Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 1200 articles publiés depuis juin 2010

Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS

DERNIÈRES ANALYSES

DES CLÉS DU MOYEN-ORIENT



Ils ont fait l’histoire ...

Nasser et son temps, par Anne-Claire de Gayffier-Bonneville

Ouvrez un manuel scolaire français d’Histoire de terminale dont le programme traite de la seconde moitié du XX°s, vous y trouverez presque à coup sûr une photo de Nasser. C’est dire combien Nasser est une figure de son temps. Il a certes bouleversé l’histoire égyptienne en organisant le coup d’Etat du 23 juillet 1952 qui renverse la monarchie. Mais l’établissement d’un nouveau régime, dont le pouvoir égyptien actuel est l’héritier ne saurait, à lui seul, donner à Nasser la place qu’il occupe dans l’histoire de la seconde moitié du XX° siècle. Nasser est le miroir du peuple égyptien et l’extraordinaire communion qui s’établit entre lui et la population d’Egypte en témoigne mais il est bien plus que cela : il porte les aspirations des peuples qui sortent de la période coloniale. Et dans cette période un peu trouble d’éclosion des potentialités mais également de guerre froide entre deux projets de développement et de société, Nasser esquisse, avec quelques autres, Nehru, Tito, la possibilité d’une troisième voie, celle du non-alignement sur l’un des deux Grands, les Etats-Unis ou l’Union soviétique.

L’objectif de cet article est d’essayer de mettre en lumière ce qui, dans l’action politique de Nasser, vient rencontrer les attentes profondes du Tiers monde et fait de l’homme le représentant d’une génération.

La prise du pouvoir par Nasser et le départ des troupes britanniques

Lorsque les Officiers libres prennent le pouvoir en juillet 1952, l’Egypte est formellement indépendante depuis trente ans mais les troupes britanniques continuent de stationner à proximité du canal de Suez. Or, cette présence militaire a permis à l’ambassadeur de Grande-Bretagne, dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale, de faire pression sur le roi Farouk et de lui imposer un président du Conseil. C’était le 4 février 1942. Aussi, dès la fin du conflit mondial, les Egyptiens réclament le départ des troupes britanniques pour gagner une indépendance pleine et entière. Mais ni les trois séries de négociations, en 1946, en 1948 et en 1950, ni le recours à l’arbitrage du Conseil de sécurité en 1947 n’ont permis aux Egyptiens d’obtenir satisfaction. La tension devient très forte autour de cette présence militaire étrangère à la fin de l’année 1951, après la décision du gouvernement de Nahhas pacha de dénoncer unilatéralement le traité de 1936, faute d’être parvenu à le renégocier.

Lire la suite

Agrégée et docteur en histoire, Anne-Claire de Gayffier-Bonneville est maître de conférences à l’Inalco. Son ouvrage L’échec de la monarchie égyptienne 1942-1952 (Le Caire, IFAO, 2010) a reçu le prix Joseph du Teil 2011 de l’Académie des sciences morales et politiques.

Entretien avec ...

Entretien avec Fabrice Balanche – Où en est la situation en Syrie ?

Quelle est la situation sur le plan militaire en Syrie ?

Le régime avance à certains endroits, comme à Alep où l’armée encercle les quartiers rebelles comme elle l’a fait à Homs. La population locale est passée de 1 million à 100 000. Le but de l’armée était de bombarder la ville avec des barils de TNT pour faire fuir la population et isoler les rebelles.

Dans la zone tenue par le régime, quelques poches rebelles ont été détruites cette année. L’armée tente de sécuriser ce territoire et de repousser les rebelles loin de Damas, qui ne semble plus menacée, comme elle l’a été ces dernières années. Mais au sud, les rebelles d’al-Nosra sont assez puissants et font des incursions au Liban à partir de Hermon. Ils essaient de déborder sur la Bekka, et ont pris des militaires libanais en otage à Ersal, qu’ils exécutent régulièrement afin de diviser la population libanaise et de déstabiliser le pays.

Mais il semble que le régime ne soit pas en mesure de reprendre les territoires perdus dans le reste du pays. Tout le nord de la Syrie est en effet aux mains de l’opposition, sauf les villes d’Idlep et d’Alep-ouest, ainsi que les cantons kurdes, comme Kobané. Ces derniers sont encore aux mains des Peshmergas grâce aux frappes aériennes américaines. Sachant que les 300 000 habitants kurdes de la région sont partis et vu l’hostilité de la Turquie voisine, on ne voit pas comment ils pourront tenir à terme.

Fabrice Balanche est maître de conférences à l’Université Lyon 2 et directeur du Groupe de Recherches et d’Etudes sur la Méditerranée et le Moyen-Orient à la Maison de l’Orient.

Lire la suite

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Personnages historiques
Entretiens
Mots clés
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice