Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 1700 articles publiés depuis juin 2010

Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS

DERNIÈRES ANALYSES

DES CLÉS DU MOYEN-ORIENT



Entretien avec ...

Entretien avec Samir Frangié – Vivre ensemble au Liban

Quel est le sentiment de la population libanaise sur la situation politique du pays ?

Il y a une forme de désintérêt tout à fait justifiée parce que la politique aujourd’hui ne mène plus à une solution. Les débats notamment sur l’élection présidentielle sont un aveu d’impuissance que les gens ne sont pas disposés à accepter. Naturellement, il y a toutes les dimensions que l’on connaît dues aux luttes entre les principaux candidats, mais il y a aussi une sorte d’abdication : pour beaucoup, la solution ne peut venir que de l’extérieur. Il y a ceux qui attendent un accord irano-américain pour pouvoir régler la situation au Liban, etc. Un sentiment d’impuissance domine, qui ronge les gens : voir son État aller à la dérive au moment où le pays est confronté à des problèmes très graves décourage. Quand ils pensent qu’il y a un million et demi de réfugiés syriens, que le pays est en état de guerre du fait de l’intervention du Hezbollah en Syrie et des combats qui se déroulent à la frontière, et qu’il est plongé dans une situation économique et sociale très difficile, les gens se posent la question : que font donc nos représentants ?

Vous avez été élu, le 28 juin dernier, président du tout jeune Conseil national du 14 Mars. Quels sont les objectifs de ce conseil ?

Le conseil est une ancienne idée qui a été ajournée depuis quatre ou cinq ans. Le principe était de permettre aux gens qui ne sont affiliés à aucun parti de participer à la définition des objectifs, à initier des initiatives dans des domaines différents puisque ce sont eux, finalement, qui ont fait le 14 mars. Les partis politiques étaient certes présents mais ils étaient minoritaires ; les premières réactions après l’assassinat du président Hariri sont venues de ce qu’on appelle la société civile. C’est une forme militante qui a lancé le premier sit-in sur le lieu de l’assassinat du président Hariri ; beaucoup d’initiatives ont été prises comme ça, qui ont permis d’arriver au jour du 14 mars avec cette manifestation que personne ne pouvait imaginer. Or aujourd’hui tout ce beau monde est mis de côté et il y a une sorte de réduction de ce mouvement aux partis constitués ; transformer ce mouvement, qui annonçait déjà le Printemps arabe, en une sorte d’alliance partisane, a provoqué la marginalisation des chiites du 14 mars, et a vidé le mouvement de son contenu.

Lire la suite

Samir Frangié est un homme politique libanais et ancien député. Il est président du Conseil national du 14 Mars.

Le portrait de ...

Portrait de Amel Brahim Djelloul, chanteuse lyrique

Amel Brahim Djelloul est une chanteuse lyrique d’origine algérienne. La musique traditionnelle est à l’Orient ce que l’Opéra est à l’Occident, et malgré la singularité de sa décision de carrière, elle a eu raison de faire confiance à sa bonne étoile : aujourd’hui, elle a en effet chanté sur les plus belles scènes du monde (Opéra de Paris, de Berlin, de Genève ...) et interprété les rôles majeurs de son Répertoire. Qui est cette soprano ? Elle reviens sur son parcours pour Les clés du Moyen-Orient.

Pouvez-vous nous présenter votre parcours professionnel ?

Je suis chanteuse lyrique. C’est tout un chemin qui m’a mené là où je suis aujourd’hui. J’ai démarré mes études de chant à Alger. Après mon bac, deux voies se dessinaient : la chirurgie dentaire ou la musique. J’ai finalement opté pour une licence de musicologie et ai enseigné une année au lycée. Ensuite, je suis arrivée en France pour poursuivre l’apprentissage du chant, d’abord à l’École nationale de musique de Montreuil auprès de Frantz Petri, puis au CNSMD de Paris en 2000 dans la classe de Peggy Bouveret. A l’issue de mes trois années d’études, j’ai démarré ma carrière.

Quel a été le point déterminant de votre orientation ?

J’ai toujours aimé chanter. Quand on fait de la musique (j’ai commencé très tôt par le violon), on chante aux cours de solfège. Pendant ma licence en musicologie, j’ai eu un cours de techniques vocales. C’est dans ce cadre que mon professeur (Abdelhamid Belferrouni) m’a proposé de me faire travailler un peu plus que les autres : il entendait un potentiel et avait noté mon intérêt pour le chant. Je lui ai dit : « Je veux chanter, mais faire du chant lyrique » ! Je me suis accrochée, travaillant avec lui trois fois par semaine. Il restera toujours mon premier professeur, celui qui a cru en moi et qui m’a vraiment accompagnée.

Lire la suite

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Mots clés
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice