Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 1700 articles publiés depuis juin 2010

Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS

DERNIÈRES ANALYSES

DES CLÉS DU MOYEN-ORIENT



L’analyse de ...

Brésil-Moyen-Orient : un passé lié au pétrole, par Elodie Brun

Les relations du Brésil avec le Moyen-Orient deviennent substantielles dans le sillage du choc pétrolier de 1973. Avant cette date charnière, les gouvernements brésiliens n’ont pas développé de stratégie réelle envers cette région, malgré une tentative du Ministère des Relations Extérieures en 1969. Pourtant, les relations diplomatiques ont été établies dès 1903 avec l’Iran, puis avec le Liban, la Syrie et l’Égypte dans les années 1940, et enfin, avec l’Irak, la Libye et l’Afrique du Nord au cours des deux décennies suivantes. Le Brésil participe aussi à la première Force d’urgence des Nations Unies (UNEF) entre 1957 et 1967, au Sinaï et dans la Bande de Gaza. Bien qu’en novembre 1947, ce pays vote en faveur de la Résolution 181 entérinant la partition de la Palestine, il ne reconnaît Israël qu’en 1949, puis s’abstient sur son entrée à l’ONU et l’envoi du personnel diplomatique n’a lieu que trois ans plus tard seulement. Les diplomates brésiliens s’opposent à la mainmise israélienne sur Jérusalem, eu égard aux positions des pays arabes, mais surtout à celles du Saint-Siège. La Résolution 242 de novembre 1967 devient le cadre de référence de la position brésilienne – les représentants brésiliens ont d’ailleurs participé à l’un des drafts du texte. En 1972, le Brésil dispose de huit ambassades au Moyen-Orient. En parallèle, il entretient de bonnes relations avec Israël, telle qu’en atteste la signature d’un accord de coopération en 1962. La politique brésilienne vis-à-vis du Moyen-Orient s’auto-définit comme celle de l’équidistance jusqu’en 1973.

Le choc pétrolier va mettre un terme à cette politique, par contrainte. La consommation en pétrole au Brésil dépend à hauteur de 80% des importations, et s’avèrent indispensable au maintien du « Miracle économique » brésilien alors en cours. Les besoins énergétiques rendent donc critique la relation aux pays producteurs du Moyen-Orient. Selon la base de données UN Comtrade, de 1976 à 1984, l’Irak et l’Arabie saoudite représentent alternativement le second et troisième fournisseur de l’ensemble des importations brésiliennes. En 1981 et 1982, l’Arabie saoudite atteint même la première place, devant les États-Unis. De surcroît, ces deux pays englobent la majorité des importations de pétrole brésiliennes, avec plus de 50% avant 1973, 60% en moyenne entre 1972 et 1980, puis à nouveau autour de 50% jusqu’en 1990.

Lire la suite

Élodie Brun est enseignant-chercheur au Centre d’études internationales de El Colegio de México. Elle est docteure en science politique, spécialisation Relations internationales, de Sciences Po Paris

Interview with ...

Interview with Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou – The links between Al-Qaeda and the Islamic State

Is there competition between Al Qaeda and the Islamic State (ISIS) ?

Yes there is, but it is neither absolute nor so consequential by now. The Islamic State in Iraq’s April 2013 decision to expand to Syria/the Levant took Al Qaeda by surprise. Just as he was not able to take the Al Qaeda project forward after Osama Bin Laden’s death, Ayman al Dhawahiri has failed to address the issues raised by the gradual independence and, in time, the full break by Abu Bakr al Baghdadi’s organization. In reacting indecisively – he initially called for a cancellation of the ISIS project twice in May and November 2013 and dispatched a failed mediation in January 2014 – al Dhawahiri opened the way for Al Baghdadi to up the ante and make a full run for the leadership of the global Islamist movement. This was embodied forcefully in the June 2014 dual statement about the birth of the Islamic State and the claim to the Caliphate. From that point onwards, Al Qaeda and ISIS were formally on competitive tracks, with in effect the original group playing catch up. Al Qaeda is also able to push back a bit more operationally through the association with its local representative, Jabhat Al Nusra, in Syria. Two caveats are, however, in order. Firstly, these two groups share a common history with what is today ISIS having been between October 2004 and January 2006, Al Qaeda’s franchise in Iraq (Al Qaeda in Iraq, AQI). Secondly, self-limitations are to some extent imposed on both sides as Osama Bin Laden and Abu Musab al Zarqawi, AQI’s leader, are key founding figures shared by both groups. Ultimately, though, Al Qaeda is slowly ending and ISIS is fast rising.

Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou is Deputy Director and Academic Dean of the Geneva Center for Security Policy (GCSP), Adjunct Professor at the Graduate Institute in Geneva, and Lecturer at the doctoral school at Sciences Po Paris. Previously Associate Director of the Harvard University Program on Conflict Research, he is the author, notably, of Understanding Al Qaeda – Changing War and Global Politics (2011) and of ISIS and the Deceptive Rebooting of Al Qaeda (2014).

Lire la suite

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Personnages historiques
Entretiens
Mots clés
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice