dimanche 7 mars 2021



https://www.lesclesdumoyenorient.com/3320



Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient

Plus de 2700 articles publiés depuis juin 2010

dimanche 7 mars 2021
inscription nl


Accueil / Portraits et entretiens / Entretiens

Entretien avec Daniel Meier - Les négociations entre Israël et le Liban pour délimiter la frontière maritime

Par Daniel Meier, Ines Gil
Publié le 14/01/2021 • modifié le 15/01/2021 • Durée de lecture : 6 minutes

Daniel Meier

Le Liban et Israël ont débuté des pourparlers à la mi-octobre pour le tracé de leurs frontières maritimes. Hormis les contacts mensuels entre officiers des deux côtés, (arrangés par la Finul), c’est la première fois que des représentants des deux pays se retrouvent face à face depuis 1983. Quels sont les enjeux de ces discussions ?

Les enjeux sont principalement économiques. Le Liban a accepté d’entrer dans ces discussions pour pouvoir exploiter les ressources en hydrocarbures présentes dans les fonds marins de la région sud (d’importantes réserves ont été identifiées dans les eaux libanaises et dans les eaux disputées avec Israël). L’aspect économique est d’autant plus important que le Liban traverse une crise financière majeure : Beyrouth espère que les découvertes effectuées par les majors [1] sauveront l’économie libanaise. L’enjeu est donc de taille, même s’il faut rester prudent : étant donné le temps nécessaire pour exploiter ces ressources, les retombées économiques ne se feront ressentir que dans cinq ans au moins selon les prédictions les plus optimistes.

L’enjeu de ces négociations est aussi politique : les rivalités internes au Liban sur la question de l’exploitation des hydrocarbures sont vives entre certains leaders confessionnels. On observe actuellement une lutte pour ce que j’appelle le « monopole souverainiste » : la question pétrolière et gazière est au cœur d’une rivalité entre Nabih Berry (Président du Parlement libanais, Amal), Michel Aoun (Président de la République libanaise, Courant patriotique libre) et le Hezbollah. Ils sont théoriquement alliés, mais ils s’écharpent sur ce dossier pour savoir qui obtiendra ce monopole souverainiste.

Il existe aussi un enjeu géopolitique avec la montée des tensions en Méditerranée orientale : les ambitions libanaises vont entrer en rivalité avec des Etats limitrophes (l’Egypte, Chypre, Israël) et avec d’autres Etats producteurs de pétrole qui s’imposent dans la région, les Emirats arabes unis par exemple, qui viennent d’entrer dans le Forum EastMed en tant que partenaires. En acceptant de discuter avec Israël pour tracer ses frontières maritimes, le Liban cherche donc sa place en Méditerranée orientale.

Enfin, un autre enjeu, de taille, est lié à l’agenda sécuritaire de l’administration américaine. La médiation américaine dans ce dossier montre l’intérêt de Washington à sécuriser les forages israéliens pour éviter des heurts entre le Liban et Israël sur cette frontière maritime. Le Liban (de plus en plus isolé ces dernières années) cherche ici à montrer à Washington qu’il fait preuve de bonne volonté pour avancer sur ce dossier.

Concernant le timing : pourquoi ces discussions s’ouvrent-elles maintenant ?

Ce dossier est ancien : pendant des années, divers médiateurs américains ont tenté d’ouvrir les négociations sur ce sujet, en vain. Mais soudainement, en octobre dernier, à la surprise générale, Nabih Berry (leader de Amal et président du Parlement) a annoncé que le Liban était prêt à négocier sur la zone contestée par Beyrouth, qui est de 860 km2.

Point intéressant : la conférence de presse organisée par Nabih Berry, pour annoncer l’ouverture des discussions, a eu lieu quelques jours après la mise en place de sanctions américaines sur des responsables libanais (des proches de Berry) en raison, d’après Washington, de leur soutien financier envers le Hezbollah [2]. Ces sanctions semblent donc avoir encouragé le leader de Amal à lâcher du lest pour accepter l’ouverture de discussions sur les frontières maritimes.

Les discussions avaient bien démarré, mais elles sont aujourd’hui suspendues. Pourquoi ?

De façon surprenante, elles ont effectivement commencé sous de bons auspices. Avec la médiation américaine, elles ont eu lieu à Naqoura, comme cela avait toujours été le cas dans le passé pour les discussions indirectes entre Libanais et Israéliens, organisées alors avec la méditation des Nations unies.

Mais assez rapidement, la situation s’est grippée. Dès la deuxième séance, au bout de trois semaines, le Liban a présenté de nouvelles revendications maximalistes, demandant la souveraineté libanaise sur plus de 1 600 km2 au lieu de 860 km2 (un kilométrage qui empiète donc sur les zones israéliennes, qui sont déjà en cours de forage). Les Israéliens ont immédiatement répondu par des revendications maximalistes en direction du nord (en revendiquant la souveraineté israélienne sur des eaux allant jusqu’au sud de Saïda, empiétant même jusqu’au bloc numéro 5). Depuis lors, la situation n’a pas pu être débloquée.

Pourquoi cette surenchère libanaise ? Le Liban cherche avant tout à élargir sa marge de manœuvre dans les discussions. Par ailleurs, il cherche probablement aussi à répondre aux revendications israéliennes de base, illégitimes au regard du droit international. Notons que le Liban reconnaît le droit de la mer (convention de Montego Bay de 1984), mais ce n’est pas le cas d’Israël. Les revendications libanaises sont basées sur ce droit, alors que l’Etat hébreu se base sur un premier tracé maritime libano-cypriote datant de 2007 dont l’incomplétude a été exploitée pour revendiquer sa souveraineté sur une zone plus étendue : c’est donc cette revendication israélienne qui est à la base du litige frontalier maritime totalisant une surface de 860 km2.

Vous avez évoqué l’allié de Amal, le Hezbollah libanais : le groupe [3] a été pendant longtemps le leader de l’opposition à toute forme de discussion avec l’Etat hébreu. Comment se positionne-t-il aujourd’hui sur les négociations avec les Israéliens ?

Le Hezbollah a accepté ces discussions en raison de la menace de sanctions américaines sur les membres du parti.

Depuis le début des négociations avec Israël, il est en retrait. Il semble avoir laissé son allié de Amal, Nabih Berry, gérer le dossier. Cependant, en arrière fond, de manière discrète, le Hezbollah contrôle largement l’agenda de ces discussions avec Israël. Il sait que ni Nabih Berry ni Michel Aoun ne vont lâcher du lest sans son approbation. Malgré son accord pour discuter avec Israël, le Hezbollah reste sur une position ferme vis-à-vis de l’Etat hébreu. Pour le groupe libanais, ces négociations ne sont clairement pas un signe de normalisation avec les Israéliens. Elles sont simplement un moyen de rendre fonctionnelle la frontière maritime. Les leaders du Hezbollah promeuvent régulièrement, dans leurs discours, la nécessité de s’assurer d’une frontière maritime sécurisée pour permettre l’exploitation des hydrocarbures et lient cette sécurité à leur arsenal. On n’est donc pas vraiment dans un climat de détente.

Vous venez d’évoquer la question de la normalisation entre ces deux pays (le Liban et Israël sont toujours en guerre). De nombreux observateurs ont indiqué que ces négociations étaient un premier pas vers la reconnaissance d’Israël par le Liban. Qu’en pensez-vous ?

Ces discussions sont inédites parce qu’elles apparaissent sous les auspices des Etats-Unis, alors que les précédentes négociations indirectes entre Israéliens et Libanais étaient parrainées par les Nations unies. Or, du côté du Liban, cela constitue un changement de taille car une partie de la classe politique libanaise se méfie traditionnellement de Washington à cause, notamment, des relations de proximité entre les Etats-Unis et Israël.

Au point de dire que cela entraînera une normalisation ? Personnellement, j’en doute. Ces derniers mois, on observe un usage politique de cette idée de normalisation. L’établissement de relations entre Israël et un certain nombre d’Etats arabes (Emirats arabes unis, Bahreïn, Maroc, Soudan) fait croire qu’un effet domino inarrêtable va s’étendre à toute la région. Mais selon moi, il faut se méfier de ces pronostics hâtifs. Chaque Etat a sa spécificité, qui plus est un État comme le Liban, qui continue de ne pas reconnaître l’Etat d’Israël.

Certes, ces discussions marquent une certaine ouverture, un certain changement de ton entre les deux pays. Mais une normalisation de leurs relations n’est pas pour l’instant envisageable selon moi. Jusqu’à maintenant, ces négociations ont surtout permis de montrer qu’on allait vers une surenchère dans les relations libano-israéliennes. Peut-être que l’administration Biden convaincra les Libanais et les Israéliens de mettre de l’eau dans leur vin pour aboutir à un accord.

Lire également :
- Il y a 20 ans, Israël se retirait du Liban. Entretien avec Daniel Meier sur la situation au Sud-Liban
- Entretien avec Daniel Meier – La situation au Sud-Liban et le positionnement du Hezbollah
- Entretien avec Daniel Meier – Le Liban et l’Etat islamique

Publié le 14/01/2021


Daniel Meier est docteur en sociologie politique et chercheur associé à l’IFPO et au CEMAM (Université Saint-Joseph, Beyrouth). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et articles sur le Liban et sur le Moyen-Orient.


Ines Gil est Journaliste freelance basée à Beyrouth, Liban.
Elle a auparavant travaillé comme Journaliste pendant deux ans en Israël et dans les territoires palestiniens.
Diplômée d’un Master 2 Journalisme et enjeux internationaux, à Sciences Po Aix et à l’EJCAM, elle a effectué 6 mois de stage à LCI.
Auparavant, elle a travaillé en Irak comme Journaliste et a réalisé un Master en Relations Internationales à l’Université Saint-Joseph (Beyrouth, Liban). 
Elle a également réalisé un stage auprès d’Amnesty International, à Tel Aviv, durant 6 mois et a été Déléguée adjointe Moyen-Orient et Afrique du Nord à l’Institut Open Diplomacy de 2015 à 2016.


 


Histoire

Israël

Économie