Actualités
Actualités

Les clés du Moyen-Orient : un nouveau site pour fêter 10 ans d’analyses

La revue Les clés du Moyen-Orient, en ligne depuis juin 2010, fêtera ses dix ans en juin prochain. Dans cette période de crise inédite du coronavirus et de confinement, nous sommes heureux de vous offrir ce nouveau site, totalement remanié.
Avec (…)

Plus d'infos
mardi 14 juillet 2020



https://www.lesclesdumoyenorient.com/50



Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient

Plus de 2600 articles publiés depuis juin 2010

jeudi 16 juillet 2020
inscription nl


Accueil / Repères historiques / Analyses historiques

Administration française en Syrie et au Liban

Par Anne-Lucie Chaigne-Oudin
Publié le 09/03/2010 • modifié le 17/06/2020 • Durée de lecture : 2 minutes

Le haut-commissaire, nommé par le gouvernement français et relevant du ministère des Affaires étrangères, est chargé de la gestion du mandat, de l’organisation des territoires et de l’élaboration des lois. Le haut-commissariat est basé à Beyrouth, à la résidence des Pins. Plusieurs services dépendent du haut-commissariat, et ont été fixés par l’arrêté du 17 mars 1921. Il s’agit des services du secrétariat général, du bureau du personnel, du bureau diplomatique, du bureau des renseignements, des services juridiques, de la justice, de l’enseignement, de l’agriculture, de l’immatriculation foncière, de l’hygiène, de l’archéologie et des beaux arts, des finances et des travaux publics. Tous ces services sont gérés par le secrétaire général. Il s’occupe également de la correspondance officielle. Il n’existe pas de corps spécifique pour le recrutement et la formation des fonctionnaires français en poste au Levant, et de façon plus générale dans les mandats, à la différence des colonies avec les administrateurs coloniaux et des protectorats avec les administrateurs civils. Le personnel en poste au Levant provient donc des administrateurs des colonies, et n’a pas de ce fait la formation adéquate à la nouvelle forme juridique du mandat.

A Paris, la sous-direction Asie-Océanie du Quai d’Orsay a en charge le dossier de la Syrie et du Liban, mais celui-ci est transféré en 1926, date de la révolte druze, à la sous-direction Afrique qui est en charge des protectorats d’Afrique du Nord. Cette sous-direction prend alors le nom d’Afrique-Levant, mettant en évidence l’importance que la France accorde à ses intérêts musulmans.

Bibliographie :
Pierre FOURNIE, L’administration française au Levant 1918-1930, thèse de l’école des Chartes, 1986, 301 pages.
Jean-David MIZRAHI, Genèse de l’Etat mandataire, Publications de la Sorbonne, Paris, 2003, 462 pages.

Publié le 09/03/2010


Anne-Lucie Chaigne-Oudin est la fondatrice et la directrice de la revue en ligne Les clés du Moyen-Orient, mise en ligne en juin 2010.
Y collaborent des experts du Moyen-Orient, selon la ligne éditoriale du site : analyser les événements du Moyen-Orient en les replaçant dans leur contexte historique.
Anne-Lucie Chaigne-Oudin, Docteur en histoire de l’université Paris-IV Sorbonne, a soutenu sa thèse sous la direction du professeur Dominique Chevallier.
Elle a publié en 2006 "La France et les rivalités occidentales au Levant, Syrie Liban, 1918-1939" et en 2009 "La France dans les jeux d’influences en Syrie et au Liban, 1940-1946" aux éditions L’Harmattan. Elle est également l’auteur de nombreux articles d’histoire et d’actualité, publiés sur le Site.


 


Zones de guerre

Liban

Histoire