jeudi 22 avril 2021



https://www.lesclesdumoyenorient.com/3318



Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient

Plus de 2700 articles publiés depuis juin 2010

jeudi 22 avril 2021
inscription nl


Accueil / Actualités / Analyses de l’actualité

La communauté alévie de Turquie : politisation et redéfinition de ses revendications, 1923-2020 (4/4). Les Alévis aujourd’hui : un renouveau de l’engagement politique par la jeunesse

Par Emile Bouvier
Publié le 12/01/2021 • modifié le 12/01/2021 • Durée de lecture : 7 minutes

Turkish Prime Minister Ahmet Davutoglu meets the representatives of Alevi Culture Associations at Prime Ministry Cankaya Palace in Ankara, Turkey on January 12, 2016.

Hakan Goktepe / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP

Lire les parties 1, 2 et 3

A. La diaspora alévie européenne et sa mobilisation politique

Aujourd’hui, le phénomène d’immigration turque vers l’Europe a transformé les Alévis en une minorité transnationale [1]. Les Alévis d’Europe ont quitté la Turquie essentiellement pour deux raisons : la migration économique et l’exil politique. A l’étranger, les Alévis turcs ont créé plusieurs organisations qui sont autant d’outils pour le lobbying politique, la perpétuation de la culture politique et l’influence de la vie politique turque [2].

En Europe, le but des organisations alévies est d’être entendues et considérées par les autorités locales. Par exemple, en Allemagne, la reconnaissance de l’alévisme comme une communauté religieuse par certaines autorités locales - au sein des Länder notamment - est perçue comme un moyen de sauvegarder l’identité alévie, qui fait actuellement face, à la fois, à une menace et à un risque : la menace issue des mêmes dynamiques qu’en Turquie (persécutions, etc.) et le risque de dilution de la culture alévie [3] dans sa culture d’accueil.

Ainsi, l’activisme politique est, également en Europe, un combat contre l’assimilation, c’est-à-dire une lutte identitaire. Au sein de ces associations, la commémoration des persécutions et des martyrs est un élément structurel, qui résulte de l’héritage importé par les réfugiés politiques qui, encore maintenant, contrôlent en bonne partie la mobilisation alévie sur le Vieux continent. Cet état de fait continue de définir la mobilisation alévie européenne : « puisque d’anciens activistes du mouvement socialiste turc des années 1970 monopolisent les positions clés au sein des associations alévies, le mouvement alévi n’est pas capable de développer de nouvelles visions pour le futur et continue de regarder dans le passé quand il s’agit de prendre des décisions politiques » [4].

Ainsi, parmi les deuxième et troisième générations, les Alévis tendent à être réduits à des victimes identitaires dans la mesure où leur religion, leur langage et d’autres spécificités culturelles de l’alévisme sont moins mis en avant [5]. D’autre part, la dimension religieuse de l’identité alévie est obscurcie par le fait que les Alévis européens considèrent davantage l’alévisme comme une identité séculariste (un « mode de vie), le vocabulaire religieux utilisé aujourd’hui étant celui de l’islam sunnite et n’utilisant plus les termes alévis dédiés [6].

L’étude de la communauté alévie d’Europe est intéressante pour voir combien la religion peut devenir un autre vecteur de résistance. En effet, les revendications concernant le statut des cemevi (les lieux de rassemblement alévis, pour rappel) sont mélangées aux revendications de la reconnaissance des souffrances alévies en Turquie. Le but n’est pas de promouvoir l’alévisme comme une religion mais de demander à atteindre l’égalité de religion avec le sunnisme : « Le président de la British Alevi Federation, Israfil Erbil, a mis en lumière les demandes de la communauté alévie vis-à-vis de la Turquie comme suit : les cemevi devraient être considérés comme des lieux de cultes, la direction des affaires religieuses (Diyanet) devrait être abolie, le gouvernement turc devrait assumer l’intégralité des massacres d’Alévis, les constructions de mosquées dans les villages alévis devraient être arrêtées, […] les classes religieuses obligatoires qui ont des programmes n’enseignant que la doctrine sunnite devrait être supprimées, l’assimilation des Alévis devrait être stoppée, le sécularisme implémenté réellement » [7]. Dans cette situation, la mobilisation de la diaspora est une façon « d’attirer l’attention de la société britannique sur les développements politiques en Turquie » [8]. Cette dynamique est mélangée avec celle de « l’adaptation institutionnelle », un concept développé par l’anthropologue Sökefield [9] qui montre combien les communautés opprimées sur leur territoire d’origine se sont organisées à l’étranger et ont agrégé des façons de faire « locales » en matière de mobilisation et d’activisme.

Ainsi, dans le cas de la diaspora alévie européenne, la domination des figures classiques des « Alévis rouges » empêche les 2ème et 3ème générations d’émanciper leurs revendications du panthéon des persécutions subies par les activistes alévis de gauche. Le caractère presque sacré de la commémoration des persécutions (ne pas commémorer ces événements peut être considéré comme une forme de blasphème [10]) empêche la jeunesse d’exprimer librement ses aspirations et ne contribue pas à apaiser les tensions au sein des communautés turques à l’étranger [11].

B. De Gazi à Gezi : la mobilisation de la jeunesse alévie aujourd’hui en Turquie

Le renouveau des revendications alévies et leur politisation aujourd’hui semblent nettement venir de Turquie. Contrairement aux autres jeunes alévis nés en Europe, les jeunes alévis de Turquie, à travers leur propre mobilisation, leurs succès et leurs échecs, ont été capables de s’émanciper des revendications dominantes exprimées par la génération de leurs parents ou de leurs grands-parents. En effet, la constitution d’un nouveau panthéon de persécutions a permis à cette génération de construire sa propre légitimité, bien que certaines dynamiques similaires restent observables d’une génération à l’autre.

Les manifestations de Gezi en 2013 ont été les plus larges que la Turquie moderne ait pu connaître dans son histoire et il semble que les Alévis en aient représenté les contingents les plus notables. Un rapport du Directorat général de la sécurité - dont les chiffres sont à prendre avec les précautions d’usage - indiquait ainsi que 78% des manifestants de Gezi étaient Alévis [12]. Que ce chiffre soit juste ou non n’est pas forcément l’enseignement principal de cette information : il montre surtout la perception continue de l’Etat turc à considérer les Alévis comme une menace à la sécurité nationale. Il est intéressant également de constater que sur les neufs manifestants ayant perdu la vie lors du soulèvement de Gezi, huit étaient d’origine alévie [13].

Cependant, les émeutes de Gezi ne se sont pas avérées être un mouvement de gauche classique et, en réalité, les chercheurs et journalistes ne s’entendent toujours pas, aujourd’hui, pour définir précisément ce qu’ont été ces événements. Ce qui est certain en revanche, c’est que Gezi a été une expression de l’émancipation d’une frange de la jeunesse contre les dynamiques politiques et sociales traditionnelles de la Turquie. En effet, les manifestants de Gezi ont refusé d’être affiliés à un quelconque parti et leur composition a rassemblé un camaïeu politique très large, allant du HDP (parti des minorités, des écologistes et des LGBT) au MHP (parti ultra-nationaliste). Ainsi, ce souhait de renouveau exprimé par la jeunesse turque à Gezi s’est traduit par un vote massif en faveur du parti le moins « classique », le HDP (Parti démocratique des peuples) : lors des élections législatives de juin 2015, le HDP a ainsi obtenu 13,12% des voix, une première pour ce parti qui aux précédentes élections législatives, n’obtenait que 5,67% des suffrages [14]. Cette tendance a été suivie par les Alévis d’Europe : « la pression anti-démocratique croissante du Président Recep Tayyip Erdogan a causé toutes les fractions démocratiques des Alévis, et plus particulièrement la Confédération des associations alévies d’Europe, à soutenir et à se joindre, en solidarité, à certaines organisations d’extrême-gauche turque et certaines associations kurdes » [15]. Lors des élections parlementaires du 1er novembre 2015, les votes des Alévis d’Europe ont permis au HDP d’atteindre le seuil des 10% de suffrages nécessaires pour être représenté au Parlement [16].

Pour les « Alévis rouges », une certaine tendance de revendications semble identifiable. En 2014, à Okmeydanı et Gazi, deux quartiers d’Istanbul habités en particulier par des communautés alévies [17], des émeutes se sont produites après qu’un Alévi a perdu la vie lors d’un contrôle de sécurité [18]. Les revendications exprimées alors par la jeunesse se sont montrées être un mélange de rhétorique alévie de gauche classique ; les moyens de mobilisations se sont montrés traditionnels aussi, en faisant notamment référence au DHKP-C dont les symboles et logos étaient omniprésents. Toutefois, quelque chose avait changé dans la mobilisation : l’un des émeutiers interviewé expliquait, par exemple, sa peur du processus de gentrification en cours à Istanbul, une crainte traditionnelle des populations les plus pauvres habitant dans les métropoles développées [19]. Des préoccupations concernant la tragédie de la mine de Soma ont été également été exprimées (ce désastre minier, qui a débuté le 13 mai 2014, a causé la mort de 301 mineurs turcs et s’est entouré d’un vaste scandale politique). Ainsi, on peut identifier les prémices d’une redéfinition moderniste des revendications parmi les jeunes Alévis de gauche, qui est le produit quasi-direct d’une émancipation de la rhétorique perpétuelle de victimisation propre au DHKP-C.

Conclusion

Ainsi, en termes de politisation et de mobilisation politique, trois grandes catégories d’Alévis peuvent être dessinées : les Alévis « noirs », les « rouges » et les républicains (qui, dans une certaine mesure, sont liés politiquement aux Turcs « blancs »).

Le désordre social et politique des années 1980 en Turquie a conduit à la convergence des revendications de ces catégories ou, au moins, de leurs craintes, dans une tendance qui n’a fait que s’accroître jusqu’à nos jours. En effet, le modèle de l’AKP est devenu aujourd’hui un mélange de synthèse turco-islamiste et de libéralisation économique incontrôlée qui affecte négativement chaque catégorie. La rhétorique turco-islamiste croissante devient le nouveau modèle de société concomitamment à l’affaiblissement du modèle kémaliste. Cependant, les nouvelles revendications des Alévis restent difficiles à identifier et peut-être, qu’à cet égard, le conglomérat de revendications politiques des manifestations de Gezi en 2013 porte une large part des nouvelles aspirations et combats à venir des prochaines générations d’Alévis.

Toutefois, la sacralisation des persécutions par les anciennes générations d’Alévis a conduit à la « fossilisation » des revendications des Alévis d’extrême-gauche et des Alévis européens d’origine turque. Aujourd’hui, une jeunesse politisée semble plus encline à intégrer des revendications modernes à son répertoire de revendications plus classiques.

Lire sur les Clés du Moyen-Orient :
- Alévis de Turquie : de l’oppression ottomane aux débordements du conflit syrien
- Extrême droite et extrême gauche en Turquie (1970-1983)
- Bektachisme : entre Chamanisme et Laïcité (3/3)
- Jeunes-Turcs et révolution de 1908 dans l’Empire ottoman
- L’insurrection de Koçgiri (1920-1921), ou la première esquisse d’un Etat kurde indépendant. Le démantèlement de l’Empire ottoman, une fenêtre d’opportunité pour les mouvements nationalistes kurdes (1/2)

Sitographie :
- The gentrification offensive : repression and resistance in Istanbul (PHOTOS), Your Middle East, 27/10/2014
https://yourmiddleeast.com/2014/10/27/the-gentrification-offensive-repression-and-resistance-in-istanbul-photos/
- Istanbul’s gentrification by force leaves locals feeling overwhelmed and angry, The Guardian, 02/07/2014
https://www.theguardian.com/cities/2014/jul/02/istanbul-gentrification-force-locals-angry-luxury-hotels-turkey
- Turkey election : AKP courts the Alevi minority vote, BBC News, 04/06/2011
https://www.bbc.com/news/world-europe-13605439
- HDP ile ‘yolumuz’ bir, Alevinet, 2015
https://alevinet.com/2015/04/09/hdp-ile-yolumuz-bir/
- HDP ve baraj, T24, 29/01/2015
https://t24.com.tr/yazarlar/bekir-agirdir/hdp-ve-baraj,11154
- Death of Mihrac Ural not yet confirmed : militia, regime, Zaman Alwsl, 01/04/2016
https://en.zamanalwsl.net/news/article/14975
- DHKP-C militanları cenazede polise saldırdı, Sabah, 05/09/2020
https://www.sabah.com.tr/gundem/2020/05/08/dhkp-c-militanlari-cenazede-polise-saldirdi
- Deniz Gezmis, Hüseyin Inan and Yusuf Aslan , revolutionary leaders, Istanbulstreets, 06/05/2012
https://istanbulstreets.wordpress.com/2012/05/06/deniz-gezmis-huseyin-inan-and-yusuf-aslan-revolutionary-leaders/
- Le réveil des Arméniens de Turquie, Le Monde, 21/12/2011
https://www.lemonde.fr/europe/article/2011/12/21/le-reveil-des-armeniens-de-turquie_1621129_3214.html
- Turquie : vers un retour des pogroms anti-alévis ?, Atlantico, 29/11/2019
https://www.atlantico.fr/decryptage/3583782/turquie--vers-un-retour-des-pogroms-anti-alevis--memoire-histoire-repression-erdogan

Bibliographie :
- Alain Servantie, « Les Alévis en Belgique. En quête d’une reconnaissance au-delà de l’islam », Anatoli [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 01 août 2016, 2017. DOI : 10.4000/anatoli.303
- Benoît Fliche, « Chapitre 5 / « Narcissisme de la petite différence » et intolérances religieuses. Le cas des Alévis et des sunnites en Anatolie centrale », in Gilles Dorronsoro et al., Identités et politique, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.) « Académique », 2014 (), p. 145-174.
- Boris Adjemian, « Laure Marchand et Guillaume Perrier, La Turquie et le fantôme arménien. Sur les traces du génocide », Études arméniennes contemporaines, 1 | 2013, 123-128.
- Altan Gökalp, « Une minorité chiite en Anatolie : les Alevî », in Annales, Economie, Sociétés, Civilisations. 35e année, N. 3-4, 1980, p.748-763
- Van Bruinessen, Martin. "Aslini inkar eden haramzadedir” : The Debate on the Ethnic Identity of the Kurdish Alevis." In Syncretistic Religious Communities in the Near East. Collected Papers of the International Symposium" Alevism in Turkey and Comparable Syncretistic Religious Communities in the Near East in the Past and Present. Berlin, vol. 76. 1995.
- Trowbridge, Stephen van Rensselaer. "The Alevis, or deifiers of Ali." The Harvard theological review (1909) : 340-353.
- Erwan Kerivel, La Vérité est dans l’Homme, Les Alévis de Turquie, 4e édition enrichie, Calameo, 196 p.
- Karaosmanoğlu, Kerem. "Beyond essentialism : negotiating Alevi identity in urban Turkey." Identities 20, no. 5 (2013) : 580-597.
- Aksaz, Elif. L’émigration turque en France : 50 ans de travaux de recherche en France et en Turquie. Institut français d’études anatoliennes, 2015.
- Hakan Yücel : “Les jeunes Alévis du quartier de Gazi (Istanbul) et les associations de hemsehri : identifications croisées », European Journal of Turkish Studies [en ligne], 2, 2005, mis en ligne le 4 mars 2015
- Çelik, Ayşe Betül. "Alevis, Kurds and Hemşehris : Alevi Kurdish revival in the nineties." (2003) : 141-158.
- Parla, Taha. The social and political thought of Ziya Gökalp : 1876-1924. Vol. 35. Brill, 1985.
- Zarcone, Thierry. Le croissant et le compas : Islam et franc-maçonnerie, de la fascination à la détestation. Dervy, 2016.
- Hans-LukasK Kiesier, « Dersim Massacre, 1937-1938 », Sciences Po, Violence de masse et Résistance, July 27th 2011
- Ülker, Erol. "Assimilation, Security and Geographical Nationalization in Interwar Turkey : The Settlement Law of 1934." European Journal of Turkish Studies. Social Sciences on Contemporary Turkey 7 (2008).
- Southeast European and Black Sea Studies Vol. 6, No. 4, December 2006, pp. 445–461 ISSN 1468–3857 (print)/ISSN 1743–9639 (online) © 2006 Taylor & Francis DOI : 10.1080/14683850601016291 Political Participation of Turkey’s Kurds and Alevis : A Challenge for Turkey’s Democratic Consolidation Ioannis N. Grigoriadis.
- Southeast European and Black Sea Studies Vol. 6, No. 4, December 2006, pp. 445–461 ISSN 1468–3857 (print)/ISSN 1743–9639 (online) © 2006 Taylor & Francis DOI : 10.1080/14683850601016291 Political Participation of Turkey’s Kurds and Alevis : A Challenge for Turkey’s Democratic Consolidation Ioannis N. Grigoriadis.
- “Le conflit kurde : lebrasier oublié du Moyen-Orient”, Broché, 2009.
- Journal of Historical Sociology Vol. 17 No. 4 December 2004 ISSN 0952-1909 Citizen Alevi in Turkey : Beyond Confirmation and Denial GÜRCAN KOÇAN AND AHMET ÖNCÜ.
- Benoît Fliche, « Chapitre 5 / « Narcissisme de la petite différence » et intolérances religieuses. Le cas des Alévis et des sunnites en Anatolie centrale », in Gilles Dorronsoro et al., Identités et politique, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.) « Académique », 2014 (), p. 145-174.
- Benoît Fliche, « Chapitre 5 / « Narcissisme de la petite différence » et intolérances religieuses. Le cas des Alévis et des sunnites en Anatolie centrale », in Gilles Dorronsoro et al., Identités et politique, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.) « Académique », 2014, p. 145-174.
- Açikel, Fethi, and Kazim Ateş. "Ambivalent Citizens : The Alevi as the ‘Authentic Self’and the ‘Stigmatized Other’of Turkish nationalism." European societies 13, no. 5 (2011) : 713-733.
- Bashirov, Galib, and Caroline Lancaster. "End of moderation : the radicalization of AKP in Turkey." Democratization 25, no. 7 (2018) : 1210-1230.
- Jongerden, Joost. "Conquering the state and subordinating society under AKP rule : a Kurdish perspective on the development of a new autocracy in Turkey." Journal of Balkan and Near Eastern Studies 21, no. 3 (2019) : 260-273.
- Sabri Sayari, “Generational Changes in Terrorist Movements : the Turkish case”, The Rand Paper Series, July 1985 http://www.rand.org/content/dam/rand/pubs/papers/2005/P7124.pdf
- Çanci, Haldun, and Sevket Serkan Sen. "Turkish Politics and Policies under the Impact of the 1980’s PKK Revolt and the Gulf War of the Early 1990s." European Review 20, no. 2 (2012) : 222.
- Benoît Fliche, « Chapitre 5 / « Narcissisme de la petite différence » et intolérances religieuses. Le cas des Alévis et des sunnites en Anatolie centrale », in Gilles Dorronsoro et al., Identités et politique, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.) « Académique », 2014, p. 145-174.
- Marcus, Aliza. "" Should I Shoot You ?" : An Eyewitness Account of an Alevi Uprising in Gazi." Middle East Report (1996) : 24-26.
- Zarcone, Thierry. "La confrontation Sunnites-Alevis en Turquie : l’impossible reconnaissance." Confluences Mediterranee 2 (2018) : 47-63.
- AYDEMIR, Assist Prof Dr Sefa Salih. "FOUNDATION OF THE TERRORIST ORGANIZATION REVOLUTIONARY PEOPLE’S PARTY-FRONT (DHKP-C) AND ITS DESTRUCTIVE ACTIVITIES."
- Élise Massicard, « La réforme carcérale en Turquie. Du bon usage de la norme européenne », Critique internationale 2002/3 (no 16), p. 169-181. DOI 10.3917/crii.016.0169
- Pome, Yakov. "What Makes for Successful Protest Music in Modern Turkey ?." (2019).
- Türkan Özkan and Deniz Çoskan-Ece : “Transformation of the Alevi Movement in Diaspora : a Case Study in Munich”, May 30th 2014.
- Massicard, Elise. "Alevi communities in Western Europe : Identity and religious strategies." In Yearbook of Muslims in Europe, Volume 2, pp. 561-591. Brill, 2011.
- Zeynep Arslan, “The Alevi Diaspora : Its emergence as a political actor and its impact on the homeland”, august 2016, © Transnational Press London.
- Kabir Tambar, The Reckoning of Pluralism : Political Belonging and the Demands of History in Turkey, Stanford University Press, 2014.
- Türkan Özkan and Deniz Çoskan-Ece : “Transformation of the Alevi Movement in Diaspora : a Case Study in Munich”, May 30th 2014.
- Tuncay Bilecen, “Political participation in Alevi diaspora in the UK”, October 2016, Bordercrossing.
- Peters, Michael A., and Ergin Bulut. "Education and Culture." The Routledge Educational Studies Textbook (2010) : 19-29.
- Soileau, Mark. "Hızır Pasha Hanged Us : Commemorating Martyrdom in Alevi Tradition." The Muslim World 107, no. 3 (2017) : 549-571.
- Zeynep Arslan, “The Alevi Diaspora : Its emergence as a political actor and its impact on the homeland”, august 2016, © Transnational Press London.
- YILMAZ, Nail, and Ahmet Kemal Bayram. "Taksim gezı parkı olayları ve bir muhalefet ögesi olarak aleviler." (2016).
- Issa, Tözün, ed. Alevis in Europe : Voices of migration, culture and identity. Routledge, 2016.

Publié le 12/01/2021


Emile Bouvier est étudiant à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, où il prépare les concours de la fonction publique. Diplômé d’un Master 2 en Géopolitique, il a connu de nombreuses expériences au Ministères des Armées, notamment au Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO), à l’Etat-major des Armées dans une cellule d’analyse géopolitique, ou encore en Mission de Défense (MdD) en Turquie. Son grand intérêt pour la Turquie et la question kurde l’ont amené à voyager à de nombreuses reprises dans la région et à travailler sur les problématiques turques et kurdes à de multiples occasions.


 


Diplomatie

Turquie

Politique