Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 1700 articles publiés depuis juin 2010

Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS

Accueil > Analyses de l’actualité

Analyses de l’actualité

Trier par :
  • La diplomatie culturelle marocaine - 05/04/17

    Depuis quelques années, le Maroc mène sur son territoire et à l’étranger une politique culturelle ambitieuse. La mise à l’honneur du royaume chérifien au Salon du Livre Paris 2017 et la diffusion publique en février 2017 d’un rapport de l’Institut royal des Etudes stratégiques (IRES) (1) sont l’occasion de donner un aperçu historique et contemporain de la diplomatie culturelle marocaine.

  • Les réfugiés palestiniens de Syrie dans la guerre civile depuis 2011 - 04/04/17

    Depuis la création de l’Etat d’Israël en 1948, la Syrie a joué un rôle majeur dans les évolutions de la question palestinienne. Avant 2011, l’UNWRA estimait la population palestinienne de Syrie à environ 500.000 personnes, exilées au gré des conflits israélo-arabes. Entre un quart et un tiers d’entre eux sont concentrés dans le camp de Yarmouk en périphérie sud de Damas. Depuis l’arrivée au pouvoir de la famille Assad, le régime baasiste a entrepris d’instrumentaliser à son profit la cause palestinienne. Dans les faits, l’expression de cette politique s’est traduite, à grand traits, par le soutien et l’intégration d’acteurs alignés sur Damas (voire crées par le régime) et la lutte contre les organisations partisanes d’une autre ligne, souvent au-delà des frontières syriennes, notamment au Liban. A mesure d’intégration et de clientélisme, certaines factions (notamment celles qui évoluent vers le terrorisme dans les années 1970 à l’instar du FPLP-CG (1)) deviennent le bras armé de Damas dans la région et au-delà.

  • Les relations entre l’Europe et la Turquie : la crise de trop ? - 29/03/17

    Le 16 avril prochain, les Turcs seront appelés à s’exprimer par voie de référendum au sujet de la présidentialisation de leur système politique. Davantage qu’un scrutin portant sur une réforme constitutionnelle, il s’agit – comme c’est souvent le cas pour les référendums – de valider le projet politique proposé par le gouvernement AKP. En effet, une présidentialisation du régime turc signifierait que l’actuel Président Recep Tayyip Erdoğan, pourrait légalement se maintenir au pouvoir jusqu’en 2029 : en finissant son mandat actuel qui prend fin en 2019, puis en additionnant deux quinquennats présidentiels prévus par le nouveau cadre constitutionnel. Sur le plan sociétal, ce scrutin sanctionnera également l’adhésion du peuple turc à la politique actuelle du gouvernement : la promotion de valeurs issues de la synthèse islamiste et nationaliste, la poursuite de la lutte contre les ennemis désignés par le pouvoir : la confrérie Gülen, les autonomistes kurdes armés, l’Etat islamique et les « puissances étrangères opposées à la Turquie » (une appellation à géométrie variable qui évolue au gré du contexte géopolitique).

  • La réouverture des négociations sur la Syrie à Genève : peu d’avancées tangibles avant de retourner à Astana - 14/03/17

    Une nouvelle session des négociations de Genève sur la Syrie s’est ouverte le 23 février dernier et a pris fin vendredi 3 mars, pour – normalement – rouvrir à la fin du mois. Ce « Genève 4 » fait suite à la conférence d’Astana, un processus parallèle à l’initiative de la Russie, qui avait entériné quelques semaines plus tôt une évolution du rapport de force entre les différents acteurs du conflit (1).

    Sous l’égide de Staffan de Mistura, l’envoyé spécial des Nations unies pour la Syrie, que la presse qualifie d’éternel optimiste, les négociations de Genève 4 ont permis d’aboutir à « une feuille de route » en quatre points. En d’autres termes, peu d’avancées majeures ont été obtenues à Genève, mais plutôt une orientation principale qui montre comment Damas, au nom de la lutte contre le terrorisme, grignote le processus de négociation.

    Dans ce contexte, plusieurs interrogations sont en suspens : la consolidation du cessez-le-feu à Astana dans quelques semaines, la future politique américaine en Syrie et en Irak, l’escalade de la tension entre la Turquie et les Kurdes syriens. En faisant le point sur cette nouvelle session des négociations, tentons de comprendre quelles sont les dernières évolutions de la situation en Syrie.

  • Bookchin, Öcalan et Rojava - 10/03/17

    « Les Kurdes n’ont d’amis que les montagnes ». Le vieux proverbe, s’il fait avant tout référence au relatif isolement politique des Kurdes de Syrie, rappelle aussi la dimension écologique au coeur du projet politique révolutionnaire de Rojava. Egalement appelé Kurdistan occidental ou Kurdistan de Syrie, Rojava est une région limitrophe avec la Turquie, ayant acquis progressivement, au fur et à mesure de la guerre civile syrienne, une autonomie de facto. Aujourd’hui complétement autonome du gouvernement syrien, l’entité Rojava n’a été diplomatiquement reconnue par aucun Etat, relevant ainsi encore aujourd’hui du projet politique au devenir incertain. Le territoire de Rojava est composé de trois « cantons » frontaliers avec la Turquie, mais sans continuité géographique entre eux : les cantons d’Afrine au Nord-Ouest ; de Kobané au centre, rendu célèbre par la fameuse bataille qui y fut emportée par les Kurdes contre l’Etat islamique entre octobre 2014 et juin 2015 ; le canton de la Djézireh, le « bec de canard » historique au Nord-Est de la Syrie.

  • Les migrations dans le monde arabe (1/2) - 10/02/17

    Dans ce dossier, nous étudierons deux problématiques actuelles concernant les migrations. Après avoir défini les termes en usages, nous étudierons tout d’abord les migrations du Proche-Orient, puis, nous regarderons la situation au Maghreb, point de passage entre l’Afrique subsaharienne et l’Europe.

  • A Astana, la redéfinition des rapports de force dans les négociations sur la Syrie - 09/02/17

    Le mois prochain, mars 2017, marquera la fin de la sixième année de la guerre civile syrienne. Ce conflit a pour particularité d’avoir connu des retournements brutaux des rapports de forces, au gré de l’attrition de certaines parties du conflit (l’Armée Syrienne Libre), l’apparition de nouveaux acteurs (les groupes djihadistes) et enfin, les interventions successives et croissantes des puissances étrangères. A ce stade, la Syrie a connu des interventions militaires d’envergure : iranienne et russe en soutien au régime, turque avec l’opération « Bouclier de l’Euphrate ». De plus, la présence de forces spéciales américaines, britanniques et françaises a été rapportée dans le nord de la Syrie (1). En outre, plusieurs groupes rebelles ont été financés par des pays du Golfe, par des fonds privés ou étatiques. Enfin, un dernier élément participe à l’internationalisation des parties au conflit : les groupes djihadistes ont reçu des flux importants de combattants étrangers, principalement en provenance du Maghreb, d’Europe et d’Asie centrale.

  • Ce que « TIMSS » et « PISA » nous enseignent sur les perspectives du Monde Arabe - 26/01/17

    Chargé de Cours à l’Institut de Sociologie de l’Université d’Alger, ancien Chef de Division du Développement Social à la Banque Africaine de Développement, consultant international. Dernier ouvrage paru : Xavier Richet et Nadji Safir (sous la direction de), Le Maghreb à l’épreuve de la mondialisation, Paris, L’Harmattan, Bibliothèque de l’iReMMO, 2016.

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Mots clés
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice