Actualités
Actualités

Les clés du Moyen-Orient : un nouveau site pour fêter 10 ans d’analyses

La revue Les clés du Moyen-Orient, en ligne depuis juin 2010, fêtera ses dix ans en juin prochain. Dans cette période de crise inédite du coronavirus et de confinement, nous sommes heureux de vous offrir ce nouveau site, totalement remanié.
Avec (…)

Plus d'infos
mercredi 3 juin 2020



https://www.lesclesdumoyenorient.com/



Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient

Plus de 2500 articles publiés depuis juin 2010

mercredi 3 juin 2020
inscription nl


Accueil / Repères historiques / Analyses historiques

Images et iconographie chrétienne d’Aksoum à Damas (1/2)

Par Florence Somer Gavage
Publié le 11/06/2019 • modifié le 20/06/2019 • Durée de lecture : 4 minutes

Ethiopia,Tigray, Takatisfi cluster, Petros and Paulos church (17th century), Mourning Mary and John followed by Syrian Saint Abba Garima, Abba Ewostatewos and Tekla Haimanot (lower register). In the upper register stand 10 of the 24 elders of the Apocalypse.

BOISVIEUX Christophe / hemis.fr / Hemis / AFP

Pour Jacques Mercier, cette découverte est d’importance car les manuscrits illustrés chrétiens de cette époque sont rares. De plus, il semble être en mesure de prouver que l’un d’eux a été réalisé en Ethiopie, ce qui implique l’existence d’une école de peinture à Aksoum à cette époque. Cela tendrait également à donner du crédit à la légende selon laquelle le moine Abba Garima, qui fonda le monastère qui porte son nom à Médéra, aurait copié et illustré les deux tétra évangiles rédigés en guèze, la langue liturgique de l’Eglise éthiopienne orthodoxe. Le manuscrit Garima 1 contient un cycle complet de dix images décorées comparables à celles des Evangiles de Rabula tandis que les illustations de Garima 2 ont des affinités avec les peintures coptes et pourraient fournir la seule preuve d’un manuel coopte de décoration. Ces volumes contiennent les portraits des évangélistes, leur couverture de métal sont anciennes ; l’une d’entre elles peut être contemporaine du manuscrit et figure parmi les plus anciennes enveloppes connues à ce jour (3).

Les manuscrits d’Abba Garima

Dans les années 50, Beatrice Playne, une archéologue anglaise, est passée dans ce monastère d’Abba Garima. Elle relate l’existence de manuscrits qu’elle met en relation avec les évangiles de Rabula (4). Dans les années 60, Jacques Leroy a fait des études à Abba Garima, et a photographié ces manuscrits et publié les photos. Ayant reconnu une très forte parenté avec les manuscrits arméniens, il a identifié ces derniers comme les modèles des manuscrits éthiopiens. Ces manuscrits arméniens étant datés du 9/10ème siècle, il a estimé les écrits éthiopiens comme ayant été produits au 11/12ème siècle. Les résultats obtenus par Mercier remettent en cause cette théorie mais ils ne font pas l’unanimité et la technique du carbone 14 présente des failles telles que des problèmes de contamination, de calibrage, de présence de matériaux fossiles pouvant modifier la datation, etc…

Selon la légende, Abba Garima est un des saints qui a évangélisé l’Ethiopie. Cette légende a été mise par écrit vers le 14/15ème siècle et concerne 9 saints qui auraient instauré le monachisme en Ethiopie et traduit les évangiles. Cependant, aucune preuve de l’existence de ces personnages n’a été, jusqu’ici, apportée. Pour la tradition éthiopienne, Garima est un moine venu de Rome qui a été formé en Egypte à Skethis. Il arrive en Ethiopie à la demande d’un autre moine, Pantaléon. Tous ces moines se retrouvent à Aksoum, ils y prêchent puis ils décident de se disperser. Garima s’installe à 30 km d’Aksoum, dans un site volcanique majestueux et fonde le monastère du même nom.

Histoire de l’Eglise d’Ethiopie

Le royaume d’Aksoum a existé dans le nord de l’Ethiopie (Etat d’Erythrée et province éthiopienne du Trigay actuels). Ce royaume est antérieur à l’arrivée du christianisme en Ethiopie qui s’est fait pratiquement en même temps que l’officialisation du christianisme par Constantin au début du IVème s. Ce royaume puissant vivait du commerce avec l’Afrique centrale et surtout des droits de douane opérés sur le commerce maritime entre l’océan Indien et la Méditerranée byzantine, par la mer Rouge et sur laquelle Aksoum avait un port à Adoulis.

La légende raconte l’histoire de commerçants syriens qui firent escale à Adoulis où ils furent retenus si longtemps qu’ils devinrent les précepteurs du fils du roi. Grâce à un historien byzantin, Rufinus, on sait que ces deux commerçants s’appelaient Edésius et Frumentius mais la tradition éthiopienne retiendra l’un d’entre eux sous un autre nom : Abba Salama, le père de la Paix. Ayant influencé le jeune roi Ezana vers le christianisme, lorsque celui-ci arrive sur le trône vers 330, il instaure cette religion d’Etat dans son empire. Les éléments numismatiques font état de ce changement.

Avant 330, les pièces de monnaie portent le croissant et le disque, symboles du paganisme ; par après, elles sont ornées d’une croix. A la fin de sa vie, Frumentius, qui avait passé toute sa vie en Ethiopie, souhaite retourner en Syrie. En passant par l’Egypte, il rencontre le patriarche Athanase et lui annonce l’arrivée de l’évangile chez le roi d’Aksoum et le peuple éthiopien. Ce dernier le nomme évêque et le renvoie en Ethiopie pour qu’il puisse diriger la communauté chrétienne. Le fait qu’un membre du clergé égyptien soit nommé chef de l’église éthiopienne perdure jusqu’en 1959, date à laquelle le patriarche copte d’Alexandrie ne nommera plus aucun abuna égyptien pour diriger l’Eglise d’Ethiopie.

Lire la partie 2

Notes :
(1) Le catalogue des conférences n’a pas encore été édité mais voir la présentation de la conférence par Jacques Mercier : http://www.bodleian.ox.ac.uk/__data/assets/pdf_file/0003/121872/garima_conference_oxford.pdf
(2) Voir http://www.ethiopianheritagefund.org/ArtsnewsReport_Garima%20Gospels.pdf
(3) http://www.bodleian.ox.ac.uk/__data/assets/pdf_file/0003/121872/garima_conference_oxford.pdf
(4) Manuscrit des évangiles écrit en syriaque au 6ème siècle. Il a été achevé en 586 au monastère de Saint-Jean-de-Zagba, situé probablement en Syrie, et signé de la main du scribe Rabula. Le texte correspond à la version de la peshitta, la plus ancienne traduction syriaque de l’Ancien et du Nouveau testament. Pour les illustrations, voir : http://sor.cua.edu/Bible/RabbulaMs.html

Publié le 11/06/2019


Diplômée de Master en Sciences des Religions à l’Université Libre de Bruxelles (2015), Florence Somer Gavage a préalablement travaillé pendant 8 ans en tant que journaliste professionnelle dont trois ans pour la chaîne de télévision Kahkeshan TV où elle a produit des documentaires culturels en persan. Cette activité lui a également permis de voyager en Afghanistan ainsi qu’en Iran. Elle a également réalisé des reportages au Moyen-Orient (Irak, Jordanie, Égypte), en Afrique du Nord (Maroc, Algérie, Tunisie), en Asie et en Amérique du Sud.

Elle est actuellement doctorante à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (Paris). Sa thèse vise à proposer une édition d’un texte inédit, les Ahkām ī Jāmāsp (« Décrets de Jâmâsp ») sur base de manuscrits persans et arabes qui n’ont, à ce jour pas été rassemblés ni systématiquement étudiés.


 


Zones de guerre

Syrie

Histoire