Décryptage de l'actualité au Moyen-Orient
plus de 2400 articles publiés depuis juin 2010


Page facebook Page google plus Page twitter Abonnement au flux RSS
Accueil > Liban

Liban

  • Florian Louis, Incertain Orient, le Moyen-Orient de 1876 à 1980 - 06/10/16

    Pour répondre à la nouvelle question du programme du CAPES et de l’agrégation d’Histoire 2016, « Le Moyen-Orient de 1876 à 1980 », Florian Louis, agrégé d’histoire, doctorant au Centre de recherches historiques (CRH) de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS, Paris) et auteur d’une Géopolitique du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (PUF, 2012, avec T. Josseran et F. Pichon) livre avec Incertain Orient, le Moyen-Orient de 1876 à 1980 une synthèse argumentée, pédagogiquement éclairante et intelligemment pensée pour les étudiants sur cette difficile question d’une définition et d’une histoire de ce que l’on appelle « Moyen-Orient ». Publié aux Presses Universitaires de France, cet ouvrage offre une série d’outils indispensables aux candidats aux concours, mais également à tout lecteur désireux d’approfondir cette période.

  • Charif Majdalani, Le dernier seigneur de Marsad - 27/09/16

    Beyrouth, 1964. Scandale au sein du quartier de Marsad. Alors que tout le clan des Khattar se rendait à la messe dominicale, Simone, la fille cadette, s’est s’enfuie de la maison familiale avec son amant, Hamid Chahine. Chakib Khattar, son père, avait pourtant formellement interdit leur union. Hamid Chahine n’est-il pas le fils du régisseur des terres des Khattar, à Kfar Issa dans la plaine de la Bekaa ? Ne travaille-t-il pas désormais sous ses ordres à l’usine de marbre – cette même usine qui a fait la richesse des Khattar ? Comment accepter dès lors une union entre un simple ouvrier et la fille préférée de Chakib Khattar, ce puissant notable chrétien qui tient dans sa main tout le quartier de Marsad et à la table duquel viennent dîner ministres et présidents ?

    Comme dans son premier roman, Histoire de la Grande Maison, Charif Majdalani (1), professeur à l’université Saint-Joseph de Beyrouth, distille dès les premières pages du Dernier seigneur de Marsad tous les ingrédients propres à signer une nouvelle saga familiale. Car c’est sur ce drame familial que s’ouvre son quatrième roman. Et sur ce drame familial vient bientôt se greffer un drame national et politique. En effet, en 1964, Chakib Khattar ne le sait pas encore mais son clan vit ses dernières années de faste : la provocation de Hamid et de Simone sonne le glas de la maison des Khattar et annonce l’imminence de leur chute, elle fait voler en éclats tout un monde d’alliances et de réseaux, construit lentement, progressivement et patiemment par Chakib et ses ancêtres depuis près d’un siècle, tandis que de nouvelles forces sociales, politiques et religieuses émergent au Liban.

  • Bilād al-Šām et terre du Levant : entre histoire et mythification d’un territoire - 23/09/16

    Terre historique des premiers développements territoriaux islamiques après la sortie d’Arabie, le Moyen-Orient actuel a pris l’appellation de bilād al-Šām, ou de pays du Levant. Cette appellation, encore utilisée en histoire, attire notre attention puisqu’elle est largement reprise, ces dernières années, par l’État islamique.
    Quelle est l’origine de ce terme et quelle est sa réalité géographique ? Comment, aujourd’hui, ce Šām est-il devenu un territoire mythifié pour certains ?

  • Compte rendu du film de Jocelyne Saab, « Un dollar par jour » (2016) - 16/09/16

    Reporter, photographe, scénariste, productrice, metteur en scène, plasticienne, Jocelyne Saab (1948) est l’auteure de plusieurs reportages, courts-métrages, et longs-métrages documentaires et de fiction dont Le Liban dans la tourmente (1975), L’Iran, utopie en marche (1981), Il était une fois Beyrouth (1993) et Dunia (2005). Artiste engagée et pluridisciplinaire, elle a également créé dans le domaine de l’art contemporain des installations mix-media, exposé ses photographies à travers le monde et organisé un festival de cinéma au Liban (2013-2016) (1).

    Avec le soutien du Centre National des Arts Plastiques, elle réalise en 2016 une vidéo d’art intitulée « Un dollar par jour », projetée au cinéma du Saint-André des Arts à Paris il y a quelques jours, le 13 septembre dernier. Interrogeant le problème des réfugiés syriens au Liban, ce film court s’ouvre sur ces mots :
    « Au cours de l’automne 2015, je me rends dans la plaine de la Bekaa, près de la frontière syrienne. En Syrie, les combats durent depuis quatre ans. Ils ont provoqué 500 000 morts, 6 millions de réfugiés.
    Je ne savais pas encore qu’il s’agissait pour moi d’une histoire irrémédiable, la vie cherchait à se dérober d’entre mes mains…
    S’agissait-il d’une histoire liée au sacré, au sacré de l’humain ? Là-bas le fracas de combats, ici la bataille du silence. »

  • La deuxième guerre du Liban (2006) : dix ans après - 16/08/16

    Il y a 10 ans, le 14 août 2006, s’achevait une guerre qui fut considérée par le monde arabe comme la sixième guerre israélo-arabe, et perçue par les Israéliens comme la seconde guerre du Liban. L’occasion de revenir sur l’historique des événements, sur la reconstruction post-guerre et sur les représentations qui ont été faites du conflit par quelques artistes libanais, encore hantés par la violence de la guerre civile (1975-1990).

  • Le Liban, 25 ans après Taëf : les limites de l’Etat de Droit (1/2) : le Pouvoir Exécutif et le Pouvoir Législatif - 27/07/16

    25 ans après les accords de Taëf signés en 1989 et qui avaient pour objectif de mettre fin à la guerre civile libanaise et au déséquilibre dans la répartition des pouvoirs constitutionnels et politiques, le fossé continue à se creuser entre chrétiens et musulmans et à l’intérieur de la communauté musulmane, entre chiites et sunnites, et cela alors que certains chiites réclament la mise en place d’une Assemblée Constituante afin d’amender le texte de Taëf. Depuis la fin de la guerre civile, le Liban n’a pas connu de stabilité mais plutôt une succession de crises (1). Le « Document d’Entente Nationale » de 1989 n’a pas renforcé la cohésion entre les Libanais ni adouci les conflits sectaires et religieux.

  • Le Hezbollah en pleine mutation : d’un mouvement de libération nationale à une alliance stratégique régionale avec l’Iran (1/2) : l’ascension du Hezbollah au sein du régime libanais - 13/07/16

    Le Hezbollah (Parti de Dieu), est créé en juin 1982, avec l’appui financier et militaire de l’Iran, et son objectif principal est de s’opposer à l’armée israélienne qui a envahi le Liban la même année. Le Hezbollah est considéré à l’époque comme un mouvement islamo-nationaliste (1), se comportant comme le ferait toute armée de libération nationale. Le cheminement du Hezbollah après le retrait israélien en 2000 connait de multiples inflexions. Il s’implique dans la vie politique et économique du Liban (ce qu’il avait déjà commencé à faire dès la fin de la guerre civile en 1990), dans la vie constitutionnelle du Liban (depuis 2008 le Hezbollah a souvent bénéficié d’un droit de veto de facto au sein du gouvernement libanais) et dans la défense nationale libanaise (il est le seul mouvement militaire libanais, mis à part l’armée nationale). Par la suite, une mutation se produit avec le début de la guerre civile en Syrie qui permet au Parti de Dieu de se transformer en puissance régionale qui intervient militairement en Syrie, ainsi qu’au Yémen et en Irak avec l’appui de son allié iranien.

  • Entretien avec Stéphane Malsagne pour introduire la question contemporaine au programme de l’agrégation et du Capès d’histoire 2017 : « Le Moyen-Orient de 1876 à 1980 » - 06/06/16

    Stéphane Malsagne est agrégé et docteur en Histoire de l’Université de Paris I. Chercheur sur le Liban contemporain, il est l’auteur, entre autres, de plusieurs articles sur la période précédant la guerre civile. Ses principaux thèmes de recherche portent sur l’armée libanaise depuis 1945 et l’évolution des élites politiques et administratives depuis l’indépendance. Il enseigne régulièrement, comme chargé de cours, l’histoire du Proche et du Moyen-Orient contemporain à Paris I. Sa thèse soutenue en 2008 sur l’ancien président Fouad Chéhab a été dirigée par le Professeur Nadine Picaudou.
    Il sera chargé de cours sur le Moyen-Orient en septembre 2016 à l’Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines (UVSQ).

Les clés du Moyen-Orient est un site d’information sur l’histoire et l’actualité du Moyen-Orient. Selon la ligne éditoriale du site : « Comment l’histoire explique l’actualité », les évènements actuels du Moyen-Orient sont ainsi replacés et analysés dans leur contexte historique. Ces expertises scientifiques, réalisées par des professeurs d’université, des docteurs, des chercheurs, des militaires et des membres du secteur privé, sont publiées dans les rubriques « Repères historiques », « Analyse de l’actualité », « Portraits et entretiens » et « Infos culture ».

Découvrez les rubriques et articles rédigés par des specialistes du Moyen-Orient
Portraits historiques
Portraits contemporains
Entretiens
Analyses historiques
Historiques des Etats du Moyen-Orient
Dates anniversaire


Les pays traités : Algérie, Arabie Saoudite, Autres pays, Bahrein, Egypte, Emirats Arabes Unis, Empire ottoman, Etats-Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweit, Liban, Libye, Libye, Maroc, Méditerranée, Oman, Palestine, Qatar, Syrie, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Yémen
© Les clés du Moyen-Orient - Mentions légales - Design : Katelia - Réalisation : Gaiaservice