Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2800 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Analyses de l’actualité > Coronavirus : la peur gagne Israël

Coronavirus : la peur gagne Israël
Article publié le 09/03/2020

Par Ines Gil

Psychose ou mesures de précautions, la peur du Coronavirus n’a pas épargné Israël. L’Etat hébreu a pris des mesures drastiques pour éviter la propagation du virus. Quelles en sont les implications pour les relations israélo-palestiniennes ? Et quelles conséquences pour l’économie et le tourisme d’Israël et des Territoires palestiniens ?

Le principe de précaution

Aux prémices de la crise, les Israéliens ont observé l’épidémie de loin, voyant le virus se propager un peu partout dans le monde sans compter de cas. Mais la peur est montée crescendo en peu de jours dans l’Etat hébreu.

Fin février 2020, l’entrée d’individus (Israéliens et touristes) ayant contracté le virus à l’étranger a créé la panique. Les premières mesures de précaution ont été prises avec l’interdiction pour de nombreux voyageurs en provenance de pays asiatiques de poser le pied sur le territoire israélien. Au total, une trentaine d’Israéliens ont aujourd’hui contracté le virus, mais aucun mort n’est à déplorer. Le nombre est certes limité, mais l’Etat israélien a pris des mesures drastiques pour contenir l’épidémie. Environ 100 000 personnes ont été placées en quarantaine, assignées à résidence dans leur foyer. Le mercredi 4 mars, le gouvernement a franchi un nouveau pas en renforçant les restrictions à l’entrée du territoire. Tous les voyageurs en provenance de France, d’Espagne, de Suisse, d’Allemagne et d’Autriche sont désormais interdits d’entrée en Israël, sauf les citoyens ou résidents israéliens, qui doivent respecter une période de deux semaines en quarantaine. La mise en quarantaine de tous les Israéliens de retour dans le pays est également en discussion le dimanche 8 mars.

Pour certains analystes, la gestion maîtrisée de la crise sanitaire par Benyamin Netanyahou peut être liée au contexte politique. Selon le professeur de science politique à l’Open University d’Israël Denis Charbit, « dans la situation de crise apparue avec le coronavirus, Benyamin Netanyahou a multiplié les déclarations pour démontrer qu’il tenait les choses bien en main. Or, en Israël, un leader n’est tel que s’il assure aux électeurs que tous les moyens sont pris pour endiguer la menace ».

La coordination avec les Palestiniens

Selon le quotidien israélien Haaretz, la gestion du Coronavirus a eu « pour mérite de faire baisser les tensions régionales », pourtant très vives en ce début d’année 2020. Le jeudi 5 mars, une rencontre a été organisée entre les autorités israéliennes et l’Autorité palestinienne (AP) pour travailler conjointement afin d’éviter une propagation de l’épidémie. Les relations israélo-palestiniennes s’étaient pourtant remarquablement dégradées fin janvier, sous fond de dévoilement du plan Trump pour la paix.

Les passages de Palestiniens (travailleurs, pèlerins ou visiteurs) mais aussi de touristes internationaux sont fréquents entre la Cisjordanie et Israël. La semaine du 2 mars, les premiers cas de Coronavirus sont apparus dans le Territoire palestinien. Les employés d’un hôtel à Bethléem l’ont contracté après être entrés en contact avec des touristes grecs porteur du virus (1). Bethléem, aujourd’hui cité fantôme, a été fermée aux touristes, qui affluent pourtant chaque semaine dans cette cité considérée comme sainte dans le christianisme. Tout comme Israël, l’Autorité palestinienne a déclaré l’état d’urgence en Cisjordanie, avec la fermeture des écoles pour 30 jours et la limitation des déplacements entre les villes. Des kits médicaux ont été fournis aux Palestiniens, et des formations médicales ont été organisées conjointement entre l’AP et Israël.

Pour l’instant, le virus n’est pas entré dans la très isolée Bande de Gaza (2), privée de touristes. Mais le risque n’est pas inexistant. Début mars, dans le cadre d’un accord passé entre le Hamas au pouvoir et Israël, 7 000 permis de travail ont été accordés aux Gazaouis, en plus des permis déjà existants (3). Bien que limités, les allers-retours entre la bande côtière et Israël ne sont donc pas nuls. Si le virus entre dans ces terres d’une quarantaine de kilomètres sur 10, il sera difficile à contenir. Avec près de 6 000 habitants au km2, la Bande de Gaza est un des territoires les plus densément peuplé au monde. Le système de santé sous perfusion aurait de lourdes difficultés à gérer l’épidémie sans une aide internationale.

Le tourisme mis à mal

Les restrictions à l’encontre des citoyens européens interviennent un mois avant les fêtes de Pâque (juive comme chrétienne). La période d’avril, temps fort du tourisme en Israël, voit des milliers de fidèles affluer chaque année. Le gouvernement israélien pourrait donc chercher à contenir au maximum la propagation du virus avant l’ouverture de la saison. La semaine dernière, Benyamin Netanyahou a invité les dirigeants du monde entier à organiser un échange sur la gestion de la crise sanitaire.

Une dizaine de jours après le début de la crise, les pertes sont déjà visibles dans le secteur du tourisme et de l’aviation. La compagnie aérienne El Al a estimé le coût financier de 50 à 70 millions de dollars pour la période de janvier à avril. Elle a déjà pris des mesures drastiques pour combler les pertes : un millier d’employés devraient être licenciés et le salaire des dirigeants a été réduit de 20% (4). Cette semaine, le ministère israélien des Finances a assuré que le Coronavirus a déjà coûté un milliard de shekels à l’Etat. Si la crise n’est pas prochainement endiguée, l’Etat hébreu pourrait enregistrer une perte de 12 milliards de shekels, soit 1% du produit intérieur brut du pays (5).

Mais pour les Israéliens, imprégnés d’un intense esprit sécuritaire, la maîtrise de la crise sanitaire est plus importante que les retombées économiques négatives. D’autant plus que ce petit pays jouit d’une « culture organisationnelle forte » (6) et le virus y est plus aisément contenable. Selon la presse locale, une start-up israélienne serait sur la bonne voie pour trouver un vaccin contre le Coronavirus (7). La course contre la montre est donc engagée pour cet Etat, qui compte malgré tout sur l’afflux des touristes étrangers pour les fêtes de Pâque.

Notes :
(1) https://www.jpost.com/Arab-Israeli-Conflict/Israelis-Palestinians-unite-to-fight-coronavirus-620067
(2) La bande de Gaza est toujours soumise à un blocus drastique d’Israël et de l’Egypte
(3) https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2020/02/isreal-issues-work-permits-gaza-merchants-understandings.html
(4) https://www.lesechos.fr/monde/afrique-moyen-orient/israel-se-barricade-contre-le-coronavirus-1182051
(5) https://fr.timesofisrael.com/le-coronavirus-a-deja-coute-un-milliard-de-shekels-ministere-des-finances/
(6) https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-israeli-with-coronavirus-in-severe-condition-israel-may-quarantine-some-u-s-arrivals-1.8638322
(7) https://video.i24news.tv/details/_6127573755001?lang=fr

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Afghanistan, Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Azerbaïdjan, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Soudan, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice