-Lens, scénographie de Christian Lacroix, 28 mars-23 juillet 2018

Par Alban Claude
Publié le 02/05/2018 • modifié le 02/05/2018 • Durée de lecture : 4 minutes

Un art politique

L’eunuque Aga Mohammed Khan, fondateur de la dynastie, réussit le tour de force en 1786 de réunifier le territoire national divisé depuis la mort du grand conquérant Nader Shah. Il s’est imposé successivement aux huit autres tribus qui cherchaient à s’emparer du pouvoir. La Perse connaît alors une paix intérieure vacillante mais non moins réelle, qui permet à un art de se développer de nouveau, presque un siècle après les derniers flamboiements safavides.

Rapidement prise au piège du Grand Jeu que se mènent l’Angleterre et la Russie, handicapée par un retard technologique conséquent, la dynastie abdique progressivement des pans entiers de sa souveraineté. Ce lent déclin prend fin en 1925 lorsque le commandant de la garde du souverain Ahmad Shah le renverse pour monter sur le trône du paon sous le nom de Reza Shah. Ce recul politique correspond paradoxalement à l’épanouissement d’un art à la rare singularité.

Tout d’abord, la dynastie kadjare s’est arque-boutée sur les signes de la puissance politique à défaut d’en posséder la réalité. Les peintres officiels Mirza Baba et surtout Mihr Ali, réalisent des portraits de Fath Ali Shah (neveu de Mohammed Khan) en majesté, portant les précieux joyaux moghols ramenés par Nader Shah. Exposés dans les palais impériaux, offerts en cadeaux aux diplomates de passage, ces tableaux constituent une véritable propagande visant à garantir l’autorité du souverain sur ses terres.

Tous les moyens sont bons pour asseoir la légitimité dynastique. Ainsi, la redécouverte de l’héritage perse antique sous l’influence des fouilles archéologiques françaises et britanniques conduit les souverains à reprendre à leur compte les codes esthétiques sassanides, parthes et achéménides. Fath Ali Shah décide de se faire représenter sur de gigantesques bas-reliefs, soit à la chasse, comme les empereurs parthe (à Rey, non loin de Téhéran), soit en majesté entouré de ses enfants, comme les achéménides (Taq-e-Bostan). Les décors des palais, quant à eux, s’inspirent des frises de Persépolis. Parallèlement, le souverain se fait le chantre de l’identité mythologique persane. C’est ainsi que les dignitaires étrangers les plus en vue se voient remettre à la cour un exemplaire du Shahanshahnameh, un ouvrage précieusement enluminé qui prenait la suite du Shahnameh de Ferdowsi (l’épopée nationale persane) en faisant le récit des exploits des souverains kadjars.

Attribué à Mihr Ali, Portrait de Fath Ali Shah (1797-1834), Iran, Téhéran, vers 1800-1806 Huile sur toile Paris, Service presse/Musée du Louvre-Lens ?© RMN-GP (musée du Louvre) / Hervé Lewandowski

Regards croisés entre Orient et Occident

L’autre dimension essentielle de cet art de cour est la relation complexe qu’il noue avec l’Occident. A partir de Nasseredin Shah, les souverains kadjars multiplient les voyages en Europe. Ils sont fascinés par les innovations technologiques de la révolution industrielle, et sont admiratifs de la puissance des Etats européens, dont ils sont aussi les premières victimes. Les défaites humiliantes des armées du Shah lors des deux guerres russo-persanes de 1813 et de 1826 précipitent la prise de conscience des élites de la nécessité de s’approprier cette modernité sans renier leur identité. Loin d’être de simples spectateurs passifs, les Kadjars entament une véritable introspection. Si les volontés de réforme se heurtent à une structure sociale trop codifiée pour voir le jour, tandis que les puissances étrangères veillent à maintenir la Perse dans son sommeil impérial, le dialogue avec l’Occident s’épanouit pleinement dans les arts. En témoigne par exemple l’itinéraire esthétique de la dynastie de peintres officiels Ghaffari. L’oncle, Sani-ol-Molk, peint dans un style persan classique tandis que le neveu, Kamal-ol-Molk, qui a fait ses études à Paris, adopte un style résolument réaliste. La passion personnelle de Nasseredin Shah pour la photographie (1) et le cinéma balbutiant suscite un engouement national pour ces nouveaux supports. Le riche cinéma iranien contemporain en est sans conteste l’héritier.

L’exposition ne se contente pas d’adopter un point de vue iranien sur l’art Kadjar, les collections du Louvre ont rendu possible la mise en parallèle de la fascination persane pour l’Occident avec l’attrait puissant qu’elle exerçait sur les esprits européens de l’époque. Étonnante manifestation de cette rencontre des cultures : un portrait français réaliste de l’ambassadeur persan de l’époque vêtu à l’orientale placé non loin d’un portrait à l’européenne du souverain Nasseredin Shah en uniforme sur son cheval.

François-Henri Mulard Napoléon Ier recevant l’ambassadeur de Perse à Finkenstein, le 27 avril 1807 France, Paris, 1810 Huile sur toile Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon Service presse/Musée du Louvre-Lens ?© RMN-GP (Château de Versailles) / Franck Raux

Déambuler dans un palais d’époque

La scénographie de l’exposition, mise au point par Christian Lacroix, est sans conteste une réussite. Le parcours du visiteur prend la forme d’une déambulation dans un opulent palais kadjar. Les pièces, en enfilade, présentent tapis, tableaux, livres, tandis que la pipe à haut siège dans un coin de la cour centrale. Le nuancier de couleur est parfait pour mettre en valeur le chatoiement des toiles kadjares.

Quelques pièces sont tout particulièrement saisissantes :
Tout d’abord la couronne du fondateur de la dynastie, remarquable de sobriété, est une des plus anciennes aujourd’hui conservées en Iran.
Ensuite, le portrait du souverain Mozzafaredin Shah, quasi-photographique, semble repousser plus loin encore que chez les portraitistes européens le souci du réel, tandis que les traits tirés du vieux souverain témoigne de la pesanteur de sa charge.
Par ailleurs, plusieurs représentations féminines, typiques de l’art kadjar, en partie dénudées ou portant des coupes de vin, viennent témoigner d’une culture capable de s’affranchir des interdits religieux en vigueur.
Enfin, une édition originale d’une histoire de l’Iran écrite par le prince Jalal-Al-Din Mirza. Fils rebelle de Fath Ali Shah, franc-maçon adepte de l’esprit des Lumières, il se fait le premier critique de sa propre famille. Écrite dans une langue persane purifiée de ses mots d’origine arabe, cette histoire pose les bases du nationalisme persan moderne, en faisant de l’invasion arabe de l’Empire sassanide le point de départ de la décadence politique iranienne.

Tout au long de cette très belle exposition, l’art kadjar déploie toute sa magnificence, et touche particulièrement dans son incessant balancier entre la brillante tradition représentative persane et la modernité artistique occidentale. Il porte la marque de la fragilité politique de l’Empire, mais surtout de la gestation des principaux mouvements qui animeront la société iranienne tout le long du XXe siècle.

Adresse
Musée du Louvre-Lens
99 rue Paul Bert 62300 Lens

Renseignements
T : +33 (0)3 21 18 62 62
www.louvrelens.fr

Toutes les informations sur l’exposition sur : www.louvrelens.fr/exhibition/lempire-des-roses/

Note :
(1) Un certain nombre des photographies réalisées par le souverain lui-même sont présentées dans le parcours.

Bibliographie :
- L’Empire des roses, musée du Louvre-Lens, 2018 (catalogue de l’exposition).
- Afsaneh Najmabadi, Women with Beards and Men without mustache, University of California Press, 2005.
- Layla S. Diba, Royal Persian Painting : Qajar Epoch, 1785-1925, Layla S. Diba, Maryam Ekhtiar, 1998.
- Ali Kadjar et Sylvie Dervin, Les Rois oubliés, Edition n°1/Kian, 1995.

Publié le 02/05/2018


Alban Claude est étudiant en master d’histoire antique à l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm. Il étudie les échanges entre monde romain et monde perse antique dans le cadre de son mémoire portant sur la légion III Cyrénaïque. Son autre centre d’intérêt est l’usage de la référence à l’antiquité dans le cadre de la construction des identités nationales au XIXe siècle.


 


Histoire

Iran

Culture