dimanche 13 juin 2021



https://www.lesclesdumoyenorient.com/1400



Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient

Plus de 2700 articles publiés depuis juin 2010

dimanche 13 juin 2021
inscription nl


Accueil / Actualités / Analyses de l’actualité

Retour sur les derniers événements de la crise syrienne, par Frédéric Pichon

Par Frédéric Pichon
Publié le 07/10/2013 • modifié le 01/03/2018 • Durée de lecture : 2 minutes

Une intervention militaire occidentale en Syrie, qui a été très évoquée ces dernières semaines, aurait-elle été judicieuse pour mettre un terme à la guerre civile ? Comment aurait-elle été perçue par les chiites de la région, et notamment par l’Iran et le Hezbollah ?

J’ai toujours pensé et dit qu’elle n’aurait pas lieu, y compris dans les jours qui ont suivi la révélation de l’utilisation d’armes chimiques dans la banlieue de Damas. En effet, les Américains conservent un très mauvais souvenir de la séquence de 2003 au conseil de Sécurité où les armes chimiques avaient servi de prétexte à une intervention en Irak, qui rétrospectivement a été un échec cuisant pour les Etats-Unis. D’autre part, après le Kosovo et l’Afghanistan, le concept de frappes chirurgicales a fait long feu. On sait bien que toute action militaire fait des morts et parfois des victimes innocentes.

Il est clair que le maintien du régime syrien est vital pour assurer à l’Iran une influence stratégique qui ne se cantonne pas au golfe Persique mais se prolonge jusqu’en Méditerranée jusqu’au Sud Liban. C’est d’ailleurs pour casser cet axe « chiite » que les puissances sunnites du Golfe, et notamment l’Arabie saoudite, mettent toutes leurs forces dans le soutien à la rébellion.

La « solution russe » ouvre-t-elle la possibilité d’une sortie de crise en Syrie ?

En fait, la solution russe est depuis le début incontournable. Echaudés par l’interprétation qu’ont fait les Occidentaux de la résolution 1973 en Libye, ils ont clairement fait du problème syrien une question de principe : le temps de l’ingérence et des interventions unilatérales est révolu. Cela arrive à un moment où les Etats-Unis n’ont plus ni les moyens ni l’envie de s’embourber dans de nouvelles problématiques au Moyen-Orient. En réalité, on voit comment les Russes ont réussi à se rendre indispensables et ont même réussi à expliquer qu’il y allait de l’intérêt même de l’Occident d’enrayer la constitution d’une autre zone grise aux portes d’Israël et de l’Europe. On a bien vu, plus récemment, comment les Américains (et les Français) se sont ralliés avec soulagement à l’idée russe d’un démantèlement de l’arsenal chimique de l’Etat syrien.

Pouvez-vous nous rappeler les raisons de l’implication du Hezbollah dans le conflit syrien ? Est-ce dans ce contexte que des attentats ont été commis, cet été, à Beyrouth et à Tripoli ?

Le territoire syrien assure au Hezbollah une profondeur stratégique qui lui permet d’être approvisionné depuis l’Iran. C’est un axe vital pour lui sans quoi il se retrouverait à la merci d’Israël.
Le conflit syrien s’est plaqué sur le Liban avec la facilité que lui procure la diversité des communautés libanaises, notamment musulmanes. Ainsi, l’attentat perpétré contre le Hezbollah dans son propre fief à Beyrouth visait sa participation aux combats en Syrie, notamment à Qusayr. Tout naturellement, lui a répondu un attentat dans le fief des sunnites libanais, à Tripoli. Oeil pour oeil, dent pour dent.

Pensez-vous que l’affrontement sunnites/chiites que l’on trouve en Syrie, en Irak et qui est en train de gagner le Liban, puisse s’étendre à d’autres pays de la région ?

C’est au Liban et en Irak que l’on trouve les plus importantes communautés chiites. En Syrie, ce sont les alaouites d’abord qui sont menacés mais aussi les chiites. Il n’y a guère qu’au Pakistan que l’on retrouve d’aussi importantes communautés chiites, et elles sont déjà engagées dans une spirale d’attentats et de violence avec les sunnites.

Publié le 07/10/2013


Frédéric Pichon est diplômé d’arabe et docteur en Histoire contemporaine. Ancien élève de l’IEP de Paris, il a vécu à Beyrouth et séjourne régulièrement au Proche-Orient depuis 2002, en particulier en Syrie. Il enseigne l’ Histoire et la Géopolitique en classes préparatoires aux grandes écoles.
Auteur d’une thèse sur la Syrie, il est chercheur associé à l’Equipe Monde Arabe Méditerranée de l’Université François Rabelais (Tours). 
Consultant médias pour la crise syrienne et le Moyen-Orient, il donne régulièrement des conférences sur les sujets en lien avec la géopolitique de la région.


 


Diplomatie

Syrie

Politique