Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 1700 articles publiés depuis juin 2010

Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS

DERNIÈRES ANALYSES

DES CLÉS DU MOYEN-ORIENT



Retour sur l’Histoire …

La Royal Air Force et l’Irak 1918-1922. Partie 6. Les résultats de la conférence du Caire : l’accession de Fayçal au trône d’Irak et la prise de commandement des opérations par la RAF : l’adoption de l’Air Control

L’après conférence du Caire : dispositions militaires et proclamation du roi d’Irak prévue pour le 15 août 1921

Malgré quelques mises en garde de l’état-major portant sur la situation dans le nord de l’Irak transmises au Cabinet le 10 mai 1921 (1), Churchill informe ses collègues de la rapidité des progrès concernant la réduction de la garnison selon le programme élaboré lors de la conférence du Caire et approuvé par le Cabinet. Il donne un aperçu des mesures prises visant à l’établissement d’un gouvernement arabe en Mésopotamie et fournit les noms des personnalités susceptibles d’accéder à des fonctions ministérielles. Concernant le futur chef de l’Etat irakien, Fayçal apparaît comme le candidat le mieux placé, suivi du Naqib de Bagdad et du cheikh de Mohammerah. Il ajoute que le succès des différentes opérations repose sur l’absence d’intrique et de troubles fomentés par la Turquie (2).
Suivant le programme mis en place au Caire, Fayçal se rend en Mésopotamie, où son arrivée est prévue le 23 juin (3). Sans attendre le communiqué officiel de Londres, le haut-commissaire Cox prend l’initiative de convoquer une assemblée de notables pour organiser son entrée et son installation à Bagdad. Le lundi 11juillet, le Conseil d’Etat, à l’instigation du Naqib, proclame à l’unanimité Fayçal roi d’Irak et charge le ministère de l’Intérieur des démarches préalables à son installation. Les autorités britanniques sur place insistent sur la nécessité de procéder à un referendum de manière à asseoir sa légitimité. A la fin du mois, le roi rencontre à Ramadi les chefs des principales tribus qui lui font allégeance. Malgré l’opposition des provinces kurdes de Kirkuk et de Suleimaniyeh, les principaux obstacles à sa prise de pouvoir sont levés. Churchill indique au Cabinet que le haut-commissaire entend le proclamer roi d’Irak le 15 août (4).

Lire la suite

Yves Brillet est ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de Saint Cloud, agrégé d’Anglais et docteur en études anglophones. Sa thèse, sous la direction de Jean- François Gournay (Lille 3), a porté sur L’élaboration de la politique étrangère britannique au Proche et Moyen-Orient à la fin du XIX siècle et au début du XXème.

Evenements spéciaux

Spécial Syrie



Les articles du dossier

Portrait de …

Portrait de Salma Baccar, cinéaste et députée tunisienne

Quelle a été votre formation ?

Je suis née au milieu des années 1940-45 à Tunis capitale. J’ai grandi – j’insiste toujours sur ce détail – comme fille unique parmi 6 garçons. Je pense que ça a été assez déterminant pour mon caractère ou dans ma détermination à toujours vouloir faire et gagner les enjeux. Alors que j’étais enfant, mes parents ont déménagé dans la banlieue Sud de Tunis, à Hammam Lif. C’est une ville réputée pour avoir un état d’esprit assez libre par rapport à d’autres ; ainsi, dans les années 1960, la fédération des ciné-clubs et des cinéastes amateurs de la ville était une des seules de ce type où l’on trouvait des éléments féminins. Bercés aux westerns et aux films romantiques égyptiens, nous avons commencé en 1965 à programmer des films beaucoup plus engagés politiquement, notamment du cinéma russe, qui avait une grande influence sur nous à l’époque. C’est cette formation qui a continué à m’accompagner, comme elle a accompagné un certain nombre de cinéastes à la même époque, comme Férid Boughedir, Ridha Behi par exemple. Pour nous, l’image c’était refaire le monde. On pensait vraiment refaire le monde grâce à nos films, qui parlaient des inégalités sociales, de toutes les injustices – c’était très engagé. Pour cela, nous avons souvent réfuté l’expression de « cinéma amateur » au profit de « cinéma d’intervention sociale et politique », comme cela pouvait s’appeler dans d’autres pays. Nos moyens étaient très archaïques mais nous y mettions du cœur et les sujets que nous dénoncions étaient très importants. Nous nous occupions des problèmes de la classe sociale la plus défavorisée. Chacun jouait plusieurs rôles à la fois. Je me souviens même avoir été comédienne une fois dans le film Les Galériens, dont l’histoire est celle d’un homme qui, pour permettre à sa famille de survivre, était obligé de casser de gros rochers, comme un galérien. Malade des poumons, sa femme – moi – se voyait obligée de mendier, puis de se prostituer. C’était très amusant, parce que la petite bourgeoise que j’étais s’en sortait très mal en tant que comédienne !

Lire la suite

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Mots clés
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice