Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2700 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Turquie

Turquie

  • Entretien avec Tancrède Josseran - où en est la Turquie ? - 22/06/16

    Tancrède Josseran est diplômé en Histoire de Paris-IV Sorbonne et attaché de recherche à l’Institut de Stratégie Comparée (ISC).
    Spécialiste de la Turquie, il est auteur de La Nouvelle puissance turque…L’adieu à Mustapha Kemal, Paris, éd, Ellipses, 2010. Il a reçu pour cet ouvrage le prix Anteois du festival de géopolitique et de géoéconomie de Grenoble ; et de Géopolitique du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord – du Maroc à l’Iran, avec Florian Louis, Frédéric Pichon, paru en 2012 aux éditions PUF.

  • Entretien avec Jana Jabbour – La politique étrangère de la Turquie - 04/05/16

    Jana Jabbour est docteure associée au CERI, enseignante à Sciences Po Paris et à l’Université Saint-Joseph (Beyrouth).

  • Le parti Ennahdha tunisien et le modèle de l’AKP turc - 25/03/16

    Au lendemain des printemps arabes, Recep Tayyip Erdoğan (1), alors Premier ministre de la Turquie, et co-fondateur du parti AKP (2), parti au pouvoir en depuis 2002, déclarait : « nous n’essayons pas d’être un modèle pour qui que ce soit, mais on peut être une source d’inspiration (…) car la Turquie a démontré que l’islam et la démocratie peuvent parfaitement coexister (3) ». Ce « modèle », conciliant économie de marché, islam et démocratie, est une référence politique pour de nombreux partis dont le mouvement Ennahdha tunisien.
    Rached Ghannouchi, Président du mouvement ne cesse en effet d’exprimer son admiration pour le modèle turc. Peu après la révolution de Jasmin de 2011, il s’exprimait en ces termes : « La Tunisie va prouver au monde entier qu’islam et démocratie sont compatibles. La Turquie, pays à 99% musulman, y parvient aisément (4) ».

    Aujourd’hui, la question est moins de savoir si la promotion du modèle turc peut permettre l’avènement d’un véritable régime démocratique - notamment au vu de la situation actuelle en Turquie - que d’ausculter le nouveau visage du mouvement islamiste Ennahdha (5) à la lumière de la trajectoire politique de l’AKP.

    Dans quelle mesure le mouvement Ennahdha peut-il être le garant de l’applicabilité du « modèle turc (6) » en Tunisie ?

  • Le rapprochement entre Erbil et Ankara comme grille de lecture des dynamiques kurdes au Moyen-Orient (1/2) - 22/03/16

    Massoud Barzani, président de la Région autonome du Kurdistan d’Irak (GRK) et son homologue turc, Recep Tayip Erdogan, se réaffirment régulièrement leur soutien mutuel. Ces deux voisins autrefois hostiles ont connu un rapprochement majeur depuis la fin des années 2000. La première rencontre entre Erdogan et Barzani qui eut lieu en 2013 et lors de laquelle l’ancien Premier ministre turc utilisait pour la première fois l’expression de « Kurdistan » pour désigner la région nord-irakienne, fut qualifiée d’« historique » (1). Pourtant, Ankara est resté longtemps réfractaire à tout renforcement politique de la région autonome kurde d’Irak, de peur des implications qu’un tel développement pourrait avoir sur sa propre « Question kurde » et sur la géopolitique régionale. Ainsi, les Turcs virent d’un mauvais oeil l’alliance kurdo-américaine qui devait permettre le renversement du régime de Saddam Hussein au début des années 2000, tout comme ils s’opposèrent au fédéralisme mis en place dans l’Etat irakien post-baathiste (2). La Turquie est cependant aujourd’hui le premier partenaire économique de la Région kurde, et Erdogan l’un des principaux alliés politiques de Barzani (3). Cette alliance ne manque pas d’attiser les tensions entre le PDK et les autres partis kurdes, au premier rang desquels le PKK, dans la mesure où le parti d’Abdullah Ocalan est depuis 1984 en guerre de basse intensité contre l’Etat turc. Quelles sont les raisons, les enjeux et les conséquences pour les dynamiques kurdes d’une alliance kurdo-turque qui apparaît comme contre-nature ?

  • Le modèle de l’AKP turc : contexte, genèse et principes politiques - 09/03/16

    Le modèle turc, bien qu’issu d’une histoire spécifique, peut-être restreint à la politique actuelle de l’AKP (1), parti au pouvoir en Turquie depuis 2002. Se définissant comme un parti « démocrate conservateur » ou « démocrate musulman » favorable à l’économie de marché, l’AKP s’est imposé en opposition - et paradoxalement dans son sillage - à la politique laïciste, jacobine, positiviste et modernisatrice de Mustapha Kemal Atatürk, le « Père des Turcs » ; fondateur de la République de Turquie.
    Président de la République de Turquie depuis le 28 août 2014, Recep Tayyip Erdoğan a récemment été accusé par les trois grands partis d’opposition - le CHP (2), le HDP (3) et le MHP (4) - d’instituer « une dictature constitutionnelle (5) » en affichant désormais clairement son souhait de « réislamiser (6) » la Turquie.

    Comment analyser le discours politique de l’AKP turc, ses succès électoraux et comprendre l’orientation autocratique (7) de Recep Tayyip Erdoğan ?

  • La crise de l’eau en Irak : contexte et perspectives (3/3) : quel rôle pour la Turquie face à la crise hydrique régionale ? - 10/02/16

    Alors que la lutte contre l’Etat Islamique implique de plus en plus d’Etats, et que les moyens mis en œuvre par ces derniers se multiplient, le rôle stratégique de la Turquie reste encore à définir. Si Ankara a décidé de rejoindre la coalition internationale en juillet 2015 en effectuant des premières frappes en Syrie (1), ses positionnements précédents face à Daech sont ambiguës. En effet, sans parler de soutien mais plutôt de complaisance à l’égard de l’EI, la Turquie était l’un des seuls Etats à avoir pu par exemple procéder à des négociations pour la libération d’otages, en l’échange de membres de Daech qu’elle détenait prisonniers. Mais avec la multiplication des attentats revendiqués sur son territoire par l’EI, couplée des pressions politiques de la part des membres de l’OTAN, et notamment de son allié américain, la Turquie a finalement décidé de s’impliquer militairement.

  • Compte rendu du Colloque « Hydrodiplomatie et changement climatique pour la paix au Moyen-Orient », tenu le 1er décembre 2015 au Sénat à Paris, en marge de la COP21 - 17/12/15

    En marge de la COP21, un colloque s’est tenu au Sénat le mardi 1er décembre 2015, autour de la thématique « hydrodiplomatie et changement climatique pour la paix au Proche-Orient ». Ce colloque a été organisé à l’initiative de Monsieur le Sénateur Olivier Cadic, représentant les Français résidant hors de France, à la suite d’un voyage au Liban et de sa rencontre avec Monsieur Arthur Nazarian, ministre libanais de l’Energie et de l’Eau. La nécessité d’une réflexion sur l’importance des enjeux hydriques dans la région, et notamment leurs rôles dans la résolution des conflits, a ainsi amené à la réunion d’experts, de praticiens, d’universitaires et de responsables politiques.

  • Entretien avec Jean Marcou – Diplomatie, énergie, Syrie : où en sont les relations russo-turques ? - 14/12/15

    Jean Marcou est directeur du Master Méditerranée-Moyen-Orient (MMO) de Sciences Po Grenoble.

  • Entretien avec Hamit Bozarslan – Résultats des législatives, relations avec la Russie, alliances régionales, flux migratoires : le point sur la Turquie - 07/12/15

    Hamit Bozarslan est directeur d’études à l’EHESS.
    Titulaire d’un doctorat en histoire (EHESS) et en sciences politiques (IEP de Paris), il a fait porté ses travaux sur la sociologie politique au Moyen-Orient et en Turquie. Il a notamment publié La question kurde : Etats et minorités au Moyen-Orient (1997), Une histoire de la violence au Moyen-Orient. De la fin de l’Empire ottoman à al-Qaida (2008), Sociologie politique du Moyen-Orient (2011), ainsi que Histoire de la Turquie. De l’Empire à nos jours (2013).

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Afghanistan, Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Azerbaïdjan, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Soudan, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice