Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 1700 articles publiés depuis juin 2010

Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS

Accueil > Syrie

Syrie

  • Georges Corm, La nouvelle question d’Orient - 22/03/17

    Georges Corm, économiste libanais, est un des éminents spécialistes du Moyen-Orient et de la Méditerranée. Outre son statut de consultant économique et financier international, il est professeur depuis 2001 à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, dans le cursus des sciences politiques. Ses ouvrages les plus célèbres sont L’Europe et l’Orient (La Découverte) ; Orient-Occident, la fracture imaginaire (La Découverte) ; La question religieuse au XXIe siècle (La Découverte) ; Le nouveau gouvernement du monde, idéologie, structures, contre-pouvoirs (La Découverte) ; Pour une lecture profane des conflits (La Découverte) ; Le Proche-Orient éclaté 1956-2012, 2 volumes (Folio/histoire) ; Pensée et politique dans le monde arabe. Contextes historiques et problématiques, XIXe-XXIe siècle (La découverte). Ses ouvrages sont traduits en plusieurs langues. Il vient de publier La Nouvelle Question d’Orient aux Editions La Découverte.

  • Sadik Jalal al-azm - 21/03/17

    Sadik Jalal al-Azm (1934-2016) est un philosophe syrien. Professeur émérite de l’université de Damas, initialement spécialiste de Kant et de Bergson, ses études sur l’islam et la laïcité (Critique of Religious thought (Critique de la pensée religieuse, 1969), Islam and Secular Humanism (Islam et humanisme laïc, 2005), Secularism, Fundamentalism and the Struggle for the Meaning of Islam (La laïcité, le fondamentalisme et la bataille sur le sens de l’Islam, 2013)) ont fait de lui le chef de file du courant rationaliste, matérialiste et laïc dans le monde arabe. Il fut l’un des intellectuels les plus influents du monde arabe.

  • Compte rendu de l’ouvrage Le Cèdre et le chêne. De Gaulle et le Liban, les Libanais et de Gaulle, sous la direction de Clotilde de Fouchécour et Karim Émile Bitar - 15/03/17

    D’une densité aussi imposante que sa richesse documentaire, l’ouvrage dirigé par Clotilde de Fouchécour et Karim Émile Bitar, Le Cèdre et le chêne. De Gaulle et le Liban, les Libanais et de Gaulle publié aux éditions Geuthner, livre les analyses des plus grands spécialistes de la question pour discuter des relations diplomatiques qui ont lié de Gaulle et le Liban durant plus de quarante ans, de 1929 à 1970. À travers près d’une trentaine d’articles d’universitaires ou d’anciens ministres ainsi que de nombreux documents annexes (chronologies, témoignages, reproduction d’archives), cet ouvrage apparaît comme une somme importante pour penser la complexité de la question orientale durant cette période historique charnière, qui voit se succéder le mandat, l’indépendance et la poursuite de liens diplomatiques privilégiés entre la France et le Liban après 1946. Illustrée, cette somme permet par ailleurs une contextualisation picturale féconde à la lecture de l’ouvrage.

  • La réouverture des négociations sur la Syrie à Genève : peu d’avancées tangibles avant de retourner à Astana - 14/03/17

    Une nouvelle session des négociations de Genève sur la Syrie s’est ouverte le 23 février dernier et a pris fin vendredi 3 mars, pour – normalement – rouvrir à la fin du mois. Ce « Genève 4 » fait suite à la conférence d’Astana, un processus parallèle à l’initiative de la Russie, qui avait entériné quelques semaines plus tôt une évolution du rapport de force entre les différents acteurs du conflit (1).

    Sous l’égide de Staffan de Mistura, l’envoyé spécial des Nations unies pour la Syrie, que la presse qualifie d’éternel optimiste, les négociations de Genève 4 ont permis d’aboutir à « une feuille de route » en quatre points. En d’autres termes, peu d’avancées majeures ont été obtenues à Genève, mais plutôt une orientation principale qui montre comment Damas, au nom de la lutte contre le terrorisme, grignote le processus de négociation.

    Dans ce contexte, plusieurs interrogations sont en suspens : la consolidation du cessez-le-feu à Astana dans quelques semaines, la future politique américaine en Syrie et en Irak, l’escalade de la tension entre la Turquie et les Kurdes syriens. En faisant le point sur cette nouvelle session des négociations, tentons de comprendre quelles sont les dernières évolutions de la situation en Syrie.

  • Bookchin, Öcalan et Rojava - 10/03/17

    « Les Kurdes n’ont d’amis que les montagnes ». Le vieux proverbe, s’il fait avant tout référence au relatif isolement politique des Kurdes de Syrie, rappelle aussi la dimension écologique au coeur du projet politique révolutionnaire de Rojava. Egalement appelé Kurdistan occidental ou Kurdistan de Syrie, Rojava est une région limitrophe avec la Turquie, ayant acquis progressivement, au fur et à mesure de la guerre civile syrienne, une autonomie de facto. Aujourd’hui complétement autonome du gouvernement syrien, l’entité Rojava n’a été diplomatiquement reconnue par aucun Etat, relevant ainsi encore aujourd’hui du projet politique au devenir incertain. Le territoire de Rojava est composé de trois « cantons » frontaliers avec la Turquie, mais sans continuité géographique entre eux : les cantons d’Afrine au Nord-Ouest ; de Kobané au centre, rendu célèbre par la fameuse bataille qui y fut emportée par les Kurdes contre l’Etat islamique entre octobre 2014 et juin 2015 ; le canton de la Djézireh, le « bec de canard » historique au Nord-Est de la Syrie.

  • Azoury (Negib, 1873-1916) - 06/03/17

    La deuxième moitié du XIXe siècle et le début du XXe siècle – jusqu’à la Première Guerre mondiale – se caractérisent dans le monde arabe par une évolution politique et intellectuelle questionnant l’identité locale et le développement d’un nationalisme régional. Deux formes de nationalismes, islamique et arabe, naissent à la fin du XIXe siècle, pour réagir face à la supériorité technique et matérielle des colons européens et pour réaffirmer une identité propre. Le nationalisme islamique voit le développement du monde islamique comme un objectif à suivre ; le nationalisme arabe, en revanche, voit le but dans les peuples Arabes eux-mêmes. Le nationalisme arabe apparait plus tôt chez les Arabes chrétiens, qui ont reçu une influence européenne plus marquée : en revenant sur l’histoire des peuples arabes, et constatant le faste passé, les intellectuels de la fin du XIXe sont nombreux à s’unir aux musulmans pour participer à la renaissance de la nation arabe. Le chrétien Negib Azoury est le premier à réclamer publiquement la sécession des peuples arabes avec l’Empire ottoman, et l’établissement d’un nouvel empire panarabe, dans lequel la religion serait définitivement séparée de l’État (1). Son ouvrage Le Réveil de la nation arabe, paru en 1905, illustre aussi bien ses idées que l’état d’esprit de son époque.

  • Compte rendu de la conférence de Hamit Bozarslan, « La question kurde dans les années 2010 : la nouvelle donne », tenue le 27 février 2017 - 02/03/17

    Hamit Bozarslan est historien et politologue né en Turquie, diplômé de l’EHESS - où il est désormais directeur d’études, ainsi qu’à l’Institut d’études politiques de Paris. Spécialiste de la question des minorités au Moyen-Orient et particulièrement de la question kurde, Hamit Bozarslan travaille sur les nationalismes minoritaires et la violence au Moyen-Orient. Il a donné une conférence sur « La question kurde dans les années 2010 : la nouvelle donne », organisée par la Ligue des Droits de l’Homme du 7e arrondissement de Paris.

  • Entretien avec Julie d’Andurain - La photographie en terrain colonial, un objet d’études - 01/03/17

    Julie d’Andurain, agrégée et docteur HDR en histoire, est chargée de cours en histoire du monde arabe à Paris-Sorbonne/ Centre Roland-Mousnier (UMR 8596 du CNRS), et est directrice des Études du bureau Recherche du Pôle Études et Prospective du CDEC (Ecole Militaire).

    Elle vient de publier Henri Gouraud, photographies d’Afrique et d’Orient, Trésors des archives du Quai d’Orsay, aux éditions Pierre de Taillac, et revient pour Les clés du Moyen-Orient sur la place de la photographie dans la carrière du général Gouraud, sur son parcours militaire et diplomatique, et sur le "parti colonial".

  • Synthèse : Profiling Jabhat al-Nusra, Charles Lister, The Brookings Project on U.S. Relations with the Islamic World n°24, juillet 2016 (1/2) - 14/02/17

    Le 28 juillet 2016, le groupe Jahbat al-Nosra, un des groupes armés parmi les plus importants acteurs du conflit syrien s’est mué en Fatah al-Cham après avoir officiellement rompu ses liens avec Al-Qaïda. A la fin du mois de janvier 2017, lors des pourparlers d’Astana sur la Syrie, Fatah al-Cham, exclu des négociations a lancé une offensive militaire contre plusieurs autres groupes armés rebelles - dont certains affiliés à l’Armée Syrienne Libre - après les avoir accusés de trahison (1). Ces groupes attaqués par Fatah al-Cham ont trouvé une protection auprès d’un autre important groupe armé islamiste : Ahrar al-Cham, avec qui Jahbat al-Nosra puis Fatah al-Cham a longtemps cherché à se rapprocher, voire à fusionner (2). Immédiatement après, le 28 janvier 2017, fusionnant avec d’autres groupes rebelles islamistes - dont Ansar al-Din, Fatah al-Cham devient la composante principale d’une nouvelle formation : Hayat Tahrir al-Cham. Créé dès la première année de la guerre civile en Syrie par seulement sept djihadistes venus d’Irak, envoyés en Syrie par Abu Bakr al-Baghdadi, le leader actuel de l’organisation de l’Etat islamique, ce groupe armé est parvenu à s’imposer sur le terrain comme un acteur incontournable, ainsi qu’à s’implanter dans le tissu social des populations sous son joug, peut-être de manière durable.

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Mots clés
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice