Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2500 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Brèves > Situation en Syrie le 22 juin

Situation en Syrie le 22 juin
Article publié le 22/06/2012

Le 21 avril, le conseil de sécurité de l’ONU a adopté la résolution 2043 : 300 observateurs non armés doivent être envoyés pour une première durée de 90 jours en Syrie, afin de renforcer la présence de l’ONU dans le pays et d’observer le respect du cessez-le-feu.
Le 27 avril, le norvégien Robert Mood, chargé de prendre la tête des observateurs de l’ONU déjà présents en Syrie et d’accueillir les suivants, est parti pour Damas. Les violences se poursuivent en Syrie et la Ligue arabe a fait appel à l’ONU, afin que celle-ci assure avant tout la protection des populations civiles.
Le 2 mai, plusieurs manifestations ont eu lieu dans l’ensemble du territoire syrien, afin de protester contre l’organisation d’élections législatives par le gouvernement alors que les violences se poursuivent. Les élections se sont déroulées le 7 mai : la parti Baas, parti de Bachar al-Assad, a remporté la majorité des sièges, avec un très faible taux de participation.
Le 23 mai, un rapport d’Amnesty International indique que : « Le type et l’échelle des violations pratiquées par l’Etat pourrait constituer des crimes contre l’humanité ». La Russie, alliée du gouvernement en place, a proposé d’accueillir à Moscou des représentants du gouvernement et des opposants afin que ceux-ci entament un dialogue, sous l’observation des Nations unies, sans que cette proposition n’ait de suites.
Le 24 mai, Burhan Ghalioun, président du Conseil national syrien (CNS), l’un des principaux chefs de file de l’opposition, a donné sa démission, à la suite des nombreuses critiques dont il avait fait l’objet. Il reste cependant en fonction jusqu’à l’élection d’un nouveau président, prévue pour juin.
Le 28 mai, après le très grand nombre de victimes civiles ayant péri à Houla le 25 mai, la France et la Grande-Bretagne ont déclaré vouloir « agir ensemble pour accroître la pression » pesant sur le régime syrien en place. La communauté internationale, dont la Chine et Israël, a condamné les événements d’Houla, de même que le conseil de sécurité de l’ONU qui a adopté une déclaration à l’unanimité les condamnant, et que Kofi Annan, le médiateur de l’ONU et de la Ligue arabe. Le même jour, les ambassadeurs syriens ont été expulsés de plusieurs pays dont la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, l’Espagne, l’Italie, les Etats-Unis et le Canada.
Le 30 mai, l’opposition syrienne a lancé un ultimatum, exigeant l’application du plan de paix de Kofi Annan.
Le 31 mai, environ 500 prisonniers ont été libérés : la libération de détenus faisait partie des six points du plan de paix de Kofi Annan.
Le 5 juin, la Syrie a autorisé l’ouverture du pays à une aide humanitaire de l’ONU et d’un certain nombre d’ONG.
Le 6 juin, à la suite des élections législatives de mai, un nouveau Premier ministre a été nommé par le président syrien. Il s’agit de Riad Hijab, ancien ministre de l’Agriculture, chargé de former un nouveau gouvernement. Dans ce contexte, une centaine de personnes auraient été tuées près de Hama.
Le 8 juin, après s’être adressé à l’ONU, Kofi Annan a proposé de mettre en place « un groupe de contact international » sur la Syrie, afin d’aider au règlement de la question. La Russie a réitéré son opposition à une opération militaire internationale.
Le 11 juin, le nouveau président du CNS a été désigné : il s’agit d’Abdel Basset Sayda.
Le 16 juin, l’ONU a décidé de suspendre les patrouilles de ses observateurs en Syrie, en raison de l’intensification des violences dans le pays.
Le 19 juin a eu lieu à l’ONU une réunion sur la Syrie, à la suite des déclarations des présidents Poutine et Obama. Ceux-ci se sont rencontrés en marge du G20 qui a eu lieu à Los Cabos, au Mexique, et ont déclaré souhaiter une cessation des violences.
Le 21 juin, en raison d’un cargo russe soupçonné de contenir des armes à destination de la Syrie interpellé au large des côtes britanniques, plusieurs organisations, dont la Ligue arabe, ont demandé à la Russie de ne plus livrer d’armes au gouvernement syrien, afin d’empêcher l’escalade des violences.

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice