Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 1200 articles publiés depuis juin 2010

Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS

DERNIÈRES ANALYSES

DES CLÉS DU MOYEN-ORIENT



Entretien avec ...

Entretien avec Haoues Seniguer – L’islamisme

Pouvez-vous nous rappeler ce qu’est l’islamisme ?

Si par islamisme on entend politisation de l’islam, il faut d’abord en donner un premier jalon historique. En effet, l’islamisme, si l’on entend par là une politisation de l’islam, apparaît bien avant la création des Frères musulmans par Hassan al-Banna en 1928. En effet, avant cette création, il y a eu de nombreuses formes de politisation de l’islam dans l’histoire, mais qui sont plus de l’ordre de la contingence, que des liens intrinsèquement liés à l’islam. Il faut aussi distinguer l’islamisme sunnite de l’islamisme chiite. On peut définir l’islamisme sunnite moderne, qui apparaît avec Hassan al-Banna, comme la systématisation de la référence à l’islam à tous les niveaux de la pensée et de l’agir humain. Dans ce type de représentation du monde et de conception de l’existence, la norme religieuse doit ainsi s’appliquer aussi bien dans la sphère privée que dans la sphère publique.

Quels ont été et quels sont encore aujourd’hui les rapports entre les mouvements islamistes et les régimes autoritaires du monde arabe ?

Il faut préciser, d’emblée, que les rapports entre les islamistes et les régimes autoritaires sont ambigus dans de nombreux pays arabes. Ce serait une erreur de les opposer systématiquement dans l’analyse. En effet, des connivences ont existé ; celles-ci ont parfaitement été mises en lumière lors des révoltes arabes à l’hiver 2010-2011. Ils partagent tous deux, islamistes comme élites autoritaires, une même obsession pour le contrôle social. Les mouvements islamistes comportent donc inévitablement des velléités autoritaristes. Cela a été visible dans chaque révolution et le passage des islamistes par le pouvoir, que ce soit au Maroc, en Tunisie ou en Egypte, ne laisse pas de le démontrer.


Lire la suite

Haoues Seniguer est maître de conférences en Sciences politiques à Sciences Po Lyon, chercheur au Gremmo et à l’Observatoire des Radicalismes et conflits religieux de l’université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal.

Entretien avec ...

Entretien avec Eric Verdeil – Les problématiques énergétiques de la Jordanie

Quelles sont les ressources énergétiques de la Jordanie aujourd’hui ?

La Jordanie est énergiquement dépendante à 97% de l’extérieur. Face aux difficultés d’importation, le pays cherche aujourd’hui à diversifier ses sources d’approvisionnement, mais aussi à repenser la consommation énergétique nationale.

La situation a beaucoup évolué. Jusqu’en 2003, la Jordanie bénéficiait d’importations d’hydrocarbures à prix réduit de la part de l’Irak. Le pétrole irakien passait par la Jordanie et en contrepartie, l’Irak accordait au pays des prix très faibles. Cet accord a pris fin avec l’invasion américaine en Irak.

La politique énergétique jordanienne a dû alors évoluer. Les importations de pétrole se sont diversifiées : en plus de l’Irak, elles viennent d’Arabie saoudite et d’autres fournisseurs. De plus, elles sont désormais payées à un prix beaucoup plus élevé. Les Jordaniens se sont mis à importer du gaz naturel d’Egypte afin d’assurer leur production d’électricité, via un gazoduc à travers le désert du Sinaï pour alimenter la Jordanie en gaz naturel. Cette nouvelle source d’énergie va cependant se révéler insuffisante. En effet, à partir de 2007, les Egyptiens réduisent leurs exportations de gaz. Depuis 2011, le tube a subi de multiples attaques dans le désert du Sinaï, car il alimente aussi l’Etat d’Israël.

Depuis, la Jordanie doit trouver de nouvelles sources d’alimentation en énergie. De nouveaux oléoducs sont en discussion, en provenance d’Irak notamment. Un terminal de liquéfaction de gaz est actuellement en construction à Aqaba, afin d’accueillir du gaz qatarie. Parallèlement, les découvertes de gaz se sont multipliées en Méditerranée. Israël cherche donc de nouveaux clients en vue de futures exportations, et se tourne donc naturellement vers son voisin jordanien. La compagnie des phosphates jordanienne et le gouvernement jordanien sont donc en train de conclure des accords énergétiques avec Israël. L’émotion est forte en Jordanie, mais la mobilisation limitée. Le gouvernement justifie son rapprochement avec Israël en insistant sur la diminution des coûts de l’énergie qui pourrait résulter de l’opération.

Eric Verdeil, géographe spécialisé sur les questions urbaines dans les pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée, appartient au laboratoire CNRS Environnement Ville Société à Lyon.


Lire la suite

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Personnages historiques
Entretiens
Mots clés
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice