Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2700 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Comptes rendus d’ouvrages > Anne-Marie Eddé, Saladin

Anne-Marie Eddé, Saladin
Article publié le 30/07/2011

Par Lisa Romeo

C’est au cœur d’un Orient divisé et en pleine mutation que nous emmène Anne-Marie Eddé à travers l’incroyable épopée de Saladin (1174-1193). Symbole du djihad et de la lutte contre les invasions franques, ce souverain qui a su rendre au monde musulman une certaine unité a fait couler beaucoup d’encre au fils des siècles. En effet, nombreux sont les historiens et les artistes, musulmans ou chrétiens, occidentaux ou orientaux, qui ont participé à la construction de son mythe.

Spécialiste de l’histoire du Proche-Orient islamique médiéval, directrice de recherche au CNRS et de l’Institut de recherche et d’histoire des textes, Anne-Marie Eddé propose ici la première biographie en français depuis cinquante ans. Fruit de dix années de recherches, l’ouvrage d’Anne-Marie Eddé revient sur cette légende et sur sa construction en faisant le tri entre les discours de propagande officiels et les nombreux récits orientés qui y ont participé. Il s’agit de redécouvrir ce guerrier et cet homme politique d’exception, mais aussi de s’intéresser à ses qualités et caractéristiques en tant qu’être humain et d’essayer de le comprendre dans son quotidien, face à ses actions et émotions.

L’ouvrage se divise en plusieurs parties. L’auteur débute en replaçant Saladin dans la société qui l’entoure au XIIème siècle. Ce fils de notable d’origine kurde est né dans un Proche-Orient fortement divisé. En effet, il existe de nombreuses rivalités entre émirs (officiers), sultans et même califes et il est courant de recourir à l’assassinat politique. Le Proche-Orient est alors dirigé par plusieurs califats concurrents : un califat abbasside sunnite de Bagdad qui contrôle les terres allant de l’Indus à la Méditerranée et un califat fatimide chiite au Caire qui étend son influence sur l’Egypte, l’Afrique du Nord et une partie de l’Arabie et de la Syrie-Palestine. Ces deux empires sont par ailleurs fortement affaiblis par différentes dynasties princières, comme les turcs Seljoukides au XIème qui détiennent la réalité du pouvoir militaire sur la Syrie-Palestine et l’Anatolie appartenant alors à l’empire abbasside. Ce manque d’union facilite l’arrivée des troupes franques venues d’Occident afin de délivrer la Terre Sainte. C’est dans ce contexte mouvementé que le jeune Saladin se forme progressivement à l’art militaire au côté de son père Ayyûb et de son oncle Shîrkûh, fidèle au prince turc Nûr al-Dîn Ibn Zengi (1146-1174). La conquête de l’Egypte, la nomination de Saladin en tant que vizir au Caire, puis l’élimination définitive du califat fatimide sont ensuite des étapes importantes de sa vie et marquent sa prise de pouvoir progressive. Devenu sultan après la mort de Nûr al-Dîn, Saladin doit consolider son autorité en étendant ses conquêtes et en évinçant ses opposants. Mais sa légitimité ne peut être complète que s’il l’obtient du calife en personne, comme l’oblige le système hiérarchique traditionnel de l’époque. Tous les arguments sont utilisés pour obtenir cette reconnaissance et pour contrer les détracteurs de Saladin qui l’accusent d’avoir usurpé le pouvoir, et ce, dans la violence. Il met alors l’accent sur ses qualités guerrières et morales et sur l’importance de la diffusion du sunnisme. Il s’agit alors de démontrer qu’il représente la seule personne capable d’une telle mission. Ceci a contribué à l’élaboration de l’image de Saladin en tant qu’homme aux multiples vertus et défendeur des valeurs de l’Islam que l’on compare même à deux figures bibliques très populaires en Orient médiéval : Salomon et Joseph.

Le rôle majeur joué par Saladin dans le jihad occupe une grande partie de l’œuvre de Anne-Marie Eddé. En effet, après avoir consolidé son pouvoir en l’Egypte, en Syrie-Palestine et sur une partie de la Haute-Mésopotamie, Saladin fait, à partir de 1186, de la lutte contre les Infidèles son objectif principal. Il insiste alors sur l’union du monde musulman, condition incontournable pour réaliser une telle entreprise. Si cet argument fait partie de sa campagne de propagande, il ne fait pas de doute alors que cette politique porta ses fruits. S’il ne parvient pas à mettre un terme à la présence des Francs dans la région, ses batailles, ses victoires et surtout la prise de Jérusalem, sous contrôle des Francs depuis 1099, sont d’importants éléments qui façonnèrent sa légende.

Ainsi s’agit-il de cerner véritablement la personne même de Saladin en revenant sur ses traits de personnalité : sa dévotion exemplaire, son talent militaire, son gout pour la chasse, l’équitation, la musique, la poésie ou bien l’histoire. Homme très occupé par ses campagnes militaires et ses multiples déplacements, il n’en reste pas moins très lié à sa famille. Son rythme de vie et son quotidien semblent finalement assez simples et modérés. On retrouve également, dans cette partie de l’ouvrage, sa vision du gouvernement, son attitude envers les populations chrétiennes et juives ou encore sa politique budgétaire et financière.

Anne-Marie Eddé analyse également l’incroyable légende qui s’est formée peu à peu, et ce jusqu’à aujourd’hui, autour du souverain. Il n’a cessé, en effet, de fasciner de nombreux auteurs, d’abord occidentaux avant d’être repris au XIX et XXème siècle par certains leaders incontournables de l’histoire du monde arabe contemporain tel que l’Egyptien Gamal Abdel Nasser. Malgré la difficulté de faire la part des choses entre le mythe et la réalité, et même si de nombreuses questions restent encore ouvertes sur la personne de Saladin, Anne-Marie Eddé dresse ici une biographie très complète et invite à découvrir ou à redécouvrir, à travers l’une des plus grandes figures de l’époque, l’univers impitoyable des Croisades et la richesse du monde musulman au Moyen-âge. Finalement, selon Anne-Marie Eddé, si certains des faits et gestes de Saladin sont probablement exagérés, son impact sur les imaginations est indéniable.

A LIRE EGALEMENT SUR LES CLES DU MOYEN-ORIENT :
Article écrit par Anne-Marie Eddé, Saladin

Anne-Marie Eddé, Saladin, Paris, Flammarion, 2008, 761 pages.

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Afghanistan, Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Soudan, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice