lundi 23 novembre 2020



https://www.lesclesdumoyenorient.com/966



Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient

Plus de 2600 articles publiés depuis juin 2010

lundi 23 novembre 2020
inscription nl


Accueil / Infos culture / Conférences et colloques

Table ronde organisée par l’IISMM – l’EHESS, « LA PLACE DE L’ISLAM DANS LES PROCESSUS RÉVOLUTIONNAIRES DU MONDE ARABE : FAUX PROBLÈME OU VRAIS ENJEUX ? », le mercredi 8 février 2012

Par La rédaction
Publié le 02/02/2012 • modifié le 07/03/2012 • Durée de lecture : 2 minutes

Table ronde sur le thème :

« LA PLACE DE L’ISLAM DANS LES PROCESSUS RÉVOLUTIONNAIRES DU MONDE ARABE : FAUX PROBLÈME OU VRAIS ENJEUX ? »

Mercredi 8 février 2012, 18h-20h

EHESS
amphithéâtre
105 boulevard Raspail
75006 Paris

Alors que les « révolutions arabes » se sont faites au nom de la liberté et non de la religion, la question de la place de l’islam et de la charia dans les nouveaux systèmes politiques et constitutionnels appelés à succéder aux régimes autoritaires déchus revient au premier plan de la scène politique. La victoire du parti islamiste Ennahda en Tunisie, celle des Frères musulmans et des Salafistes en Égypte et les déclarations du chef du Conseil national de transition en Libye ont brutalement rappelé à l’Occident que les pays arabes étaient des Etats musulmans et que leurs sociétés demeuraient marquées par des valeurs religieuses. Au discours euphorique des premières semaines a fait place, singulièrement en France, une rhétorique exacerbant la crainte d’un « retour » de l’obscurantisme dans ces pays. Sur place, la crispation des débats et des programmes autour de la place à accorder au religieux dans les nouvelles institutions relègue au second plan les enjeux de la démocratisation du régime politique, du renforcement des libertés publiques et de la participation citoyenne, pourtant éléments moteurs des révolutions.

Cette table ronde consacrée à la place de l’islam dans les processus révolutionnaires du monde arabe se propose de débattre de façon scientifique et dépassionnée de ce sujet d’actualité en le situant dans un contexte historique plus large. Elle s’interrogera sur la force et le positionnement des mouvements politiques très divers qui se réclament de l’islam dans les pays arabes. Elle s’intéressera plus particulièrement à l’épineuse question de la transcription de la norme et des valeurs religieuses en droit positif, un sujet qui dépasse le seul enjeu de la charia et interroge le concept de laïcité.

Participants

- Moussa Abou Ramadan, professeur, Université de Bir Zeit, Instrumentalisation de la référence à la shari’a à des fins de légitimation du pouvoir : Égypte et Arabie saoudite

- Nathalie Bernard-Maugiron, directrice de recherche à l’IRD, co-directrice de l’IISMM, Quelle shari’a pour l’Egypte post-Moubarak ?

- Jean-Philippe Bras, professeur à l’Université de Rouen, ancien directeur de l’IISMM, Ambigüités tunisiennes

- Baudouin Dupret, directeur de recherche au CNRS, directeur du Centre Jacques Berque de Rabat, La commanderie des croyants, dernier domaine réservé du roi

Contact : Marie-Hélène Bayle
Tél : + 33 (0) 153 635 602

Publié le 02/02/2012



 


Culture

Arabie Saoudite

Politique