Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 1200 articles publiés depuis juin 2010

Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS

DERNIÈRES ANALYSES

DES CLÉS DU MOYEN-ORIENT



Interview with ...

Interview with Philippe Dauba-Pantanacce - Saudi Arabia’s new king Salman’s daunting economic challenges

The analysis and opinions expressed hereby reflect the author’s personal points of view. They do not embody the institution to which the author belongs. 

Do you feel that keeping low oil price is a sustainable policy ?

I would say two things : low oil prices at the current level might not be desirable for Saudi Arabia, but the gyration of oil prices is probably even worse. It prevents any budgetary planning, triggers succession of boom/bust cycles, and finally, can be difficult to tame.
Saudi Arabia still reels from its experience in the 1980’s, when, faced with a similar situation of lowering oil prices, it cut aggressively its oil production, to no results, hence loosing on both fronts of revenues and market shares.
But History will probably not repeat itself : it is clear that in the current oil extraction industry, Saudi is most likely the one best equipped to ride a prolonged low oil price level. If we look at the latest data release from the US, the strategy seems to be paying : on 2 February it was announced that the number of US rigs has been through its biggest weekly decline on record, and its longest monthly stretch of declines since 2009. Beyond the US, most non Middle East oil producers suffer a lot at these price levels.

The Kingdom was not impacted by the Arab Spring (at least on the surface) through a mix of abundant redistribution. Will this policy continue ?

It looks like some more is to come. Barely 10 days after the new Kings’ ascent to the throne, a package of USD33bn of new spending was announced, primarily consumption driven. This is different from the previous package of spending though, as it tends to accompany the celebration of a new monarch’s tenure. But without any doubt, adding over 4% of GDP in spending is anything but austerity.

Lire la suite

Philippe Dauba-Pantanacce is Senior Economist in charge of MENA countries and Turkey at Standard Chartered Bank. He is based in London after having spent over half a decade in the Middle East. He appears regularly in the press and participates in conferences throughout the region. Philippe Dauba-Pantanacce exchanges with institutional stakeholders, such as in the diplomatic arena, policy makers, the World Bank, the IMF and the IIF.

Entretien avec ...

Entretien avec Philippe Moreau Defarges – Le point sur l’Etat islamique

Où en sont les actions de la coalition contre l’Etat islamique (EI) ?

Pour le moment, il n’y a pas de coalition. Pour qu’il y ait coalition, il faudrait qu’il y ait un accord commun comme cela s’est produit en 1990 contre l’Irak à la suite de l’invasion du Koweït ; il y a eu alors une construction méthodique afin d’agir ensemble.
Contre l’EI, on peut parler d’efforts d’alliance entre les Etats occidentaux, mais il n’y a pas de coalition, au moins pas encore. Il y a, semble-t-il un accord croissant, une convergence, aussi bien chez les Occidentaux que dans les régimes arabes pour éliminer l’EI. Chacun de son côté cherche à mettre en place les mesures qui lui paraissent les plus adaptées à la destruction de l’EI.
Il y a en effet une inquiétude réelle sur ce que représente le problème de l’EI.

Une intervention militaire terrestre est-elle envisagée par les Occidentaux ?

Pour le moment, il est exclu qu’il y ait une intervention terrestre. Une intervention militaire terrestre est peut-être envisagée dans le secret des états-majors. Pourquoi cette intervention ne peut-elle pas être envisagée officiellement ? Deux interrogations dominent le débat : y aura-t-il un soutien durable des opinions publiques occidentales ? Les États de la région sont-ils prêts à accueillir des troupes étrangères ? Ces États ne peuvent oublier l’impact très négatif du déploiement sur le sol sacré de l’islam (Arabie saoudite) de troupes américaines en 1990-1991 suite à l’annexion du Koweït par l’Irak. Tant l’intervention américano-britannique en Irak en 2003 que l’engagement en Afghanistan après le 11 septembre 2001 sont ressentis sinon comme des échecs, au moins comme de réels déceptions : beaucoup de sang versé, l’enracinement des radicalismes.

Philippe Moreau Defarges, né en 1943, ancien élève de l’École nationale d’administration, ancien diplomate, chercheur à l’Institut français des relations internationales (IFRI). Philippe Moreau Defarges a occupé plusieurs fonctions administratives, notamment dans le secteur de la construction européenne. Il a enseigné à Sciences-Po (Paris) et co-dirigé le rapport RAMSES (IFRI) de 2002 à 2015.

Lire la suite

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Personnages historiques
Entretiens
Mots clés
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice