Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2400 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Portraits historiques > Le commandant de Gaulle au Levant de 1929 à 1931

Le commandant de Gaulle au Levant de 1929 à 1931
Article publié le 06/05/2010

Par Isabelle Dasque

De novembre 1929 à novembre 1931, Charles de Gaulle est affecté à l’Etat-Major des Troupes du Levant, à Beyrouth.

Les fonctions militaires de de Gaulle au Levant

Charles de Gaulle est affecté à l’Etat-Major des Troupes du Levant, à Beyrouth, de novembre 1929 à novembre 1931. Formé à Saint-Cyr puis à l’Ecole de Guerre, il n’a jusque là aucune expérience de l’Orient. S’il possède la culture classique sur le Moyen-Orient et connaît les droits historiques et religieux de la France dans cette région, il a également lu les grands classiques français, Chateaubriand (Itinéraire de Paris à Jérusalem) et Barrès (L’enquête aux pays du Levant et Un jardin sur l’Oronte), ainsi que le récent Pierre Benoit, la Châtelaine du Liban, publié en 1924. Sa culture livresque est également enrichie par ses discussions avec son ancien camarade de captivité, Catroux.

Responsable des 2e et 3e bureaux (renseignement militaire et opérations), de Gaulle a en charge pour le 2e bureau la synthèse et l’analyse des bulletins adressés par les agents du Service du Renseignement en poste au Levant, dans les territoires sous mandats britanniques et les attachés militaires à Ankara ou à Djeddah.
Pour le 3e bureau, de Gaulle organise les grandes manœuvres, ce qui lui permet d’être en contact avec les militaires français, syriens et libanais. Il participe notamment à la pacification de la région du Bec de Canard occupée par des troupes turques et ce malgré les accords d’Angora du 20 octobre 1920. De Gaulle se rend également en 1929 dans les garnisons syriennes de Homs, de Hama et d’Alep, dans les confins syro-turcs, et vers la côte, en passant par Lattaquié et Tripoli. Il poursuit ses inspections en 1930 à Damas, dans le Djebel Druze et à Palmyre, ce qui lui permet de constater que les opérations de pacification sont globalement achevées et que le banditisme a reculé depuis 1924.
De Gaulle se penche également sur la sécurité du territoire, assurée par les Troupes du Levant. Réorganisées par le général de Bigault du Granrut à la suite de la révolte druze de 1925, celles-ci sont constituées en 1931 de 28 000 hommes : 15 000 militaires français et 13 000 militaires constituant les troupes spéciales (troupes composées de soldats libanais et syriens, encadrées par des officiers français). Elles font l’admiration de de Gaulle et le confortent dans l’importance de leur rôle dans l’application du mandat. Il écrit notamment au colonel Mayer le 24 avril 1930 : « Vraiment comment ne pas croire à l’armée quand on la voit achever l’Empire ? Est-ce un bien de devenir un Empire ? Ceci est une autre histoire ». [1]

Outre ses activités professionnelles, de Gaulle poursuit ses réflexions sur l’armée française lors de conférences prononcées au cercle des Officiers de Beyrouth, dans des articles qui composent l’ouvrage Le Fil de l’Epée (« Du prestige » et « Du caractère ») paru en 1932, et dans l’ouvrage l’Histoire des Troupes du Levant, publié avec le commandant Yvon.

La perception du mandat français par de Gaulle

De Gaulle est très conscient des liens entretenus entre la France et le Levant. Il écrit notamment dans l’Avant-propos de l’Histoire des Troupes du Levant : « la France qui a reçu la garde des pays du Levant était particulièrement qualifiée pour cette tâche à cause de son rôle historique dans ces pays », [2] rappelant ainsi la légitimité de la France en Syrie et au Liban depuis les Croisades, les royaumes latins d’Orient et les capitulations qui lui confèrent le rôle de protectrice des Lieux saints et des chrétiens en Orient. Ces liens sont notamment évoqués par de Gaulle en 1963, lors de la visite de Mgr Meouchi, patriarche maronite d’Antioche et de tout l’Orient : « Il est passé beaucoup de siècles depuis que la France et les Chrétiens d’Orient ont établi entre eux des rapports particuliers. Ces rapports ont toujours duré, durent encore et sont aujourd’hui aussi présents que jamais à l’esprit et au cœur de nos compatriotes ». [3] Au quotidien, de Gaulle et sa famille ressentent le dynamisme de la présence française, sur le plan religieux : son fils Philippe est scolarisé chez les jésuites de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, sa fille Elisabeth à Notre Dame de Sion, et lui-même se rend à la messe célébrée par les Capucins le dimanche.

En revanche, de Gaulle émet des doutes sur les capacités de gestion de la France et estime qu’elle est « une puissance mandataire qui n’a pas encore bien vu par quel bout il convenait de prendre son mandat ». [4] Pour lui, la France mène une politique hésitante, oscillant entre le principe d’une administration indirecte et un protectorat de fait. [5] Il se montre sceptique sur le bien-fondé de l’administration indirecte prévue par le mandat : « Il est vrai que, pour agir, nous avons adopté le pire système dans ce pays, à savoir d’inciter les gens à se lever d’eux-mêmes, quitte à les encourager, alors qu’on n’a jamais rien réalisé, ni les canaux du Nil, ni l’aqueduc de Palmyre, ni une route romaine, ni une oliveraie, sans la contrainte ». [6] Pourtant, il fait l’éloge de Catroux qui avait dans un premier temps incarné ce type de politique, en tant que délégué à Damas du haut-commissaire en 1922, en préconisant la création de l’Etat de Syrie, avant de dénoncer, après le soulèvement nationaliste de 1925, les mesures libérales de Jouvenel, et d’encourager la dissolution du premier gouvernement nationaliste en juin 1926. [7]

Même si l’article I de la charte du mandat prévoit que la puissance mandataire doit élaborer « un statut organique pour la Syrie et le Liban », de Gaulle estime qu’« il est vain de prétendre appliquer au monde du Levant les principes libéraux et démocratiques dont l’Occident a pu s’accommoder ». [8] Son analyse s’appuie sur la promulgation de la constitution libanaise en 1926, calquée sur celle de la République française, mais dans laquelle est spécifié le principe égalitaire et la reconnaissance d’un régime confessionnel garantissant les privilèges du groupe. Or de Gaulle est le témoin des premières heures de la jeune république parlementaire et des difficultés rencontrées, en raison essentiellement des rivalités entre les différents pouvoirs, du clientélisme, de l’impuissance du gouvernement et de son président, Charles Debbas réélu en 1929, et ce, malgré les révisions de la Constitution en 1927 et en 1929. Les luttes politiques marquent également cette époque, notamment entre les partisans d’Emile Eddé, chef du gouvernement en 1930 et favorable au mandat et ceux du nationaliste Becharra el-Khoury. [9]
En Syrie, la situation est également difficile sur le plan de la politique intérieure et des relations avec la puissance mandataire : suspension sine die de l’Assemblée constituante en février 1929, contacts difficiles avec les nationalistes qui se renouent néanmoins en 1933 afin de redéfinir les termes du traité franco-syrien. Dans ce contexte, de Gaulle s’interroge sur l’action du haut-commissaire Henri Ponsot, coupé, d’après lui, de la réalité syro-libanaise et peu soutenu par le gouvernement français, [10] le Quai d’Orsay dont dépendent les mandats menant en effet une politique d’abstention. La politique française au Levant pâtit de cette absence de collaboration entre les autorités mandataires et Paris. [11]
De l’analyse de de Gaulle sur l’administration française découle la question de l’avenir du Levant.

L’avenir du Levant et la question de l’indépendance

De Gaulle se sent concerné par l’avenir du Levant. En ce sens, il se montre très attentif au grand nombre des communautés du Liban. Parmi elles, les Druzes ne cessent de l’intriguer. Livrant ses impressions sur cette communauté, il écrit sur « leur esprit d’indépendance (…). Leurs mœurs particulières, leur mystérieuse religion les tiennent jalousement séparés des populations voisines ; ils habitent une région propice aux embuscades et aux surprises de la guerre des partisans ». [12] Pour lui, la révolte des druzes, à laquelle il consacre plusieurs chapitres de son Histoire des Troupes du Levant a véritablement marqué l’institution militaire.
Son intérêt s’étend également aux Kurdes auxquels il a, semble-t-il, consacré une brochure, intitulée « La question Kurde » publiée en 1930 par l’Imprimerie du Bureau topographique du Levant. La rébellion kurde en Irak est en effet abondamment traitée par le 2e bureau de l’Etat-Major dans les années 1930-1931. [13] Les Kurdes seraient soutenus dans leur rébellion par les Britanniques, soucieux de maintenir leur influence sur le gouvernement de Bagdad et de surveiller les ressources pétrolières de la région. Même si les intrigues britanniques sont une constante des préoccupations mandataires françaises, ces dernières suivent aussi la question kurde en raison des actions organisées sur le territoire mandataire : plusieurs réunions sont organisées à Beyrouth par les responsables du comité arménien Tachnag et du comité kurde Hayboun afin de faire front contre la Turquie.
S’il s’intéresse davantage pendant son premier séjour aux minorités, de Gaulle est conscient de la problématique de l’unité arabe et de la force du nationalisme, comme il le montrera en 1945 à propos de la Syrie et du Liban. [14] Pour lui, le nationalisme, en plein essor, n’est pas encore perçu par le personnel administratif et militaire du Levant. [15]
De Gaulle exprime l’importance de cette force montante dans son ouvrage Vers l’armée de métier paru trois ans après son séjour, dans lequel il évoque « les sourdes secousses de l’Islam » [16] et plus tard, dans ses Mémoires de Guerre, il rappelle : « Je savais qu’entre Tripoli et Bagdad en passant par Le Caire, Jérusalem, Damas, comme entre Alexandrie et Nairobi en passant par Djeddah, Kartoum, Djibouti, les passions et ambitions politiques, racistes, religieuses s’aiguisaient et se tendaient sous l’excitation de la guerre, que les positions de la France y étaient minées et convoitées ». [17] De Gaulle perçoit très précocement les forces agissantes qui ébranleront la présence française.

Lors de son séjour de 1929-1931, de Gaulle évoque l’indépendance prochaine de la Syrie et du Liban, prévue par la SDN. Dans son discours prononcé à la distribution des prix de l’Université de Saint-Joseph à Beyrouth, le 3 juillet 1930, il parle des « lourds devoirs de la liberté », ainsi que de l’implication de la jeunesse : « Et justement, pour vous, jeunesse libanaise, ce grand devoir prend un sens immédiat et impérieux ». Mais en 1931, il estime que l’indépendance n’est pas d’actualité en raison principalement de la puissance des particularismes. [18] Aussi, devant la jeunesse libanaise, il ne cesse de faire appel au sens du dévouement, du bien commun, de l’abnégation : « Il vous faudra créer et nourrir un esprit public, c’est à dire la subordination volontaire de chacun à l’intérêt général, condition sine qua non de l’autorité des gouvernants, de la vraie justice dans les prétoires, de l’ordre dans les rues, de la conscience des fonctionnaires. Point d’Etat sans sacrifices ».
Or le clientélisme est favorisé par l’état social de la population comme de Gaulle le constate : « Dans les campagnes, les paysans ou fellahs, véritables serfs, ne possèdent rien en général et travaillent le sol pour le compte de propriétaires qui les tiennent à leur merci. Dans les villes, flotte une plèbe misérable et livrée à qui la paye. Chaque notable dispose ainsi d’une clientèle qu’il lui est aisé de mettre sur pied sans s’exposer lui-même ». [19] Avec l’arrivée de réfugiés arméniens et kurdes chassés de Turquie ou d’Irak, et de maronites ruinés par l’effondrement de la sériciculture, des bidonvilles se développent. Beyrouth offre notamment le spectacle « d’un grouillement incroyable. Une plèbe innombrable et calamiteuse remplit tout et court de tous côtés. La préoccupation de tout ce monde est de gagner au plus tôt et par n’importe quel moyen les quelques sous nécessaires et suffisants pour acheter une galette, des olives et une tasse de café. » [20]

De Gaulle garde de son séjour au Levant un attachement pour une région riche en histoire, et dont les liens entretenus avec la puissance mandataire lui permettent de faire rayonner la culture française. Pour lui, l’indépendance qui sera donnée dans un avenir proche ne marquera pas pour autant la fin des relations avec la France, avec laquelle il invitait déjà les jeunes libanais de l’Université Saint-Joseph à rester liés « par toutes les voies de l’esprit et du cœur ».

Notes :

[1Lettre publiée par Vincent Duclerc, (dir) Le colonel Mayer, de l’affaire Dreyfus à de Gaulle. Un visionnaire en République, A. Colin, 2007, 423 p, p. 385.

[2Lettre publiée par Vincent Duclerc, (dir) Le colonel Mayer, de l’affaire Dreyfus à de Gaulle. Un visionnaire en République, A. Colin, 2007, 423 p, p. 385.

[3Toast adressé à Mgr Meouchi à l’Elysée, le 11 décembre 1963. Discours et messages, n°4, août 1962-décembre 1965, Paris, Livre de Poche, 1974.

[4Lettre au colonel Mayer, 2 janvier 1931, publiée par Vincent Duclerc, Op. Cit., p.386.

[5Pierre Fournié, L’administration française au Levant 1919-1930, Thèse de l’Ecole des Chartes, 1986, 301 p. N. Méouchy, France, Syrie et Liban (1918-1946) : les dynamiques et les ambiguïtés de la relation mandataire, Damas, IFEAD, 2002.

[6Lettre au colonel Mayer, 30 juin 1930, publiée par Vincent Duclerc, Op. Cit., p. 385.

[7Pierre Fournié, Op. Cit., p. 55.

[8Lettre au colonel Mayer, le 2 janvier 1931, publiée par Vincent Duclerc, Op. Cit.

[9Pierre Fournié, Op. Cit., p. 56 et Pierre Fournié, Denise Ammoun, La résidence des Pins. Beyrouth, 1999, ACR Editions, 131 p.

[10Lettre à son père, Beyrouth, 21 novembre 1929. Lettres, notes et carnets, 1919-juin 1940, Plon, 1980, 512 p, p. 355.

[11Anne-Lucie Chaigne-Oudin, La France et les rivalités occidentales au Levant, Syrie-Liban 1918-1936, Paris, L’Harmattan, 2006, 328 p., et notamment pp. 107-108.

[12Charles de Gaulle et Commandant Yvon, Op. Cit., p. 23.

[13Service historique de la Défense, 7 N 4171 et 7 N 4172.

[14Au lendemain des troubles en Syrie de mai 1945, de Gaulle explique dans sa conférence de presse du 2 juin 1945 : « Pour sortir de cette situation évidemment très amère pour la France et, je crois bien, pour la coopération internationale, diverses solutions paraissent être proposées. En ce qui concerne la France, elle a fait connaître qu’elle est prête à négocier. Mais bien entendu, on ne peut négocier que s’il s’agit d’une question d’ensemble et non point seulement de la Syrie et du Liban qui ne sont que partie de l’ensemble des Etats arabes de l’Orient ». Discours et messages, n°1, Livre de Poche, 1974, p. 564.

[15« Le retentissement profond que le nationalisme pouvait trouver dans les masses, grâce en particulier à la compénétration du sentiment arabe et du sentiment musulman, n’était pas suffisamment pressenti, ou du moins, pas apprécié à son juste poids dans les milieux administratifs français. », Pierre Rondot, Op. Cit., p. 391.
Charles de Gaulle, Vers l’armée de métier, Op. Cit., p. 112.

[16Charles de Gaulle, Vers l’armée de métier, Op. Cit., p. 112.

[17Charles de Gaulle, Mémoires de guerre. L’Appel 1940-1942, Paris, Plon, 1954, p. 153.

[18En 1945, de Gaulle est encore tenté de penser que « La Syrie est un ensemble de régions très distinctes les unes des autres, peuplées de populations extrêmement différentes et pratiquant des religions diverses : d’où cette difficulté particulière de conduire la Syrie jusqu’à devenir un Etat fonctionnant et se développant normalement ». Conférence de Presse, le 2 juin 1945, publiée dans Discours et Messages, p. 560.

[19Avant-propos de l’Histoire des Troupes du Levant.

[20Lettre à Mme Jacques Vendroux, 11 décembre 1929. Lettres, notes, et carnets, Compléments mai 1969-novembre 1970, Paris, Plon, 1980, p. 247.

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice