mardi 24 novembre 2020



https://www.lesclesdumoyenorient.com/61



Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient

Plus de 2600 articles publiés depuis juin 2010

mardi 24 novembre 2020
inscription nl


Accueil / Repères historiques / Analyses historiques

Pacte National libanais

Par Anne-Lucie Chaigne-Oudin
Publié le 09/03/2010 • modifié le 02/03/2018 • Durée de lecture : 2 minutes

Drapeau libanais

iStockphoto

La constitution mise en place en 1926 au Liban sous mandat français est calquée sur celle de la IIIème République française. Mais elle confère au président de la République libanaise un pouvoir encore plus fort. A l’automne 1943, le président de la République Bécharra el-Khoury, qui est maronite et le président du Conseil Riad es-Solh, qui est sunnite, prennent l’initiative de réfléchir à l’intégration des différentes forces communautaires du pays. De leur réflexion nait le Pacte National, qui n’a jamais été rédigé par écrit, et qui repose sur trois principes. Le premier rappelle que le Liban est un Etat indépendant, aussi bien à l’égard des autres Etats arabes que des Etats étrangers. Cette indépendance implique ainsi la nécessité pour les chrétiens de ne pas chercher l’appui d’une autre puissance étrangère, dont la France, et pour les musulmans à ne pas rechercher l’unité syrienne ni arabe. Le deuxième principe affirme l’égalité de tous les Libanais, avec une répartition des emplois publics réalisée en fonction de l’importance numérique de chaque communauté. Le troisième principe réaffirme l’arabité du Liban ainsi que sa coopération avec les Etats arabes de la région, dans la mesure où son indépendance est respectée.

Ces décisions se traduisent par une répartition des différentes communautés libanaises aux fonctions politiques et administratives, répartition établie sur la base du recensement de 1932. Ainsi, le président de la République est maronite, le président du Conseil est sunnite et le président de la Chambre est chiite. La Chambre des députés, qui élit le président de la République, est constituée de 5 députés musulmans et druzes pour 6 députés chrétiens.

Ce pacte, fondateur pour l’histoire du Liban, n’est pas remis en cause jusqu’à la guerre du Liban en 1975.

Bibliographie
Edmond RABBATH, La formation historique du Liban politique et constitutionnel, Librairie orientale, Beyrouth, 1973, 586 pages.
Pierre Agate (ouvrage collectif), Les régimes politiques arabes, PUF, Paris, 1991, 578 pages.

Publié le 09/03/2010


Anne-Lucie Chaigne-Oudin est la fondatrice et la directrice de la revue en ligne Les clés du Moyen-Orient, mise en ligne en juin 2010.
Y collaborent des experts du Moyen-Orient, selon la ligne éditoriale du site : analyser les événements du Moyen-Orient en les replaçant dans leur contexte historique.
Anne-Lucie Chaigne-Oudin, Docteur en histoire de l’université Paris-IV Sorbonne, a soutenu sa thèse sous la direction du professeur Dominique Chevallier.
Elle a publié en 2006 "La France et les rivalités occidentales au Levant, Syrie Liban, 1918-1939" et en 2009 "La France dans les jeux d’influences en Syrie et au Liban, 1940-1946" aux éditions L’Harmattan. Elle est également l’auteur de nombreux articles d’histoire et d’actualité, publiés sur le Site.


 


Culture

Liban

Politique