Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 1200 articles publiés depuis juin 2010

Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS

DERNIÈRES ANALYSES

DES CLÉS DU MOYEN-ORIENT



Entretien avec ...

Entretien avec Nikolas Jaspert - Chrétiens et musulmans dans l’espace méditerranéen au Moyen Âge, un modèle de vivre-ensemble ?

Lors de votre leçon inaugurale à l’université d’Heidelberg, vous avez désigné l’espace méditerranéen au Moyen Âge comme un « monde fluide ». Dans quelle mesure peut-on désigner cet espace comme une interface entre mondes musulman et chrétien ? Les relations interculturelles étaient-elles fondamentalement différentes de celles du monde contemporain ?

Il y a peu d’espaces dans lesquels l’islam et la chrétienté – ou, pour mieux dire, les Musulmans et les Chrétiens, je préfère employer ces termes, puisque nous parlons avant tout de personnes – se sont autant rencontrés que dans l’espace méditerranéen. Ce n’est pas le seul lieu, mais c’est sans doute celui où Chrétiens et Musulmans se sont rencontrés le plus fréquemment. Ceci tant de manière conflictuelle que plus ou moins pacifiquement, par exemple dans le cadre de relations commerciales. Un monde « fluide », donc, parce que ces contacts étaient de natures diverses et ont présenté des formes variables. Ils pouvaient parfois devenir belliqueux (là-encore, on peut observer des situations très variables), et ont également pris des aspects très divers dans le domaine commercial. Dans quelles mesures ces relations étaient-elles différentes de celles d’aujourd’hui ? Elles ont sans doute été différentes, et également plus violentes, en raison des activités et de la violence infra-étatiques présentes dans l’espace méditerranéen (avec les corsaires, ou la piraterie). Mais ceci ne concerne pas seulement les relations entre Chrétiens et Musulmans. Les attaques des corsaires sévirent également entre Chrétiens. Tout n’est pas déterminé que par la religion : la pénétration de l’Etat dans l’espace méditerranéen pré-moderne est moins forte que dans le monde contemporain. Ce sont des espaces maritimes moins contrôlés que de nos jours.


Lire la suite

Nikolas Jaspert est depuis 2013 professeur d’histoire médiévale à l’Université d’Heidelberg. Il est diplômé de l’Université de Madrid et de la Freien Universität de Berlin, où il a effectué son doctorat sous la direction de Kaspar Elm sur le Prieuré Sainte-Anne de Barcelone au Moyen-Âge, publiée en 1995.

Analyse de l’actualité

L’Iran et le nouveau désordre moyen-oriental, Par Mohammad-Reza Djalili et Thierry Kellner

Un peu plus d’une année après son arrivée au pouvoir, le gouvernement d’Hassan Rohani est confronté à une situation géopolitique extrêmement mouvante au Moyen-Orient. Face à cette conjoncture, Téhéran a essayé de tirer son épingle du jeu. Parfois, il a réussi à profiter des nouvelles opportunités créées par ce contexte, alors qu’à d’autres occasions, il s’est retrouvé confronté à des défis majeurs difficilement gérables.

Des développements positifs dans le golfe Persique et avec la Turquie

Parmi les développements positifs pour la République islamique, il faut mentionner l’évolution significative de ses rapports avec certains de ses voisins arabes de la zone du golfe Persique. Si les événements des « printemps arabes » avaient considérablement détérioré les relations entre Téhéran et les pétromonarchies du Golfe, la politique pragmatique adoptée par le Président Rohani a contribué à améliorer la situation. Des succès non négligeables ont été engrangés au cours de l’année écoulée. La signature de l’accord intermédiaire de Genève sur le nucléaire le 24 novembre 2013 a en effet engendré un climat international nouveau, marqué par une relative détente avec les pays occidentaux. Outre Oman qui a servi de médiateur entre les États-Unis et l’Iran sur le dossier nucléaire, les autres pétromonarchies arabes du Golfe - y compris l’Arabie saoudite du bout des lèvres - ont accueilli positivement la signature de cet accord. De son côté, la diplomatie iranienne a saisi l’occasion créée par ce climat positif pour tenter de renouer avec ses voisins. Alors que le président Rohani avait appelé dès son entrée en fonction en août 2013 à une amélioration des rapports de l’Iran avec les pays riverains du golfe Persique - une invite réitérée à plusieurs reprises depuis -, à la fin novembre/début décembre 2013, le ministre iranien des Affaires étrangères a effectué une tournée dans quatre des six monarchies du Golfe (Qatar, Koweït, Émirats arabes unis, Oman, les exceptions significatives étant Bahreïn et l’Arabie saoudite). Lors de sa conférence de presse à l’issue de sa rencontre avec l’émir du Koweït, il a tenté de rassurer les pétromonarchies sur la question du nucléaire et a annoncé son intention de se rendre en Arabie saoudite « . Une annonce qui ne s’était cependant toujours pas concrétisée à l’été 2014 malgré quelques signes d’ouverture entre Riyad et Téhéran au cours des six premiers mois de l’année.

Mohammad-Reza Djalili est professeur émérite à l’Institut de Hautes Études Internationales et du Développement de Genève. Thierry Kellner est chargé de cours au Département de science politique de l’Université Libre de Bruxelles (ULB).


Lire la suite

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Personnages historiques
Entretiens
Mots clés
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice