Appel aux dons jeudi 23 mai 2024



https://www.lesclesdumoyenorient.com/3594



Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient

Plus de 3000 articles publiés depuis juin 2010

jeudi 23 mai 2024
inscription nl


Accueil / Actualités / Analyses de l’actualité

Bientôt quatre ans après la défaite territoriale de Daech, que deviennent ses plus de 12 000 combattants et leurs proches détenus dans le nord-est de la Syrie ? (1/3)

Par Emile Bouvier
Publié le 10/02/2023 • modifié le 27/02/2023 • Durée de lecture : 7 minutes

Si les Kurdes sont parvenus à reprendre le contrôle de la prison au terme de dix jours de combats intenses et avec l’aide de la Coalition internationale [3], cette tentative d’évasion particulièrement audacieuse aura rappelé non seulement la résilience de Daech, toujours capable de monter des opérations complexes et d’envergure, mais surtout le rôle central, sinon incontournable, que les lieux de détention (prisons et camps de prisonniers en l’occurrence) de militants de l’Etat islamique et leur famille joue dans la stratégie militaire, politique et idéologique de l’organisation terroriste aujourd’hui ; l’attaque par des militants de Daech de la prison de Raqqah le 2 février dernier [4] afin de libérer leurs camarades - en vain - et l’évasion d’une vingtaine d’entre eux de la « Prison noire » de Rajo lors du séisme ayant frappé le sud de la Turquie et le nord de la Syrie le 6 février tendent à le prouver avec d’autant plus de force et d’actualité [5].

De fait, l’Administration du nord-est syrien (AANES) [6], les ONG et diverses organisations internationales [7], voire certaines administrations nationales [8], soulignent de façon croissante combien les prisonniers daechis aux mains des forces kurdes syriennes constituent une véritable « bombe à retardement » [9] : près de quatre ans après leur défaite territoriale en Syrie, environ 12 000 combattants [10] et 70 000 femmes et enfants [11] de militants de Daech [12] - dont 10 000 ressortissants non-irakiens et non-syriens [13] - sont toujours emprisonnés et transforment leurs lieux de détention en véritables bouillons d’endoctrinement et en vecteur d’une potentielle résurgence de l’Etat islamique au Levant.

Cet article entend ainsi dresser un bilan de la situation des prisonniers daechis aux mains des forces kurdes en Syrie ; au-delà d’un état des lieux des différents camps et prisons et de leur intérêt pour Daech qui a fait de la libération des siens une priorité opérationnelle (première partie), une attention toute particulière sera accordée à la menace sécuritaire croissante incarnée par ces lieux de détention et par la réponse accordée par la communauté internationale, notamment en matière de rapatriement dans leur pays d’origine des combattants non-irakiens et non-syriens (deuxième partie).

Première partie : l’évasion des djihadistes emprisonnés, une priorité pour l’Etat islamique

1. Point de situation des lieux de détention de prisonniers daechis sous contrôle des forces kurdes

Les prisonniers daechis actuellement détenus par les forces kurdes syriennes sont répartis en une vingtaine de lieux de détention [14] d’envergures très disparates à travers la Syrie. Le plus notable d’entre eux est, sans conteste, le camp d’Al-Hol : avec ses 57 000 [15] détenues [16] environ - dont 29 000 Irakiens [17] -, pour une très grande majorité des femmes et des enfants (plus de 90% [18]), ce camp initialement construit pour accueillir les réfugiés de la Première guerre du Golfe (2 août 1990-28 février 1991) est, aujourd’hui, le plus important lieu de détention de militants de Daech et de leurs proches en Syrie, attirant à lui l’inquiétude humanitaire des ONG [19] et sécuritaire [20] de la Coalition internationale [21]. A titre de comparaison franco-orientée, le camp d’Al-Hol est aussi peuplé, peu ou prou, que les villes de Chambéry [22] (Savoie), Lorient [23] (Morbihan) ou encore Beauvais [24] (Oise). Un camp similaire à celui d’Al-Hol, bien que nettement plus réduit en taille, est celui d’Al-Roj, près de la ville de Derik (Al-Malikiyah) ; environ 2 500 prisonniers, parmi lesquels 85% de femmes et d’enfants, y sont détenus [25].

En-dehors de ces camps à ciel ouvert où résident essentiellement les femmes et enfants des militants de Daech, les plus gros contingents de combattants et fonctionnaires de l’organisation terroriste sont retenus prisonniers dans des lieux de détention séparés ; ainsi la ville de Derik, dans la pointe nord-est de la Syrie, accueille-t-elle la « prison noire », surnommée ainsi en raison du haut-degré de dangerosité des militants de Daech qui y sont détenus [26]. Ces derniers ont initié plusieurs tentatives d’évasion au fil des années, dont la première le 5 avril 2019, à peine trois semaines après la défaite territoriale de l’Etat islamique [27], et la dernière le 6 février 2023 lorsque, profitant du séisme qui venait de ravager le sud de la Turquie et le nord de la Syrie, les détenus ont lancé une mutinerie, s’emparant de plusieurs parties de la prison et permettant l’évasion d’une vingtaine des leurs [28]. Une constellation de diverses prisons locales vient renforcer le maillage carcéral kurde - prison Ayed à Tabqa, Allaya à Qamishli, etc. - quand des bâtiments civils ne sont pas directement transformés en lieu de détention : ainsi en va-t-il de la prison Al-Sina’a, à Hassaké, dont une partie des bâtiments était autrefois consacrée à une école technique professionnelle. Cette prison aurait, depuis, fait l’objet d’une vingtaine de tentatives d’évasion conduites par Daech de l’extérieur ou depuis l’intérieur [29].

2. L’évasion des prisonniers de Daech érigée en priorité opérationnelle par l’état-major de l’organisation terroriste

De fait, au-delà de la volonté des détenus de retrouver leur liberté, ces tentatives d’évasion sont également hautement encouragées et organisées par les quelque 6 000 à 10 000 militants de Daech encore en activité en Syrie et en Irak [30], qui ont fait de la libération de leurs camarades une priorité opérationnelle : en septembre 2019, un mois avant sa mort, le leader de l’Etat islamique Abou Bakr al-Baghdadi appelait ses fidèles à libérer par tous les moyens les militants emprisonnés [31]. De fait, comme le soulignait en décembre 2022 [32] un rapport des forces militaires américaines du CENTCOM [33], Daech serait parfaitement en mesure, d’un point de vue opérationnel, d’initier une nouvelle insurrection au Levant avec les 30 000 combattants actuellement prisonniers en Syrie et en Irak. Cette stratégie de montée en puissance par l’attaque de prisons et l’évasion de militants n’est d’ailleurs pas nouvelle et s’avère, en réalité, l’un des vecteurs initiaux de la montée en puissance de Daech [34]. Dès 2012, Abou Bakr al-Baghdadi avait lancé la campagne « Détruire les murs » [35] et appelé ses fidèles à attaquer les prisons, permettant l’année suivante l’évasion de plus de 500 prisonniers détenus à Abou Ghraib et Taji [36] par exemple.

Le groupe terroriste a ainsi pleine conscience du potentiel considérable - et pour le moment irremplaçable - incarné par ces milliers de prisonniers. La tentative d’évasion de la prison d’Al-Sina’a en janvier 2022 l’illustre particulièrement bien. Renouant avec ses tactiques d’attaques complexes (c’est-à-dire recourant à l’usage combiné de fantassins et de véhicules en différents endroits et moments coordonnés), l’Etat islamique lancera l’une de ses plus importantes opérations de ces dernières années. Surprises par l’audace et la brutalité de l’attaque, les forces kurdes perdront au moins 117 combattants [37] durant les combats et ne reprendront la prison qu’au terme d’une dizaine de jours, les prisonniers étant parvenus à s’emparer de l’armurerie de la prison et à se retrancher dans de nombreuses parties de l’enceinte carcérale [38]. Craignant que l’attaque ne réussisse et que des milliers de militants de Daech ne se retrouvent soudainement en liberté, plus de 45 000 civils fuiront la région de Hassaké [39]. Outre les capacités militaires encore fortes de Daech et sa volonté intacte de libérer ses prisonniers, cette tentative d’évasion montre également combien ces derniers, malgré leur incarcération depuis au moins près de quatre ans pour la plupart, restent fidèles au groupe terroriste. Des images prises dans la prison durant l’attaque montrent l’engouement des détenus et leurs déclarations d’allégeance et loyauté à l’Etat islamique [40].

Si cette attaque de la prison d’Al-Sina’a apparaît de loin comme l’une des plus notables, elle s’avère loin d’être la seule tentative récente de l’Etat islamique de libérer les siens. Le 20 septembre 2022 encore, une tentative d’attaque du camp d’Al-Hol était déjouée par les forces kurdes, par exemple [41]. Au-delà des attaques des lieux de détention, l’Etat islamique recourt à d’autres stratagèmes. En avril 2021 par exemple, il enlevait une soixantaine de civils à l’est de Hama (ouest de la Syrie) et ne les libérait qu’après que le gouvernement syrien a accepté de libérer, à son tour, des prisonniers daeshis [42].

Le rapport du CENTCOM précédemment mentionné souligne également la cible de choix que représentent pour l’Etat islamique les 25 000 enfants de militants également détenus dans la région. Les prisons et camps sont en effet des hauts lieux d’endoctrinement et de radicalisation comme il sera vu infra, un nombre croissant d’analystes [43] s’alarmant des similitudes croissantes entre ces lieux de détention et la prison d’Abu Ghraib [44]. Ce sera l’objet de la deuxième partie de cet article.

Lire la partie 2 : Deuxième partie : des lieux de détention où règne encore l’État islamique

Bibliographie :
DE AZEVEDO, Christian Vianna. ISIS Resurgence in Al Hawl Camp and Human Smuggling Enterprises in Syria. Perspectives on terrorism, 2020, vol. 14, no 4, p. 43-63.

Sitographie :
 US-backed Kurdish forces recapture Syrian prison days after ISIS attack, CNN World, 26/01/2022
https://edition.cnn.com/2022/01/26/middleeast/isis-syria-prison-attack-intl/index.html
 A la prison d’Hassaké, la résistance acharnée de l’EI face aux Kurdes, Le Monde, 28/01/2022
https://www.lemonde.fr/international/article/2022/01/28/a-la-prison-d-hassake-la-resistance-acharnee-de-l-ei-face-aux-kurdes_6111389_3210.html
 U.S. Troops Join Assault on Prison Where ISIS Holds Hostage Hundreds of Boys, The New York Times, 24/01/2022
https://www.nytimes.com/2022/01/24/world/middleeast/syria-prison-isis-hasaka.html
 Detained jihadists are ticking bomb, Syria Kurds warn, Egypt Independent, 24/03/2019
https://egyptindependent.com/detained-jihadists-are-ticking-bomb-syria-kurds-warn/
 ISIS is a Problem of Yesterday, Today and Tomorrow, United States Institute of Peace, 28/07/2022
https://www.usip.org/publications/2022/07/isis-problem-yesterday-today-and-tomorrow
 Repatriating FTF and Displaced Persons from Northeast Syria, US Department of State, 29/09/2022
https://www.state.gov/repatriating-ftf-and-displaced-persons-from-northeast-syria/
 Islamic State group : Europe has ticking time bomb in prison camps, BBC News, 26/10/2019
https://www.bbc.com/news/world-middle-east-50179735
 The attack on al-Sina Prison points to a broader ISIS resurgence, MEI, 24/01/2022
https://www.mei.edu/blog/attack-al-sina-prison-points-broader-isis-resurgence
 Convention relative aux droits de l’enfant, OHCHR, 20/11/1989
https://www.ohchr.org/fr/instruments-mechanisms/instruments/convention-rights-child
 The Importance of Detained Fighters and Displaced Persons in Northeast Syria to the Future of ISIS, US Deparment of State, 20/10/2022
https://www.state.gov/the-importance-of-detained-fighters-and-displaced-persons-in-northeast-syria-to-the-future-of-isis/
 Islamic State still a threat and could once again seize power in parts of the Middle East like Syria, experts say, Sky News, 24/01/2023
https://news.sky.com/story/islamic-state-still-a-threat-and-seeking-to-free-10-000-of-its-jailed-fighters-experts-say-12768069
 L’Etat islamique attaque une prison en Syrie, des jihadistes s’évadent, Libération, 21/01/2022
https://www.liberation.fr/international/letat-islamique-attaque-une-prison-en-syrie-des-jihadistes-sevadent-20220121_Z2UF3KMJLREDRC6SSGLB7XZOIY/
 Al Hol Camp Annual Mortality Report 2021, Organisation mondiale de la santé, décembre 2021
https://www.emro.who.int/images/stories/syria/Al-Hol-Camp-Mortality-Annual-Report-2021_Syria_02.06.22.pdf?ua=1
 29,000 Iraqis still in Syria’s al-Hol Camp : Ministry, Kurdistan24, 26/07/2022
https://www.kurdistan24.net/en/story/29064-29,000-Iraqis-still-in-Syria%E2%80%99s-al-Hol-Camp:-Ministry
 A ticking time bomb : Meeting the ISIS women of al-Hol, The Defense Post, 03/08/2019
https://www.thedefensepost.com/2019/08/03/isis-women-al-hol/
 Syria : doctors condemn ’catastrophic’ conditions in Al-Hawl refugee camp, Middle East Monitor, 07/11/2022
https://www.middleeastmonitor.com/20221107-syria-doctors-condemn-catastrophic-conditions-in-al-hawl-refugee-camp/
 The Crisis of Female Jihadists in Al-Hawl Displacement Camp, Carnegie, 14/07/2022
https://carnegieendowment.org/sada/87510
 U.S. Central Command statement on Thwarted Suicide Bomber Attack near Um Fakik Village, Syria, CENTCOM, 22/09/2022
https://www.centcom.mil/MEDIA/STATEMENTS/Statements-View/Article/3167612/us-central-command-statement-on-thwarted-suicide-bomber-attack-near-um-fakik-vi/
 Camp de detention Al-Roj, Observatoire des camps de réfugiés, mai 2021
https://o-cr.org/wp-content/uploads/2021/06/Al-Roj-Syrie.pdf
 A closer look at the ISIS attack on Syria’s al-Sina Prison, MEI, 14/02/2022
https://www.mei.edu/publications/closer-look-isis-attack-syrias-al-sina-prison
 US-led coalition says allies in Syria foil Islamic State prison break, The Times of Israel, 06/04/2019
https://www.timesofisrael.com/us-led-coalition-says-allies-in-syria-foil-islamic-state-prison-break/
 Timeline of Major Riots, Raids, and Escape Attempts in Heseke’s Sina’a Prison, Rojava Information Center, 25/01/2022
https://rojavainformationcenter.com/2022/01/timeline-of-major-riots-raids-and-escape-attempts-in-hesekes-sinaa-prison/
 ISIS leader Baghdadi urges followers to continue attacks, storm prisons in purported new recording, The Washington Post, 16/09/2019
https://www.washingtonpost.com/world/middle_east/baghdadi-urges-followers-to-continue-attacks-storm-prisons-in-purported-new-recording/2019/09/16/85bdc69a-d8ab-11e9-adff-79254db7f766_story.html
 Daesh could mount resurgence via 30,000 detained fighters : Report, Arab News, 31/12/2022
https://www.arabnews.com/node/2224601/middle-east
 Al-Qaeda in Iraq Resurgent, Institute for the Study of War, septembre 2013
https://www.understandingwar.org/sites/default/files/AQI-Resurgent-10Sept_0.pdf
 Al Qaeda says it freed 500 inmates in Iraq jail-break, Reuters, 23/07/2013
https://www.reuters.com/article/us-iraq-violence-alqaeda-idUSBRE96M0C720130723
 The SDF General Command Statement Regarding The Last Terrorist Attack On Al-Sina’a Prison By Daesh, SDF Press, 31/01/2022
https://sdf-press.com/en/2022/01/the-sdf-general-command-statement-regarding-the-last-terrorist-attack-on-al-sinaa-prison-by-daesh/
 Syrie : 45.000 personnes déplacées après l’assaut de Daesh contre une prison, 20 minutes, 24/01/2022
https://www.20minutes.fr/monde/3222751-20220124-syrie-45000-personnes-deplacees-apres-assaut-etat-islamique-contre-prison
 En Syrie, l’Etat islamique se renforce en attaquant une prison à Hassaké, Le Temps, 24/01/2022
https://www.letemps.ch/monde/syrie-letat-islamique-se-renforce-attaquant-une-prison-hassake
 ISIS’s takeover of the prison in Al-Hasakah, which it presents as an achievement, may bring about additional such actions, The Meir Amit Intelligence and Terrorism Information Center, 08/02/2022
https://www.terrorism-info.org.il/en/isiss-takeover-of-the-prison-in-al-hasakah-which-it-presents-as-an-achievement-may-bring-about-additional-such-actions/
 Containing a Resilient ISIS in Central and North-eastern Syria, Crisis Group, 18/07/2022
https://www.crisisgroup.org/middle-east-north-africa/east-mediterranean-mena/syria/containing-resilient-isis-central-and-north
 Islamic State group : Europe has ticking time bomb in prison camps, BBC News, 26/10/2019

Publié le 10/02/2023


Emile Bouvier est chercheur indépendant spécialisé sur le Moyen-Orient et plus spécifiquement sur la Turquie et le monde kurde. Diplômé en Histoire et en Géopolitique de l’Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne, il a connu de nombreuses expériences sécuritaires et diplomatiques au sein de divers ministères français, tant en France qu’au Moyen-Orient. Sa passion pour la région l’amène à y voyager régulièrement et à en apprendre certaines langues, notamment le turc.


 


Syrie

Politique