samedi 18 septembre 2021



https://www.lesclesdumoyenorient.com/3345



Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient

Plus de 2800 articles publiés depuis juin 2010

samedi 18 septembre 2021
inscription nl


Accueil / Portraits et entretiens / Entretiens

Beyrouth bouleversée - La métamorphose d’une capitale (3/3). Entretien avec le peintre libanais Brahim Samaha - un regard sur « SHE », exposition dédiée à Beyrouth

Par Ines Gil
Publié le 02/03/2021 • modifié le 02/03/2021 • Durée de lecture : 3 minutes

Brahim Samaha
Crédit photo : Ines Gil
Crédit photo : Ines Gil

Pour se former, il se rend à Rome : « j’étudie pendant quatre ans aux Beaux-Arts, je me spécialise en gravure et je fais un peu de sculpture. Des amis ouvrent alors une galerie-atelier au centre de Rome, je décide de me greffer à leur projet. » Après l’Italie, il revient au Liban : « je voulais être auprès de ma famille et j’avais beaucoup de projets en tête. J’ai trouvé cet atelier idéal pour les mettre en œuvre. »

Crédit photo : Ines Gil

Situé à Gemmayze, son atelier est niché non loin du port de Beyrouth. Le 4 août 2020, il est soufflé par l’explosion. Bouts de verres incrustés dans les cadres, dessins défigurés, ses œuvres représentant Beyrouth sont ébréchées. Elles illustrent tristement les blessures de la ville au lendemain de la catastrophe. Quelques mois plus tard, l’artiste libanais décide d’exposer ses peintures abimées par l’explosion. Son atelier prend des airs de galerie temporaire. Baptisée « SHE », l’exposition rend hommage à la ville : « même si mes peintures n’avaient pas été abimées, je les aurais exposées, car toutes mes œuvres représentent la capitale libanaise. Elles lui rendent hommage. Il était impossible pour moi de ne pas faire quelque chose pour les victimes, pour notre communauté. » L’exposition est une occasion de faire parler de la ville et de ses blessures après l’explosion : « la vente des tableaux a d’ailleurs permis de soutenir des ONG locales et l’Agenda Culturel [1] » assure-t-il.

Toutes les peintures de Brahim Samaha représentent des quartiers de la capitale libanaise qui l’ont marqué au court de sa vie : Gemmayze, Mar Mikhael, Furn el Hayyek, et parfois, la capitale dans son ensemble.

Crédit photo : Ines Gil
Crédit photo : Ines Gil

Dans son travail, il met en avant les discordances qui dessinent la ville, faite de mélanges improbables et d’intenses contradictions. Des antagonismes qui font son charme, comme dans cette peinture représentant la rue du Musée Sursock :

Crédit photo : Ines Gil

Historiquement rempli de petites habitations, le quartier du Musée d’art contemporain a rapidement changé ces deux dernières décennies. Un jour, des travaux sont enclenchés pour construire un immeuble moderne, côté à côté avec des petites bâtisses anciennes. Brahim Samaha est interpellé, il décide de peindre le contraste : « je veux montrer comment l’architecture est constamment remodelée à Beyrouth » dit-il. Ce conflit entre des différences a priori inconciliables est central dans son travail : « c’est la plus belle ville bipolaire au monde. C’est cette bipolarité qui donne son charme à Beyrouth. On retrouve ce contraste illogique dans toutes les facettes de la capitale libanaise. » Ces contrastes illustrent d’ailleurs les disfonctionnements du Liban selon lui : « Beyrouth représente en quelque sorte ‘’l’absurdité’’ du pays. » L’artiste ajoute : « Si on peut véritablement parler d’un pays… »

Crédit photo : Ines Gil
Crédit photo : Ines Gil

Au Liban, les identités s’entremêlent, se complètent et entrent parfois en contradiction. Plutôt que de parler d’une identité libanaise à part entière, l’artiste préfère mettre en avant les identités citadines : « il est difficile d’écrire l’histoire libanaise. Il est plus aisé de décrire l’histoire de chaque cité. C’est ce que je tente de faire avec Beyrouth. »

Toutes les peintures de Brahim Samaha sont réalisées sur du bois.
L’artiste est aussi le fondateur d’un festival de cinéma organisé chaque année à Gemmayze, « Cabriolet ». Monté en plein air, il est le seul festival ouvert au public à avoir été organisé au Liban en 2020, en raison de la situation sanitaire. Une édition 2021 est en préparation.

Lire les parties 1 et 2 :
- Beyrouth bouleversée - La métamorphose d’une capitale (1/3). Entretien avec Caecilia Pieri sur l’évolution de l’architecture à Beyrouth : « L’explosion a réalisé en deux minutes ce dont les promoteurs immobiliers rêvaient : détruire des immeubles charmants habités par des familles modestes »
- Beyrouth bouleversée - La métamorphose d’une capitale (2/3). Entretien avec Rita Bassil sur l’évolution de l’art au Liban : « après l’explosion, on remarque un retour vers la ruine de l’après-guerre civile (1975-1990) dans les œuvres »

Publié le 02/03/2021


Ines Gil est Journaliste freelance basée à Beyrouth, Liban.
Elle a auparavant travaillé comme Journaliste pendant deux ans en Israël et dans les territoires palestiniens.
Diplômée d’un Master 2 Journalisme et enjeux internationaux, à Sciences Po Aix et à l’EJCAM, elle a effectué 6 mois de stage à LCI.
Auparavant, elle a travaillé en Irak comme Journaliste et a réalisé un Master en Relations Internationales à l’Université Saint-Joseph (Beyrouth, Liban). 
Elle a également réalisé un stage auprès d’Amnesty International, à Tel Aviv, durant 6 mois et a été Déléguée adjointe Moyen-Orient et Afrique du Nord à l’Institut Open Diplomacy de 2015 à 2016.


 


Histoire

Liban

Culture