Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 1700 articles publiés depuis juin 2010

Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS

Accueil > Tunisie

Tunisie

  • Ce que « TIMSS » et « PISA » nous enseignent sur les perspectives du Monde Arabe - 26/01/17

    Chargé de Cours à l’Institut de Sociologie de l’Université d’Alger, ancien Chef de Division du Développement Social à la Banque Africaine de Développement, consultant international. Dernier ouvrage paru : Xavier Richet et Nadji Safir (sous la direction de), Le Maghreb à l’épreuve de la mondialisation, Paris, L’Harmattan, Bibliothèque de l’iReMMO, 2016.

  • Kalthoum Bornaz, cinéaste tunisienne - 14/09/16

    Kalthoum Bornaz, monteuse et réalisatrice tunisienne, est décédée le 3 septembre 2016 à Tunis, suite à un accident domestique. Engagée dans la société civile tunisienne depuis ce qui fut baptisé la « Révolution de Jasmin », qui conduisit en 2011 au départ de Ben Ali, on a pu voir ou lire ses interventions mobilisatrices, dont il reste quelques témoignages en ligne – dont celui-ci, illustrant son indignation devant le meurtre de Chokri Belaïd (1). Plus politique à la fin de sa vie, elle s’est toujours engagée pour sa société (2), ou pour le cinéma (3) qui la faisait vivre ; la Révolution fut pour elle une joie attendue. Retour sur la carrière d’une femme, d’une cinéaste, d’une militante.

  • Aux marges du califat, pouvoirs et doctrines dissidentes : retour sur le développement de l’ibadisme (1/2) - 09/09/16

    L’évolution contemporaine de l’islam dans les territoires du Maghreb et du Moyen-Orient nous a conduit à développer une lecture parfois binaire où l’opposition sunnisme-chiisme tient une place de première importance dans l’explication des conflits en cours. Il faut dire que le sunnisme et le chiisme sont les deux écoles de l’islam ayant le plus profondément influencé la construction des identités religieuses chez les populations du Moyen-Orient moderne et contemporain. Loin des oppositions sanglantes entre milices chiites et groupes salafistes radicaux comme actuellement en Syrie et en Irak, il existe pourtant une troisième école de l’islam longtemps restée en marge des projets de recherche scientifique, pour ne pas dire ignorée. Il s’agit du ḫāriğisme et de son unique branche existante actuellement, l’ibadisme.

  • Entretien avec Lotfi Hamadi - Wallah We Can : une initiative de la société civile tunisienne, sur le nouveau modèle démocratique en développement en Tunisie - 30/03/16

    La chute du régime de Ben Ali en Tunisie en 2011 a engagé un élargissement des libertés politiques qui a donné lieu à la création une large diversité d’ONG. Une nouvelle société civile a en effet émergé après la Révolution, qui joue aujourd’hui un rôle incontestable dans l’équilibre politique et social du pays. Acteurs individuels, ces groupes engagés et actifs pour la société permettent de structurer une nouvelle pensée démocrate en Tunisie. En 2014, le Prix Nobel de la paix est décerné à quatre de ces organisations : pour féliciter et célébrer le Dialogue National Tunisien, les syndicats du travail UGTT, considérés comme une « véritable colonne vertébrale intellectuelle et politique du pays », la Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH), l’Ordre des avocats et l’organisation patronale Utica sont couronnés du prestigieux prix suédois. Cette remise à flot du Dialogue national en 2013, deux ans après la révolution, permet d’organiser des élections législatives, qui ont permis de renforcer les institutions, dont la stabilité faiblissait au point de menacer la démocratie.

  • Le parti Ennahdha tunisien et le modèle de l’AKP turc - 25/03/16

    Au lendemain des printemps arabes, Recep Tayyip Erdoğan (1), alors Premier ministre de la Turquie, et co-fondateur du parti AKP (2), parti au pouvoir en depuis 2002, déclarait : « nous n’essayons pas d’être un modèle pour qui que ce soit, mais on peut être une source d’inspiration (…) car la Turquie a démontré que l’islam et la démocratie peuvent parfaitement coexister (3) ». Ce « modèle », conciliant économie de marché, islam et démocratie, est une référence politique pour de nombreux partis dont le mouvement Ennahdha tunisien.
    Rached Ghannouchi, Président du mouvement ne cesse en effet d’exprimer son admiration pour le modèle turc. Peu après la révolution de Jasmin de 2011, il s’exprimait en ces termes : « La Tunisie va prouver au monde entier qu’islam et démocratie sont compatibles. La Turquie, pays à 99% musulman, y parvient aisément (4) ».

    Aujourd’hui, la question est moins de savoir si la promotion du modèle turc peut permettre l’avènement d’un véritable régime démocratique - notamment au vu de la situation actuelle en Turquie - que d’ausculter le nouveau visage du mouvement islamiste Ennahdha (5) à la lumière de la trajectoire politique de l’AKP.

    Dans quelle mesure le mouvement Ennahdha peut-il être le garant de l’applicabilité du « modèle turc (6) » en Tunisie ?

  • L’islamisme tunisien d’Ennahdha : d’une mouvance révolutionnaire à un parti politique légaliste. Partie 3. Ennahdha à l’exercice du pouvoir depuis 2011 - 16/03/16

    Ennahdha, suite à la révolution de Jasmin, devient un acteur majeur de la scène politique tunisienne. Depuis lors, la politique du consensus national est défendue par Rached Ghannouchi, Président d’Ennahdha, lequel déclarait encore le 25 janvier 2016, « Il ne nous reste plus que le combat ou le dialogue, et comme on refuse le combat, il faut qu’un dialogue se tienne entre la société civile et politique (1) ». En effet, l’islam révolutionnaire d’Ennahdha ne semble plus qu’un lointain souvenir. Au forum économique de Davos de 2012, ce dernier déclarait : « depuis un siècle, le monde musulman avait un rêve qui est de concilier islam et démocratie, et que ces révolutions vont dans ce sens…. Si dans la religion musulmane il ne peut y avoir de contrainte, alors à plus forte raison en politique… Ceux qui considèrent la démocratie comme Kufr (mécréance) sont donc dans l’erreur. Cette question a déjà été tranchée par d’éminents spécialistes de l’Ijtihad (interprétation). Assimiler la démocratie au Kufr est un Ijtihad erroné (2) ».
    Comment le parti Ennahdha s’est-il acclimaté à l’exercice gouvernemental ?

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Mots clés
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice