samedi 23 octobre 2021



https://www.lesclesdumoyenorient.com/46



Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient

Plus de 2800 articles publiés depuis juin 2010

dimanche 24 octobre 2021
inscription nl


Par Anne-Lucie Chaigne-Oudin
Publié le 09/03/2010 • modifié le 23/01/2018 • Durée de lecture : 1 minutes

Sélim II, sultan otoman de 1566 à 1574
iStockphoto

Il s’agit de facilitées accordant aux Occidentaux un statut particulier dans plusieurs domaines : tarifs douaniers préférentiels, possibilité de voyager et de faire du commerce, liberté de pratiquer sa religion, inviolabilité du domicile, privilège de juridiction du consul sur ses ressortissants. Des ambassades étrangères sont installées à Constantinople, ainsi que des consulats, chargés d’assurer la protection des marchands et de faire l’interface entre eux et l’administration de l’Empire ottoman. Le rôle des consuls évolue avec le temps, et ils deviennent des fonctionnaires des puissances étrangères.

Les premières capitulations sont signées avec la France en 1536 (certains historiens s’accordent à dire que ces Capitulations étaient un projet diplomatique jamais ratifié) et en 1569 sous le règne de Sélim II (1566-1574), avec la Grande-Bretagne en 1580, avec les Hollandais en 1612, avec le royaume des Deux Siciles en 1740, avec la Prusse en 1761, avec l’Autriche en 1768, avec l’Espagne en 1783 et avec les Etats-Unis en 1830. Ces Capitulations sont régulièrement reconduites par la sublime Porte.

Les Capitulations permettent au roi de France Louis XIV de se positionner comme le protecteur de tous les chrétiens du Levant en 1673.
Au XIXème siècle, les capitulations sont la cause de deux difficultés majeures pour l’Empire ottoman : les tarifs douaniers préférentiels accordés aux Occidentaux entrainent une dépendance de l’Empire ottoman aux produits manufacturés européens, sur le plan religieux, une grande part de la population ottomane, chrétienne et juive, passe sous la protection des puissances occidentales, échappant ainsi à l’autorité de la Porte et à l’impôt ottoman.
Les capitulations sont abolies par le traité de Lausanne en 1923.

Bibliographie :
Sous la direction de Robert MANTRAN, Histoire de l’Empire ottoman, Fayard, Paris, 1989, 810 pages.

Publié le 09/03/2010


Anne-Lucie Chaigne-Oudin est la fondatrice et la directrice de la revue en ligne Les clés du Moyen-Orient, mise en ligne en juin 2010.
Y collaborent des experts du Moyen-Orient, selon la ligne éditoriale du site : analyser les événements du Moyen-Orient en les replaçant dans leur contexte historique.
Anne-Lucie Chaigne-Oudin, Docteur en histoire de l’université Paris-IV Sorbonne, a soutenu sa thèse sous la direction du professeur Dominique Chevallier.
Elle a publié en 2006 "La France et les rivalités occidentales au Levant, Syrie Liban, 1918-1939" et en 2009 "La France dans les jeux d’influences en Syrie et au Liban, 1940-1946" aux éditions L’Harmattan. Elle est également l’auteur de nombreux articles d’histoire et d’actualité, publiés sur le Site.


 


Politique

Autres pays

Économie