Actualités
Actualités

Les clés du Moyen-Orient : un nouveau site pour fêter 10 ans d’analyses

La revue Les clés du Moyen-Orient, en ligne depuis juin 2010, fêtera ses dix ans en juin prochain. Dans cette période de crise inédite du coronavirus et de confinement, nous sommes heureux de vous offrir ce nouveau site, totalement remanié.
Avec (…)

Plus d'infos
samedi 8 août 2020



https://www.lesclesdumoyenorient.com/1587



Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient

Plus de 2600 articles publiés depuis juin 2010

dimanche 9 août 2020
inscription nl


Accueil / Repères historiques / Analyses historiques

Les trésors des pharaons : la découverte de la tombe de Toutankhamon (1/2)

Par Emilie Polak
Publié le 22/04/2014 • modifié le 07/03/2018 • Durée de lecture : 6 minutes

Musée du Caire, Toutankhamon

HEATON / AFP

Lire la partie 2 : Les trésors des pharaons : la découverte de la tombe de Toutankhamon (2/2)

Qui est Toutankhamon ?

Toutankhamon, pharaon de la XVIIIème dynastie, est le fils d’Akhenaton. Son père, également connu sous le nom d’Amenhotep IV a entrepris une grande réforme religieuse. Il abandonne le culte d’Amon, le dieu dynastique caché, au profit d’un culte dédié au soleil, Aton. Ce bouleversement religieux a probablement des causes politiques, les prêtres d’Amon étant devenus particulièrement puissants au cours des siècles. Néanmoins, le règne d’Akhenaton a fragilisé sa dynastie. Toutankhamon est le dernier pharaon descendant directement d’Akhenaton qui a régné sur l’Egypte. Ses successeurs ont eu à son égard, comme à celui de son père, une politique d’effacement et d’oubli. Ainsi, les noms d’Akhenaton et de ses héritiers - dont Toutankhamon - ont systématiquement été effacés des cartouches royaux. Toutankhamon est donc rapidement tombé dans l’oubli, ce qui peut expliquer, en partie, la préservation de sa tombe ; l’existence de celle-ci ayant été ignorée des pilleurs.

L’identité de la mère de Toutankhamon est longtemps restée un mystère. Les égyptologues ont supposé qu’il s’agissait de Néfertiti, la première épouse d’Akhenaton. Néanmoins, des analyses ADN récentes ont démontré que la mère de Toutankhamon serait en fait « The Younger Lady ». Sous cette appellation, se cache une momie découverte en 1898 par Victor Loret dans la tombe KV35. Des analyses ADN ont prouvé que « The Younger Lady » est la mère de Toutankhamon et sans doute la sœur d’Akhenaton. Par déduction, certains égyptologues en ont conclu que « The Younger Lady » est en réalité Nebetâh, la plus jeune sœur d’Akhenaton. En effet, des quatre sœurs connues d’Akhenaton, on sait que les trois premières ont été mariées à leur père Amenhotep III : si l’une d’elles avaient épousé Akhenaton après la mort de leur père, elle aurait été la première épouse royale, à la place de Nefertiti. Par conséquent, elles ne peuvent avoir eu un enfant avec Akhenaton. Néanmoins, il n’est fait figure nul part de l’élévation de Nebetâh à la dignité d’épouse royale et il semble surprenant que la propre sœur du roi n’ait été qu’une épouse secondaire. La consanguinité importante au sein de la famille royale égyptienne rend compliquées les analyses génétiques, d’où la persistance d’une incertitude quant à l’identité exacte de la mère de Toutankhamon.

Le règne de Toutankhamon est assez peu connu : il a duré neuf ans au cours desquels le roi a sans doute très peu exercé le pouvoir par lui-même. En effet, après la mort d’Akhenaton, c’est la demi-sœur aînée de Toutankhamon, Merytaton, qui monte sur le trône mais elle meurt rapidement. Toutankhamon devient donc pharaon à l’âge de neuf ans, environ. C’est pourquoi, c’est son conseiller, Aÿ qui gouverne en réalité le royaume. Le seul événement marquant du règne de Toutankhamon fut le retour à l’ancienne religion et au culte d’Amon. Cela se traduit par le déménagement de la cour et des institutions royales vers l’ancienne capitale, Thèbes, délaissée par Akhenaton au profit d’une ville nouvellement construite, Akhetaton [2]. De plus, les noms royaux retrouvent une terminaison en –amon (le nom originel de Toutankhamon était Toutankhaton). Cependant, les mesures politiques de Toutankhamon sont limitées par sa mort précoce à environ dix-huit ans. La mort de Toutankhamon a suscité bien des débats parmi les égyptologues : il semble qu’elle ait été assez soudaine dans la mesure où Toutankhamon n’avait pas terminé la construction de sa tombe. De nombreuses hypothèses ont été évoquées : le pharaon était atteint de paludisme, avait une fracture au niveau de la rotule et une autre au niveau des côtes. Maladie, meurtre et plus récemment, en 2013, accident de char [3] ont été évoqués sans que l’une de ces hypothèses soient reconnues comme absolument certaine.

Un tombeau qui reste à découvrir

Le 4 novembre 1922, Howard Carter découvre l’entrée de la tombe de Toutankhamon. Il ne sera pas le premier à pénétrer à l’intérieur depuis l’enterrement du pharaon. Carter affirme dans La fabuleuse découverte de la tombe de Toutankhamon que des indices attestent que le tombeau a été forcé à au moins deux reprises par des pilleurs. Néanmoins, assez peu d’objets sont manquants, contrairement à la majorité des tombes de la vallée des rois qui ont été entièrement vidées, dès l’Antiquité. La préservation de la tombe s’explique d’abord par la politique d’effacement et d’oubli dont les successeurs de Toutankhamon ont fait preuve à son égard mais aussi du fait que des chutes de pierres provoquées par le creusement de deux autres tombes un peu plus en hauteur ont bouché l’entrée du tombeau. En effet, comme toutes les tombes de la vallée des rois, celle de Toutankhamon est un hypogée, c’est-à-dire une tombe creusée à même le sol.

Au début du XXème siècle, de nombreuses fouilles ont lieu dans la vallée des rois et la plupart des tombes sont découvertes. La vogue de l’orientalisme met l’Egypte à la mode et de riches Européens, férus d’égyptologie, investissent dans des concessions de fouilles dans la vallée des rois. C’est le cas de Lord George Herbert Carnarvon. Né en 1866, Lord Carnarvon est à la tête d’une fortune colossale qu’il accroit encore, en épousant en 1895, la fille du banquier Alfred de Rothschild. Après un accident, Lord Carnarvon découvre l’archéologie, puis l’égyptologie. Il décide de partir en Egypte en 1903 afin de procéder à des fouilles. Il achète une concession et obtient un permis de fouilles en 1906. On lui conseille alors de faire appel à Howard Carter, égyptologue professionnel et reconnu. Howard Carter a déjà fouillé la vallée des rois où il a découvert les tombes d’Hatchepsout et de Thoutmosis V. A l’époque, les égyptologues pensent que la vallée des rois a été entièrement explorée et qu’il n’y a plus rien à découvrir. Néanmoins, Carter et son équipe trouve des jarres et des sceaux portant le nom de Toutankhamon en 1917. Dès lors, Howard Carter se fixe pour objectif de retrouver la tombe de Toutankhamon, pharaon oublié. Il la cherche pendant cinq ans. En 1922, en raison des coûts élevés des fouilles, Lord Carnarvon fait part à Carter de son désir d’arrêter. Ce dernier lui réclame une année supplémentaire allant jusqu’à proposer d’assumer les dépenses nécessaires. Carter change alors d’endroit dans la vallée des rois : il explorait la partie basse de la vallée et se tourne à présent vers les alentours de la tombe de Ramsès VI. Personne n’avait fouillé cette zone auparavant puisque la tombe de Ramsès VI était très visitée par les touristes. Les fouilles démarrent le 1er novembre 1922, suite à la découverte de vestiges de cabanes d’ouvriers qui avaient été installées durant les travaux de creusement de la tombe de Toutankhamon. Howard Carter découvre trois jours plus tard l’entrée de l’hypogée. Celui-ci avait été obstrué par des gravas tombés lors de la construction de deux autres tombes, dont celle de Ramsès VI.

Le 25 novembre 1922, la porte d’entrée de la tombe est ouverte. Un couloir de près de huit mètres de long mène au tombeau du pharaon. Carter constate des traces de passage, ce qui lui laisse à penser que la tombe a été pillée. Au bout de ce couloir, se trouve une seconde porte qui est ouverte le 29 novembre. Une cérémonie est organisée à cette occasion. La reine Elisabeth de Belgique et son fils Léopold III sont invités. La tombe révèle alors tous ces secrets : elle est intacte et ne semble pas avoir été pillée.

La tombe de Toutankhamon révèle une foule d’objets ayant été utilisés par le pharaon au cours de sa vie. On y trouve des objets du quotidien, comme les jouets utilisés par Toutankhamon alors qu’il était encore enfant mais aussi des objets illustrant la puissance de la royauté égyptienne, comme un trône doré. Toutefois, la découverte de la tombe de Toutankhamon ne s’arrête pas en novembre 1922. Elle a suscité de nombreuses rumeurs, notamment autour d’une malédiction liée à ce qui serait apparenté à une profanation. En revanche, le fait que les objets soient intacts et disposés dans la tombe comme ils l’étaient à l’origine fut un apport crucial à l’égyptologie.

Bibliographie :
- CARTER Howard, La fabuleuse découverte de la tombe de Toutankhamon, Paris, Pygmalion, 2011.
- HAWASS, Zahi, Discovering Tutankhamun : from Howard Carter to DNA, Le Caire, The American University in Cairo Press, 2013.
- KEMP Barry, The City of Akhenaten and Nefertiti : Amarna and its People, Londres, Thames and Hudson Ltd, 2012.
- REEVES Nicholas, Toutankhamon : Vie, mort et découverte d’un pharaon, Paris, Errance, 2003.
- WEEKS Kent, La vallée des rois, Les tombes et les temples funéraires de Thèbes-Ouest, Editions White Star, 2013.

Publié le 22/04/2014


Emilie Polak est étudiante en master d’Histoire et anthropologie des sociétés modernes à la Sorbonne et à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm où elle suit également des cours de géographie.


 


Société

Egypte

Histoire