Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2700 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Religion

Religion

  • « Les révolutions arabes et les chrétiens », conférence organisée par le Centre Civique d’Etudes du Fait Religieux et animée par Bernard Heyberger le 26 juin 2012 à la mairie de Montreuil - 03/07/12

    Dans le cadre du cycle de conférences sur le thème « Les Printemps arabes et les religions », le Centre Civique d’Etudes du Fait Religieux a invité Bernard Heyberger à présenter « les révolutions arabes et les chrétiens ». Directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) et à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE), Bernard Heyberger dirige également l’Institut d’Etudes de l’Islam et les Sociétés du monde musulman (IISMM) ainsi que la collection « L’islam en débat » aux éditions Téraèdre. Spécialiste en sciences religieuses, il est l’auteur de plusieurs ouvrages de référence, tels Au temps des réformes (1994), Chrétiens du monde arabe (Autrement), Hindiyya, mystique et criminelle, 1720-1798.

    Bernard Heyberger précise que c’est en tant qu’historien qu’il traitera le sujet de la conférence. Son regard n’est ni celui d’un journaliste, ni celui d’un politologue.

  • Averroès et al-Ghazâlî, une controverse entre philosophie et théologie - 22/06/12

    Si la figure du philosophe andalou Averroès (1126-1198) est restée très célèbre, celle du théologien soufi al-Ghazâlî (1058-1111) l’est un peu moins, du moins en Occident. Pourtant, ces deux personnages ont marqué à parts égales le paysage intellectuel de l’Islam médiéval, et peuvent chacun être considérés comme l’un des théoriciens les plus influents des deux principaux courants de pensée de cette époque, à savoir d’une part la tradition proprement « philosophique », la falsafa [1], et de l’autre la tradition du kalâm [2], la théologie rationnelle. C’est pourquoi on peut parler d’une véritable « controverse » entre leurs idées, puisque même s’ils ne furent pas contemporains – à quelques années près – al-Ghazâlî écrivit contre les « philosophes » tout autant qu’Averroès s’attacha plus tard à réfuter les idées du théologien. L’étude comparée de quelques-unes de leurs idées permet donc à la fois de se familiariser avec leurs pensées respectives, et de comprendre les principaux enjeux de la pensée islamique médiévale à travers l’approche de ces traditions distinctes.

  • Nahda : renaissance culturelle et religieuse, éveil politique dans le monde arabe au XIX ème siècle - 19/04/12

    Le terme arabe « nahda [3] » désigne cette période de l’histoire où, au XIXe siècle, le monde arabe connaît une « renaissance » culturelle et religieuse ainsi qu’un premier éveil politique. Désignée aussi par Albert Hourani sous le nom de « liberal age », cette époque voit la reconfiguration de la pensée arabe sur des sujets aussi essentiels que la pratique de la religion, la place de l’islam en politique, la conception du pouvoir ou les questions socio-économiques. On prend souvent comme point de départ de la nahda l’expédition d’Égypte de Napoléon Bonaparte, en 1798 : le contexte de la nahda est bien, en effet, cette période où l’Empire ottoman se trouve très affaibli, jusqu’à voir contester son intégrité par les grandes puissances étrangères, et où l’influence européenne se fait de plus en plus forte en Orient. Deux tendances principales se dessinent dans le mouvement général qu’on appelle nahda : d’abord le réformisme islamique, avec de grands noms comme ceux de Jamâl al-Dîn al-Afghâni ou de Muhammad ‘Abduh ; et d’autre part l’éveil politique du monde arabe, pour lequel l’Égypte joue un rôle déterminant puisqu’elle est le premier pays arabe à conceptualiser l’État-nation comme un véritable devenir politique.

  • Soufisme - 17/02/12

    Chaque religion a une mystique, un courant religieux qui recherche le contact direct avec le divin : c’est le soufisme qui, de manière prédominante, joue ce rôle en islam. C’est entre le XIe et le XIIe siècle que s’élaborent et s’organisent les pratiques soufies, qui s’ancrent dans une théorie du monde, de l’homme et de Dieu établie progressivement par plusieurs théologiens. Le soufisme se définit par une conception ésotérique du rapport de l’homme au monde et au divin, mais aussi par des pratiques bien particulières parmi lesquelles l’importance des rites initiatiques est à souligner, surtout à partir de son institutionnalisation au XIIe siècle dans ce que l’on appelle les « voies » soufies. Au-delà de ces caractéristiques internes, le soufisme se constitue assez rapidement comme une force sociale à part entière, qui jouera un rôle important dans l’histoire des pays musulmans aussi bien du point de vue social que politique, et conserve encore aujourd’hui, dans certains pays tout au moins, une influence réelle.

  • Revue Moyen-Orient n° 13, spécial "Islam et démocratie" - 30/01/12

    En ce début d’année 2012, le magazine Moyen-Orient invite ses lecteurs à se pencher sur les défis des sociétés arabes en pleine transition. La vague de libéralisation du « printemps arabe » semble aujourd’hui s’accompagner de la victoire politique des fractions islamistes qui ont su prouver leur capacité mobilisatrice. Cet essor du religieux politique dans l’espace public ne manque pourtant pas d’inquiéter certains observateurs. Moyen-Orient propose alors de s’intéresser au rapport entre l’islam et la politique et à sa capacité à s’intégrer au cœur du débat démocratique.

  • Sous la direction d’Antoine Sfeir, Alexandre Adler, Christian Chesnot, André Miquel, Robert Solé, Benjamin Stora, Dictionnaire du Moyen-Orient, histoires, cultures, révolutions. - 20/01/12

    Ce Dictionnaire du Moyen-Orient, dirigé par Antoine Sfeir, réunit, sous la plume de spécialistes reconnus et de jeunes chercheurs, des articles de synthèse sur des problématiques très variées du Moyen-Orient : histoire, géographie, politique, sociologie, culture, économie, religion, ainsi que sur des hommes et des femmes témoins et acteurs historiques et contemporains de cette région. Sorti en librairie en octobre 2011, la problématique de ce dictionnaire s’inscrit dans celle de l’actualité récente au Moyen-Orient, celle des révolutions arabes : « Le Moyen-Orient fait la une de l’actualité depuis des mois, les peuples arabes étant décidés à reprendre en main le destin de leurs pays. Pour la première fois, un ouvrage encyclopédique réalisé par une équipe de jeunes chercheurs sous la direction d’Antoine Sfeir donne accès à toute la diversité culturelle et religieuse de cette région, des sites archéologiques, des personnages historiques aux spiritualités, des grands événements aux problèmes économiques ».

  • Qu’est-ce-que le salafisme ? - 07/12/11

    Depuis plusieurs années, une nouvelle identité religieuse semble avoir fait son apparition en Europe et dans le monde : le salafisme. Les auteurs des attentats de Paris (1995), de New-York (2001), Casablanca (2003), Madrid (2004), Londres (2005) se réclament de l’appartenance à ce mouvement.

  • Entretien avec Chantal Verdeil lors du salon du livre francophone de Beyrouth - 09/11/11

    Diplômée de l’Institut d’Etudes politiques de Paris et historienne de formation, Chantal Verdeil est spécialiste d’histoire religieuse et travaille plus particulièrement sur les provinces arabes de l’Empire ottoman et les chrétiens d’Orient. Lors d’un séjour de trois ans au Liban (2000-2003), elle a rédigé une thèse sur les missionnaires jésuites au pays du Cèdre. Depuis son retour en France, elle enseigne l’histoire du Moyen-Orient à l’INALCO (Institut National des Langues et Civilisation Orientale).
    Au cours d’un entretien au Salon du Livre de Beyrouth, elle nous emmène à la rencontre des chrétiens d’Orient.

  • EN LIEN AVEC L’ACTUALITE EN EGYPTE : qui sont les Coptes ? - 11/10/11

    Les coptes désignent les chrétiens d’Egypte. Le terme copte vient de l’arabe qibt, qui dérive du grec aiguptios qui signifie « égyptien ». Avec cinq à six millions de fidèles résidant très majoritairement en Egypte, ils constituent environ 10 % de la population du pays et forment la plus importante communauté chrétienne du monde arabo-islamique. Les coptes vivent principalement au Caire et dans sa périphérie, au sud du delta et en Moyenne-Egypte, dans les villes d’Assiout et de Miniah. On trouve également quelques communautés coptes au Soudan. Les coptes appartiennent principalement à l’Eglise copte orthodoxe, mais il existe également depuis le XIXe siècle des coptes catholiques et des coptes protestants. Ces deux Eglises comptent environ 100 000 fidèles chacune.

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Afghanistan, Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Azerbaïdjan, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Soudan, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice